FERMETURE DE TNG
1 mois Rp = 3mois réels
Nous sommes actuellement au mois d'octobre x989, sortez vos manteaux d'automne! Prochain changement de mois en juillet.
Suivez-nous !
Hall of Fame
Résultats Printemps 2017
Arno
Rplayeur
Sky
Floodeuse
Stella
Newbie
Namida
Staffeuse
Flame
Voteuse
Sky
Honneur
RSS
RSS



 

Partagez

Le Destin Ne Se Foire Pas Deux Fois. |Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Le Destin Ne Se Foire Pas Deux Fois. |Solo] Le Destin Ne Se Foire Pas Deux Fois. |Solo] EmptySam 25 Avr 2015 - 20:34



Le Destin Ne Se Foire Pas Deux Fois.

feat. Augus



Une journée tranquille et des habits de riches textiles.

Grâce à ma contribution fort utile, mais aussi à la force sanguine brute de mon ami Leito. Nous pûmes nous échapper de cet enfer infesté d’êtres répugnants nommé Bosco, et revenir dans notre royaume d’échappatoire qu’était Fiore. Mes pieds rencontrèrent pour une énième fois le sol dégoûtant d’Akurio, qui était d’ailleurs à l’image de cette dernière… Nombre de fois, je dus arpenter ces rues aux tournants incertains, décidant bien souvent de votre destin. Ici, nulle loi ne se faisait entendre et lorsque qu’elle essayait, un quelconque manant prenait plaisir à l’étouffer. Une cité morbide bien charmante pour un humain, une bête, une créature, un monstre, un démon, un dieu tel que moi - en théorie.

Vous l’aurez vite compris - je l’espère - j’étais dans mon élément. J’étais dans les ténèbres, j’y nageais, j’y plongeais et enfin, j’y chassais mes proies. Mais cela n’était pas un mystère lorsque l’on me connaissait… Néanmoins, j’étais las de voir cette même architecture, ces mêmes sombres couleurs, ce même bétail déambuler comme des mort-vivants dans les ruelles de la capitale du mal. Au fond de moi, je savais bien que cet endroit était indigne de ma présence. Malheureusement, il correspondait à merveille avec mon état présent. Oui, celui-ci était aussi obscur que mon âme, aussi charmeur que mon visage, aussi imposant que ma prestance et aussi dément que mon esprit.

Peut-être voulais-je fuir ce qui me représentait ? Pas par peur, non ! Impossible… Je ne connaissais plus ce sentiment. Cette émotion n’était qu’une infime gouttelette s’étant écrasée depuis fort longtemps dans cet océan abyssal qu’était ma vie. Non… Par dégoût face à ma relative impuissance actuelle ? Cela était plus plausible. J’avais rencontré une fois de plus mes limites et les défauts de ma rage machinale. Comme un amateur, je gaspillais mes réserves magiques aveuglé par ma fureur. Pourtant… après moult années d’entraînement intensif, moult voyages, moult aventures. Comment pouvais-je ne pas me contrôler ?! Une interrogation simple où la réponse à cette dernière se dandinait devant moi, me narguant et m’insultant !

Oui, car j’avais ma petite idée là-dessus… Mon hypothèse reposait sur notre échec à moi et mes camarades. Notre mise en déroute par l’armée et le stratagème perfide de Bosco avait possiblement affecté chacun d’entre-nous, dont moi, bien évidemment. Ma façon d’expirer toute cette frustration était plausiblement de me laisser gagner par la colère plus aisément. Cette théorie sur mon propre comportement était complètement valide, cependant… Je n’étais pas psychologue ou autre de ces conneries. Juste un ancien gladiateur qui essayait tant bien que mal de se connaître un peu mieux. Raaah ! Je réfléchissais trop. Le mieux était encore de s’en aller de ce lieu maudit et de se changer les idées, pour cela ; rien de mieux que la musique.



Ah enfin un peu de calme, enfin je pouv… Mes vêtements ! Oh oui malheureux… Eden, Eden, Eden… N’oublie pas qu’à cause de ces combats acharnés, tes riches habits ne sont plus que d’atroces lambeaux. Je n’allais pas oublier moi ! Oui moi… Très bien, très bien, je vais arrêter de me faire passer pour un schizophrène et me calmer. Je dus aller dans mes quartiers encore bien pauvres en décors pour me changer. Je revêtis mes atours de voyages princiers, pour diversifier… Quand je fus presque nu… je pus envelopper le haut de mon corps d’une sobre chemise blanche, puis je la recouvris d’un fin et sombre doublet sans manche aux milles enjolivements et symboles somptueux faits une fois encore en fil d’or.

Ce fut au tour de mes jambes d’entrer entièrement dans un pantalon de cachemire noir avec trois ou quatre poches discrètes, puis j’enfilai des souliers de la même teinte. Je souris brièvement en coin avant de fermer les boutons de mes effets supérieurs. Presque prêt. Je devais à présent trouver un pardessus approprié… Un choix bien difficile, si je pouvais me permettre. Après maintes réflexions, je finis par choisir une saharienne aux couleurs de la nuit. J’étais enfin paré ! Je laissai ma veste ouverte et partis une fois pour toute. Je devais bien avouer que ne pas retirer mon casque fut assez problématique, mais en aucun cas insurmontable. Surtout pour un homme tel que moi !



 

▬  « Il était temps, je vais pouvoir partir de cette métropole hantée par les ombres et les catins… »


Sur mes pensées fort peu chaleureuses, je partis d’Akurio. Je n’avais en tête ni itinéraire, ni objectif précis. Non, je voulais juste marcher, me balader, explorer, partir à l’aventure ! Portées par les douces notes de sublimes symphonies, mes chaussures luxueuses battaient la terre à mon rythme. Ce dernier était étrangement serein depuis que j’avais quitté la ville où siégeait ma guilde. Cela ne m’empêchait pas d’anéantir les misérables bestioles croisant fortuitement mon chemin… Mais je me sentais bien, et c’était le plus important. Durant ce petit périple, je traversais une plaine charmante et apaisante, le genre d’endroit où l’on aimait balader son regard à droite, à gauche.

