FERMETURE DE TNG
1 mois Rp = 3mois réels
Nous sommes actuellement au mois d'octobre x989, sortez vos manteaux d'automne! Prochain changement de mois en juillet.
Suivez-nous !
Hall of Fame
Résultats Printemps 2017
Arno
Rplayeur
Sky
Floodeuse
Stella
Newbie
Namida
Staffeuse
Flame
Voteuse
Sky
Honneur
RSS
RSS



 

Partagez

À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] EmptyJeu 2 Oct 2014 - 16:42


Je m'étais endormi après une nuit mouvementée... L'alcool me tuera un jour, toutefois que c'était bon ! Qu'importe, j'étais bien et au chaud ! Tien, c'est vrai ça depuis quand j'avais un toit au-dessus de ma tête ? Bah, la réponse viendra bien assez vite, je voulais réellement me reposer... Lorsque soudain des coups s'entendirent et des bruits métalliques résonnèrent, me fracassant ma gueule de bois comme jamais ! Et un couvercle de... Poubelle se leva et je fus ébloui par la lumière censée être douce du matin...

T’vas dégager d’là toi !? Dit un vieillard visiblement de mauvaise humeur…

Gnn, pas si fort… Vous êtes qui, je suis où ? Il se passe quoi bon sang ! Aie…

En criant je m'étais moi-même explosé le crâne... C'était le signe de mon intelligence supérieure ça ! Mais mince, le vieux ne pouvait pas me laisser ? J'étais bien dans sa poubelle moi... Bon après m'avoir lancé un regard qui en disait long, je fus obligé de quitter mon lit douillet. Il fallut à mes yeux un petit moment pour s'habituer à la lumière extérieure et lorsque je vis enfin clair, c'est un balai qui arriva en plein dans ma face !

Oust ! Oust brigand ! Voleur ! Criminel ! Dit le vieil expert en maniement de balai d’un air presque en colère !

En me protégeant comme un gosse que l'on maltraitait, je m'écartai de ce vieux fou ! Tant pis, ce n'était pas aujourd'hui que j'allai mourir et surtout pas à cause d'un balai, oh ça non ! Bon, j'étais où dans tout ça moi ?

En avançant d'un pas lent et d'une démarche plutôt curieuse suite à mon réveil prématuré et ma gueule de bois. Je me dirigeai vers ce qui ressemblait à un panneau moisi, j'allai enfin savoir où j'étais ! Champagne pour tout le monde, alléluia ! Attendez cinq secondes... Le nom était illisible ! Je n'y croyais pas... Donnant un bon direct du droit dedans -et le faisant quelque peu tomber...- je me disais que j'étais dans la merde...

Je me décidai à faire demi-tour, après tout, seul les bouseux pouvaient me dire où aller. J'avançai en ninja pour éviter de me faire repérer une fois de plus par le vieux aux balais meurtriers. Mais je fis trop attention à lui et malgré moi bousculai une jeune femme assez mignonne, je ne pus m'excuser... Lorsque nos yeux se croisèrent, je me sentis comme pétrifié et le rouge me monta rapidement aux joues. Toutefois dû à une expérience antérieure, j'ai appris à ne serait-ce qu'un minimum contrôler ma gêne !

Et donc m'excusant rapidement... Je lui demandai où aller pour trouver une ville un peu plus conséquente. Elle me dit d'aller à l'est et elle me pointa la direction de son index. La remerciant brièvement je partis donc vers cette dernière. Les mains dans les poches, j'avançai un peu plus rapidement. Mon mal de crâne était presque partit et ma petite gêne eut l'effet de me réveiller un peu plus.

Sur le chemin je me mis à penser à mes anciens collègues. Mes VRAIS anciens collèges ! Ceux qui me servaient d'indic, qui m'donnaient des planques, de l'argent et d'la bière ! Mais eux étaient encore à Minstrel. Toutefois, certains étaient les indics de toute la confrérie, j'suis sûr qu'un d'entre eux savait où se trouvaient ces traîtres... Tout en marchant, je regardai les panneaux qui eux étaient lisibles pour bien me diriger. Le voyage fut long, je dus passer deux nuits en forêt près d'un feu de camp improvisé...Je dus aussi aller chasser mais bon, tout ça en valait la chandelle !

Je me tenais sur une petite colline non loin d'une ville relativement imposante. D'après les dires de la jeune fille ce serait Oshibana, enfin je crois... La gare monumentale de cet endroit devrait sans doute pouvoir me conduire jusqu'à mon pays d'origine ! J'avançai d'un pas plus détendu, plus relax, plus... Enfin bref ! En entrant dans la ville, je pouvais déjà voir qu'il y avait pas mal d'animation... Des passants, des marchants se disputant le moindre petit client et créant ainsi un brouhaha loin d'être agréable.

Maintenant à l'intérieur de la cité je voulais un peu me reposer avant de reprendre la route. Et quoi de mieux qu'une bonne bière pour se détendre hum ? M'asseyant à une terrasse, j'en profitai pour me payer cette chope de bière que je désirai tant ! Ouais, la meilleure idée de la journée, de la bière pour me dessaouler ! Donc je sirotai ma chope tranquillement, doucement histoire de bien la déguster comme il le fallait... Mon regard se baladait par-ci par là regardant les parents promener leurs clébards euh non leurs mioches pardon... Les tourtereaux faisant leurs choses d'amoureux bien dégueulasses. Et soudain, mon regard bloqua sur une certaine jeune femme blonde !

Je la connaissais bien, oh que oui... Rien qu'en la regardant des scènes d'horreurs apparurent dans ma tête ! Mes joues redevenaient écarlates et ma tête en tournait encore ! Rei... À cause d'elle j'avais été traumatisé par Era, je ne voulais plus y retourner, mais non... Il fallait qu'elle vienne ici aussi, pour je ne sais qu'elle raison ! Enfin si, elle était juste devant un magasin de jouets, mhh... Peut-être que la personnalité du moment n'était pas la perverse.

Néanmoins, une fois ma bière finie... La seule idée que j'avais en tête était de m'échapper à pas de loup. Je ne voulais pas prendre de risque. Mais malheureusement, j'entendis une voix féminine m'appeler, elle m'avait repéré... Faisant comme-ci je ne l'avais pas vu, je me retournai en prenant un air surpris. Je lui fis signe mais elle me demanda de me rapprocher... J'avançai donc d'une allure nonchalante vers elle et m'attendis au pire.


Dernière édition par Senji Sakki le Mer 25 Mar 2015 - 12:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Re: À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] EmptyJeu 2 Oct 2014 - 17:11



Rei s’ennuyait au Conseil. Elle s’ennuyait ferme. On lui avait donné une pile de papier à remplir. Elle la fixait depuis maintenant une bonne demie heure. Il lui semblait que la pile aussi la regardait tout aussi froidement d’un air de dire “ Hé la blonde ! Arrête de me regarder comme ça ! “ S’enchaîna ensuite une bataille de regards interminable entre Rei et la pile de papier. Finalement, la Conseillère en eut marre et envoya son ennemie valser par terre. Elle la piétina de toutes ses forces en ricanant.

- AHA ! Je t’ai bien eue espèce de papier à se torcher le cul ! hurla-t-elle.

Ensuite, elle décida à sortir. Mais si elle voulait sortir elle devait le faire discrètement. C’est alors qu’elle entrouvrit la porte de son bureau et sortit en rasant le mur. Seul problème. Elle devait passer devant les bureaux de ses collègues sans se faire remarquer. La jeune femme se mit alors à ramper sur la moquette qui tapissait le couloir. Elle était concentrée et ne faisait aucun bruit. Quand soudain, un pied se posa sur son dos. Elle ne put réprimer un couinement. Elle leva la tête.

- Ah Rei je t’avais prise pour un paillasson ! dit Gahal. Il se frotta la tête en ajoutant. Qu’est-ce-que tu fais là ?

Sa collègue qui lui avait fait office de paillasson grogna en essayant de retirer la marque de sa chaussure en plein milieu de son dos. Elle devait trouver une excuse valable. Elle ouvrit la bouche, balbutiant un truc au hasard.

- Je… Je suivais une colonie de fourmis. Mais.. J’ai perdu leur trace.

Son collègue rit. Il la salua en poursuivant sa route vers son bureau situé au fond du couloir. Elle poussa un profond soupir avant de continuer sa “filature de fourmis“ en rampant. Elle arriva enfin à l’ascenseur et monta dedans. À l’intérieur elle se recoiffa et prit le temps d’épousseter son pantalon. Bip. Rez-de-chaussée. Elle descendit et se dirigea le plus naturellement possible vers la sortie.

Elle était enfin sortie ! Elle prit une grande bouffée d’air frais avant que son regard soit attiré par une boutique. Non cette fois-ci ce n’était pas une boutique d’armes ou de poisons en tous genres, c’était un magasin de jouets. Toute excitée, la jeune femme se précipita vers le magasin dont il était question. Sa démarche était plutôt étrange. En même temps elle courrait et elle s’empêchait de courir pour avoir l’air d’une Conseillère digne de ce nom. Elle rentra dans le magasin et s’aperçut qu’il était vide. Seuls quelques bibelots étaient entreposés sur les étagères poussiéreuses. Son visage se décomposa et elle retint une larme de couler le long de sa joue. Le vendeur à sa mine déconfite s’approcha d’elle en lui tendant un mouchoir.

- Mademoiselle Bunkatsu, ça faisait longtemps que je ne vous avais pas vue. Comme vous le voyez, nous avons fait faillite.

- Mais… bredouilla-t-elle en reniflant.

Il la coupa en ajoutant avec un grand sourire.

- S’il vous voulez à Oshibana il ont d’autres jouets et je suis sur que vous trouverez votre bonheur là-bas.

Elle bougonna. Aller à Oshibana ne lui plaisait absolument guère. Elle sortit du magasin de jouets en traînant les pieds. Elle marcha en direction de la gare d’Era en traînant les pieds comme un gamin qui ne voulait pas aller à l’école. La gare d’Era était grande par chance elle trouva le quai vers Oshibana.

Le tac tac du train la berçait à présent. Rei était assise à la fenêtre du train regardant avec émerveillement les paysages de Fiore défiler devant ses yeux. Trente minutes passèrent. Une annonce du conducteur annonça que le train avait atteint sa destination. Elle sauta du train.

Bon… Alors trouvons ce magasin… La jeune femme ou plutôt la grande gamine trouva ce magasin de jouets aussitôt qu’elle arriva. Il était immense ! Elle allait y passer de longues heures à l’intérieur à essayer des fusils à bille, décapiter des poupées, se défouler sur les trampolines. Elle pensait joyeusement ce qu’elle allait faire quand elle sentit le regard de quelqu’un lui brûler le dos. Elle se retourna et balaya les alentours. Ses yeux butèrent sur un jeune homme vêtu de noir entrain de boire un truc. Elle lui fit signe de s’approche et s’élança vers lui en criant :

- Senjiiiiiiiii-chan !

Elle lui sauta dans les bras. Il la rattrapa tant bien que mal. Senji avait repris cette couleur écarlate qui lui donnait cette tête si amusante. Elle le serra contre elle. Un déglutissement lui indiqua qu’elle était en train de l’étrangler. La Conseillère –si c’en était une- le lâcha. Il dégoulina en quelque sorte par terre.

- J’ai besoin de faire des achats à Oshibana. Tu m’accompagnes ? demanda-t-elle toute enjouée.

Elle ne lui laissa pas le temps de répondre. De toute façon il n’en avait pas du tout la possibilité. Elle l’empoigna par le bras et l’entraîna dans le magasin.


Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Re: À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] EmptyJeu 2 Oct 2014 - 18:29

Aie aie aie… Le pire arriva, elle s’élança vers moi en criant un magnifique « Senjiiiiiiiii-chan ! » me faisant perdre toute crédibilité aux yeux des personnes présentes… En souriant d’un air faux, malgré mes nombreux efforts pour paraître sympathique... L’on pouvait facilement voir que j’étais mal à l’aise. Et lorsque j’arrivai plutôt -trop- près d’elle, elle me sauta dans les bras. Grâce à mes réflexes, je pus facilement éviter un certain drame, puis la tenir dans mes bras.

Oye, on t’a jamais dit que ça pouvait être dangereux d’sauter sur les gens comme ça ? Dis-je presque en la grondant, tel un père faisant cela sur sa fille.

Poussant un léger soupir, je pus remarquer que mon visage redevenait peu à peu semblable à une tomate géante… Juste après ma remarque je ressentis un belle pression sur ma gorge, elle m’étranglait… Alors que j’essayais de lui faire passer le message d’une manière ou d’une autre... Elle finit par comprendre et me lâcha aussitôt. Me permettant de reprendre pas mal de ma respiration.

J’ai besoin de faire des achats à Oshibana. Tu m’accompagnes ? Dit la blondine d’un air étrangement content…

Navré j’ai autr…

Je ne pus finir ma phrase qu’elle m’embarqua dans le magasin qu’elle scrutait il y a peu… Une fois à l’intérieur je voulus au moins poser les points sur le « i » ! D’un « Hey ! » plutôt sec et légèrement en colère je retins son attention.

Très bien, t’as envie d’faire des emplettes ok… Mais moi j’pas d’temps à perdre avec ça donc je te passe du fric, tu prends c’que tu veux et après j’me casse, compris ?

J’étais fier de moi ! Même si mes joues restaient écarlates... Disons que mon ton était tout sauf agréable. Je le regardai d’un regard sérieux, rien à voir avec mes paroles, attitudes ou même mes co*neries de d’habitude. Bon, il était temps de la suivre, après mon petit sermon, je lui avais passé à peu près trente milles joyaux, c’pour dire à quel point je voulais que ça aille vite !

Je la suivais d’un pas lent, mais restais attentif. Il ne fallait pas qu’elle fasse d’embrouille ou je me fâcherais sévèrement pour le coup… Bon, nous passâmes dans divers rayons du magasin, mine de rien certains des jouets entreposés avaient de la gueule… Elle n’arrivait pas à ce décider ou quoi ? Bon, je mis mes mains dans mes poches et attendis qu’elle choisisse enfin son ou ses achats histoire d’aller rejoindre mon pays natal…


Dernière édition par Senji Sakki le Mer 25 Mar 2015 - 12:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Re: À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] EmptyDim 9 Nov 2014 - 18:51



Rei, toute émerveillée contemplait cette quantité incroyable de jouets qui étaient empilés devant elle. Senji reporta l’attention sur lui d’un Hey ! froid et sec.

- Très bien, t’as envie d’faire des emplettes ok… Mais moi j’pas d’temps à perdre avec ça donc je te passe du fric, tu prends c’que tu veux et après j’me casse, compris ?

Rooh là là… Senji tu n’as pas besoin d’être aussi glacial... marmonna Rei dans son col. Il n’était vraiment pas bien. En effet ses joues avaient l’air encore plus rouges que d’habitude. Il semblait préoccupé. Les yeux de la jeune femme se posèrent sur le paquet qu’il lui tendait. Elle compta rapidement (30 100 joyaux !) avant de lui arracher des mains et de se jeter vers les rayons.

Elle sautillait entre les rayons. Les rayons défilaient au fur et à mesure qu’elle progressait. Jouets pour filles. Les jouets pour filles ne l’intéressaient guère, du moins elle aimait décapiter la tête des poupées dans un superbe Pop ! Jeux de société. Rei n’avait jamais été quelqu’un de calme, même étant enfant. Rei a besoin d’action, de sang et de cadavres plutôt.

Derrière elle, Senji la suivait passivement, l’air exaspéré par cette stupidité concentrée en la personne qu’était la Conseillère. Si vous voulez être l’ami de cette charmante jeune femme vous devez supporter alors toutes ses personnalités les plus farfelues les unes que les autres. Soudain, une bille de peinture atterrit à trois centimètres des pieds du jeune homme.  Il leva lentement les yeux, d’un air consterné vers la jeune femme qui se marrait. Elle lui lança un objet au visage qu’il rattrapa de justesse.

- Tu veux jouer avec moi ? demanda-t-elle avec un grand sourire qu’on aurait pu qualifier d’innocent s’il n’était pas sur le visage de Rei Bunkatsu.

L’objet avec lequel elle avait “attaqué“ le pauvre jeune homme était un fusil à billes de peinture. La jeune femme tenait le même dans la main. Rei ne lui laissa pas le choix c'était évident. Cette dernière bondit sur un rayon de façon à surplomber tout le magasin. Elle continuait à rire, sans pouvoir s’arrêter tout en disant à ce cher Senji qu’il avait dix petites secondes pour déguerpir s’il ne voulait pas finir en œuvre de Picasso.  Elle ferma les yeux et compta à haute voix.

- Un… Deux… Trois… Quatre… Cinq… Six… Sept… Huit… Neuf… Dix ! J’arrive Senji-chan ! s’écria-t-elle en rouvrant les yeux.

Elle l’aperçut. Il n’était pas très bien caché… La jeune femme bondit de rayons en rayons, atterrissant sur la pointe des pieds pour éviter de faire trop de bruit. Elle s’approcha discrètement de sa victime et déchargea son chargeur sur le pauvre Senji. Elle poussa un cri de victoire et courut dans l’autre sens. Toute excitée, elle ne vit pas l’agent de sécurité qui lui barrait la route. Elle lui rentra dedans. Ils tombèrent tous les deux à la renverse. Celui-ci l’attrapa par le col et la souleva dans les airs. Même si Rei était grande de taille, le vigile l’était encore plus et elle ne semblait pas peser plus qu’une brindille. La jeune femme en position délicate se mit à se tortiller dans tous les sens offrant son regard de la-mort-qui-tue à l’homme. Quand elle vit qu’il était nullement effrayé, elle lança un appel au secours à Senji du regard. Le vigile la remarqua et interpella le mage de sang.

