FERMETURE DE TNG
1 mois Rp = 3mois réels
Nous sommes actuellement au mois d'octobre x989, sortez vos manteaux d'automne! Prochain changement de mois en juillet.
Suivez-nous !
Hall of Fame
Résultats Printemps 2017
Arno
Rplayeur
Sky
Floodeuse
Stella
Newbie
Namida
Staffeuse
Flame
Voteuse
Sky
Honneur
RSS
RSS



 

Partagez

Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô Weissdren]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô Weissdren] Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô  Weissdren] EmptyLun 10 Nov 2014 - 18:40

La liberté ! C’était quelque chose de vraiment super ! Mais rien ne valait un bon chez soi ! Et malheureusement je ne pouvais dire que j’en avais un… Enfin pas encore. Et après moult vagabondages, heures de marche et tout ce qui s’en suit, me revoici à Oak. Enfin je n’étais jamais allé ici, je ne sais plus… Qu’importe ! Il faisait beau, les oiseaux gazouillaient, le vent soufflait et pas mal d’autres choses se faisaient.

Les mains dans les poches, je rentrai dans cette magnifique ville aux allures plus qu’attirantes. L’air frais qui oxygénait mes poumons... La forme d’un réveil difficile qui se ressent dans mes mouvements et ma tête, et ma tête ! Qui avait l’air d’être celle d’un zombie… Ouais ça casse bien l’ambiance. Faut dire je m’étais réveillé il n’y a pas très longtemps dans les environs de cette cité. Encore une fois, endormi comme un clochard en dessous d’un arbre, pauvre de moi…

J’avais besoin d’argent ! Du délicieux argent ! Mais avant de vouloir devenir riche, de chercher une possible source de revenu, d’essayer de se motiver à aller prendre un boulot, une bière ! Et oui, je ne jurai que par ça et alors ? Ça motivait bien ! Ça réveillé bien et en prime, ça avait bon gout.

Mais arrêtons de radoter milles et une chose déjà citées quelque part. En rentrant à l’intérieur, je pouvais apercevoir un genre de château pas dégueulasse servant sans doute de mairie ou de guilde qui sait ? Rah ! Je détestai ne pas savoir, mais laissons… Ce n’était pas par hasard que je me suis retrouvé ici, avec le bordel qui se passait dans ce pays je devais savoir, comprendre, analyser chaque événement, chaque action faite par les différentes institutions de cette contrée.

Et pour en apprendre plus ET se boire une chope de bière, rien de mieux qu’un bar. Ce fut donc la première chose que je me mis à chercher. Quelques minutes de fouille plus tard, me voici devant mon bonheur. J’ouvrai la porte du bâtiment, puis une fois rentré je la refermai. Tout en douceur, pour changer de mes habitudes de bourrins.

Je m’assis à une chaise juste à côté du comptoir et commandai une bière comme des milliers d’autres clients, qui passaient ici je présume. Une fois ma bière en main, je pus payer le barman et me retourner, ainsi que poser mes coudes sur le comptoir afin de regarder le beau monde qui gisait en ce lieu.

Mon œil gauche regarda un peu par ci, par là. Puis une personne retint plus mon attention que les autres, des cheveux rouges foncés voir marrons, une grande taille et un corps pas maigrelet, ce gars était seul à jouer à une partie d’échec. Quel pauvre malheureux ! Je finis ma bière et posant ce qui me servait de verre, me dirigeai vers cet homme.


Oye ! Tu t’fais pas chi*r un peu seul ?

Je manquai de pote dans ce pays et puis franchement être toujours seul devenait pas mal ch*ant pour moi, alors pourquoi pas tester une tentative d’amitié ou de début tout du moins. Ma bière m’avait bien réveillé et cela se voyait à mon œil plus ouvert peut-être même plus sympathique et un léger sourire censé l’être tout autant.

Au fait, moi c’est Senji et un peu nouveau dans l’coin.

J’avançai ma main pour une poignée de main des plus virile et finis par demander s’il voulait un truc à boire. J’avais du fric, je pouvais bien faire plaisir non ?


Dernière édition par Senji Sakki le Sam 28 Mar 2015 - 15:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Re: Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô Weissdren] Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô  Weissdren] EmptyMer 12 Nov 2014 - 17:24

Nombre de personnes utilisaient des appareils équipés de lacrimas pour se réveiller, ou juste d’un tas d’engrenages les uns côté des autres fonctionnant avec un remontoir, mais Shô avait trouvé un ingénieux système de miroirs pour que ce soit la lumière extérieure qui le réveille, ceci couplé à son horloge biologique assez bien réglée donnait un résultat tout à fait satisfaisant. Malheureusement cette technique n’ait pas dépourvue de points faibles. Ce point faible ou plutôt ces points faibles n’étaient autres que la présence de nuages atténuant les rayons ou le temps de sommeil d’un individu normalement constitué doit avoir afin de pouvoir se ressourcer pleinement durant la nuit. La lumière peut parfois être insuffisante quand on s’est couché à deux heures du matin, sachant que ce principe de réflexion fut mis en place pour que le Dragon Slayer soit réveillé à neuf ou dix heures en fonction de l’heure d’été ou d’hiver. Il était déjà onze heures et le grand brun n’était toujours pas debout, ce qui força son senseï, Mark, à mettre un point final concernant ce sommeil, qui selon le vieil homme était bien trop long. Quoi de plus simple et efficace qu’un verre d’eau glacée pour vous réveiller un homme ? Dans tous les cas, ce fut un réveil brutal et très rafraîchissant pour notre couche-tard occasionnel. Le mage de Thunder Light s’était entrainé au sabre toute la nuit jusqu’aux petites heures du matin et son visage, bien que totalement éveillé nous montrait deux magnifiques cernes sous ses yeux et qui n’allaient pas partir de la journée.