Quand le hasard le voulait bien, je pouvais me nourrir de chair humaine grâce à la « participation » des rares villageois du coin. Oui, car au loin je pouvais apercevoir des amas de masures ressemblant à s’y méprendre à des bourgades isolées. Une petite envie de massacre s’incrusta dans mes pensées… Je ricanai légèrement avant de renoncer. Nous devions être discrets, nous les sept plaies du chaos, alors j’allais l’être. Bien chanceux étaient-ils, seuls quelques disparus seront à déplorer. Juste un petit… Je voulais tellement voir la terreur dans leurs yeux, voir leurs espoirs se briser face à ma puissance divine… M’abreuver de leur sang à même leurs artères !

Cesse donc de te faire du mal mon petit cannibale… Et avances vers d’autres horizons. C’est ce que je fis. Je pris bien mon temps et parcourus des jours durant l’ouest de la contrée. Au commencement d'une belle matinée, je me retrouvai devant une forêt aux allures… étranges. J’entendis comme des voix m’appeler, me susurrer d’y pénétrer. Moi, obéir à des murmures ? Et puis quoi encore !? Toutefois… La curiosité me gagnait peu à peu, faisant pencher la balance vers l’intérêt de ces chuchotements quasi inaudibles. Et bien, je voulais approfondir mes connaissances sur ce pays, non ? Je ris intérieurement avant de ma laisser tenter par cette excursion « surprise »…




© By Halloween sur Never-Utopia



Dernière édition par Eden Déodras le Dim 26 Avr 2015 - 2:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Re: Le Destin Ne Se Foire Pas Deux Fois. |Solo] Le Destin Ne Se Foire Pas Deux Fois. |Solo] EmptySam 25 Avr 2015 - 20:43



Le Destin Ne Se Foire Pas Deux Fois.

feat. Augus



Une rencontre intéressante ainsi qu'agaçante.






Je m’enfonçai dans l’orée de la forêt, observant les résinifères environnants renforcer l’ambiance mystique qui régnait. Ces derniers semblaient vivre comme n’importe quel individu… À plusieurs reprises, j’aurai juré voir des racines ramper ici et là. Bah, ces serpents de bois pouvaient bien faire ce qu’ils voulaient. Cette expérience s’annonçait intéressante et pour rien au monde je n’aurais fait demi-tour. Quelques minutes, heures, peut-être jours, qui sait ? Avaient passés. Je m’enfonçai de plus en plus dans l’obscurité inconnue de ce bois aux apparences fort inquiétante avec plaisir et engouement. Cependant, j’avais la curieuse impression d’être suivi depuis, eh ben… Le début de mon escapade.

L’anormal bosquet transpirait la magie de partout, et donc, je ne pouvais pas utiliser ma vision pour repérer un possible chasseur de mage noir. C’est en parti pour ce motif que j’étais entré dans ce lieu abracadabrantesque. Un endroit renfermé, isolé et adapté aux plus folles batailles, donnerait peut-être l’envie au pisteur de passer à l’action. Même si pour le moment, rien ne s’était produit. S’était-il pitoyablement perdu dans ce labyrinthe sylvestre ? Il fallait dire qu’avec ces murs de racines et de branches qui s’amusaient à nous bloquer, le défi était de taille. Heureusement que j’avais encore ma mélodie enchanteresse dans mes oreilles.

Sans elle, nul doute que je me serais déjà enragé pour un rien. Néanmoins, comme de nombreuse fois pendant mon périple, je dus m’arrêter pour, eh bien… réaliser des besoins naturels propres aux êtres humains. Pour une fois que je ne décrivais pas les moments les plus dégueulasses… veinards. Je n’avais pas peur de souiller une nymphe et ne me privai pas à utiliser un banal arbre comme urinoir. Seul un son continu de fluide corporel dérangeait le silence de mort ambiant. Mhh, étrange, je ne me rappelais pas que le calme était roi ici. Les murmures s’étaient tues et les pieds boisés s’étaient immobilisés. Un danger était proche, plus vite bord..!


 

▬  …ōgan no Kirikuzu ! Cria une voix rauque et barbare.  


 

▬  « Fini, Yokatta ! » Pensai-je en remontant ma braguette et esquivant un arc de cercle orangé brûlant le sol et la végétation.



J’éteignis ma musique classique et regardai d’un air haineux la source de cette attaque fourbe. Un rire agaçant se faisait de plus en plus proche. Des pas massifs approchaient lentement et des cliquetis résonnaient dans tout ce tintamarre chaotique. Je n’étais pas content et cet étranger allait l’apprendre à ses dépends ! J’avais les poings serrés et prêts à cogner l’individu caché dans la pénombre omniprésente. Cependant, je fus étonné en voyant une faible partie de l’attaquant traître. Ses yeux blancs perçaient la brume et les ténèbres du bois. Sa carrure surpassait la mienne et un énorme Nodachi était accroché au niveau de sa ceinture.

 

▬  Bwahahahaha ! Enfin… je t’ai retrouvé, gamin ! Dit-il d’un ton trop familier.



 

▬  Oï, me connais-tu réellement, pour m’appeler « gamin », bakemono  ?! Grognai-je de toute ma mauvaise humeur.



 

▬  Eden Déodras, gladiateur, non… Ancien gladiateur à Joya et invaincu qui plus est. Suite à une quelconque crise de ta part, tu as détruis ladite arène où tu habitais et tué tous ceux se trouvant là-bas. Est-ce suffisant, ou dois-je continuer, gamin…? Déballa-t-il d’un air fier.



 

▬  Qui es-tu ?!



 

▬  Moi ? Eh bien, Augus ! Le vrai combattant qui aurait dû te combattre pour ton retour, et t’écraser ! Mais j’ai eu un empêchement disons… Inopportun. J’ai donc dû reporter ma venue, puis il y a eu ton craquage psychologique et des morts, et tout ça… À ce moment, il ouvrit lentement ses bras tout en continuant de parlementer, comme pour me défier. Mais notre combat me faisait saliver comme pas deux. Et je suis ici pour le faire, ça a été assez difficile de te retrouver, mais maintenant que tu es là… Yōgan no Migikobushi !