- Eh ! Elle est à vous ?

Le mage de sang couvert de peinture s’avança… L’agent de sécurité poursuivit.

- Cette petite a causé d’importants dégâts à mon magasin. Vous avez de de quoi dédommager ?

Rei lui mordit le bras. Le vigile la lâcha dans un cri de douleur et de surprise. Elle s’épousseta et rajusta le col de sa veste. Pour toute réponse, elle dit, ayant repris une personnalité plutôt sérieuse.

- Tenez. Envoyer ces dépenses liés aux dégâts causés dans votre établissement au Conseil de la Magie au nom de Rei Bunkatsu.

Elle lui tendit sa carte. Et la tête haute regagna la sortie. Le vigile en resta bouche bée.

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Re: À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] EmptyLun 10 Nov 2014 - 17:56


Sans déconner, combien de temps allait-elle regarder ces jouets tous plus inutiles les un que les autres… Tiens, une figurine de dragon, vachement bien réalisée. Pas mal de détail, plutôt grande, j’aurai adoré avoir ça à mes cinq ans ! Ah, tant de souvenir tout d’un coup. Je me voyais encore courant sur un chemin étroit au sommet d’une des montagnes de Minstrel, afin d'apprendre l’équilibre au péril de ma vie...

Suivit d’autres épreuves comme la chasse aux élans, aux cerfs et même à quelques arachnés... Et oui ça ne déconnait pas les entraînements, mais bon. Le vieux et le second qui étaient à peu près équivalent en puissance et ça m’fait mal de le dire... Me suivaient toujours pour éviter que soit j’me foire, soit je meurs…

Et donc en fait… Oh mon Dieu ! Une bille de peinture, une embuscade ! La mort et la destruction approchaient ! Hum hum, excusez-moi. C’était juste Rei qui faisait des con*eries. Avec un fusil à bille de peinture… Oulah ! Mais ça ne sentait pas bon ! Je levai lentement mon œil gauche pour la regarder dans les yeux. Lui montrant une bonne envie de ne pas jouer avec ces débilités Mais… Je dus rattraper grâce à mes légendaires réflexes un jouet ayant vaguement la forme d’un fusil. 

Tu veux jouer avec moi ? Dit-elle avec un sourire qui AURAIT pu être innocent.

Attends, je ne VEUX pas..

Même pas qu’elle me laissa le temps de finir, elle sautilla dans tous les sens pour finir sur un rayon. Bordel ! Le vigile, mon argent, la casse, les réparations, non ! Et alors que j’envoyai mon doigt pointer vivement dans sa direction et que j’allai l’engueuler comme la petite fille qu’elle était ! Elle commença à compter. Pourquoi ? À la troisième seconde je compris ! Merde !

J’étais obligé de jouer à son jeu à la con… Mais dans un magasin où voulez-vous vous cacher ?! Situation critique, alerte rouge, C’EST LA MERDE ! Okay, okay, je paniquai… Restons calme, restons calme… Disparition ninja... Et hop ! Me voici cacher dans un rayon de peluche géante, attendant le moment ou je la verrai pour la bombarder !

J’attendis sans faire de bruit. Tranquillement, sereinement et me pris une bille de peinture rouge dans la face ! Une autre bleue dans les cheveux ! Une autre jaune sur mon torse ! Encore d’autres couleurs PARTOUT ! J’étais trouvé… Elle avait osé… Je serrai mes poings, serrai mes dents à les faire grincer et alors qu’un cri de rage allait m'échapper... Un vigile avec Rei dans sa main me demanda si elle était à moi. Cette scène me calma et me fit très légèrement rire intérieurement. Je sortis de mes peluches l’air plus crédible que jamais.

Sérieusement, j’aimerai dire non, mais ouaip, elle est avec moi, malheureusement…

Puis une scène plutôt comique arriva. La membre du conseil mordit le bras du pauvre gars de sécurité qui ne faisait que son travail... Et elle lui répondit assez sérieusement lui donnant sa carte et son nom, puis elle partit. Le vigile et moi s’échangions un regard qui voulait tout dire... Puis j’haussai les épaules et lui dit un petit désolé, ainsi qu'un au revoir. J'allai donc rejoindre la demoiselle aux airs de gamine qui avait toujours mon argent.

T’aurai pu te contrôler ! Moi j’ai passé pour quoi hein ? Et t’as vue dans quel état je suis bordel ?! Bon pas grave… Calme-toi Senji… CALME-TOI ! Bon maintenant JE dis ce que JE vais faire.

Je lançai un regard digne d’un des plus grand psycho borgne de ce monde à cette conseillère dissidente et continuai mon monologue de remontrance.

Toi, tu vas partir, moi je vais tranquillement aller à Minstrel et on se dit au revoir gentiment, poliment, comme des personnes adultes et matures le feraient ! Maintenant salut !

Et voilà, avec mes allures multicolores j’avais pas l’air fin mais au moins j’étais débarrassé d’un poids ! La gare, enfin me voilà, sauf que… Je n’avais plus assez… D’argent… Monde de merde. Je courus donc vers celle qui détenait mes jewels et lui demanda de m’en redonner un peu…


Dernière édition par Senji Sakki le Mer 25 Mar 2015 - 12:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Re: À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] EmptyMer 19 Nov 2014 - 19:15



La phrase que Rei venait de prononcer à l'instant était un semblant de changement de personnalité. Elle rebascula aussitôt vers sa personnalité immature. 
 
- T’aurai pu te contrôler ! Moi j’ai passai pour quoi hein ? Et t’as vue dans quel état je suis bord*l ?! Bon pas grave… Calme-toi Senji… CALME-TOI ! Bon maintenant JE dis ce que JE vais faire.
 
La jeune femme se mit à glousser. Le mage de sang avait pour le coup le sang qui lui montait à la tête. Même si le regard qu'il lui lançait ne disait tien qui vaille, Rei n'était aucunement effrayée. Rei la psychopathe était beaucoup plus effrayante. Elle parvint à arrêter de glousser bêtement, mais cela n’effaçait pas pour autant le sourire insolent qu’elle avait sur le visage.
 
- Toi tu vas partir, moi je vais tranquillement aller à Minstrel et on se dit au revoir gentiment, poliment, comme des personnes adultes et matures le feraient ! Maintenant salut !
 
Elle immature ? Il lui demandait de partir ? Aw non ! Elle n’avait même pas eu le temps de s’amuser un peu. C'était méchant de sa part. Mais la Conseillère n'avait pas en rester là. Il tourna les talons laissons la jeune femme plantée ici comme une débile. Elle ne put s’empêcher de ricaner bêtement au vu de la teinte multicolore qu'avait pris le jeune homme. Elle le regarda s’éloigner puis aussitôt revenir. Il avait oublié quelque chose… Elle déclara, ne lui laissant pas le temps au jeune homme de réclamer ce qu'il voulait. 
 
- Tu vois Senji-chan que tu as besoin de moi ! Elle l'attrapa par le bras. Allez je t'accompagne à Mistral.. Ménestrel... Bref passons...
 
Elle tira Senji à lui déboiter le bras jusqu’à la gare. Ils arrivèrent devant le panneau d’affichage des départ des trains. Senji, après s’être acheté un billet avec de l’agent qu’il avait réussi à reprendre à Rei, prit la direction du quai du train en direction de Minstrel avec la brave petite Rei sur le talons. Ils grimpèrent dans le train. Rei fit un énième caprice pour s’asseoir à la place contre la fenêtre. Elle finit par obliger le pauvre jeune homme à céder. Le trajet se passa dans le silence et dans le calme vu que Rei le passa le nez collé à la vitre. Ils descendirent du train. Senji ouvrit la marche.
 
- On va où ? On arrive quand ? C’est loin ? On va jouer après ? On va tuer des gens ? J’ai mal aux pieds… Tu devrais me porter sur ton dos. J’ai faim... Quand est-ce qu’on mange ?
 
S’entama alors une interminable série de questions les plus agaçantes les unes que les autres de la part de la Conseillère. 

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Re: À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] EmptyLun 1 Déc 2014 - 16:13


Malheureusement je ne pus qu’acquiescer face à gamine adulte lorsqu’elle me dit que j’avais besoin d’elle. J’avais fait n’importe quoi avec l’argent récemment gagné et je lui avais donné la quasi-totalité de ce que je possédais en ce moment. Cela me faisait bien chier mais tant pis, une fois chez moi, je pourrai reprendre mes économies, la rembourser et ne plus jamais l’avoir dans les pattes !

Tout en essayant de me déboîter le bras, elle me tira jusqu’à la gare imposante de la petite cité tranquille. Mon aspect multicolore faisait rire nombre de gens que je calmai d’un regard meurtrier. Vous savez le genre de regard qui vous perce l’âme, vous fout la boule au ventre et qui vous choque à vie... Et bah c’était ce genre de regard. Bref, nous allâmes acheter des billets de train pour mon cher pays.

Une fois à l’intérieur du wagonnet la gamine adulte fit un caprice pour s’asseoir du côté de la fenêtre, soit. Je la laissai faire sans pour autant montrer une quelconque importance à la chose. Mon œil était vraiment l’incarnation du blasement, quelle journée pourrie… Espérons au moins que je trouve des informations utiles au sujet de mes vieux compagnons. Que je leur tranche gentiment la tête, alouette !

Puis dans un soupire qui transpirait le désespoir j’écoutai malgré moi les jérémiades de la petite Rei qui commençait sérieusement à me donner un mal de crâne. Mais mettant cela de côté, je réussis à me calmer en pensant aux merveilleuses rivières de mon enfances, aux montagnes majestueuses qui ornaient cette contrée aux milles merveilles. Et surtout en me disant que bientôt je pourrais revoir certains de mes amis qui me manquaient sérieusement. Et dans un élan de gentillesse je réussis à sourire et répondis à ma compagne de voyage, d’un ton un peu plus aimable.


Nous allons où j’ai grandi. Et nous venons à peine de démarrer. C’est assez loin oui. JE vais chercher des informations pour certaines personnes et il est probable qu’après nous tuions ou découvrions des choses. Rêve toujours, je ne te porterai pas et nous mangerons lorsque nous arriverons à un certain endroit.

Ensuite je la laissais continuer à énoncer des questions sans queue ni tête en la snobant qu’importe ce qu’elle faisait. Je finis même par m’endormir, n’entendant plus rien autour de moi. Je me sentis en paix et l’étreinte des bras de Morphée était des plus agréable surtout en ce moment.

Mais mon sommeil fut agité, par de simples images, celle de mon père se faisant tuer par une explosion gigantesque, qui est mort en me protégeant… Tout en étant dans un profond sommeil je sentis que j’avais les boules. Je n’étais pas du genre à craquer lorsque j’étais conscient, mais l’œil fermé... Je devenais un peu plus émotif.

Le visage tatoué du noble enfoiré n’arrivait pas à sortir de mon cauchemar. Je me revis me prendre des coups d’une puissance inhumaine de partout, mes associés s’en aller, je me vis de nouveau partir... Ces événements me pourchassaient, ils étaient la source de mon malheur, de ma haine et de ma folie grandissante. Trahis par la vie, trahis par mes amis, trahis par ma seule véritable famille... Ce n’était pas assez que d’être abandonné ? Déjà on ne voulait pas de moi au départ, étais-je censé être rejeté par la vie indéfiniment ?!

Mes réflexions se bousculaient dans ma tête, la tristesse submergeait mon être et la solitude me gagnait encore et encore... Sans que je puisse sortir de ce cercle infernal, puis une voix enfantine arriva à se démarquer de mes ténèbres, elle disait qu’on était arrivé. Mon œil s’ouvrit brusquement, j’étais tout en sueur et je respirai difficilement. P*tains de cauchemars…


Merci de m’avoir réveillé. Avais-je dit d’un ton neutre après avoir récupéré mon souffle.

Je me levis et sortis du train avec la demoiselle. Ne faisant pas attention à ce qu’elle disait. Je fonçai droit devant, connaissant comme ma poche ce fabuleux pays. Passant par des raccourcis en pleine nature, des ruisseaux, des rivières, des montagnes, j’arrivai enfin avec Bunkestu non loin d’un village. Le sourire me monta aux oreilles et me tournant vers ma camarade je lui dis d’un ton enjoué.

C’est ici que nous allons manger et nous reposer quelques instants.

Arrivé devant la bâtisse, j’ouvris la porte d’un coup de pied typique de moi ! Un silence inhabituel s’installa, tous mes anciens compagnons de beuverie me regardèrent étrangement. Puis eux tous m’acclamèrent, et hurlèrent : « Senji est d’retour !!! ». Ce spectacle me laissa sans voix. Leur souriant de toutes mes dents, je passai entre eux en leur tapant dans la main d’une manière plus qu’amicale. Ils étaient tous comme des frères pour moi.

De solides gaillards, tous grands, musclés et pour la plus grande majorité barbus comme un certain monsieur en traîneau. Je regardai la donzelle qui me suivait et certains me posèrent des questions. Si elle était ma petite-amie, ma fiancée, ma femme carrément ! Je répondis négativement à leurs crétineries ! Mais toujours en leur souriant, puis vint l’instant que j’attendis. Un vieillard me regarda et me dit d’un signe de tête de le suivre.

Avant de faire cela je me rendis à côté de la demoiselle du conseil de Fiore et lui dit de prendre ce qu’elle voulait, la maison nous le paierait. Je lui souris presque chaleureusement et rajouta de ne pas trop faire attention aux dires de mes vieux amis. Enfin, je partis sans attendre mon reste vers mon ancien indic, dans une pièce petite sombre à l’étage. Deux chaises étaient prédisposées. Je m’assis sur une d’elle et le vieux fit de même sur l’autre en me passant une bourse qui selon son poids, avait cent milles joyaux dedans ! Puis une conversation eut lieu.


J’ai appris pour notre ami commun. Paix à son âme. Sache que je suis de tout cœur avec toi mon garçon.

Merci vieillard, mais je ne suis malheureusement pas venus ici pour une visite de courtoisie. Je veux coincer ceux qui se disaient être mes partenaires ! Leur faire regretter, leur faire bouffer leurs tripes ! Arracher leurs yeux, leur retirer la peau, les faire souffrir jusqu’à ce qu’ils me demandent de les achever !

Puis alors que mon pouls s’accélérait l’âgé me calma en me prenant par les épaules et en me disant tout simplement de me calmer. Ce que j’essayai de faire et au bout d’un moment je réussis. Le vieux à la barbe blanche prit la parole d’un ton compréhensif.

Je comprends tes émotions, mais en tant que fils de Doragon tu te dois de contrôler tes sentiments. Je veux aussi leurs morts, toutefois je n’ai plus d’information sur eux depuis qu’ils ont quittés le pays.

Qu.. ?!

Mais attends, écoute moi jusqu’à la fin gamin ! Un groupe d’assassin en herbe à décidé de faire le boulot de ton ancienne confrérie, à ce qu’il parait ils auraient été aidés par des investisseurs assez motivés, je pense que c’est eux.

Pourquoi feraient-ils cela ?

Couvrir leurs traces je suppose, avec un nouveau groupe d’assassin, ils pensaient sûrement se faire oublier. Pour les retrouver je ne te mentirai pas. Tu devras avoir une audience avec le roi en personne.

Très bien. Dis-je en me levant. Je sais déjà comment m’y prendre le vieux. Merci, je ne te remercierai jamais assez. Continus tout de même d’enquêter s’il te plait, sait-on jamais, s’ils font une gaffe... Seul un d’entre eux est vraiment à craindre, le second…

Je ne le sais que trop bien. Bon courage petit et puisse-tu trouver ces raclures et leur faire regretter sans périr.

Suite à cette conversation forte instructive, je repartis au rez-de-chaussée, l’air motivé et les poings serrés. Je ne fis pas attention à ce que faisait mon « amie » et en passant à côté d’elle je lui dis de venir d’un ton sec, presque autoritaire. Une fois quelques au revoir faits et dehors... Je me retournai pour être face à la conseillère.

Ecoute. Je dois régler quelque chose de très important. Et tu m’aideras. Nous allons voir le roi de Minstrel, puis tu feras comme-ci j’étais ton prisonnier et enfin tu demanderas une audience au roi. Car je suis un grand criminel de ce pays et on adore exposer les gars comme moi, tel un trophée au roi.. Ensuite je devrais avoir des choses à lui dire et j’improviserai une sortie. Après on fera ce que tu voudras, mais c’est très important pour moi, accepte, je t’en prie.

Il était rare que je parlai ainsi, mais c’était la seule solution pour éviter que je fonce tête baissée et que je crève à moins de cinquante mètres du monarque de ce pays. J’attendis avec une certains impatience la réponse de la membre du conseil en la suppliant presque de mon seul œil valide, les cartes étaient entre ses mains désormais.


Dernière édition par Senji Sakki le Mer 25 Mar 2015 - 12:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Re: À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] EmptyMar 2 Déc 2014 - 7:44

 

Rei, légèrement irritée par l’indifférence du jeune homme à ses questions, se tut en croisant les bras sur sa poitrine. Il s’arrêta brusquement. Si brusquement que la jeune femme lui rentra dedans. Il se retourna un peu plus guilleret.
 
- C’est ici que nous allons manger et nous reposer quelques instants.
 