Suite à cet épisode aqueux dont le Pourfendeur de Dragons se serait bien passé, s’en suivit une multitude d’actions qu’il répétait presque tous les jours, entre se laver, s’habiller et prendre le petit-déjeuner, il n’y avait rien de bien… Extraordinaire. Enfin bien sûr si pour vous un bol de poison à la place du thé est quelque chose de normal, alors effectivement, il n’y avait rien de fantasmagorique. Tout ce cérémonial terminé, le mangeur de poison attacha son katana entre sa ceinture et son bandeau blanc, revêtit son manteau bichromique noir et blanc sans manches. Et c’est en cette magnifique journée déjà bien avancée que Shô se mit en marche vers un bâtiment qu’il connaissait bien, celui de la guilde de Thunder Light. Ces trois mots avaient une énorme influence sur le mental du mage confirmé de cette dite guilde, lui faisant échapper un soupir dépressif en repensant une fois encore à tout ce qui s’était passé.

La maison où habitait le faux mage noir se trouvait du côté Est d’Oak, ce qui ne lui laissait pas le temps de se lamenter sur ce qu’était devenue sa Guilde en général au vu de la proximité. Dans la rue qu’arpentait actuellement le Dragon Slayer, l’on pouvait voir quelques commerçants et acheteurs bavarder au sujet de prix et de visites improvisées de la ville. En voilà une étrange discussion, enfin, elle n’était pas vraiment étrange, mais les touristes se faisaient de plus en plus rares ces derniers temps et ce genre d’échange avec. Une idée vraiment étrange naquit dans l’esprit de notre jeune ami, qui ayant involontairement entendu une ou deux allusions à la mairie du coin, se demandait s’il n’allait pas se faire une petite partie d’échecs contre quelques habitués du bar se trouvant dans le vieux château réaménagé en bâtiment municipal officiel. Au fond, ce n’était pas une si bonne idée au vu de son réveil particulièrement brutal couplé à un manque de sommeil qui avaient diminués les capacités intellectuelles du Pourfendeur de Dragons. Il y avait une raison quant à la manière de faire de Mark, ce dernier détestait que Shô reste squatter la maison autrement que pour s’entraîner un peu et dormir. Le senseï voulait que son élève se débrouille seul et intelligemment, quitte à ne plus revoir pendant plusieurs semaines. Et c’est tout en repensant à toutes ces petites choses qui remplissent la vie d’un homme que le mangeur de toxines parti en direction de la mairie, remettant son passage à la guilde à plus tard. Finalement le garçon aux cheveux marrons-rouges avait opté pour une partie d’échecs en solitaire, de toute façon, les personnes qui peuplaient la ville d’Oak n’allaient pas le déranger et puis comme l’on dit : ‘’L’on est son propre pire ennemi’’. Cette dernière pensée étonna un peu Shô qui d’une certaine manière ne trouvait pas cette expression si juste que ça, mais passons.

Une fois arrivé dans le bar du château, le jeune mage du poison demanda un jeu d’échec au barman, une requête qui le surprit beaucoup, mais qui ne l’empêcha pas pour autant de donner ce qu’on lui avait demandé. Le jeu en main, il ne restait plus qu’à trouver une table libre et si possible assez isolée des quelques groupes d’habitants présents dans la salle. Une fois installé à une place idéalement située pour ce qu’il avait à faire, Weissdren s’arma de son sourire habituel, disposa les pièces à leurs places et commença ce qu’il surnommait le massacre des rois. Une chose assez amusante était que l’on devait manger et les pièces adverses dans ce jeu et en parallèle, le Dragon Slayer pouvait manger du poison, ce qui le faisait une sorte de point commun. Le passionné d’échecs commença à jouer presque comme un automate, donnant différentes stratégies à ses pièces et ceux de l’ennemi qu’il s’était créé. Cette sensation de détruire l’ennemie pièce par pièce, lui rappelait la façon que Shô avait trouvée pour combattre les plans de sa guilde. Malheureusement pour le moment tout était flou et le mage de Thunder Light allait encore devoir fouiner à droite à gauche pour savoir quelle était la prochaine étape des plan de la guilde, mais pour le moment, le grand brun devait se réveiller les méninges. Dans son intense concentration le Slayer avait complètement oblitéré l’environnement dans lequel il se trouvait et c’est dans une grande surprise que notre ami vit un homme grand, musclé, portant un cache-œil noir, les cheveux noirs placés en arrière formant des pics lui adresser la parole avec un regard ouvert et un sourire aux lèvres :

Oye ! Tu t’fais pas chi*r un peu seul ?