L’enfoiré me prenait une seconde fois par surprise ! J’étais assez étonné qu’il en sache autant sur moi et de comprendre que c’est lui que j’aurais normalement affronté… Parfait, j’allais pouvoir réparer une erreur du passé en l’anéantissant. Seulement, je devais déjà survivre à son attaque, tiens, décrivons-la d’ailleurs. Le colosse aux tatouages écarlates arma son poing droit et juste à côté de celui-ci, dans le vide, un liquide mélangé à des cristaux à taille variable apparu puis prit la vague forme d’un poing géant. Un mage magmatique ? Super, je pouvais déjà faire une croix sur mes atours de luxe… Non, pas encore !

 

▬  Tu ne sais attaquer qu’en scélérat ? Seresutiaru Body : Niharu ! Criai-je révolté.


Une sphère noiraude aux contours rougeâtres se manifesta dans la paume de ma main droite. Ainsi, je pus contre-attaquer en l’envoyant puissamment sur les phalanges volcaniques fonçant vers moi. Mon corps céleste miniature entra en contact avec le membre ardent et explosa, dispersant la lave un peu partout, en m’épargnant moi, mes habits et le gros tas de muscles. J’avais donc réussis à deviner la puissance moyenne de son attaque, merveilleux. Cependant, j’utilisai ma vision dite magique pour jauger ses forces et fus agréablement surpris. Cet affreux titan avait une force colossale et des réserves magiques considérables. J’eus alors un petit rictus de satisfaction, un guerrier, un vrai se présentait à moi, mais…

 

▬  Tss, je ne suis pas un scélérat, mais un combattant, blondin. Hidarikobushi ! Hurla-t-il en donnant un uppercut dans le vide, de la main gauche.


Je compris trop tardivement que la jumelle de sa précédente attaque allait surgir de nulle part. J’aperçus le magma sourdre à mes pieds pour m’envoyer rejoindre Ouranos, accompagné de menus brûlures… Je repris rapidement le contrôle de mon corps et me retournai dans les airs afin d’être droit. J’atterris cinq ou six mètres plus loin, mais même lorsque mes souliers touchèrent de nouveau Gaïa… l’extrême bas de mon enveloppe charnelle creusa deux petits sillons à même la terre. Je faillis perdre l’équilibre avant d’arborer une mine plus combative. Toutefois, je fus pris au dépourvu en voyant mon casque magique endommagé… Dire que j’aurais pu rendre ce combat plus épique, tant pis… j’allais devoir faire sans, néanmoins, lui allait devoir subir ma contre-attaque !



© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Re: Le Destin Ne Se Foire Pas Deux Fois. |Solo] Le Destin Ne Se Foire Pas Deux Fois. |Solo] EmptySam 25 Avr 2015 - 20:57



Le Destin Ne Se Foire Pas Deux Fois.

feat. Augus



Un géant insolent pour un combat passionnant.

Mon antagoniste géant avait une barbe blanche résidant sur toute sa mâchoire et se connectait à sa chevelure coiffée dans le vent. Nous étions à présent dans une étape d’observation, nous analysant l’un l’autre… Mais qui de nous deux était un génie, et qui était un simple bourrin sans cervelle ? J’avais ma petite idée là-dessus, mais patience Déodras… tu devais prendre en compte que ses bras étaient plus épais que les tiens et son buste sans doute plus résistant. Cependant, cette force devait aussi être sa plus grande faiblesse. Un pachyderme pouvait être aussi fort et massif qu’il le voulait, jamais il ne pourrait tuer un tigre aguerri.

 

▬  Je vais imbiber mes jambes de magie pure et multiplier ma vitesse pour te prendre au dépourvu !

« Fuck ! »
Pensai-je sincèrement.



 

▬  Pas bête, merci de me mettre au courant, bwahahahaha ! Dit-il en se foutant de moi.








 
▬  Majikku Kometto ! / Yōgan no Suishin ! Criâmes-nous à l’unisson


Mon habitude de communiquer mes futures actions m’avait bien eu… Une erreur que je ne devais plus commettre, au risque de perdre le peu d’avantages que j’avais. À ma grande surprise le mammouth bipède possédé un sort de propulsion… Ses jambes eurent l’air de se transformer en liquide brûlant et servirent de fusée à cet Augus. Je pris une seconde - pas une de plus – pour examiner comment sa technique fonctionnait. Il fonçait droit sur moi en se marrant à gorge béante. Pouvait-il changer de direction, ou la confiance en lui-même l’aveuglait-il assez pour fondre débilement vers moi ? Cas… intéressant. Cet éclair de réflexion prit fin et le temps repris son cours normal.

Nous fonçâmes l’un vers l’autre à la vitesse de la lumière, le choc s’annonçait violent et soudain, toutefois… j’en avais décidé autrement. À quelques centimètres du barbu, je me détournai de ma trajectoire initiale pour atteindre son flanc droit. Non-content d’être musclé, ce gaillard avait une remarquable vivacité d’esprit pour le combat. Je le vis sourire brièvement avant que le magma de ses jambes s’amplifie afin de me toucher. Néanmoins, cette action augmenta sa force de propulsion et donc, l’envoya bouler au loin. J’eus très rapidement la présence d’esprit de reculer et donc de limiter les dégâts. Mes vêtements étaient en partie sauvés !


 

▬  Majikku… Prononçai-je en reculant mon bras gauche tout en prenant un bon appui. Burasuto !


Une à une mes phalanges transpirèrent d’une énergie sombre et rougeoyante… J’avançai de nouveau ma main reculée en direction de mon adversaire se prenant pour un bélier. Son destin était scellé, le fil de sa vie allait être brûlé, déchiqueté, annihilé, épargné… Attendez, quoi ?! Le bas magmatique du mastodonte avait retrouvé la terre et creusé cette dernière avant de tourner l’orgueilleux épéiste face à moi. Ses jambes redevinrent normales et de la fumée noire en émanait comme d’une cheminée. Quant à moi, j’avais déjà tiré mon rayon sur cet effronté mais… il semblait l’attendre, il semblait vouloir l’encaisser ! Quel inconscient !