Les yeux de Rei se mirent à briller. Le trajet avait été long. Ils avaient empruntés des sentiers étroits si on pouvait appeler ça des sentiers, ils ne devaient être tracés que par des animaux. La Conseillère, peu habituée à marcher autant avait mal au pied et ses jérémiades n’avaient fait qu’augmenter. Il ouvrit la porte comme le ferait une personne civilisée c’est-à-dire avec un coup de pied. L’agitation qu’on pouvait entendre du dehors s’interrompit dès que l’ouverture brutale de la porte. Les occupants de la grande pièce crièrent tous en chœur : Senji est d’retour !!! Le sourire sur le visage de Senji s’élargit à la vue de tous ces visages qui devaient être familiers pour lui. Dans les secondes qui avaient suivi, l’attention était portée sur le mage. Il reçu des accolades, des poignées de mains, des sourires chaleureux. L’attention se porta ensuite sur le jeune femme qui l’accompagnait. Qui était-elle ? Une petite amie ? Une fiancée ? Une épouse ?! Rei soupira de soulagement quand Senji répondit à la négative, brisant leurs espoirs de pouvoir caser leur ami avec qui que ce soit. La jeune femme blonde confirma ses dires en secouant vivement de la tête. Senji se fit appeler par un autre gars à l’écard. Elle le suivit des yeux jusqu’à ce qu’il disparaisse de son champ de vision.
 
Elle se fit asseoir. Ou plutôt une forte pression sur ses épaules l’obligea à fléchir les jambes et la personne avait heureusement placé une chaise sous son postérieur. Sous la surprise, elle n’avait as pu réagir et avait laissé échapper un couinement. Les grands gaillard qui l’entouraient se mirent à rire de leur voix grave.  Senji lui avait dit qu’elle pouvait prendre tout ce qu’elle désirait. Eh bien… Elle déclara qu’elle avait faim. L’homme imposant à côté d’elle héla le serveur et lui demanda de servir la demoiselle. Les autres armoires à glace vinrent s’asseoir plus près d’elle. L’un d’eux pris la parole.
 
- Alors, à qui avons nous l’honneur ?
 
Rei se présenta alors. Un petit mouvement de recul se fit sentir quand elle prononça le mot Conseil. Mais elle les rassura qu’elle n’allait as les balancer et qu’elle avaient d’autres chats à fouetter. Ils se détendirent. C’est là que commencèrent une foule de questions/réponses.
 
- Comment vous vous êtes rencontrés avec Senji ? Sur une scène de crime ?
 
- Euh c’est plus compliqué, en fait lui suis tombée dessus ou plutôt il m’est tombé dessus. Nous sommes ensuite allés tuer des gens. Ensuite c’est assez flou dans ma tête.
 
Prononcer l’expression « tuer des gens » était la chose la plus naturelle qu’il soit pour la Conseillère. Pour ces gaillards aussi. Son plat arriva. Sans se soucier de ce qu’il y avait dedans, elle l’engloutit. L’engloutir n’était pas le mot qui convenait vu qu’elle se maitrisait pour éviter d’avoir l’air d’une bête sauvage.
 
- Si tu fais partie du Conseil, tu utilises la magie non ?
 
Un autre lui avait parlé. Il l’avait tutoyée. Bizarrement, cela ne gêna aucunement la jeune femme bien qu’elle soit habituée au vouvoiement et aux pincettes qu’on prenait avec les gens du Conseil. La jeune femme posa ses couverts reprenant son souffle après sa bouchée. Elle déglutit avant de faire apparaître une seconde Rei Bunkatsu. Des “Ooh“ d’admiration se firent entendre. Cette Rei devait sûrement être la gentille Rei. Bon ils avaient de la chance, si ça avait été la psychopathe, plus personne ne serait debout, bien qu’elle ne sous-estime pas ces braves gens. Numéro 2 fit une révérence avec un grand sourire tout simplement innocent. Elle s’assit ensuite sur une chaise non loin. Les questions continuèrent à affluer.
 
- Et puis Senji a toujours ses soucis avec les femmes ?
 
- Eh bien oui, c’est vraiment bizarre, je ne le connais que dans une seule couleur depuis que nous nous sommes vus pour pour la première fois.
 
- Ah bon, ce n’est pas la multitude de couleur qu’on a vu tout à l’heure.
 
- Ceci, c’était à cause de notre bataille de paintball de toute à l’heure. Il me semble que c’est lui qui a perdu.
 
Elle reprit une bouchée et chargea numéro 2 de poursuivre cet interrogatoire.
 
- Et quel est votre lien avec notre cher Senji ?
 
Rei voulut répondre mais elle se fit couper la parole par un autre bonhomme.
 
- Mais voyons ça saute aux yeux on voit bien qu’ils sortent ensemble !
 
Les joues des deux Rei s’empourprèrent violemment. Elle bégayèrent pour essayer de se justifier mais pour encore plus les troubler, d’autres questions arrivèrent.
 
- Et alors ? Vous avez sauté le pas ? Il est bon ? Vous avez prévu de vous marier ? C’est vrai que vous iriez bien ensemble…
 
Rei reprit le contrôle de son esprit embrouillé. Et surtout elle reprit sa teinte claire. Elle répondit que non, il n’y avait rien entre eux et qu’il n’y aurait jamais rein. Rei et lui étaient simplement coéquipiers. Rien à faire ils continuaient toujours sur la même trajectoire.
 
- Alors je te conseille de choisir Senji, c’est un très bon parti. Tu es encore célibataire alors ? Tu peux choisir l’un de nous alors.
 
Elle répondit encore.
 
- Non je suis désolée je suis déjà prise…
 
Ils ne lâchaient vraiment pas l’affaire.
 
- Tu veux pas qu’on s’occupe de ton copain ? Il ne doit pas réaliser la chance qu’il a…
 
Numéro 1 avait terminé de manger. Elle s’étira avant de faire disparaître son double d’un claquement de doigts. Ou plutôt Numéro 2 prit sa place. Senji réapparut et lui dit de revenir à côté de lui d’un ton qui ne reflétait en rien l’autre Senji jovial et chaleureux d’avant de partir. Elle le suivit dehors après avoir remercier ses invités et leur adresser un signe de la main. Le mage de sang s’adressa à elle.
 
- Ecoute. Je dois régler quelque chose de très important. Et tu m’aideras. Nous allons voir le roi de Minstrel, puis tu feras comme-ci j’étais ton prisonnier et enfin tu demanderas une audience au roi, car je suis un grand criminel de ce pays. Ensuite je devrai avoir des choses à lui dire et j’improviserai une sortie. Après on fera ce que tu voudras, mais c’est très important pour moi, accepte, je t’en prie.
 
Senji avait un air sérieux. La Conseillère ne l’avait jamais vu comme ça. Son plan avait l’air risqué mais il était son ami et ils devaient s’entraider. Elle le serra dans ses bras.
 
- Mais bien sur Senji-chan !


C’est à se moment qu’elle sentit l’âme de son ami quitter son corps qui était devenu écarlate.



Dernière édition par Rei Bunkatsu le Lun 8 Déc 2014 - 23:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Re: À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] EmptyLun 8 Déc 2014 - 21:14


Étrange étaient-ils mes anciens compagnons de beuverie, ils me regardèrent tous, comme-ci j'avais dit ou fais quelque chose d'hilarant. Qu'avait dit Rei... ? Qu'elle chose avait-elle encore débitée sur mon dos ?! Bref... Ce n'était que des au revoir, pourtant un pincement à mon cœur se fit sentir, je vous rassure... Ce n'était pas à cause de ma magie ou d'une crise cardiaque. Juste que j'avais un mauvais pressentiment. Je ne serai pas dire quoi, mais quelque chose d'horrible...

Ces pensées parasites devaient vite se retirer de mon esprit, car je devais exposer ma brillante idée à mon alliée aux multiples personnalités. Une fois ceci fait, je fus assez content d'apprendre qu'elle accepta sans rechigner, néanmoins... La manière qu'elle avait de montrer son acceptation me rendit aussi rouge que mon propre sang. Me serrer dans ses bras n'était pas une chose à faire, surtout dans mon état de penser.

Je réussis -gentiment- à la repousser et lui dis d'arrêter ce genre de chose. Devant le palais, elle ne devrait en aucun cas se permettre ce genre de chose. Je lui dis de la manière la plus sympathique et aimable possible, même si dans mon état sérieux, je ne devais pas être l'homme le plus tendre au monde... Je m'excusai en avance si jamais je pouvais être cru. Je lui dis qu'un rapide passage à une rivière pourrait nous être utile.

Tout en lui demandant de me suivre, je nous emmenai vers ladite source d'eau. Un petit quart d'heure passa, une faible cascade se dévoila à nos yeux. L'eau gouttait dans un petit cours de liquide bleu clair. Le son des larmes naturelles de ce monde était des plus relaxant. Je m'avançai doucement vers l'oasis en plein milieu de la forêt luxuriante dans laquelle nous nous trouvâmes.

Je plaçai délicatement mes mains dans le liquide frais et rinçai mes bras. Cette action avait pour but de retirer la peinture qui me rendrait non-crédible en face du domaine de mon roi. Une fois mes membres supérieurs rendus à la normale, je pouvais passer à mon visage. Je pris plus de temps pour ne pas déglinguer mon cache-œil, mais je réussis à le rendre à son état originel.

Néanmoins, je me retournai vers ma partenaire, je lui demandai si elle voulait voir un Senji en sous-vêtement et celle-ci se retourna aussitôt, parfait ! C'est tout ce que j'espérai. Je me déshabillai tout en restant en caleçon, quand même ! Je pus ainsi retirer la peinture multicolore de mes habits.

Rei attendit le temps qu'il fallut, mais au bout d'un certain moment, je pouvais remettre ma tenue désormais sèche. Je lui dis que c'était bon, qu'elle pouvait se retourner, ce qu'elle fit immédiatement. Le bois dans lequel nous nous trouvions était trop dense pour que je puisse faire ce que j'avais en tête, à savoir utiliser une de mes attaques pour rendre mon état pitoyable.

Je dis à ma compagne de voyage, que nous devions trouver une sorte de terrain plat, elle me demande pourquoi, curiosité naturelle de notre espèce, je présume... Puis je lui répondis qu'elle verrait. Peut-être une centaine de pas se firent entre-temps, mais nous avions trouvé mon bonheur ! Une plaine relativement plate, qui s'étendait à l'horizon, l'herbe verte virait sur le jaune doré grâce aux rayons de l'astre lumineux.

L'on aurait dit un champ de blé encore entrain de pousser, d'atteindre la lumière du soleil, aussi difficile que cela pourrait paraître pour une simple plante, mais passons ! Sur le chemin pour éviter d'ennuyer la ravissante femme, je lui racontai mon périple, ainsi que les raisons de ma présence ici.

Lui racontant que j'avais été abandonné à la naissance, qu'un homme m'avait découvert, puis prit sous son aile. Je m'étais retrouvé dans un début de confrérie d'assassin, des tueurs ayant de l'honneur, de la force et du respect. Ce n'est pas comme-ci je n'avais jamais tué de femme ou d'enfant. Mais contrairement à certains psychopathes, je n'en prenais pas un plaisir quelconque.

Bref ! Ensuite, je lui racontai l'embuscade que nous avions reçue suite à un contrat d'un noble. Je lui narrai notre traque de l'homme fourbe, notre écrasante victoire sur ce qui semblait être sa guilde noire. Cependant, le pire arriva, suite à un combat à sens unique, mon père et maître se retrouvait dans une impasse... Le riche scélérat décida de mettre un terme aux vies de moi, mes camarades et mon paternel d'une seule et unique attaque.

Mes compagnons eurent le temps de se mettre à l'abri, mais furent avec moi emportés, de l'étage de l'imposante structure, au rez-de-chaussée. Sauf que moi, un poids venir alourdir le mien, le poids d'un corps inerte, celui de mon père... Je lui décris la suite, entre la lâche fuite de mes alliés et mon passage à tabac par le meurtrier...


Et depuis ce jour... J'ai juré de me venger par tous les moyens, que ce soit de mes anciens acolytes et de cet enfoiré !

Je m'excusai si jamais mon histoire lui avait cassé les ovaires, mais au moins elle avait eu de la distraction. Elle devait à présent comprendre mes motivations et cela était le principal. Maintenant, je lui dis le topo, que j'allai me mettre loin d'elle, pour lui balancer une de mes meilleures techniques. Sort qu'elle devra manier comme elle l'avait déjà fait pour une de mes « Blood Arrow ».

Elle me dit que c'était dans ses cordes, et je n'en espérai pas moins. Je me mis à marcher lentement et calmement, je devais préserver ma condition, si je ne voulais pas mourir de ma propre attaque améliorée. Une fois à une dizaine de mètres, je me retournai... Inspirant un grand coup, je m'entaillai vivement mon torse, en créant deux plaies en forme de « X ».

Blood Tornado ! Criai-je.

En criant cela, je fis sortir une quantité conséquente de mon sang via mon thorax ! La masse sanguine commença à tourner juste devant mon buste, puis soudain, elle fut envoyée extrêmement puissamment en avant ! Ma foreuse de sang détruisit le sol à l'aide de ses nombreux tourbillons destructeurs ! Elle avança dangereusement sur la conseillère.

De mon côté j'en profitai pour créer deux épées rougeâtres. Pourquoi ? Et bien déjà qu'avec cette technique de base, je me retrouverai à quelques dizaines de mètres, alors là... Je les plantai dans le sol, pour en plus prendre un appui presque parfait à l'aide de mes jambes.

Le moment fatidique arriva ! La mage du conseil refit exactement le même enchaînement de mouvement que la dernière fois. Puis finalement, elle me renvoya ma tornade sanguine, elle était plus grosse, plus rapide et encore plus meurtrière... Je me mis à serrer de toutes mes forces les poignées rouges de mes créations et à enfoncer littéralement mes pieds dans le sol terreux de la plaine magnifique.

L'impact fut beaucoup plus violent que ce que j'avais imaginé. Même en m'accrochant comme un forcené le haut de mon corps se retrouvé plié en arrière ! Je sentis le tissu noir de mon haut se déchirer, les courbatures apparaître, mes jambes détruire la terre innocente de ce lieu sous la pression !

Lorsque l'ouragan de sang finit de me transpercer, les gardes de mes armes d'hémoglobines se brisèrent et je fus propulsé un ou deux mètres en arrière. Mon corps roula minablement dans le sentier creusé par mon attaque, pour enfin s'arrêter. Il était dans un état pitoyable, au moins ça fortifierait l'impression que je sois réellement un prisonnier.

J'entendis vaguement des bruits de pas s'approcher de moi, sans doute Rei qui s'inquiétait de me voir face contre sol. Je pus doucement me relever, mes bras tremblaient comme des feuilles ! Enfin tous mes muscles tremblaient ainsi pour être exact. Cela n'était pas si grave, j'étais debout -à peu près- lorsque ma partenaire arriva.

Je le rassurai en lui disant que j'avais connu pire, puis pour appuyer mes propos je tombai sur elle... Grâce à ses réflexes elle put rester à peu près maître de la situation. Ma rougeur revint au pas de course ! Ce coup-ci pas pour un simple regard croisé, mais bel et bien parce que mon visage s'était malencontreusement retrouve plongé dans la poitrine de la demoiselle...

Je ne vous dis pas à quel point j'étais mort intérieurement... Je n'étais pas assez conscient pour voir si Rei rougissait aussi, mais franchement je n'en avais rien à faire ! Toutefois ! Elle eut la décence de me faire m'asseoir autre part. Je la remerciai difficilement mais sincèrement mille et une fois ! Et m'excusa un nombre presque similaire de fois.

Enfin, lorsque nous nous étions repris, elle me parla de soigner mes blessures. Non ! Fut ma seule et unique réponse, je ne m'étais pas mangé mon sort boosté pour rien ! Je m'entêtai comme un imbécile, mais à un moment je compris qu'elle insista sur soit ma magie, soit mon sang et que cela ne se verrait pas extérieurement !

Je finis par accepter, ma magie et mon sang remis à neuf, nous pouvions aller voir le roi ! Mais avant toute chose, je lui demandai si elle avait des menottes. Elle me regarda étrangement et je lui précisai que c'était pour le réalisme de la chose... Elle acquiesça et nous pûmes continuer.

Les mains solidement liées, limite à m'en faire mal aux poignets, nous arrivâmes non loin d'une grande cité. Elle n'était pas la capitale, mais dedans, il y aurait sans doute une gare pouvant nous y amener. Nous entrâmes dans la ville et nous nous mîmes à chercher cette possible gare. Au bout d'une demi-heure, nous la trouvâmes !

Enfin ! Alors que nous entrâmes à l'intérieur, un contrôleur essaya de nous barrer la route, Rei fit son travail en disant qu'elle devait ramener cet assassin -en parlant de moi- au roi. Et tout en parlant de bordel diplomatique et judiciaire la demoiselle réussit à nous faire passer. Je devais bien avouer que maintenant que ma veste était détruite, la scène pouvait paraître tendancieuse...

Bref ! Un voyage plus tard et c'en était fini ! La cité royale ! Trop de choses pour être décrites à la perfection, donc je me contenterai de vous dire qu'elle était magnifique et beaucoup plus grande que Crocus ! Moi et ma partenaire avions enfin trouvé les portes du château du roi Minstrel.

Crachant son blabla, Rei put entrer avec moi en guise de prisonnier, j'espère qu'elle avait bien profité de sa position de dominante... Hum hum... Les gardes royaux me regardèrent de travers, si ce n'était pas me cracher dessus, mais mon œil valide l'en dissuadèrent de faire cela. Ma petite pupille, me donnait l'air assez barjo pour être craint tel un fauve en cage ! Quelques couloirs et longues pièces furent passés avec rapidité pour atteindre les quartiers privés du roi !

Car oui, ayant vent de la nouvelle, un domestique nous avait prévenus d'y aller. Notre petit duo entra donc dans ces fameux quartiers. La majesté demanda à ses larbins de partir et de bien fermer la porte, ce qu'ils firent sans poser de question... Crétins... Une poignée de secondes passa et Rei me libéra. De mes mains je serrai mes poignets et ensuite je craquai mes phalanges et autres os.


Sakki... Cela faisait longtemps, assassin.

Trop dirais-je même... Mais je vais aller dans l'vif du su..

Je sais déjà pourquoi tu es ici. Une histoire de vengeance indigne d'un professionnel tel que toi mon garçon. Cette femme est une nouvelle partenaire maintenant que tu travailles en solitaire ? Dit sa majesté en se retournant vers nous deux. Qu'importe, de toute manière ceux qui remplacent les Bleeding Knights, ne sont que des incompétents.

Sauf votre respect monsieur, évitez de prononcer ce nom. Dis-je les dents serrées et les poings qui l'étaient tout autant. Vous n'aurez cas faire, comme s'il s'agissait d'un des nombreux contrats que vous m'avez déjà donné.

Le grand homme, autant qu'il en imposait par son titre, mais aussi sa prestance, me regarda d'un air amusé. Je n'aimai pas ce genre de regard, mais bon. Mon roi pouvait bien avoir quelques privilèges non ? Il me parla d'un coin que je connaissais bien, une petite caverne bien à l'abri des regards. Ces idiots restaient toujours au même endroit, tss... Amateur ! J'en savais assez.

Un sourire à la face et je lui dis de crier comme avant, crier pour sa garde... Il ria légèrement et se prépara à jouer le monarque en danger. Il cria afin d'appeler ses gardes, ceux-ci arrivèrent presque aussitôt ! Pour donner encore plus de réalisme, je m'étais élancé en avant vers le roi ! Celui-ci -à l'aide d'une nette régression de vitesse de ma part- réussit à m'esquiver !

Ne voulant pas mourir pour ces bêtises, je m'élançai contre une vitre et la brisai grâce à mon corps et mon élan. Me voici désormais sur le toit du magnifique palais entrain de courir pour ma survie... Le pied absolu ! Rei qui avait compris qu'il fallait faire semblant de me suivre, me suivit ! Et nous voilà partis pour une fuite sensationnelle !


Dernière édition par Senji Sakki le Mer 25 Mar 2015 - 12:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Re: À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] EmptySam 13 Déc 2014 - 22:28

 

Senji réussit se détacher de Rei en essayant de faire disparaître la couleur témoignant de sa gêne. Il déclara après s'être excusé de sa demande si directe qu'un passage à la rivière était nécessaire. Comme son coéquipier connaissait bien les lieux, ils ne mirent pas longtemps à repérer une source d'eau. Au milieu d'une clairière, il y avait une petite cascade où un fin rideau aquatique tombait dans un lac en contre-bas. Le jeune homme s'avança et plongea ses mains dans l'eau claire afin d'entreprendre de se rincer et de retirer les taches multicolores qui lui donnaient tout sauf un air crédible. Il se retourna brusquement vers elle lui demandant si elle voulait le voir en sous-vêtements. L'intéressée baragouina tant bien que mal un réponse négative avant de se retourner subitement à l'opposé pour ne pas l'avoir dans son champ de vision. Il n'y avait rien à regarder mis à part une fleur à ses pieds. Elle fut prise d'une soudaine envie de l'écraser. L'écrabouiller. La sentir sous sa semelle. 


❖ ❖ ❖
 
Elle cligna plusieurs fois des yeux. Hein ? Ou suis-je ?Elle s'était assoupie en position debout ? Non elle venait de faire dégager la précédente personnalité. Elle secoua la tête. Ses souvenirs (ré)apparurent. Elle tourna les talons, et Dieu merci Senji achevait de remettre son pantalon. Il leva la tête annonçant qu'elle pouvait se retourner. Son partenaire dit qu'il fallait trouver un endroit dépourvu de relief.Ben ça va être facile avec tous ces arbres...pensa la Conseillère. Elle demanda alors plus d'explications car s'il cherchait  un terrain plat, il devait bien mijoter quelque chose. Les deux compères marchèrent un bon bout de temps avant de déboucher sur une plaine. Elle était relativement étendue et était recouverte d'herbe. Le trajet avait été long. Si long que les jambes de la jeune femme avaient senti ces quelques kilomètres passer. Mais Senji en bon gentleman avait animé cette marche en racontant les divers épisodes de sa vie d'assassin. Rei, écoutait à moitié ce que lui disait le jeune homme et était plus absorbée par son cutter qu'elle n'arrêtait pas de sortir et de rentrer. Un sourire permanent ornait ses lèvres et Senji devait en avoir froid dans le dos. Vous imaginez ? Parler à une fille qui vous fixe en souriant avec un cutter dans la main ? Cela n'avait pas franchement l'air de troubler le mage de sang qui poursuivait tout de même. 

Il avait été abandonné. L'abandon d'enfants est assez fréquent. Bon sang, les gens devraient réfléchir avant de faire un tas d'enfants dont ils ne pourront pas s'occuper après... Il avait ensuite rejoints une bande d'assassins. Il avait appris à tuer mais pour une raison qui n'avait aucun sens pour elle. Rei, elle tuait simplement pour le plaisir. Cela lui procurait une sensation agréable quand elle faisait s'échapper le dernier souffle de ses victimes. Il poursuivit ensuite que lors d'une mission, ils avaient été pris en embuscade par un noble. Il avait voulu les éliminer, lui et toute sa bande. Ses prétendus "amis" sont partis comme des lapins l'abandonnant avec le corps de son père mort. Rei le concevait que des personnes ayant fait preuve d'une telle lâcheté méritent de mourir. Senji devait avoir vraiment des comptes à rendre pour avoir l'air aussi sérieux. Bon d'accord, son coéquipier n'avait pas beaucoup d'expressions en stock mais là il avait vraiment l'air déterminé. Quand le jeune homme estima qu'ils étaient arrivés à l'endroit adéquat, Rei fut prise d'un mauvais pressentiment. Il se retourna vers son interlocutrice avant de s'excuser si cette discussion à sens unique l'avait ennuyée. Elle secoua la tête pour répondre à la négative. 

Il continua en insistant sur le fait qu'il avait besoin d'elle. Bon c'était simple. Lui renvoyer une de ses attaques. Bon elle n'appréciait pas trop le fait d'utiliser sa magie contre son ami mais il avait l'air vraiment déterminé. Elle répondit qu'elle pourrait le faire. Il s'éloigna. Rei le regarda s'entailler au niveau du torse. Non ! Il utilisait trop de sang. La Conseillère, même si elle était à présent par sa personnalité de psychopathe, ressentit une forte panique. Il préparait un sort assez puissant. Elle ne s'inquiétait pas pour elle, au pire, elle se mangera un bout de l'attaque. Mais ce qu'il l'affolait c'est qu'il comptait y aller de toutes ses forces. Il cria le nom de son torse. Rei se mit en position et se concentra du mieux qu'elle put. La tornade arrivait maintenant vers elle. Senji ne l'avais pas vraiment envoyée sur elle mais un peu à côté pour qu'elle n'ai pas vraiment à esquiver. Elle la frôla du bout des doigts. Frôler était un mot faible étant donne que ses phalanges se retrouvèrent entraînées dans le tourbillon. Elle réussi à l'extirper à temps avant que sa main voire son bras devienne de la chair à saucisse. Elle constata les dégâts. Même si la plaie était superficielle et que la jeune femme était en capacité de la soigner rapidement, elle lui faisait un mal de chien...  

Elle se concentra et fit appel à une bonne partie de sa magie pour répliquer la même tornade avant d'augmenter sa vitesse et sa force. Elle serra les dents. Elle devait encore être plus puissante. La Conseillère lâcha un grognement d'effort avant de relâcher le sort. C'est à ce moment qu'elle se rendit compte qu'elle avait fait une bêtise. Elle avait mis dans cette attaque le maximum de magie avant qu'elle ne devienne incontrôlable. Senji allait-il résister ? Elle n'attendit pas que la fumée ait disparu et que la visibilité soit revenue, elle s'élança vers l'endroit où la Tornade avait touché. La terre autour du lieu de l'impact avait été toute craquelée par sa violence. La jeune femme inquiète finit par trouver le blessé au milieu de toute cette poussière en suspension. Il se releva péniblement. Il tremblait de façon effrayante. Il entreprit de rassurer Rei. Or ça ne l'aidait pas. Elle aurait dû contrôler sa force.C'est alors à ce moment qu'il choisit de tomber sur elle. Elle laissa échapper un couinement de surprise avant de le rattraper tant bien que mal entre ses deux seins ! La jeune femme devenue écarlate lâcha un Hé ! de mécontentement. Elle le fit asseoir par terre. Il bredouilla des excuses mais l'intéressée détourna la tête, toute rouge en répliquant que ce n'était pas grave.
 
Le jeune homme avait vraiment été amoché. Rei s'en voulait encore. Il refusait catégoriquement que la jeune femme le soigne. Il ne devait pas s'infliger ça juste pour donner une impression de "réalisme"... Rei insista au moins pour renouveler un peu son sang Au moins celui qu'il avait perdu en envoyant cette attaque. Elle lui attrapa le bras déçue du fait que ses blessures avaient déjà cicatrisé. Elle allait devoir rouvrir la blessure. Après un soupir, l'infirmière auto-attitrée incisa une veine assez visible. Elle posa sa main sur la blessure où du sang coulait un peu et doubla progressivement la quantité de sang du jeune homme. Elle se releva, l'aidant tant bien que mal. Bon, de son coté, ça pouvait aller. Des croûtes s'étaient déjà formées sur ses phalanges. Bon pas besoin d'utiliser d'autres soins médicaux. Ils se remirent en route. Il ajouta qu'il avait besoin de menottes. Rei, intriguée acquiesça sur la défensive. Que voulait-il faire encore ? Je... Je ne savais pas qu'il avait de tels fantasmes...  Mais pourquoi tu penses à ça toi ? Perverse sors de me tête ! Ah ça non c'est le bon moment pour faire "ça". Il est attaché sans défense et à moitié déshabillé ! 
 
Senji la tira de ses pensées dépravées en lui disant qu'ils devaient se rendre à la gare la plus proche. Un contrôleur leur barra la route. La jeune femme débita à toute allure son speech de membre du Conseil. Elle montra sa carte pour illustrer ses propos. Le contrôleur dévisagea le prétendu "prisonnier", avant de les laisser passer. Rei prenait un malin plaisir dans le train à tourmenter son détenu. Déjà, elle le força à rester pendant tout le trajet en position debout. Bon Rei ne s'amusait pas comme ça avec ses prisonniers. Elle les torturais et les tuait sur le champ. De temps à autre, elle se levai de son confortable siège de première classe et alla narguer Senji. Elle s'approcha de lui en lui demandant à l'oreille si sa place lui convenait, ne pouvant s'empêcher de glousser. L'intéressé frissonna. Il avait senti Rei lui toucher les fesses. En réalité, son associée lui avait mis quelque chose dans la poche. Elle indiqua que c'état un double de la clef des menottes au cas où ça tournait mal. Le train freina. La jeune femme réussit à rester debout jusqu'au moment où le jeune homme lui tomba dessus. En effet les menottes l'empêchaient totalement de garder un semblant d'équilibre. 

Ils descendirent du train. Rei poussa sans ménagement le jeune homme vers le palais ou plutôt Senji ouvrait la marche étant donné qu'il savait mieux qu'elle ou ils allaient. Cette ville, dont elle n'avait pas retenu le nom était vraiment magnifique. On pouvait imaginer qu'on vivait bien ici. Mais l'état dans lequel se mettait le mage de sang montrait le contraire ou cachait quelque chose de plus sombre encore. Les portes du château se présentèrent devant eux. Rei n'avait jamais vu un endroit aussi majestueux. Retenant un bruit d'admiration, elle baissa les yeux vers les gardes. Elle ne se gêna pas pour les regarder de haut. Au sens propres comme au figuré.

- Laissez-moi passer. leur ordonna-t-elle sèchement. Je suis de Conseil je viens livrer un dangereux criminel. 

Le mot "Conseil" fit comme un déclic dans le crâne si vide soit-il des abrutis. Ils s'exécutèrent. Rei gloussa intérieurement tandis qu'elle poussa du pied sa proie. Elle s'éloigna, puis se retourna en toussotant sentant des regards pas très discrets sur son postérieur. Pff... On les fit pénétrer dans les appartements du roi. Elle prit une grande inspiration pour se donner un peu de courage. Ils entrèrent. Les regards qu'ils avaient quand ils se virent disaient que ce n'était pas leur première rencontre. Rei préféra éviter de s'introduire. Elle se contenta de rester debout les bras croisés sur sa poitrine après avoir détaché son détenu. Le roi prit la parole.

- Sakki... Cela faisait longtemps, assassin.

- Trop dirai-je même... Mais je vais aller dans l'vif du su.. Il se fit couper la parole.


- Je sais déjà pourquoi tu es ici. Une histoire de vengeance indigne d'un professionnel tel que toi mon garçon. Cette femme est une nouvelle partenaire maintenant que tu travailles en solitaire ?Il se retourna vers ses deux interlocuteurs. Qu'importe, de toute manière ceux qui remplacent les Bleeding Knights, ne sont que des incompétents.


Senji était tendu. Il serrait dents et poings si fort que les veines de ses poignets et de ses tempes devinrent apparentes.

- Sauf votre respect monsieur, évitez de prononcer ce nom. Vous n'aurez qu'à faire, comme s'il s'agissait d'un des nombreux contrats que vous m'avez déjà donné.[/b]


La jeune femme s'ennuyait ferme. Elle qui pensait s'amuser un peu elle s'endormait debout et n'enregistrait que la moitié des informations. Elle essuya un filet de bave qui dégoulinait de sa bouche. Le monarque répondit. Il donna le nom d'un lieu. Aucune idée de où ça pouvait bien être. La Conseillère se fit réveiller par le roi qui cria à l'aide de la part de ses gardes.Une vitre cassée. Rei suivit Senji. Elle adressa un signe de la main au roi en guise de politesse dont le mage de sang devait avoir un point de vue très abstrait. Et passa par la fenêtre. Il se trouvaient maintenant sur le toit. Ils coururent tout du long avant d'arriver à l'endroits où ils ne pouvaient plus progresser. Bon soit retourner sur leurs pas et prendre l'ascenseur ou alors sauter. La deuxième idée quoique suicidaire paraissait la meilleure. Rei s'élança dans le vide et doubla progressivement la pression de l'air pour amortir sa chute. Elle atterrit en douceur sur la terre ferme juste après Senji qui avait préféré une façon plus expéditive de sauter du toit. 

-Et maintenant ? demanda la jeune femme. Il t'a donné le nom d'un endroit.

Rei suivit Senji. Le mage avait l'air de savoir exactement où il allait. Il annonça qu'ils en avaient pour un bout. Il ferait bientôt nuit. Ils allaient arriver à ce lieu dans la journée de demain. Pour l'instant, le principal était de quitter la ville car la nuit aurait loin d'être agréable avec des soldats à leurs trousses. Ils étaient à présent sortis de la ville en toute discrétion. Ils cheminèrent pendant un long moment et arrivèrent à un village. Un petit village banal, sans histoire, ou deux étranges personnages pourraient passer la nuit sans être soupçonnés de quoi que ce soit. La Conseillère aperçut une auberge non loin. Une petite maison à l'enseigne qui commençait à être rongée par les mites. L'endroit, bien qu'il n'était pas très acceuillant était les seul établissement ouvert à cette heure. La nuit était tombée bien vite. Ils rentrèrent avant de se faire accueillir par le gérant de ces lieux. 

- Alors que puis-je faire pour vous ?[

Rei répondit en souriant qu'ils désiraient prendre une chambre pour la nuit. Leur interlocuteur leur tendit une clef en leur indiquant la chambre au premier étage. Une clef ?La Conseillère pensait qu'il allait comprendre une chambre pour chacun. Elle ne put s'interposer quand sa main attrapa malgré elle la clef.La perverse était de retour ! Elle remercia le propriétaire avant d'attraper Senji par les épaules. Elle commença à glousser avant de déverrouiller la porte et de la pousser. C'était bien ce qu'elle pensait, un lit double ! L'associé de la jeune femme avait l'air plus troublé qu'autre chose. Elle s'affala sur le lit, épuisée par tant d'évènements en une seule journée, puis en profita pour retirer ses bottes qui lui faisaient si mal aux pieds.

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Re: À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] EmptyMar 16 Déc 2014 - 16:48


Excellent ! Rei avait bien compris ce qui fallait faire ! Me suivre aveuglément tel un chef sectaire ! Tel un Dieu ! Tel un... Un prisonnier en fuite... Personnellement, je préférai mes deux premières allusions. Qu'importe ! Je courais, courais ! Et m'amusai mise à part que... Le toit allait bientôt laissait place au vide, le même vide qui vous fait tomber ! Vous scratcher ! Vous faisait irrémédiablement chuter vers le sol pour devenir un magnifique spécimen de la rubrique des chiens écrasés !

Néanmoins ! J'avais plus d'une hémoglobine dans mon sac ! Tandis que ma partenaire de fuite semblait léviter sur de l'air compressé ou je ne sais quoi. Moi et bien... Je fis le grand plongeon ! Je m'entaillai le bras droit pour en faire sortir l'une de mes lames merveilleuses. Cela fait, je plantai la faux sanguine dans un mur afin de ralentir ma chute dans un fracas de mur retentissant.

Mon puissant bras aidé mon arme à freiner ma déchéance ! Ma vitesse de plongée restait assez catastrophique, mais ce n'était absolument pas grave ! À un ou deux mètres, je pris appui sur la façade du château où je me tenais. Et dans un mouvement agile et magnifiquement adapté, je retirai d'un coup mon sort et donnai un coup de pied pour me projeter sur le sol ! Résultat des courses, l'effet de chute se fit ressentir que sur le dernier mètre !