 

▬  Kokuyouseki no Tate… Souffla-t-il en mettant son épaule gauche en avant.


Une masse informe comparable aux eaux des enfers apparut tel un cauchemar devant le corps herculéen d’Augus. Je la vis se transformer en roche noire de forme circulaire protégeant l’entièreté du corps du volcan humanoïde. Lorsque mon attaque favorite entra dans le bouclier d’obsidienne : ce dernier cogna fortement l’épaule monstrueuse du sauvage au Nodachi. Un grognement de douleur et d’effort fut assourdi par le son tumultueux de mon noir rayon aux extrémités rouge sang. Mon sortilège mortifère tourbillonnait comme pour vouloir creuser la défense de cet être éléphantesque. Il tournait, tournait, comme l’horloge du temps. La déchéance du combattant me faisant face était une fatalité, que nul homme ne pouvait ignorer.

Peu à peu je pouvais entrapercevoir le déclin d’Augus. Il reculait, poussé comme un faible par mon sort. Des fissures commencèrent à se créer sur l’ultime rempart le séparant de la faucheuse. Plus vite, plus vite, plus vite ! Les ténèbres allaient t’emporter dans un monde merveilleux où la souffrance et le désespoir étaient maîtres… La lave qui était ton alliée de ton point de vue, m’avait permis de te voir t’éloigner en ligne droite, et donc, grâce à cela j’avais pu t’envoyer ma technique préférée en pleine face ! Tout se goupillait, tout était parfait ! Mais qu’attendait mon rayon d’ethernano pour briser cette frêle protection ?! Quoi, il faiblissait ? Malédiction !


 

▬  C’est vrai que tu n’es pas un minable, j’avais oublié, Augus… Me murmurai-je à moi-même.


En fin de compte, le destin n’était pas décidé à m’avantager ou l’avantager. Mon énergie pure s’effaçait progressivement de la réalité, jusqu’à complètement disparaître. Dans un dernier effort, à la dernière seconde…  je pus me rendre compte que le bouclier fait de roche volcanique s’émiettait. Lui aussi finit par disparaître et redevenir poussière. Retour à la case départ, le plein de nos réserves en moins… Les montagnes de muscles que nous étions reprirent leur souffle et dévisagèrent leur adversaire. Un gladiateur devait faire face à nombre de challenges pour se surpasser et toi, mage de lave… tu allais mettre d’une grande utilité. Je relevai légèrement un sourcil en voyant qu’il se mit à avancer tranquillement.

 

▬  J’ai bien pu comprendre que ta magie était puissante. Merci, grâce à cet échauffement, je connais ton niveau en tant que mage… Mais maintenant, je veux savoir ce que tu vaux au corps-à-corps, gamin ! Beugla-t-il en continuant d’approcher.



 

▬  C’est donc pour cela que tu n’as pas pris la peine de m’attaquer en plus d’encaisser ma technique. C’était un pari risqué, mon rayon t’aurait annihilé si ton bouclier avait cédé… Qu’importe, j’accepte, mais… Une question avant.



 

▬  Laquelle, Nightmare Bringer ? Demanda-t-il de son air insolent.



 

▬  Veux-tu que j’ai à peu près ta force physique ou, que je reste tel que je suis. Car ! Dis-je en interrompant sa future interrogation. Je peux absorber les particules magiques présentes en ce monde, pour fortifier et améliorer mes muscles. Tous mes muscles.



 

▬  « C’doit être pratique pour satisfaire les donzelles ça… »

Eh bien, je n’utiliserai pas de magie. Alors au diable ta caractéristique et place au combat !



La vitesse à laquelle cet homme commençait ses combats était à peine croyable. Il envoya un direct du droit à la fin de sa phrase, que je réussisse à esquiver en me pliant complètement le dos. Bien vite, je tombai entièrement en arrière. Je dus mettre à plat mes paumes sur la terre présente en ce bois et appuyer sur mes jambes, afin de donner une sorte de coup de pied retourné - ? - au menton d’Augus. Voilà ! L’improvisation faisait des merveilles. Après ce coup de maître, je pus aisément me remettre debout en continuant mon mouvement. Je vis avec un certain mépris, que ma petite technique n’avait presque rien fait à mon cher adversaire.

 

▬  Pas mal… Dit-il en avançant sa tête qui avait légèrement reculée.



 

▬  Et encore, je ne l’ai pas fait entièrement volontairement l’ancêtre… Dis-je d’un ton railleur.


Un sourire en coin plus tard notre duel reprit. Cette fois-ci, nos poings s’entrechoquaient, chacun devinait le présent et prochain coup de l’autre. Bien évidemment, nos genoux furent aussi de la partie, autant que nos pieds et coudes en fait. Nous enchaînâmes les coups à la vitesse de l’éclair et fîmes gronder le tonnerre. Rares étaient les moments où l’un de nous prenait l’avantage et lorsque cela arrivait, le corps du bagarreur touché vacillait soit à droite, soit à gauche, soit en arrière. Au fur et à mesure que ce corps-à-corps - passionnel ? - progressait, je reculais tandis qu’Augus avançait. Oui… d’un certain point de vue s’était lui qui menait la valse meurtrière…

Toutefois, je parai et encaissai plus facilement que ce gros tas de muscles. Ma vitesse me permettait des mouvements plus fluides que ce lourdaud - même si cela n’était pas mon plus grand atout. Cependant - et à mon grand regret -, j’eus un petit moment d’inattention… À  force d’essayer de trouver une ouverture de frappe, on finit par ce faire avoir. Cet instant aussi minime était-il me valut la peine d’être envoyé valdinguer dans le tronc robuste d’un arbre environnant. Arbre qui tomba à cause de mon poids ainsi qu’à la force d’impact. Bien malgré moi, je fus entraîné dans la chute de ce résinifère et me retrouvai à contempler le plafond boisé de cette forêt mystique.


 

▬  Bwahahahaha, c’est tout ce dont tu es capable ?! Montre-moi ta puissance ! Hurla-t-il en sautant carrément dans ma direction.


Je n’avais pas le droit à l’erreur… Son poing recula vivement et ré-avança à toute vitesse avec comme cible : ma gueule de beau gosse ! Je n’en clignai plus des yeux et regardai attentivement, puis trois secondes - à peu près - avant que le contact eut lieu, je roulai hâtivement sur le côté droit. Cet imbécile vit son bras entrer entièrement dans le tronc. C’était à mon tour d’attaquer, et je n’allais pas me priver ! Je me relevai rapidement en ricanant d’un air dément, puis je chargeai un coup du tonnerre de Zeus et lui envoyai droit dans la mâchoire ! L’instant semblait se passer au ralenti, ma propre voix était excessivement grave et lente. La déformation du visage de mon ennemi singulier, passant de l’excitation à l’inquiétude était encore plus jouissive.

Enfin vint le moment où mes phalanges assimilables aux bosses d’un météore rencontrèrent la joue gauche du mage de lave. L’air se déplacer avec moi comme lorsqu’il accompagnait le vol d’un aigle, puis arriva la détonation, la déflagration de puissance brute, l’explosion de crâne de vieillard ! L’écorce de mon vieil ami « tête de branche » se fissurait graduellement, tandis qu’Augus vît son corps de titan décoller lentement du sol. Le sourire me monta jusqu’aux oreilles et mes iris écarlates ne purent supporter mon état à en devenir minuscules. Le temps revint à la normale lorsque je retombai au sol le poing en avant, et quand le colosse torse nu se retrouva à bouffer de la terre sur quelques mètres.


 

▬  Mouhahahahahaha ! Ne pus-je m’empêcher de faire.


Mes pectoraux saillants ainsi que mes abdominaux étaient contre le restant des anciennes entraves du pachyderme humain. Tout en écoutant le bruit que faisait Augus en raclant la terre avec son corps, je soufflai un coup avant de me remettre dans une position décente. Je retournai mon bras droit, le levai en direction du barbare au Nodachi, puis le pointai avec mon index. Je penchai mon buste en arrière et me parai d’une expression hautaine. Je ne dis rien, je me contentai de ricaner en fixant mon compagnon de combat se relever et approcher lentement de moi. Je lui permis de gravir encore quelques mètres avant de serrer mon poing levé.

 

▬  Tu en veux encore, peut-être ? Exprimai-je d’une voix vaniteuse.



 

▬  Toujours…! Tempêta-t-il avec - étrangement - un air amusé au visage.



 

▬  Tu l’auras voulu.. Qu…?!


Merde ! J’avais pris une trop grosse confiance en moi et ne le vis pas accélérer d’un coup. Ses membres inférieurs devaient être sacrément puissants pour lui permettre de sprinter aussi vite… Mais… ce n’était que justice, enfin, si l’on croyait au karma et autre sottise du style. Mon expression changea du tout au tout. D’une mine confiante j’étais maintenant surpris et en position de faiblesse. Mes rubis maléfiques étaient tout deux baissés sur un poing gigantesque qui s’apprêtait à toucher l’arête de mon nez et la partie basse de mon front. Cependant, un rictus joueur apparut juste avant l’impact. Pour devenir plus puissant, plus parfait que la perfection même, il fallait souffrir… oui, avoir de la douleur à ne plus savoir quoi en foutre !

Ce n’était pas un serpent de douleur qui me perfora le crâne, mais bien un dragon de douleur. Avant de véritablement comprendre ce qu’il se passait, je décollai du sol tête en arrière et le corps complètement - à quelques degrés près. - à l’horizontale. Je pouvais sentir le peu d’herbe qu’il y avait caresser mon dos, avant de finir encastré brutalement contre une paroi terreuse. Fort heureusement ma tête ne rentra pas dans la terre, mais par contre, le haut de mon dos en plus de ma nuque avait bien souffert. Je frappai relativement fortement mon visage à l’aide de mes mains, puis rouvris les yeux.



© By Halloween sur Never-Utopia



Dernière édition par Eden Déodras le Dim 26 Avr 2015 - 3:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Re: Le Destin Ne Se Foire Pas Deux Fois. |Solo] Le Destin Ne Se Foire Pas Deux Fois. |Solo] EmptySam 25 Avr 2015 - 21:12



Le Destin Ne Se Foire Pas Deux Fois.

feat. Augus



Une lutte acharnée entre deux êtres obstinés.





Devais-je craindre la charge du taureau aux parcelles de chair rougeâtres ? Car lorsque le sombre voile atténuant ma vue disparut, je vis un Augus énervé, amusé et prêt à utiliser sa magie. Sans doute avait-il considérait ma force physique… Cet homme pensait de manière étrange et pour être franc, j’aimais ça ! Bien gentiment, pendant sa course effrénée, déchaînée, passionnée ; il m’annonça que j’avais crû juste. De sa voix éraillée à cause de ses pairs d’années, l’importun gigantesque me dit que j’étais un mage doublé d’un combattant accompli et donc, qu’il allait user de toute sa force pour me tuer… charmant. Pour ma part, je ne pus que me relever relativement difficilement avant de contempler la force qu’il gardait en lui.

 

▬  Yōgan no Atsui Taiya ! Cria-t-il en sertissant ses bras de disque magmatique tourbillonnant.


Bordel ! Je voulais avancer mais je titubais pitoyablement, la force de ce guerrier au regard blanc était tout bonnement incroyable. Cela ne faisait aucun doute, j’allais me manger cette double technique en pleine face. Parfait, je l’attendis donc avec plaisir ! J’eus le réflexe d’absorber un minimum d’ethernano environnant et de me mettre en position défensive. Les roues de liquide volcanique furent envoyées avec force et vitesse dans ma direction. Le monde autour de moi tournait comme si j’étais au cœur d’une tornade… Mes appuis étaient incertains et mes muscles partiellement contrôlables. La grande joie ! Intéressant grosse masse de muscle informe…

 

▬  Omoshiroi… Susurrai-je à la forêt nous entourant.