Alléluia ! Action stylée de la journée, faite ! Je retrouvai -enfin- ma compagne de voyage, qui s'était bien amusée à me tourmenter pendant que j'avais mes mains attachées... Je lui lançai un regard très, très amusé par la situation. D'un côté, j'avais une envie folle de me venger ! D'un autre, je ne pouvais pas l'approcher de trop près sans être paralysé. Foutue gêne à la... Bref.

Nous nous retirâmes de cette merveilleuse cité royale. Devoir mener sa vie ici devait être fabuleux, une villa de luxe, vue imprenable sur le paysage paradisiaque et plus que tout, une grande sérénité. Foi de moi-même un jour je serai tranquille avec toutes mes conn*ries ! Un jour... Un jour j'aurais gravé mon empreinte dans l'histoire elle-même. Un jour je pourrais être dans une de ces résidences mille fois trop chère.

J'extirpai ces pensées de ma tête et courus avec Bunkatsu. Elle me demanda au passage où devions-nous aller. Très bonne question, je dirai même plus ! Une excellente réflexion ma petite conseillère. Je lui dis brièvement que j'attendais que l'on soit hors de la ville pour parler. Alors nous courûmes vers d'autres lieux. Ce détail réglé, nous nous arrêtâmes à l'abri. Je repris mon souffle et pris la parole d'un ton plutôt banal.


Sans te mentir. Nous allons très loin. Quelques dizaines de kilomètres droits devant nous. Toutefois, je sais exactement où il fallait aller. Mais voyager de nuit n'est pas une super idée, même pour deux personnes telles que nous. Donc nous allons dans un village pas loin d'ici. Prenons des chambres et reprenons la route le lendemain.

Je n'attendis pas qu'elle acquiesce ou me contredise. Je courus d'une manière à garder un peu d'endurance et surtout pas mal de souffle. Enfin... J'allais pouvoir avoir des infos pertinentes, enfin, je pourrais venger un peu plus mon père. Enfin cela m'était de nouveau accessible ! Nous arrivâmes dans le bourg que j'avais décrit. Le seul établissement ouvert ressemblait à un taudis pour rongeur, mais c'était mieux que de dormir dehors ou que dans une poubelle...

Bref ! Nous entrâmes et fûmes accueillis par le propriétaire du gîte. Il était assez sympathique à première vue et il écouta ma camarade demander une chambre. Une... ? Le chef de l'auberge donna une clé... Une... ? Moi et Rei partîmes à l'étage, marchâmes sur un plancher miteux. Une porte se retrouvait devant nous à présent. Une... ? Je sais que depuis un moment, je n'arrête pas de dire... Une. Mais sans déconner, nous allions devoir dormir ensemble ?!

Moi et la belle blonde entrions dans la chambre. Une salle aux allures modestes, mais fonctionnelles. Un lit double aux apparences confortables, des meubles en bois par-ci par-là. Non, non, je n'avais rien à redire. Vu le prix qu'avait dû payer la membre du conseil, c'était très honnête. Néanmoins ! Je m'inquiétai vivement pour mon sort ! Dormir avec... Elle... Sachant qu'elle avait réussi à me traumatiser d'Era... Non ! Pas question qu'elle me choque de mon propre pays !


Bon, tu me connais. Toi tu dors sur le lit et moi sur la paillasse là-bas. 'Me remercie pas, j'ai l'habitude et j'veux pas que tu profites de mon sommeil. Dis-je sans sourire une seule fois.

Je lui souhaitai une bonne nuit en bon gentleman et partis m'allonger sur la paillasse qui traînait dans le coin. Je me fichai de ce qu'elle pouvait dire, les bras de Morphée m'avaient déjà englouti. Mon sommeil se passa bien, pas de rêve étrange, ni de souvenirs dérangeants, je me réveillai tranquillement aux aurores. Je regardai la belle demoiselle encore dormir et alla demander au gérant s'il y avait une douche dans son taudis.

Avec le sourire, il me répondit que oui et me montra où elles étaient. Parfait ! Un quart d'heure passa, j'étais propre, je sentais bon et j'étais entièrement torse nu... Ma veste n'était plus qu'un simple chiffon noir recouvrant trois pourcent de mon buste. Rah ! Je n'aurai jamais dû envoyer ma
« Blood Tornado » ! En repassant par l'entrée, le directeur de l'endroit me dit quelque chose d'intéressant. Non loin de son établissement se trouvait une petite boutique, de vêtement ! Il précisa que ce style de veste était bien répandu dans le coin en prime !

Subarashī ! C'est tout ce que j'avais à dire ! Je sortis sourire aux lèvres, presque serein dans ma tête et je pus trouver cette fameuse échoppe. J'entrai et sortis quelques minutes après, nouvelle veste noire quasiment identique sur le dos ! Pas que je n'aimai pas montrer mon corps, si beau et si musclé, comment ça pour la modestie on repassera ? Passons... Mais le découvrir entièrement, n'était pas ce qu'il y avait de plus légal et de plus discret. Donc autant juste avoir une veste...

Je rentrai dans l'endroit où moi et la demoiselle avions passés notre nuit. Chacun de notre côté hein ! Donc je revins dans la chambre et réveillai Rei sans faire attention si elle était déjà sur pied. Je lui dis que nous partions immédiatement et qu'on chassera en route pour avoir à manger. Je fis un léger signe d'au revoir à celui qui nous avait accueilli, puis sorti du bâtiment.

Mes pas détendu et rapide m'envoyèrent hors du sentier que prenaient la plupart des voyageurs. Pourquoi ? Car j'avais repéré une charrette à deux chevaux ! Regardant derrière moi en espérant voir ma partenaire, je la remarquai et me rassurai. Je lui fis le topo. Moi, voler charrette, elle devoir attendre et sauter au bon moment dans celle-ci. Le langage humain dans toute sa complexité !

Elle me regarda d'un air étrange et acquiesça ou tout du moins, cela ressemblait à un acquiescement. Je m'approchai des magnifiques bêtes de compétitions et caressai tendrement leur cou. Je leur dis que j'avais besoin d'eux d'une voix presque suave pour les rassurer et ne pas les paniquer comme un barbare sans manière.

Une fois cela fait, je bondis sur le banc du conducteur et pris les rênes ! Je les fis avancer d'abord au trot pour que Rei puisse monter sans trop de difficulté, puis je me mis à aller au galop ! Nous nous échappâmes de l'endroit isolé et traçâmes notre route droit devant nous ! Le trajet dura quelques heures. Le temps de papoter de tout et de rien. De s'arrêter pour faire boire les équidés, de boire et chasser un peu pour reprendre nos forces et toutes les choses de la vie en pleine nature !

Nous arrivâmes près d'une immense montagne, ayant en guise de sommet, une sorte de caverne ouverte sur l'extérieur. Parfait... Ces crétins devaient se trouver là-bas ! Je demandai à ma coéquipière si elle était prête, il allait avoir de la baston, et je ne voulais en aucun cas qu'elle soit blessée à cause de moi. Lorsqu'elle confirma que tout était prêt, je ne lui demandai qu'une dernière chose. De rester en vie...

Puis en bon escaladeur que j'étais, je pris en charge de mener l'escalade ! De longues minutes passèrent, mes muscles commençaient à me tirer d'un peu partout... Mais ce n'était rien face à ce que j'avais déjà subi ! Un certain moment passa et enfin, enfin ! Nous arrivâmes au sommet tant convoité !

Pour n'avoir aucun moment de faiblesse, je me propulsai à l'aide de mon sang. Une
« Blood Arrow » envoyée à même le rebord que je tenais complètement. Une fois debout et en pleine santé, je m'entaillai de mes bras, mon torse et un peu de mon visage. Pourquoi ? Pour très rapidement me recouvrir de mon sang pardi !

Blood Armor ! Criai-je !

Mon habit de fossoyeur de tête était à présent revêtit ! Des lames se formèrent, déformant ainsi ma protection corporelle. Pas mal de gars nous regardèrent. Étonnés, surpris, paniqués... Peut-être une trentaine ! Mais ils avaient tous l'air de gars banals, d'assassins ordinaires n'utilisant pas la magie. Qu'importe ! Il nous fallait leur chef ! Ce que je hurlai à ma compagne d'assassinat. Puis j'entrepris de foncer dans le tas, décapitant, sectionnant et mutilant ces attardés !

Aucune pitié, des cris de colère, de fureur, d'haine, de folie sortirent de ma bouche. Même si ceux-ci étaient étouffés par mon sang solidifié, je pouvais aisément vous dires qu'ils faisaient tous impression. J'entrevis une sorte de portail derrière les sous-fifres. Je me dis qu'il vaudrait mieux tuer tous ces guignols avant d'y entrer. Je regardai la douce tueuse m'accompagnait qui semblait prendre très à cœur ma quête de vengeance. Dans mon état, je me surpris à la remerciai intérieurement...


Dernière édition par Senji Sakki le Mer 25 Mar 2015 - 12:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Re: À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] EmptyMar 24 Mar 2015 - 19:58

 


Ils ouvrirent la porte de la chambre, dans un grincement. Un lit double ?! Ah ça non ! Mais Rei ! Ce serait l'occasion de terminer ce qu'on a commencé l'autre jour... Non pas question ! Il a déjà assez peur de nous comme ça. Mais... Chut ! Rei mit fin au cours de ses pensées. Mis à part le lit double qui devait avoir l'air confortable, la décoration intérieure était assez dépouillée. Il y avait quelques meubles en bois. Rien à voir avec le bazar innommable qui occupait la demeure de Rei. Son compagnon de route l'empêcha de parler en prenant la parole avant elle. Apparemment, il ne voulait absolument pas dormir avec elle, dans le même lit. Il prit la paillasse non loin du lit. Il lui souhaita bonne nuit. Rei, n'ayant pu dire un seul mot de protestation, ne put que répondre bonne nuit face à la telle froideur dont faisait preuve Senji.

Elle s'assit sur le lit. Elle jeta un coup d'œil au jeune homme. Il s'était déjà endormi. Son ventre musclé se soulevait au rythme de sa respiration devenue plus calme et plus régulière. Elle resta là à le regarder. C'était sûrement le seul moment où il était possible de le voir si paisible. Il devait être bien fatigué, en effet il n'avait pas pris le temps de se changer ou de retirer son bandeau. Ce devait être l'habitude, de mener une vie pareille, sans savoir de quoi le lendemain sera fait, d'être prêt à se faire réveiller par n'importe quoi. La jeune femme soupira. Au Conseil, elle menait une vie sans accro, elle dormait tous les jours dans son pyjama. La jeune femme soupira avant de retirer sa veste et son pantalon. Elle s'effondra sur le matelas. Etre toute seule dans ce grand lit avait tout de même ses avantages. À moi la position de l'étoile de mer ! se dit-elle. Elle rabattit la couverture sur ses épaules et éteignit la lumière. Elle laissa ses paupières se fermer et s'endormit paisiblement.

Elle se fit réveiller le lendemain par le jeune homme qui avait visiblement trouvé une autre veste à se mettre sur le dos. Elle s'assit sur le lit, la tête encore embrumée par sa nuit de sommeil. Elle s'étira laissant échapper un bâillement. La jeune femme réussit à s'extirper du lit sous les yeux ébahis de son coéquipier. Mais, pourquoi cet ébahissement ? Elle avait bien mis son pyjama... Ah non ! Elle avait dormi en sous-vêtements. Et en effet, cette tenue gênait tout particulièrement notre cher Sakki. Elle s'habilla alors. Heureusement qu'elle n'avait pas perpétré de massacre hier. Porter deux jours de suite les mêmes vêtements pour Rei se révélait impossible compte-tenu des activités salissantes de la Conseillère. Cette dernière se passa la main dans les cheveux essayant vainement de discipliner les mèches rebelles qui se dressaient sur son crâne. Elle abandonna face à la dissidence de sa chevelure. Tout en rajustant le col de sa veste la jeune femme annonça avec un grand sourire à son partenaire de route qu'ils pouvaient y aller.

A entendre les gargouillis causés par l'estomac de la jeune femme, son coéquipier la rassura en lui disant qu'ils allaient chasser en chemin. Soudain, le regard du mage fut attiré par quelque chose non loin. Rei se retourna pour voir que c'était une charrette attelée à deux canassons. Il s'en approcha. Attendez ! Il n'allait pas.... Eh bah... Si... Elle lui fit un signe de tête, histoire de lui dire qu'elle avait compris. Prenant les rênes, le jeune homme lança les deux animaux au trot puis accéléra dès que la jeune femme eût pris place sur le siège passager. Ils s'arrêtèrent quelques kilomètres plus loin après quelques heures de trajet qui passèrent en clin d'œil. Il profitèrent de cette halte pour reprendre leurs forces et pour pouvoir se restaurer. Ils reprirent leur route, quelques temps après. Le décor avait changé. Ils étaient près d'une imposante et s'y dirigeaient. Les effets de l'altitude se faisaient à peine, sentir, peut-être parce que les deux compères ne se trouvaient pas très haut et par la condition de Rei lui permettait de résister à d'extrêmes conditions. De là où ils étaient, ils pouvaient profiter d'un panorama exceptionnel.  

Senji avait visiblement une autre préoccupation que de regarder le paysage. Il entama l'escalade. Rei s'arracha à la vue si plaisante du contre-bas. Elle se retourna et remarqua que Senji grimpait tel une arachnide sur le rocher, ayant déjà semé la Conseillère d'une bonne dizaines de mètres. Non, c'était trop facile. La jeune femme prit appui sur ses pieds et sauta. Ce saut lui donna un bon élan sur les premiers mètres. Elle rattrapa avec aisance son partenaire. Ils se dirigeaient apparemment vers une ouverture taillée dans la montagne. Ils y arrivèrent après quelques minutes d'intense escalade. La jeune femme se passa la main sur le front en soupirant. On dirait que le mage de sang tenait absolument à avoir un effet le plus surprenant possible et, après s'être tranché les veines, il invoqua une armure écarlate. C'était le top départ. La jeune femme sourit. Armes dégainées, ils se jetèrent sur les premiers venus. Rei sortit son cutter, le dédoubla et ainsi commença une danse macabre. Rapide et précise, la jeune femme saignait les individus un par un. Le principal était de viser les zones vulnérables. Les lames s'enfonçaient toutes seules dans les chairs, tranchant de multiples veines et artères. Les corps tombaient au sol, produisant le simple bruit du sang qui s'échappait de leurs plaies. Puis la Conseillère marqua une pause.  

Elle vit que son allié se dirigeai vers un nou elle masse d'hommes. Bien. Elle allait continuer à l'aider. Ce massacre devait bien avoir un sens. Ce qui était sûr, d'après la lueur malsaine dans les yeux du mage de sang, c'était qu'il venait ici pour la vengeance. Soit si ça pouvait le soulager... Rei, regarda ses lames. Elles étaient bordées de légères dentelures qui allaient impacter sur leur efficacité à traverser la chair. La jeune femme défit la sécurité et fit tomber les parties coupantes à terre. Ces lames auront bien servi, elles étaient de très bonnes qualité, jamais rouillées, touj... La folle aux cutters fut interrompue lors de son éloge funèbre dédiée à ses amies dévouées par d'autre suicidaires qui tentaient leur chance. Elle tomba à terre à cause d'un insolent coup de poing. Sa tête avait heurté violemment le sol de cette grotte, les graviers lui avaient râpé le visage et s'étaient agrippés à ses cheveux blonds.  La Conseillère resta face contre terre à tenter de mettre en ordre ses pensées. Quoi ?! Rei Bunkatsu, faible juste parce qu'elle était désarmée ? Inacceptable de penser ceci, inacceptable de manquer de respect à de fidèles compagnes, inacceptable de salir le délicat visage d'une femme avec de la poussière !  

❖ ❖ ❖


Rei Bunkatsu se releva. Sa respiration était bruyante. Elle serrait dans chacune de ses mains le reste de chaque cutter dépourvu de lame. Ils se brisèrent et tombèrent eux aussi. Ses cheveux avaient pris une couleur terre et son visage était écorché sur un côté. Elle fléchit les jambes et se mit en position de combat. L'insolent détenteur du coup de poing se jeta sur elle avec un de ses potes, une boule de feu dans la main. La combattante se montra plus rapide, elle lui attrapa le bras chargé d'énergie magique, le tordit de sorte à ce que la boule de feu vienne s'écraser sur le visage de son pote et l'acheva avec un coup de boule. Elle se remit nonchalamment en position. Son humeur était entre la sérénité totale et la fureur. Non, pas de folie cette fois ci. Elle était dans un état tout à fait stable comme une Conseillère devait l'être. Les pensées parasites l'avaient quittée, tout son être était concentré sur la bataille. Tout à coup, un mouvement derrière elle attira son attention, elle se retourna et réalisa que ses adversaires attaquaient maintenant en groupe. La jeune femme prit une inspiration et leva sa jambe devant elle. Elle l'abattit sur l'énergumène le plus proche. La clavicule de ce dernier produit un son sublime. Rei l'attrapa par les épaules et s'en servit plus bloquer une attaque magique qui venait de sa gauche. Elle donna ensuite un coup de pied circulaire qui balaya trois hommes. Elle leur envoya plein de lames dédoublées pour les empêcher de se relever. Ses mouvements suivants furent de dédoubler ses lames de rechange afin de les envoyer sur les survivants. Peu après, quand elle eut formé une jolie pile de cadavres, elle s'empressa de chercher son partenaire. Il était un peu plus loin, au même stade qu'elle, ayant amassé des cadavres à ses pieds. Elle le rejoignit lui offrant le plus déstabilisant des sourires, entre la folie et la stabilité, l'innocence et la perversité, entre l'émotion et le calme.


Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Re: À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] EmptyMer 25 Mar 2015 - 12:02



À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] 2015-010



Comme je le pensais… Rei faisait son travaille à merveille. Souriant brièvement à l’intérieur de mon masque sanguin… Je parai les lames ferreuses de mes futures victimes. Oui… Ces mêmes attardés qui me séparaient de ma vengeance. C’est pour cela, qu’animées par la haine, mes lames dansaient en harmonie avec mes cris de colère. Le fracas des épées retentissait ! Mais la victoire revenait d’office à mes faux sanguines… Cela allait de soit.

Mon corps se mouvait agilement et esquivait la plupart des coups. Quelques coupures arrivèrent à apparaître sur mon enveloppe corporelle. Ainsi, leurs armes tranchantes pouvaient passer à travers ma fine armure… Mais qu’importait ! Elles se refermèrent aussi vite qu’elles avaient apparu ! Mon sang bouillait, mon sang tuait, mon sang se libérait ! Oui, la fureur se ressentait dans ma valse mortifère… Oui, l’assassin débile et plaisantin n’existait plus à ce moment. Seul Senji Sakki le trahi était présent !

Des têtes jonchées le sol par demi-dizaine. L’hémoglobine repeignait cette cachette naturelle, lui donnant un air splendide allant parfaitement avec mon habit écarlate. Une poignée de minutes avait passé, toutefois… Cela avait suffit pour écraser plus de la moitié de ces cloportes ! Cependant, le plus gros restait à faire. L’agitation que nous avions causé moi et la conseillère avait réveillé leur chef. En un sens je ne demandai pas mieux, mais nous allions être vite débordés !

C’est en pensant à ça que je me pris un vortex venteux dans le dos. Mais je résistai… Cette attaque n’était qu’une farce ! Mes omoplates et le reste supportèrent le sort, alors que je me retournai… Tétanisant l’importun incompétent. Les quelques mages du lot avaient décidé de se montrer. Bien, il était plus que temps de les tuer. J’agrandis ma lame ressentant une pulsion morbide et découpai le corps du mage de vent en morceaux.


Bien ! Maintenant que les bases sont posées, approchez minables avortons ! Vous n’interférez pas dans ma vengeance ! Hurlai-je une fois de plus avec la voix étouffée par mon sort défensif.        

À ce qu’il semblait mes dires avaient fait impression. Ils avaient énervé ces crétins… Et alors que j’allai m’amuser avec leur chair si fragile… Je pus voir du coin de mon œil, que ma partenaire de danse mortelle s’en sortait plutôt bien. Bien, je n’aurais pas supporté avoir sa mort sur la conscience. Quand je me remis à regarder droit devant moi, trois pseudo-assassins sautèrent à l’unisson sur moi. Un avait un bras enveloppé de foudre. Le second était rempli de piques d’acier. Et le dernier semblait intangible, semblable à de la fumée verdâtre dégueulasse…

Tss… Une attaque de front… Étaient-ils vraiment des assassins ? J’en doutai fortement ! Mes deux sorts favoris redevinrent liquides. Ainsi, je reformai une masse d’hémoglobine devant moi et tirai une
« Blood Scythe » couvrant toute la zone me faisant face. Le foudroyant en perdit ses jambes et ce qui se trouvait un peu au dessus. L’hérisson métallique avait été propulsé à défaut d’être tailladé… Le seul restant était monsieur vert. Qui ne tarda pas à essayer de m’attraper. Néanmoins, sa couleur ressemblant à celle d’une magie de poison toute bête ne m’avait pas trompé.

Aidé par plusieurs gros bonds en arrière, j’esquivai les câlins de l’intangible. Tout en faisant cela, je faisais disparaître de petits bouts de mon armure. Ainsi, mon sang suivait discrètement cet être étrange et commençait à former une sphère rougeâtre. Brusquement, lorsque tout l’arrière de mon habit sanguin fut converti, je m’arrêtai et laissai l’humanoïde immatériel me toucher. Son poison vint alors s’immiscer en mon système, faisant voyager ici et là quelques serpents de douleur… Mais à quel prix ?

Celui de faire exploser mon orbe écarlate juste derrière lui ! Et comme je l’avais pensé, l’explosion eut raison de lui. Toutefois, je fus envoyé en arrière… Mais heureusement, je mis instinctivement tout l’avant de mon armure à mon dos et pus ainsi amortir un peu le choc. Après avoir fait la rencontre d’une paroi rocheuse, je me retrouvai au sol en train de me relever sans trop de peine. Je regardai en direction du porc-épic fait de métal et le vis presque debout. Un sourire presque imperceptible au visage, j’ouvris ma main droite.

Le reste de mon armure redevint du pur sang et alla se loger dans ma paume. Une flèche s’y forma et je pus l’envoyer puissamment entre les deux yeux du vaurien. Cette dernière transperça littéralement sa tête éclaboussant de sa cervelle bien vide le sol, plafond et les alentours. Je soufflai du nez et pus remarquer ma belle psychopathe revenir à moi. Celle-ci souriait de façon assez bizarre, mais j’adorai ce genre d’expression. Et de toute manière, ma gueule devait bien être pire !


À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] 2015-011

Alors comme ça… Vous osez vous mettre en travers de ma route ?! Insolents personnages ! Dit un homme rudement bien sapé pour un tel endroit.

Oye l’aristo… On doit causer. Annonçai-je d’un ton austère, empêchant ainsi Bunkatsu de lui sauter tout de suite dessus.

À si méprendre, cet homme aux atours nobles semblait être le chef. Je les collectionnais les riches criminels ou quoi ?! En mettant cela de côté, je pouvais remarquer qu’un truc n’allait pas avec ce gars. De la fumée semblait se dégager de son corps. Comme si, une immense chaleur en émanait. La tête de ce snobinard se transformait. Pas de façon littérale, mais les traits de son visage devenaient de plus en plus déformés !


Fais gaffe… Prononçai-je pour ma camarade, un peu sur mes craintes.

Non, je ne disais nullement cela parce qu’il paraissait juste fou. Car bon, entre moi, l’assassin sanguinaire découpeur de têtes et l’autre tarée fan de cutters… Nous étions bien servis. Mais surtout parce que le sol aux pieds du richissime inconnu fondait peu à peu. À vrai dire, plus son regard dément balayait la planque, plus la température montait. Ne me dites pas qu’il maîtrisait la… Merde ! Et voilà que mon instinct protecteur refaisait surface… Je bondis sur le côté agrippant mon acolyte au rictus sympathique, tout en esquivant une sorte d’onde de chaleur…?

Je me relevai en me séparant de Rei, à l’aide d’une roulade bien pratique et regardai le sillon engendré par l’onde. Ce dernier n’avait pas été creusé au sens propre du terme… J’aurais plutôt dit, que le sol avait carrément fondu… Ça ne sentait pas bon tout ça… De plus, l’on aurait dit une manière plus impulsive d’utiliser sa magie… Comme un spasme involontaire dirons-nous. Je m’assurai que ma compagne de bal meurtrier allait bien et sortis de mes avant-bras, mes faux sanguines.

Malgré ma folle envie de foncer dans le tas, je pris une fraction de secondes pour examiner mon ennemi. Rien à y redire, ses vêtements n’étaient en aucun fait pour le corps-à-corps. Par contre, la corpulence de l’assassin aristocrate semblait assez musclée, bien qu’un peu grasse ici et là. Au combat rapproché je devais donc m’attendre à des coups assez puissants, mais des mouvements à défaut d’être extrêmement lents, au moins pas très rapides et ni très agiles. Parfait !


Tu parleras, de gré ou de force ! Rei, quoique tu fasses, ne le tue pas… Mais t’as carte blanche pour l’faire souffrir ! Balançai-je d’un ton semi-amusé, semi-haineux à la blondine.

En mon fort intérieur, je me dis de laisser ma partenaire se faire une idée de la marche à suivre. Je connaissais mes aptitudes, faiblesses et forces. Donc je pouvais vite me faire un avis de comment attaquer. Mais pour la conseillère, eh bien… Elle allait devoir analyser ce mec toute seule et puis c’est tout. Cependant, à force de penser comme un certain homme sculpté… J’eus à peine le temps d’éluder adroitement le plus gros d’un liquide orangé...

Quelques gouttes avaient fini sur mon visage et je l’avais bien senti ! Ce mage foireux manipulé du magma ! Je serrai mes mâchoires entre-elles de toutes mes forces. Bordel, ce liquide ardent faisait un mal de chien ! Je me repris bien assez vite et courus en zigzaguant aléatoirement de gauche à droite afin de déstabiliser mon adversaire magmatique. Mais ce con ne se laissait pas faire aisément, une main s’occuper de me bombarder, tandis que l’autre s’occupait de ma petite blonde…

Tss… Même mon sang fondait face au fluide brûlant. J’avais beau tenter quelque chose, de la lave restait de la lave… Oui merci, je sais, je sais… Je suis extrêmement intelligent pour en venir à cette conclusion. Mais bref, je me risquai à des esquives nouvelles. Par exemple, entailler mes paumes et me jeter délibérément au sol… Pour ensuite utiliser une flèche sanguine pour me propulser et éviter un rayon infernal. Néanmoins, le volcan distingué comprit bien vite que je voulais aller au corps-à-corps…

Donc, il créa une sorte de mur rougeoyant allant du plafond de la caverne renfoncée à son sol. Mince, je n’étais plus qu’à quelques centimètres… Nouvelle donnée rentrée… Il n’était pas si stupide que ça. En prime, la muraille flamboyante tirait hasardeusement des boulets ignés sur toute sa surface. Je regrettai ne pas avoir une technique en forme de bouclier… Au lieu de cela, j’utilisai au mieux les cadavres des sous-fifres de notre challenger à moi et Bunkatsu.

Brusquement, mes neurones semblèrent se remuer ! Une idée plutôt perspicace n’eut qu’à m’effleurer l’esprit et je pus penser à notre contre-attaque. Je m’entaillai douteusement le buste, en pleine course pour sa propre vie, ce n’était pas chose facile… Et souris à la dédoubleuse d’un rictus complice avant de lui envoyer une tornade sanguine. Intérieurement, j’étais désolé de lui envoyer de la sorte… Mais pour le coup, ça me paraissait être une bonne idée et j’avais confiance en ses capacités !
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Re: À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] EmptyVen 3 Avr 2015 - 17:14

 


Lorsque Senji termina son petit massacre, un autre imposant personnage décida de faire son apparition. Il se manifesta de sa grosse voix.  

- Alors comme ça… Vous osez vous mettre en travers de ma route ?! Insolents personnages !

Rei, insolente ? c'est elle qui devait plutôt le féliciter pour de pas être retourné dans les jupons de sa mère. C'était un de ceux nés avec une cuillère en argent dans la bouche que Rei détestait. Elle n'avait rien contre lui, mais ce n'était pas un prétexte pour l'épargner. Elle banda ses muscles prêtes à bondir sur l'individu. Senji prit la parole.

- Oye l’aristo… On doit causer.

Causer ? Pour quoi faire ? Ce ne ferait que retarder le moment où il mourrait. Elle voulais de l'action tout de suite. Utiliser le langage était pour les faibles qui n'acceptaient pas la dure loi de la nature. La Conseillère se remit à fixer l'ennemi. Si son partenaire ne voulait pas qu'elle lui saute dessus, autant occuper son temps de façon intelligente. Il s'était assez vite habitué au tempérament changeant de la jeune femme. L'individu corpulent semblait à présent s'échauffer. En effet on pouvait voir une distorsion autour de lui. Rei fronça le nez d'interrogation, elle sentait au sens propre comme figuré du terme le roussi.

- Fais gaffe… dit son partenaire.  

Sa mise en garde confirma les pensées de Rei. Cet individu était dangereux. Elle fléchit les jambes, prête à recevoir toutes les attaques possibles. Puis, elle se rendit compte que le sol sous lequel était l'homme fondait peu à peu. Rester à proximité de cet individu était une bonne idée si la Conseillère comptait finir en barbecue. Son allié fut plus réactif qu'elle et l'attrapa pour la tirer vers lui et ainsi éviter l'attaque. Puis avant qu'elle ait pu le remercier, il fit une roulade sur le côté. Leurs regards se dirigèrent ensuite vers la marque de l'attaque. Rei tendit le cou. Le sol était encore fumant, il ne fallait pas sous-estimer cette magie. Senji prépara deux faux écarlates de ses avant-bras. Ca ne sentait pas bon... pensa la jeune femme. Les deux jeunes gens étaient taillés pour le corps à corps. Surtout Rei. Cette dernière ne causait que de petits dégâts et jouait sur sa souplesse qui se révélait inutile lors de ce combat. Les deux assassins étaient vifs et rapides alors que contrairement à eux leur adversaire se basait uniquement sur sa magie. Ils n'avait qu'à garder ses adversaires assez éloignés pour éviter qu'ils en lui causent des dommages. Senji tira Rei de sa réflexion.  

- Tu parleras, de gré ou de force ! Rei, quoique tu fasses, ne le tue pas… Mais t’as carte blanche pour l’faire souffrir !  

Hmpf... Facile à dire. La première priorité était de trouver une faille. Leurs styles de combats étaient bien trop opposés pour que Rei puisse être très utile. La chaleur des sorts de l'homme de forte corpulence était si élevée que la jeune femme ne pouvait pas s'en approcher dans l'espoir de retourner une quelconque attaque. Le mage de sang s'élança. Le contrôleur de lave répliqua en s'attaquant en même temps à la Conseillère. Elle esquiva sans trop de difficulté. Ses mouvements étaient très lents donc c'étaient chose aisée de ne pas se faire brûler. Son allié tentait diverses attaques qui fondaient les unes après les autres. Rei n'aurait pas utilisé cette alternative et aurait attendu avant de l'attaquer. Puis ce qui devait arriver arriva. L'homme de lave comprit que le but de ses adversaires était d'arriver au corps à corps. Il érigea un mur autour de lui qui leur envoyait des projections. Rei se mit à courir et sauter de temps en temps pour éviter les projectiles brûlants. Puis elle reçut un signe de Senji. Il lui souriait. Hein ?! Il prépara une tornade et l'envoya sur elle. Sa complice comprit. Elle se prépara à recevoir l'attque, jambes fléchies, air concentré. Puis la tornade arriva à quelques centimètres d'elle. Elle exécuta un quart de tour pour l'éviter juste assez proche pour la toucher à peine.  

Puis la tornade alla s'écraser quelques mètres plus loin. Rei se tourna ensuite vers le mur. Elle créa une réplique de l'attaque du mage de sang. Se concentrant de toutes ses forces, elle augmenta la vitesse et la taile de l'attaque. Au bout de quelques secondes elle relâcha le sort sur le mur. Il sembla que ça ait marché. Dans le mur s'était formé un trou et l'aristocrate avait l'air un peu mal en point. La jeune femme soupira. Cette effort avait été physique. Elle avait utilisé un tiers de ses réserves magiques. Bon ce n'était pas tout, il fallait terminer le travail. Elle se rapprocha de Senji et lui attrapa le bras pour éviter qu'il n'ait l'idée saugrenue de fuir. Elle posa ensuite sa main sur sa joue et approcha son visage du sien. Elle voyait qu'il était mal à l'aise. C'était son but. Senji était drôle quand il se mettait dans cet état. Elle lui souffla alors à l'oreille.  

- Maintenant qu'on a détruit sa garde, il n'arrivera pas à la recréer si facilement. Il faut le fatiguer. Je vais utiliser des illusions de nous deux. Il ne tiendra pas le rythme. Et tu pourras ensuite essayer au corps à corps.  

Elle ponctua sa phrase par un baiser sur la joue du jeune homme qui devint aussi écarlate que ses attaques. Elle avait ce qu'elle voulait. Maintenant, leur adversaire pensait que la jeune femme était l'amoureuse transie qui cherchait du réconfort auprès de son amant alors que c'était purement stratégique. En premier lieu elle avait pu communiquer son plan et en second lieu elle pouvait analyser Senji pour faire ses copies. La jeune femme se dédoubla en une dizaines d'exemplaires. Elle fit de même pour son partenaire. Elle n'avait pas assez de magie pour créer de vrais Senji mais les illusions allaient faire l'affaire. La Conseillère lui sourit pour lui porter chance.

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Re: À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] EmptySam 4 Avr 2015 - 16:27


Bien que bancale, mon idée s’avéra efficace. Bien joué Rei, tout compte fait, tu n’étais pas qu’une chieuse de première. Mon sort alla se fracasser sur le mur adjacent de ma partenaire folle dingue, que cette dernière évita très gracieusement. Puis elle se mit au travail en n’ayant effleuré ma technique suicidaire, cela lui permit de recréer quasi-exactement ma tornade sanguine, à la différence qu’elle était plus grande et plus puissante.

Pour ma part, avec le recul, j’avais été envoyé en arrière et mon dos rencontra une fois de plus l’une des parois rocheuses de l’endroit. Ce coup-ci mon corps sembla creuser la roche et dévier doucement vers le sol. Fort heureusement ma nouvelle veste avait tenue le choc, mais pour combien de temps ? Les muscles près de mon bassin me faisaient un mal de chien… Et comble de l’ironie, ma foreuse sanguine améliorée fit s’éparpiller nombre de gouttes de magma dans toutes les directions, après avoir dégommé la muraille de lave.

Et c’était pour qui les gougouttes de magma en fusion ? Pour bibi ! Je m’en pris ici et là, ces saletés brûlèrent mon visage, mon torse, mes jambes, bref, tout mon corps. Bien entendu je n’avais que de petites traces brunes un peu partout… Mais quand même… Ce n’était pas plaisant et Dieu que c’était douloureux ! Mes mâchoires durent se compresser entre elles et la plupart de mes muscles se contracter pour atténuer la douleur.