Les deux cercles tournoyants me touchèrent enfin. Ils étaient comme deux roues de chariot géant serrés comme des sardines. Ils avançaient en voulant m’écraser et me faire fondre comme le dernier des imbéciles. Mais j’avais un plan assez basique qui allait me sauver la vie. Quoi que l’on pouvait me dire, j’étais immobile et encaissais cette attaque de plein fouet, oui… Toutefois, mon inertie totale n’était pas anodine. Dans cette position, je pouvais me repaître des particules magiques ambiantes… Je souris imperceptiblement avant de gonfler mes tissus musculaires. À la vue de ce cher Augus, je grandissais progressivement et revêtais presque sa corpulence.

Les endroits touchés par cette lave infernale étaient sévèrement brûlés, les manches de mon pardessus cramées à vue d’œil. Mais… au bout de quelques secondes, je pus dévier les sorts à la chaleur insupportable pour gaiement les envoyer sur Mère Nature. D’un air hébété qui lui sied à merveille, Augus regarda ses sortilèges disparaître dans l’obscurité du bosquet à l’ambiance malsaine. Il finit par tourner lentement sa tête vers moi en me souriant comme un débile excité par ce combat - donc à peu près comme je le faisais. Mes membres supérieurs fumés encore et la douleur était omniprésente, cependant… J’étais debout et prêt à en découdre avec mon âme d’ancien gladiateur !


 

▬  Tu veux te la jouer car tu sais balancer des pauvres disques de magma, hein ?! Je vais t’apprendre ce qu’est réellement ce genre de technique ! Majikku Sōsā ! Hurlai-je en mettant mes paumes à l’horizontale et en les pointant vers les cieux.


Des soucoupes de petite taille arrivèrent du néant pour se placer dans le creux de mes mains. Je bougeai mes bras avec fureur et fendis l’air grâce à ma vitesse d’exécution… Sans comprendre comment, ni pourquoi, une pluie de cerceaux noiraudes s’abattit sur le géant au rire original. Ce dernier fit quelques bonds sur les côtés, en arrière et tentait de les esquiver du mieux qu’il pût. Son corps se fit bien vite recouvert par d’innombrables cicatrices voulant rivaliser avec mes brûlures. Suite à quelques dizaines de lancés, je m’arrêtai afin de reprendre mon souffle et mes esprits. Mon torse suivit de ma gorge se bombèrent au rythme de ma respiration foireuse.

 

▬  Gnn… Pas mal petit, mais tu ne crois pas que l’on a joué à ce petit jeu assez longtemps…? Dit-il en arquant un sourcil tout en souriant à pleines dents.



 

▬  Je suis… pleinement… d’accord avec toi… Lâchai-je d’une voix terriblement grave à cause de mes modifications musculaires et mon état mental bancal.







 
▬  Yōgan no Taiyō ! / Sebun Pesuto-Ho ! Gueulâmes-nous en chœurs après un petit silence.


Nous nous regardâmes droit dans les yeux, une intense concentration gisait dans ces derniers… Une pression indescriptible évoluait autour de nous, la magie que nous dégagions dépassait l’entendement. Les résinifères semblaient nous supplier d’arrêter, la terre tremblait face à nos puissances respectives, Gaïa avait peur. Cette catin démesurée craignait plus que tout le potentiel des humains, leur potentiel de destruction… et nous allions lui donner nombre de raisons de nous craindre d’avantage ! Mon corps avait pris une apparence quasi monstrueuse grâce - ou à cause en l’occurrence - de mon amélioration musculaire. Mes pupilles et iris étaient minuscules au point que l’on croirait aisément que je n’en avais plus.

Ma forme extérieure reflétait bien mon besoin de puissance et de prestance. Aucun être sensé ne viendrait se confronter à un titan de ma trempe… Sauf un autre demi-dieu guerrier jusqu’aux os. Ce dernier avait un bras levé en direction du firmament et rassemblait une quantité éléphantesque de magma rougeoyant. Cette masse disgracieuse prenait peu à peu la forme d’une sphère, d’une étoile, d’un soleil… Je me demandais intérieurement si ce crétin avait remarqué les sombres lueurs quelque peu écarlates qui émergeaient autour de nous. Qui de nous allait envoyer l’autre en enfer ? Qui de nous deux aurait l’occasion d’envoyer son attaque en premier ? Cela déciderait du futur vainqueur…

La masse sphérique résidant entre mes mains étant face à face s’épaississait graduellement et l’ethernano environnant scintillait de plus en plus intensément. L’issue de cette bataille acharnée allait bientôt nous être dévoilée, et je savais déjà que j’allais gagner ! Comme je l’avais pensé, cet Augus avait utilisé une bête attaque de front. Une boule en fusion géante ? Ridicule, prévisible! Les explosions de mes particules magiques stopperont cet astre solaire miniature, tandis que juste derrière, elles anéantiront la chair du géant insolent et briseront ses os jusqu’au dernier ! Encore un peu de temps, encore un peu… Un tout petit peu… Tiens, le colosse au grand Nodachi leva son deuxième bras. Allait-il balancer sa technique ultime ?!


 

▬  Prépare-toi à mourir, gamin ! Me cracha-t-il en pleine face.



 

▬  Kono yaro ! Criai-je à cet enfoiré. « Pas le choix, je vais devoir le faire… » Pensai-je expressément. Kasseika !


La dernière valse, les derniers mouvements de cette danse mortifère… Le sprint final, la course à la victoire et plein d’autres choses ! Lui et moi, moi et lui allions sceller notre destin. Malheureusement pour moi, je n’avais pas pu charger au maximum ma loi des sept plaies… Malédiction ! Mais ne dramatisons point. J’avais assez concentré ma magie pour faire ce que j’avais en tête. Le cours du temps ralentit une fois de plus. Je vis les bras d’Augus se baisser lentement, très lentement avec un léger effet de flou étrange. Son sourire transpirant l’amusement se transformait en rire persifleur. À l’inverse, mon regard et mon expression sérieuse eux, dérivaient peu à peu vers une euphorie psychotique. La victoire était mienne !

 

▬  Yōgan no Renpatsu !