Je n’avais aucune pitié pour mon enveloppe corporelle et pour preuve ; j’utilisai mon métacarpe droit afin de balayer les débris magmatiques. Face à cette extrême douleur -putain de lave- mon corps tremblait comme une feuille prise dans une tempête et pour arranger le tout, mon acolyte à la chevelure blonde se déplaçait vers moi. Qu’allait-elle encore me faire ? Oui, j’avais peur de son esprit tordu, tout comme j’appréciais ses allures psychotiques… Cruel dilemme, équilibre paradoxal, pensées foireuses… Appelez ça comme vous voulez.

Mon regard se détourna vite de la progression de la conseillère pour voir l’état du noble grassouillet. Celui-ci semblait avoir pu quelque peu esquiver le tourbillon rougeoyant… Merde. Toutefois, il n’avait pas réussi à tout éviter. Bien sûr que non… Qui, dans ce monde, aurait pu prévoir caché derrière un écran ardent ; qu’un ouragan rouge le défoncerait pour l’attaquer ? Personne, mais ses réflexes n’étaient plus à prouver… Et contrairement à notre ami, ma magie ne laissait pas spécialement de trace au toucher.

Une petite teinte rougeâtre peut-être… De quoi bien se marrer à Halloween. Bref, ce que je redoutais le plus arriva. Rei me prit par le bras, posa délicate main sur ma joue brûlée, puis approcha son visage presque innocent du mien. Ça ne sentait pas bon tout ça, et d’instinct mon corps prit comme teint : le rouge. Cependant, mon esprit était bien trop concentré sur ma vengeance pour consciemment faire gaffe à mes émotions présentes.

La blondine déplaça ses lèvres sensuelles jusqu’à mes banales oreilles. Une façon de communiquer son plan assez originale je devais dire. Elle me susurra sa stratégie pas si bête et conclut avec un baiser sur l’une de mes joues. Ma peau avait sans doute rougie de plus belle, mais cela n’était que détail. Directement après ce tête à tête -et c’était le cas de le dire- je tournai la mienne en direction du mage volcanique.


Des efforts méritoires jeunes gens… Mais futiles, tout autant que vos mesquineries de bas-étages ! Hurla-t-il après s’être relevé de sa précédente déchéance.

Je vis bien ma conjointe illusoire créer moult copies de moi et elle… Néanmoins, je ne me sentis nullement rassurer lorsque les restes du rempart flamboyant se déplacèrent vers les paumes de leur manieur. Il forma deux grosses boules comparables à de minis-soleils à chacune de ses mains. Avait-il l’intention de faire un Spare ? Certes nous pouvions être apparentés à des quilles humaines pour le coup… Cependant mon œil gauche se posa cinq secondes sur la face de ma coéquipière et le sourire qu’elle arborait me rassura légèrement.

Je ne sus pas pourquoi et encore moins maintenant… Mais il fit son petit effet ! Je me mêlai à mes moi fictifs et partis à l’assaut ! Une flopée de Senji Sakki s’avançait en direction du volcan humain. Était-ce impressionnant ? Stupide ? Hilarant ? En vérité, je m’en fichais bien… Et il fallait aussi compter la ribambelle de conseillères avec moi. La marionnettiste aux cheveux d’or pouvait faire ce qu’elle voulait de ses pantins, pourvu qu’elle ait de bonnes idées ! Mais c’était à moi de jouer, et ça oui mon salaud j’allais m’éclater !

Mes jambes faisaient un boucan d’enfer assimilable aux sons des tambours de guerre. L’autre aristocrate finit par balancer ces deux boules -de magma- alors que je m’approchai. Alors Sakki comme ça tu étais idiot ? Comme ça tu fonçais tête baissée dans la gueule du loup ardent ? Ou plutôt vers les deux sphères en fusion qui tues ?! Silence mon moi intérieur et oui ! J’étais un imbécile, un fonceur, un bélier humain, j’étais… Un bourrin !

Et qu’allais-je faire face à une double attaques solaires ? Élargir au maximum la longueur, l’épaisseur et la grosseur de mes lames de sang ! Ainsi, je dus lever les bras et faire encaisser à mon sort favori les deux sphères magmatiques. Mes pieds s’enfoncèrent directement dans le sol, m’empêchant de fuir face à ma connerie, mais les côtés plats de mes faux d’hémoglobine résistaient ! Oui, bien sûr ils se faisaient progressivement miner par la chaleur des astres solaires miniatures… Et mon corps commençait à sentir le porc rôti aussi…

Mais cela m’importait peu ! D’un mouvement de tête je dis à ma partenaire de foncer au corps-à-corps, j’avais pu lui laisser un peu d’espace du coup, mais pour combien de temps ? Ma vue faiblissait peut à petit, je voyais presque rouge... Je suffoquai face à la température élevée de la zone… La cavité naturelle semblait assez mal prendre cette chaleur, elle aussi… Une question se posa dans mon esprit. Qui de nous quatre, entre la planque intérieure, moi, le snobinard et Rei allions céder le premier ?J’espérai de presque tout mon cœur que ce ne soit pas Rei, je l’aimai bien en fin de compte…
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Re: À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] EmptyJeu 9 Avr 2015 - 17:45

 


Son allié semblait approuver son plan d'attaque. Bon tant mieux. Autour d'elle s'agglutinaient tout pleins de Reis différentes. Elle n'avait pas pensé à les compter, mais, elle en avait créé une petite dizaine. Une pensée effleura son esprit. Et si elle n'avait pas assez de magie pour mener son combat à terme ? Non ! Elle décevrait Senji par la même occasion ! La défaite ou l'abandon n'étaient, en aucun cas, acceptables. En demandant de l'aide à son partenaire, elle lui serait redevable. Elle s'élança chassant ces pensées négatives de sa tête. Soudain, elle vit que son partenaire était assailli par deux énormes boules de lave. Elle détoura les yeux. L'objectif était de vaincre cet abruti de noble et elle ne devait pas se déconcentrer. L stratégie d'utiliser plusieurs Reis était simple. Elle permettait d'attaquer de différents fronts. Au fur et à mesure qu'elle s'approchait, l'air ambiant s'échauffait de façon insupportable. Rei recevait de temps à autre des projections de magma. C'était vraiment désagréable. Elle avait l'impression que sa chair fondait. Elle n'aimait pas du tout être prise pour un bout de bacon...

Elle entendit l'injonction de la part de son partenaire. Il lui disait d'aller au corps-à-corps. Bien ! C'était dans ses cordes. Elle se jeta sur l'adversaire. Elle avait augmenté au maximum la densité de l'air autour de ses bras en espérant que ça allait suffire. Rei se battait à main nue lorsqu'elle n'utilisait pas ses cutters. Utiliser ses armes de prédilection se révélait être suicidaire face à ce type de mage. Elle lui donna un coup-de-poing de face. La chaleur était cuisante, mais elle était un petit peu atténuée par son sort et en devenait presque supportable. Elle devra se résoudre à chaque coup porté de subir la sensation de plonger la main dans des braises fumantes. Son adversaire la bloqua en essayant d'attraper son poing. Elle esquiva. Comme prévus, ses mouvements étaient assez lents et patauds. Mais il était tout de même rapide. Une copie arriva derrière en ayant appliqué le sort d'air à chacun de ses membres. Elle enfonça son talon dans le ventre de l'homme qui répliqua en lui envoyant une boule de lave. Elle ne fut pas assez rapide. Elle bloqua, mais n'ayant pas eu le temps d'achever sa défense, elle se brûla le bras. Sous le choc, elle tomba à genoux. La douleur était indescriptible. La jeune femme bien que ce soit une copie, avait envie de pleurer, de hurler. Mais elle était fière, elle se contentait de rester sur les fesses à tenir son bras en serrant les dents. La chair de son bras avait été entamée, on ne pouvait plus parler de cloques tellement cette partie était abîmée.

L'homme n'allait pas lui laisser de répit. Il abattit sa main recouverte de lave sur elle. Mais n'oublions pas les autres Reis. Perdre une de ses copies était pour Rei aussi douloureux que de perdre un de ses membres. Alors elle ne pouvait pas permettre qu'on fasse de mal à une de ses sœurs. Deux copies interrompirent le cours de sa main. La blessée en profita pour se relever. Elle voyait trouble, sa magie s'épuisait rapidement. Elle se retourna vers son allié, il avait l'air mal en point. Elle ne devait pas laisser du répit à son adversaire. Elle envoya un de ses exemplaires à la rescousse de Senji. La copie s'approcha du jeune homme et lui demanda s'il allait bien. Lui aussi était affecté par cette température si élevée dans une espace si restreint. Elle n'attendit pas de réponse et lui entailla la bras de son ongle. Elle fit alors augmenter la quantité de sang dans ses veines. Au moins, il pourrait tenir jusqu'à ce que le combat soit fini.

De son côté, l'originale Rei et sa garde blonde encerclaient l'homme de lave. Deux exemplaires s'élancèrent et attaquèrent d'un coup-de-poing simultané. L'opposant leur attrapa les poignets. Elles firent un effort surhumain pour maintenir ses mains brûlantes. Pendant ce temps, deux autres exemplaires se jetèrent sur lui, mais furent arrêtées par une vague de magma. Les Reis qui venaient d'attaquer se dégagèrent de son emprise pour éviter d'entre en contact avec le liquide. La vague déferlait et avalait les mètres sans s'arrêter. La jeune femme fit sauter ses copies et réussit à les maintenir en l'air. Elle était épuisée. Sa magie était utilisée de moitié. Elle devait se débarrasser de ses sorts superflus. Elle fit donc disparaître toutes les copies qu'elle avait faites gardant simplement trois exemplaires. Elle attrapa ensuite Senji par le bras pour éviter qu'il finisse en barbecue. Bon très bien. On ne peut plus marcher sur le sol...

- Il faut finir ça au plus vite, j'arrive à la moitié de ma magie. souffla-t-elle discrètement à l'intention de son partenaire.

En effet, elle devait être discrète. Si l'ennemi savait qu'elle commençait à fatiguer, s'en était fini d'eux deux.

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Re: À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] EmptyVen 10 Avr 2015 - 16:26


La chaleur de ces deux soleils miniatures commençait à vraiment me taper sur le système… Le plat de mes lames fondait peu à peu, laissant ainsi les deux astres magmatiques se rapprocher de mon corps. Mes bras rougissaient sous l’extrême température et plus mon sang disparaissait, plus je sentis une forte douleur s’emparer de mes membres supérieurs. Dieu -ou toute autre chose- merci ! Je vis du coin de l’œil ma coéquipière foncer au combat ! Bien, elle était accompagnée d’autre « elle » pour mener son propre assaut.

Cependant, je ne devais pas faiblir. Pas le moins du monde… De la fumée blanchâtre émanait faiblement de mon enveloppe corporelle. Mes vêtements me faisaient un mal de chien à fondre et se coller à ma peau. À ce rythme là… J’allais très vite mourir et servir de viande rôtie à notre ami volcanique. Toutefois, je pus voir qu’au fur et à mesure que les sphères de lave s’entêtaient à miner mes faux, ces dernières faiblissaient, rétrécissaient… C’était ma chance !

Je levai d’abords mon pied droit et le fis claquer sur le sol, non loin du renfoncement qu’avait engendré ma prise de risque, puis fis de même avec le gauche. Il fallait agir vite et bien. Je gardai mes lames favorites et en forçant grandement sur mes jambes ; je fis une roulade, passant par l’écart qui résidait entre les boules ardente. Gagné ! Me dis-je un peu trop vite. Car oui, le fait de retirer la force qui bloquait ces techniques, firent que celles-ci continuèrent vite leur chemin et donc, rétrécirent fatalement l’écart qui les séparait.



Ainsi je m’étais retrouvé avec mes bras complètement plongés dans du magma quelques fractions de secondes… Je pus juste faire ma pirouette tranquillement, avant de ressentir la douleur de mes brûlures. Aucun son ne sortit de ma bouche. Pas que je n’avais pas envie de crier, mais je n’y arrivais pas. Même caché par mon cache-œil, l’on pouvait voir que j’ouvrai mes deux paupières à leur maximum. La pupille et mon iris visibles avaient rétrécis drastiquement et des larmes de douleur creusèrent des sillons dans mes joues, jusqu’à retourner à la poussière…

Je regardai mes bras contractés et repliés vers l’intérieur de mon corps. Ceux-ci avaient noircis, formaient des genres de croutes irrégulières, moches, affreuses, dégoûtantes… Je restai là, bouche grande ouverte incapable de hurler ma souffrance, ressentant presque l’inconscience me guetter… Certains de mes os étaient visibles, surtout au niveau de mes phalanges, sinon, je ne voyais que de la peau brûlée à un degré alarmant. Soudain, j’entendis des pas résonner dans ma tête et ces derniers se rapprochaient. Rei…?

Mes mouvements étaient saccadés et mon esprit troublé. Cette douleur là, n’était vraiment pas à prendre à la légère. Mon œil encore grand ouvert vit un des doubles de la conseillère approcher et rapidement elle m’entailla l’un de mes bras et y multiplia mon sang. Ce n’était pas ce qui allait tuer la nuée de serpent de douleur m’ayant assaillit, mais grâce à son intervention, je repris quasi-pleinement mes capacités cognitives et physiques -enfin, de ce que je pouvais reprendre…-.

Sans attendre je profitai de la plaie qu’avait créée Bunkatsu et recouvris mes bras de sang, puis je solidifiai ce dernier. Mon liquide rougeâtre m’avait un peu soulagé en ruisselant sur mes membres cramés et maintenant, je pourrais les utiliser sans risquer de -trop- les affaiblir. Mon regard qui était de base empli d’une haine vengeresse n’était plus qu’un regard se nourrissant de mes peurs, douleurs et fureurs… J’essayai de tenir droit et de marcher correctement jusqu’à atteindre le noble un peu enveloppé.

Mais pas de chance pour moi ; il utilisa une vague de lave et celle-ci ne se privait pas d’avancer et dévorer tout sur son passage. Je me fis bien vite attrapé par le bras -à croire que j’étais une peluche dans une machine de parc d’attraction…- et découvris vite Rei qui me souffla quelques mots dans l’oreille. Elle était à la moitié de sa magie hein ? Je ne me voilai pas la face, je ne savais pas si elle était véritablement plus forte que moi, néanmoins, elle avait beaucoup plus de magie que moi, ça se sentait, ça se voyait.


Je crois avoir un plan. Et pour le faire, tu vas devoir me lâcher alors que je me balance vers lui. Dis-je alors que le snobinard se moquer et nous parler d’un ton railleur.



La pression qu’elle exerçait sur mon bras vêtu de son gantelet d’hémoglobine me faisait encore un peu souffrir, mais qu’importait. Il fallait choisir. Soit la mort, soit la douleur, soit la victoire ! Et je penchai plus pour le troisième personnellement. Sans véritablement prévenir, je me mis à un peu me balancer et me coupai l’une de mes paumes à l’aide de mes lames qui avouons le, faisaient bien la gueule… Brusquement je démêlai mon bras de l’emprise de la jeune blonde et mis ce qui restait de mon sang à l’extrémité de ma cicatrice.


« Blood Trap ! » Ne pus-je m’empêcher de penser.

En plein vol j’envoyai mon filet sur le grassouillet qui n’était vraiment pas préparé à ça. Dans sa tête, il avait déjà gagné. Mais quelle était ma stratégie ? Je misai tout sur son envie de vivre et donc, avec mon filet sanguin l’accrochant, je pouvais m’estimer victorieux. Je mis tout le restant de ma force physique dans mon bras tenant mon sortilège attrapeur et un tirai fortement en arrière. Cela eut pour effet de faire tomber en avant notre adversaire et par la même occasion, vers le magma qu’il chérissait tant.

Deux possibilités restaient à prévoir. Soit il allait faire disparaître sa magie, nous donnant ainsi l’accès au sol. Soit… Il avait une botte secrète mais entre-nous il avait sans doute bien trop utilisé de magie pour s’appuyer sur ça. Quoi qu’il en soit, j’avais prévu le coup s’il préférait nager dans son élément brûlant. En tirant sur mon filet attaché à ce gros tas, je m’étais propulsai vers la parcelle de roche n’ayant pas était conquise de lave. De ce fait, une fois que mes pieds toucheront le sol, je pourrais aisément le ramener vers moi.

Cependant, j’avais eu raison de miser sur son instinct de survie. Juste avant que son corps n’effleurent le liquide rougeoyant ; ce dernier disparut au moment où j’atterris sur le sol. En temps normal j’aurais esquissé un petit sourire témoignant de ma fierté. Mais je n’étais pas dans une situation dite « normale »… Je remis à l’état liquide ma lame endommagée gauche et réparai celle de droite grâce à mon recyclage. Je tirai encore une fois l’aristocrate vers moi en le traînant au sol comme l’insecte qu’il était.

À quelques mètres de moi il réussit à faire fondre les liens sanguins. Merde ! Il avait encore de la réserve ? Et bien il allait tâter de mon poing celui-là ! Je lâchai ce qui restait de mon filet et courus vers cet enfoiré ! À chacun de mes pas mon œil se remplissait progressivement de folie… Mon cœur battait extrêmement vite sous l’excitation, la colère, la rage, la folie, la tristesse et sous mes précédentes douleurs. L’adrénaline était merveilleuse pour ces moments là. Quels moments ? Pour les combats au corps-à-corps pardi !


Rend-toi et ça sera moins douloureux ! Criai-je à la gueule de mon ennemi.

Ne sois pas ridicule gamin, tu me supplieras d’arrêter le premier ! Rétorqua-t-il de son air hautain et méprisable.