Mes yeux s’ouvrirent à leur paroxysme, mes iris et pupilles rétrécirent de plus belle si cela était encore possible. Le fils de… Son soleil de magma envoya en rafale : plusieurs petites boules à une vitesse affolante. Les déflagrations de ma magie pure ne purent stopper tous les rejetons de l’astre enflammé. Ainsi, ils traversèrent mon mur fait de fulminations magiques relativement facilement. Dieu merci, leur précision était moindre. Je ne me pris donc pas énormément de sphères magmatiques dans la face, mais le peu qui me touchaient, je le ressentais bien ! Mes sens se retrouvaient confus dans tout ce bordel chaotique… Ma vue était saturée par la poussière, les gravats et autres déchets soufflés par mes explosions et les impacts des météores volcaniques.

Ne parlons même pas du bruit qui agressait continuellement mes tympans. Quant à mon équilibre, disons simplement que j’essayais de le garder tant bien que mal. Un certain laps de temps - qui me sembla durer une éternité - plus tard, les attaques d’Augus et de moi-même cessèrent. Les résidus poussiéreux retombaient calmement, sans se presser. Pour ma part, j’étais au sol affalé sur le ventre en train d’écouter les battements du cœur de Gaïa. Dommage, j’aurai crû qu’elle aurait eu une crise cardiaque cette vielle bique… Je repris peu à peu contrôle de mes sens et décidai d’examiner les alentours. Grâce à moi, tout n’était plus que dévastation, chaos et désolation. Je me relevais doucement en me tenant un bras, puis constatais que je n’avais plus mon supplément musculaire.



 

▬  T… Tss, quel pi… pitoyable état pour un simple combat… Essayai-je de prononcer normalement.



 

BwaReuheuheReuhahahaha… Pas mal du tout… Kof kof ! Gamin !


Cette voix surgissait de nulle part, je me sentais épié, surveillé, en danger. Je tournai sur moi-même, essayant vainement de trouver la silhouette du corps d’Augus. La poussière des lieux n’était pas encore pleinement retombée. Enfer et damnation ! Je me surpris à légèrement tousser à cause de cette dernière d’ailleurs… Mais je ne paniquais pas. Non. Toutefois, notre survie signifiait que le combat continuait. Je devais tout de même rester sur mes gardes, il avait de la ressource ce vieux. Fort heureusement, moi aussi. Enfin, je n’avais presque plus de magie, cependant, je me rassurais - quel grand mot… - en me disant que le vieillard devait être dans le même cas.

Soudain, j’entendis des pieds traîner sur un tas de gravier. Je me mis face à la source de ce bruit, prêt à utiliser mes poings et mes pieds. En me mettant dans cette position plus offensive, je vis que le plus gros de mes bras était grièvement brûlé, alors je me mis à mirer mon corps. Je pestai contre ma laideur actuelle. Mes vêtements ne ressemblaient plus à rien, troués de toute part, déchirés irrégulièrement ici et là, laissant place à ma peau désormais brunâtre… Je fus tout de même heureux de voir que mon cher acolyte était tout aussi amoché. Tel un mort-vivant, un robot, un héros, il s’obstina à marcher en ma direction, me défiant de son regard n’ayant plus qu’un œil de valide, sourire aux lèvres.


 

▬  Bwa… hahahaha. Je n’ai presque plus… de réserves magiques… ce combat… se finira donc aux poings !



 

▬  « Mais où puise-t-il cette énergie ? Pourquoi est-il si heureux ? Ne serais-je qu’un simple gosse comparé à lui ?! J’ai l’impression qu’il s’amuse plus que moi dans cet affrontement… Il va falloir changer cela. » Pensai-je au plus profond de moi.

Suba… rashi… Je n’aurais pu… rêver mieux, vieux fou ! Vociférai-je en rassemblant la force qui me restait.



 

▬  Parfait… Souffla-t-il d’un air se voulant effrayant.


Un vent étrange souffla le terrain, dispersant les résidus nocifs à notre vision et balayant le sol recouvert de mille et un détritus « naturels ». Nous nous admirâmes quelques secondes. Nous tentions sans doute de prévoir qui allait frapper, où envoyer nos coups, quelle serait la faiblesse à exploiter… Lui était parsemé de coupures, brûlures et hématomes. Moi ? Je n’avais que des brûlures et hématomes. Ma respiration devint extrêmement lente, très calme… Je devais atteindre ses entailles les plus profondes et si possible, y plonger ma main. Pour arracher sa peau, lui retirer un muscle ou organe quelconque ? Je ne savais pas encore, mais je devais essayer ça.

Les restes d’un arbre flanchèrent dans un fracas minime, nous en profitâmes pour lancer nos assauts. Nous courûmes en puisant dans nos dernières forces, nos pieds s’enfoncèrent dans le sol endommagé, nos bras et épaules se balancèrent brutalement d’avant en arrière… Nous étions tout deux motivés par des raisons communes : le combat et la victoire. Nous avions tout deux nos forces : le physique et l’expérience. L’expérience… chose que j’aie sous-estimé et qui m’ait coûté la victoire totale. Il était pourtant évident que mon challenger ait une expérience de plusieurs vies. Toutefois, grâce à lui, cette journée mollassonne était devenue plus que pimentée. Pour cela, je ne pouvais dire qu’une chose : Le face à face final… le bal fatal allait commençait.



© By Halloween sur Never-Utopia



Dernière édition par Eden Déodras le Dim 26 Avr 2015 - 4:04, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Re: Le Destin Ne Se Foire Pas Deux Fois. |Solo] Le Destin Ne Se Foire Pas Deux Fois. |Solo] EmptySam 25 Avr 2015 - 21:21



Le Destin Ne Se Foire Pas Deux Fois.

feat. Augus



Plus la puissance est phénoménale, plus la chute fait mal.