Le volcan humain imbiba ses poings de magma pour faire concurrence aux miens recouverts de sang. Nos coups s’entrechoquèrent violemment, faisant un bruit sourd à chaque impact. J’étais assez fatigué pour être à son niveau de vitesse… La poisse, moi qui croyais l’avoir avec son manque de rapidité ! Nous contrâmes, esquivâmes, encaissâmes comme nous pouvions nos frappes respectives… Mais il semblerait qu’il prenait peu à peu l’avantage. La lave résidente sur ces mains n’était pas aussi brûlante que les précédentes, ce qui pouvait témoigner des difficultés que rencontraient ses réserves. C’était le moment de contre-attaquer Rei ! Mais n’oublies pas petite sadique, il ne doit pas mourir…
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Re: À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] EmptyDim 26 Avr 2015 - 22:29




- Je crois avoir un plan. Et pour le faire, tu vas devoir me lâcher alors que je me balance vers lui.

Il avait un plan ? Tant mieux. Au moins pour essayer d'amener un semblant d'ordre dans leurs attaques. Le snobinard devait aussi avoir quelques réserves en stock. Soudain, Senji se détacha d'elle, prêt à formuler son attaque. Il constitua ce qui s'apparentait à un filet avec son sang. Rei pour sa part, ne le sentait pas bien même si le jeune homme avait réussit à prendre leur adversaire par surprise. Le jeune homme réussit grâce à son attaque à emporter le snob vers l'avant. Il atterrit un peu plus loin, là où heureusement il n'y avait pas de lave. Il voulait l'attirer vers là où l'élément brûlant n'était pas. Il voulait précipiter la confrontation. Mais l'adversaire n'allait pas se faire tirer comme un vulgaire papillon qu'on attrape avec une épuisette. Le pressentiment de la jeune femme s'avérera juste. Ce serait inutile vu qu'il avait encore une bonne réserve. Senji lâcha les débris de son sort et s'élança. Il voulait en finir.  

- Rend-toi et ça sera moins douloureux ! cria-t-il.

- Ne sois pas ridicule gamin, tu me supplieras d’arrêter le premier ! répliqua son adversaire.

Le choc fut violent. D'un coté, les poings de sang de l'autre les poings de lave. Qui l'emportera ? Seul le temps le dira. Le mage de sang était mal en point, la rapidité dont il faisait preuve au départ avait totalement disparu. Bon, il était temps pour Rei de montrer un peu de sa puissance. Utiliser plusieurs exemplaires se révélait compliqué et inefficace. Elle allait concentrer toutes sa force en une. A cette pensée, elle promena son regard par terre et trouva une épée épargnée par le magma. Elle sourit en la ramassant. Son coeur se mit à battre avec insistance à ses tempes. Elle s'élança. Le bruit de ses pieds qui foulaient le sol se mêlait à celui de son coeur qui se préparait à l'altercation. BOUM BOUM BOUM BOUM...

Elle sauta. Elle augmenta la densité de l'air à son maximum si bien qu'elle dut se cramponner à son arme. Senji lui laissa une ouverture pour attaquer en se déplaçant de quelques centimètres. Elle porta son coup à la gorge de son opposant. Il la bloqua. Rei cligna des yeux. C'était fini ? Ses efforts avaient été donc vains ? Elle devrait donc tout recommencer ? Non ! Rei sourit. Elle avait totalement prévu le blocage de la part de l'affreux. Ses lèvres murmurèrent deux mots.

- Second Wave.

Deux mots. Deux mots qui changèrent la donne. Comme si Rei Bunkatsu était dotée d'un troisième bras armé, une attaque identique à la seule exception qu'elle était plus puissante vint sectionner les doigts de l'opposant. Il hurla. Il ne s'y attendait pas. Rei n'était pas juste un soldat lambda bonne à fabriquer des clones. Rei était une combattante, une machine à tuer. Elle était née pour ça. Tuer. Elle poursuivit son offensive. Sa lame renforcée tournoya en direction une nouvelle fois de sa gorge. Elle savait ce qu'elle faisait, elle ne devait surtout pas le tuer. Mais elle devait le faire se sentir un minimum en danger pour qu'il puise dans ses dernières forces et abandonner rapidement. Il parvint juste à bloquer la lame mais son bras fut entaillé. Elle en profita pour lui donner un coup de genou dans l'entrejambe. Sous la douleur, il tomba par terre. La jeune femme lui asséna un coup de talon dans la nuque pour qu'il daigne de bien se laisser choir par terre sur le ventre. Elle leva sa lame au dessus de sa gorge puis la baissa violemment.

Une mèche de cheveux fut sectionnée. Rei sourit et s'adressa à son adversaire qui était à sa merci. Si son partenaire de tuerie n'était pas à côté d'elle, elle n'aurait pas hésité à faire couler son sang.

- C'est fini pour toi l'affreux. Si son Altesse veut-elle bien daigner de faire ce que le monsieur et la madame demandent...

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Re: À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] EmptyLun 27 Avr 2015 - 20:17


Une véritable scène de pugilat se déroulait férocement en ce lieu. Nos poings aux gants de sang et de lave se heurtaient violemment et voulaient défaire leurs opposants. Je ressentis mes dernières forces, me quitter au fur et à mesure que cette joute au corps-à-corps continuât. Je m’essoufflai plus facilement que mon antagoniste en surpoids. Ses gantelets à la chaleur infernale faisaient fondre un peu plus mes poings sanguins, à chaque nouvelle frappe. Heureusement, je concentrai ma magie restante pour solidifier expressément mon sang redevenant liquide.

Puis vint alors ma partenaire, qui s’était munie d’une lame qui gisait sans doute à même le sol et qui était prête à s’en servir. Je dus me résoudre à lui laisser une place en me décalant légèrement sur le côté, ainsi, notre ennemi avait deux fois plus de problèmes ! À un certain moment, Rei envoya un coup d’estoc au niveau de la gorge du snobinard. Malheur à toi d’utiliser un coup aussi prévisible ! Sa cible le stoppa aisément et se prépara à contre-attaquer !

Je devais faire quelque chose… Je chargeai un peu plus l’un de mes coups et allai l’envoyer sur le corps de mon objectif. Cependant, Bunkatsu fit un coup de maître en utilisant sa magie de manière obscure afin de trancher les doigts de la menace. À partir de là, elle prit les choses en main malgré moi. Elle ré-attaqua à une vitesse étonnante, mais le mage magmatique para son coup, quitte à être entaillé. Elle ne se laissa pas impressionner et donna un coup dans l’endroit le plus sensible existant chez l’homme…

L’impuissant chuta et la conseillère frappa de son talon : la nuque du noble malfrat. Il était à présent sur le ventre, rampant tel un insecte pour sa survie, néanmoins, Rei coupa court à cette tentative désespérée en baissant sa lame jusqu’à en faucher une mèche de cheveux. La sadique sourit de son air psychotique et dit quelques mots à sa victime. « Faire ce que « le monsieur » et « la madame » demandent…? » Non Rei, juste ce que JE demande. Ton travail - accompli avec brio - était terminé. Je bombai mes veines de sang et accélérai l’irrigation de mes muscles et de toute autre chose.


Non. Tu obéiras juste à moi, Rei, laisse-moi parler. Dis-je tout en m’approchant sans peine de la mine d’information sur pattes.

Sans aucun mal, je pris par le col ce cher aristocrate et le plaquai contre une paroi voisine. Je le fixai de mon regard aussi austère que mortifère. Des gouttes de sueur perlaient sur son crane jusqu’à aller s’éclater sur le sol… Cet imbécile savait ce que je voulais, mais… Allait-il parler pour autant ? Pour m’en assurer : je fis sortir de mon avant-bras droit une de mes faux d’hémoglobines.



Parles, ou tu verras un à un tes membres se faire sectionner sans une once de douceur pour commencer, puis je m’attaquerai à des endroits de plus en plus sensible. Où sont les anciens membres de la confrérie « Bleeding Knight » ?! Criai-je à ce porc, haineux.

Je ne sai.. N’eut-il pas le temps de finir, que je lui coupai en diagonal la partie inférieure de sa jambe droite. AAAAAAAAAAAAAAAH ! Hurla-t-il.

Je vais répéter, car je déteste les réponses négatives. Où… sont…ils ?!

En… en échange de leur argent je devais me taire… Ils ont appris pour leur ancien gars et… et… ils en ont déduit que tu étais encore vivant, mage de sang. S’ils me retrouvent alors que j’ai parlé…ils me feront subir d’atroces tortures !

Mauvaise réponse. Dis-je simplement en sectionnant la partie basse de son autre jambe. Où sont-ils…?

WHOUAAAH ! Beugla-t-il, avant de difficilement respirer. Je sais… rien d’eux… Je ne les ai… jamais vus.

Fouilles dans ta mémoire. Annonçai-je en tailladant son poignet droit. Comme tu peux le voir, je ne suis pas d’humeur, alors grouille-toi !

Kuh ! Je… je… je cherche… Guh… Je lui laissai cinq secondes, puis le regardai plus sombrement afin qu’il parle. Le… le lieu de notre premier rendez-vous… pour que je récupère l’argent… C’étaient des ruines d’une ancienne guilde noire, où un grand squelette et d’autres… innombrables… jonchaient le sol fissuré de toute part…  

Tu es trop lent, parles plus vite et passes à l’essentiel ! Vociférai-je en coupant son poignet gauche. La roche à nos pieds était maintenant souillée des membres de ce gros lard.

Greuu…! Grogna-t-il sous la douleur. Ce… celui qui était présent avait l’air… un peu bête… Il m’avait dit… qu’ils allaient se disperser, lui et les autres… Même si lui… préférait ce pays et un certain… certain « bosquet des souvenirs »… Je n’en sais pas plus… pitié, je n’ai rien à voir avec vos histo..

Je n’attendis pas plus longtemps pour l’assaillir de toutes les directions. Je le lâchai et au même moment : ma deuxième « Blade Reaper » sortit de mon avant-bras gauche. Mes lames tombèrent sur son corps en série et découpèrent chaque parcelle de chair possible. L’expression de son regard s’était emplie d’une surprise ainsi que d’une peur abyssales. Lorsque tous les morceaux tranchés tombèrent au sol, mon œil semblait vide… Je le regardai, impassible telle une machine…

Il m’avait donné les informations dont j’avais besoin… Pourquoi n’étais-je pas heureux au point d’en sauter au plafond ? Peut-être était-ce pour la même raison… P’tite gueule fut bien simple à tuer, car je m’en fichais de lui au final. Je n’avais rien en commun avec ce gars et je n’avais rien partagé de fort avec ce demeuré… Mais les autres… Soudain, je me rappelai qu’une « amie » était présente et rester planté comme un piquet n’était pas la meilleure chose à faire. Je pris donc la parole d’un ton sérieux, grave et monotone.


Je ne crois pas que des mots puissent te montrer à quel point je te suis et serais éternellement reconnaissant. Et ce que je trimbale en joyaux serait une insulte pour ton aide si précieuse. Alors voilà. Mon présent pour ta présence ici même : si un jour je devrais te tuer et cela, pour n’importe quelle raison… je te laisserai en vie et ne te combattrai pas une fois, et je dis bien UNE seule fois. Désolé, mais ce que j’ai de mieux à t’offrir. Je n’ai… jamais fait cet engagement à quelqu’un, j’estime donc qu’il est ce que j’ai de mieux à donner.

Je n’avais pas osé me retourner pour la regarder en face, maintenant que mon problème venait d’être - en partie - résolu… Ma gêne était peut-être de retour. Je finis tout de même par me tourner face à ma coéquipière, un sourire chaleureux au visage.

Et maintenant ! Dis-je d’un ton agréable. Pourquoi ne pas te payer une bièr..

Des vertiges apparurent avant que je n’ai pu finir ma phrase. Je sentais mon corps s’engourdir et mes gants de sang disparurent pour laisser place à mes avant-bras brûlé - quasiment – jusqu’aux os. Je ne savais pas si Rei me parlait, je n’entendais plus rien et essayais de marcher en sa direction en vain. Le fait d’avoir accélérer l’irrigation de mes muscles avait bien affaibli mon organisme… après tout, si j’avais fait ça, c’est parce que sinon, je n’aurais pu mener cet interrogatoire. Ainsi, un voile sombre descendit sur mon œil et je tombai en avant rejoindre les bras de Morphée…
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Re: À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] EmptyMar 26 Mai 2015 - 18:36



- Non. Tu obéiras juste à moi, Rei, laisse-moi parler. dit-il.

Rei Bunkatsu fut interrompue dans son élan de sadique. C'était un travail d'équipe non ? La jeune femme se devait de l'aider jusqu'au bout... En réalité, pour elle, c'était le réconfort après l'effort. Une petite séance de torture. Elle se retourna irritée et se mit à promener la lame de son arme de fortune par terre, laissant une fine traînée de sang. Puis elle la laissa tomber par terre dans un tintement métallique. Elle sortit son cutter. La lame avait été endommagée. Des dentelures disgracieuses apparaissaient sur le tranchant de la lame. Elle s'en débarrassa et remplaça la lame par une neuve. Senji essayait de faire parler l'aristocrate. Lui couper les membres ? Tss... Une technique trop expéditive. Perdre un membre était insoutenable, mais n'oublions que nous n'avons que quatre membres chacun. Rei se sentait délaissée par son partenaire. Ce genre de passe-temps occupait une partie importante dans le métier de la Conseillère. Détourner la fonction du plus anodin des objets pour imposer une douleur insurmontable. C'était cela qui faisait battre le cœur de la psychopathe. Son exclusion de la part de son coéquipier lui fit le même effet que l'absence de drogue pour un toxicomane.

Elle voulait tellement répandre ce sang, elle voulait tellement être à l'origine de tous ces cris, elle voulait tellement ressentir la peur dans les yeux de sa victime. Puis elle se mit à fixer ses pieds telle une gamine qui était envoyée au coin. Les cris, les grognements, les grincements de dents dus à la douleur fusaient dans ses tympans. Elle se retourna, elle voulait regarder. Le snob n'avait plus rien à voir avec le gars arrogant qui s'imaginait pouvoir faire faire face à une Conseillère et à un mage plus qu'expérimenté. Il était couvert d'affreuses zébrures où par endroits des lambeaux de chair pendouillaient mollement. Il était couvert de son propre sang. Si on y faisait un peu plus attention, on voyait des os apparents qui laissaient deviner que son tortionnaire l'avait découpé en petits morceaux. Ce dernier brisa le silence.

- Je ne crois pas que des mots puissent te montrer à quel point je te suis et serais éternellement reconnaissant. Et ce que je trimbale en joyaux serait une insulte pour ton aide si précieuse. Alors voilà. Mon présent pour ta présence ici même : si un jour, je devrais te tuer, et cela, pour n'importe quelle raison... je te laisserai en vie et ne te combattrai pas une fois, et je dis bien UNE seule fois. Désolé, mais ce que j'ai de mieux à t'offrir. Je n'ai... jamais fait cet engagement à quelqu'un, j'estime donc qu'il est-ce que j'ai de mieux à donner.

Il lui parlait de dos. Sa voix ne reflétait en aucun cas la folie ou l'exaltation de l'âme lorsqu'on vient de mettre un terme à une vie. On aurait dit une machine, un pantin sans vie. Même si la jeune femme ne comprenait pas ce pas qu'il entendait en lui offrant ce... "Cadeau" ? elle savait que cela venait du fond du coeur de son partenaire. Elle n'avait pas besoin du peu d'argent qu'il avait, et encore moins de n'importe quel autre cadeau. Il se retourna. Son sourire chaleureux qu'il offrit à la jeune femme contrasta totalement avec le ton qu'il avait pris. Troublée, elle ne put que lui rendre son sourire.

- Et maintenant ! poursuivit-il. Pourquoi ne pas te payer une bièr..

Le jeune homme fut interrompu dans son élan de subite bonne humeur. Il tituba. Rei, par pur réflexe, courut le rattraper avant qu'il ne s'écrase par terre. Ce n'était pas une bonne idée cette bière... Elle s'assit et posa tout doucement sa tête sur ses genoux. Il était faible, le sang qui enveloppait ses mains avait disparut découvrant d'affreuses brûlures. La jeune femme essaya de le réveiller, en vain. Elle se mit ensuite à le soigner avec ses moyens à elle. Elle entailla son bras où il n'avait pas trop souffert et augmenta la quantité de sang présent dans ses veines. Puis elle entreprit de recouvrir la chair à vif de peau. N'arrivant à rien de satisfaisant, elle déchira sa veste en longues bandes et enroula ses avant-bras meurtris avec. Elle le porta ensuite sur son dos. Ses réserves magiques amoindries, elle dut principalement utiliser sa force physique pour le porter jusqu'au bas de la montagne. Arrivée en bas, elle était à bout de souffle. Le chargeant de nouveau sur son dos, elle se rendit compte qu'elle ne pourrait pas le porter indéfiniment. Par chance, elle trouva une auberge. Faisant abstraction des regards interloqués des clients et du personnel elle posa une poignée de Joyaux sur la table et monta Senji dans la chambre. Rei l'affala sur un lit et trouva un papier. Elle y griffonna quelques mots avant de s'échapper par la fenêtre.



Bonjour Senji, j'espère que tu as bien dormi. Tu es dans une auberge que j'ai trouvé par loin de là où on s'est battus. Tu t'es effondré sur moi et j'ai juste eu la force de te porter jusqu'ici. J'ai assuré tous les frais. Je te souhaite bonne continuation pour la suite et n'oublie pas que tu peux me retrouver à Era.



Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu] Empty

Revenir en haut Aller en bas

À la recherche aux infos ! Mais toi j’t’ai pas demandé d’venir… [Pv: Rei Bunkatsu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Ancienne disposition :: Autres lieux & Mers-