Nous arrivâmes l’un en face de l’autre et préparâmes nos coups meurtriers. Bien que notre vitesse et endurance fussent bien amoindries, nos phalanges purent s’entrechoquer dans un fracas semblable aux salves des canons les plus bruyants. Cela ressemblait à un spectacle de feuilles grelottantes en plein automne. Nos corps tremblaient par manque d’énergie et nos frappes étaient beaucoup moins puissantes. Toutefois, notre honneur de combattant et guerrier impitoyable nous disait, non, nous dictait de continuer cette bataille acharnée. Comme je l’avais dis plus tôt… J’essayai de rentrer ne serait-ce qu’un doigt dans l’une des plaies d’Augus. Ce dernier voyait bien ce que je voulais faire et se jouait de moi en se balançant dans tous les sens !

Le bougre riait comme il en avait l’habitude, m’énervant et m’amusant davantage. Une scène de déjà-vu survint suite à quelques passes. L’amas de muscles fit fuser un direct du droit en ma direction. Instinctivement, je l’esquivai en pliant mon dos tel un angle droit - déjà-vu je vous dis ! - et profitai de tomber en arrière pour contre-attaquer en lui envoyant puissamment mes deux pieds sous son menton. Cependant, ce grand débile ne l’était pas tellement… Il attrapa vite fait mes jambes au niveau de mes chevilles et les rejeta sur la droite. Le même coup ne fonctionnait pas deux fois sur le même titan, n’est-ce pas…? Je dus m’aider de son action pour me remettre droit en quatrième vitesse, mais un énorme crâne vint s’écraser sur le mien, me sonnant quelque peu.


 

▬  Inutile, inutile, inutile… trop lent, trop prévisible… petit ! Sortit-il en respirant difficilement.


L’inconscient ! Voilà ce qui s’appelait une ouverture ! Mes capacités cognitives revinrent aussi rapidement que la lumière. J’ouvris mes bras et fonçai sur le demeuré, l’emportant grâce à mon épaule droite sur un ou deux mètres avant de le faire tomber. Je me redressai vivement et enchaînai les coups-de-poing sur ses joues et tempes. Sa boîte crânienne tournait de droite à gauche comme s’il me suppliait de ne plus faire cela. Je pensai qu’il était sonné et voulus lui donner le coup de grâce. Je reculai mon membre supérieur faiseur d’hématomes, puis en terminai avec cette histoire ! Ce que je croyais… Ma main ne rentra pas dans la tête d’Augus, mais dans la terre juste en-dessous.

 

▬  Bwa… haha… haha… Raté ! Railla-t-il mal en point.


J’allais répondre d’un langage bien fleuri… s’il n’aurait pas reculé et envoyé sa tête contre mon corps ! La force du choc fut-elle que j’en fus propulsé en arrière et remis sur mes jambes. Il m’avait touché au ventre, ventre que je tenais fortement. Cette impression me rappela mon premier jour en compagnie des pseudo-gladiateurs de Joya. Lorsque j’avais été stoppé par un de ces minables, d’un coup dans l’estomac… D’un air colérique, je regardais Augus se relever et se diriger de nouveau vers moi. Était-il increvable ?! Je tentai d’inspirer et d’expirer normalement, de reprendre le contrôle de mes poumons… Alors que lui avançait encore et toujours, un pas à la fois, lentement et lourdement. Soudain, il s’arrêta juste devant moi et recula ses deux troncs d’arbre organique faisant office de bras.

 

▬   Kami… no… Hyakuda !


À cet instant précis, le temps se stoppa complètement. Le sourire en coin de ce géant, la brume ambiante des ruines de cette forêt, les rayons du soleil cachés par de sombres nuages, tout… Tout était visible et vu. Néanmoins, mon destin était déjà écris, la défaite… La défaite m’était destinée ?! Mes pensées s’embrouillèrent et tourbillonnèrent dans ma tête. Brusquement, le temps reprit et je dus faire face à cette fatalité… Une averse de coups, tous plus forts les uns que les autres tomba sur mon enveloppe mortelle, charnelle, corporelle… Cette dépression de chair et d’os brisa mon corps et effaça toutes mes chances de victoire. Je ne ressentais pas la douleur que me donnaient ses coups… Était-ce pour mon organisme une manière de me dire que je ne pouvais plus devenir plus grand, plus fort, plus puissant…?

Une infinité de frappes aléatoires plus tard, je me retrouvais dos au sol et yeux rivés sur le ciel. Je ne pouvais plus bouger un seul de mes membres, je pouvais à peine respirer… Allait-il me tuer ? Serait-ce ma fin ? Eh ben, j’aurais bien vécu, alors qu’il fasse ce qu’il veuille. Au moins, je mourrais grâce à un vrai combattant et pas une armée de fiottes… Mes tympans entendirent vaguement des pas allant dans la direction de mon cadavre semi-conscient. Il rit bêtement, crachant par la même occasion un peu de sang. D’après ce que j'ouïsse, le géant aux ornements physiques pourpres eut l’un de ses genoux qui flancha. Sa respiration était bruyante et suffocante, preuve qu’il en avait bavé… Bien.


 

▬  Je ne… te tuerais pas. Tu as un… grand potentiel… et cela serait… serait criminel de priver ce monde… de ce dernier. Il marqua une légère pause, sans doute pour faire plus théâtrale. Rebattons-nous un de ces… un de ces jours, gamin. Lorsque nous serons encore plus… plus puissants…


Suite à ses paroles, il se releva doucement et partit de sa démarche titanesque imposant le respect… à sa façon. Il avait raison ! Ce crétin aussi grand qu’une montagne avait entièrement raison ! « Lorsque nous serons plus forts. » Oui ! Voilà ! Ce gros lard n’avait combattu qu’une petite partie de ma véritable puissance ! Celle qui sommeillait encore à l’intérieur de moi. Celle qui attendait, avant de faire de moi un être réellement invincible. Pour être un véritable gladiateur, combattant, guerrier, bref… Il fallait savoir apprendre de ses défaites. Et j’avais appris une chose : cet Augus était un humain méritant mon respect et une mort glorieuse de mes mains… Mouhahahahahaha !



© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le Destin Ne Se Foire Pas Deux Fois. |Solo] Le Destin Ne Se Foire Pas Deux Fois. |Solo] Empty

Revenir en haut Aller en bas

Le Destin Ne Se Foire Pas Deux Fois. |Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Ancienne disposition :: Fiore Ouest-