Ce n’était pas tant la vulgarité employée qui le dérangeait, mais le fait que c’était l’un de ces types pour qui le fait de jouer seul aux échecs était forcément synonyme d’ennui, mais un tel effort pour sourire venant d’un individu avec un tel physique ne pouvait vouloir dire qu’une chose, cette personne cherchait quelque chose. Au vu de sa manière de faire, l’interlocuteur de Shô ne venait pas du coin, mais ce n’était peut-être qu’une impression. D’un sourire tout naturel le mage du poison pensa que la meilleure tactique à adopter d’acquiescer et de feindre l’ennui, de ce fait il répondit de sa voix grave habituelle et d’un ton amical :

Oui, un petit peu, mais on s’y fait vite !

Juste après la réponse du Poison Dragon Slayer, son interlocuteur se présenta sommairement et confirma ce que pensait le mage confirmé de la guilde d’Oak, ce Senji ne venait pas du coin. Le borgne tendit sa main droite vers Shô et devant un tel geste venant d’un individu si… Virile surprit le fils de Motgift. Le mangeur de poison se leva de sa chaise afin de répondre à cet effort de politesse, serra la main pleine de vitalité du musclé devant lui et se présenta tout aussi rapidement :

Je me nomme Shô, ravis de faire votre connaissance !

La présentation fut immédiatement suivie par une proposition de verre venant de son interlocuteur. Tant de gentillesse venant d’un inconnu, voilà une chose qui ne manqua pas de surprendre à nouveau Weissdren, qui répondit directement à la proposition :

C’est demandé si gentiment, comment pourrai-je refuser ?, dit-il tout souriant.

Il est vrai que Shô se méfiait, c’était trop gentil pour être vrai, certes le regard et la poignée de main montraient une certaine franchise venant de Senji, mais la prudence restait de mise, il fallait savoir ce qu’il faisait ici et savoir pourquoi l’avoir interpellé-lui et pas un autre. Avec ce genre de personnages, il était préférable de parler autour d’un verre et il renchérit donc sur la dernière phrase qu’il ait prononcée :

En revanche, c’est moi qui vous invite ! Que voudriez-vous boire ?

Et oui, il le vouvoyait encore, il pensait qu’il serait bien mieux de laisser Senji lui demander de le tutoyer, instaurant ainsi une sorte de climat de confiance sûrement provisoire. Le plus important était de mettre cet home en confiance et subtilement lui extraire quelques informations, comme les motifs de sa présence par exemple. Tout comme aux échecs, il fallait se montrer patient et stratégique et surtout n’éveiller aucun soupçon, car vraisemblablement le sourire sur le visage du borgne ne semblait pas être ce qui lui correspondait le mieux et un affrontement contre ce grand gaillard tournerait sûrement au drame. Shô commanda donc au barman, d’une voix forte et enjouée les deux boissons et se rassit sur la chaise en bois en invitant l’homme au cache-œil noir à s’asseoir aussi. Sans attendre que le silence s’installe entre les deux hommes, le Dragon Slayer commença à poser quelques questions d’usage :

Alors que nous vaut votre présence dans cette bien belle ville ? Je ne pense pas que vous soyez venu admirer notre patrimoine, si ?, dit-il avec une voix assez innocente ne montrant aucune agressivité.

Entre temps, les breuvages arrivèrent et sans même rester plus longtemps sur le sujet précédent, le jeune mage de Thunder Light leva légèrement son verre en direction de Senji attendant que celui-ci trinque avec lui. Il fallait paraître gentil et convivial, ce qui n’était pas une épreuve pour Shô sachant que c’était son véritable caractère et il fallait en profiter, voir exacerber ces traits pour bien montrer l’absence totale de danger et berner ce singulier personnage. Il pensa donc à rajouter une sorte de toast :

En espérant que votre séjour à Oak soit agréable et ressourçant !, dit-il à haute et intelligible voix sans pour autant se laisser entendre des autres groupes.

Voilà l’un des aspects les plus communs du Dragon Slayer, un aspect gentil et souriant, sans pour autant mettre qui que ce soit mal à l’aise. Cette méfiance lui venait de sa guérilla contre Thunder Light et il fallait savoir ce que cet homme pouvait savoir avec quitte à vérifier s’il ne mentait pas en cas de réponse étranges. Certes, tous les membres de la guilde d’Oak n’étaient pas des monstres psychopathes assoiffés de sang et de combats, mais rien ne prouvait que ce n’était pas un sbire envoyé pour vérifier si tous les membres restant de la guilde ne complotaient pas dans le dos de Celcius. Shô ne pouvait plus mettre « maître » et « Celcius » dans la même phrase spontanément, c’était une épreuve pour lui rien que de penser à mettre ces deux mots côte à côte. Alors, de manière à bien cerner le personnage, il fallait envoyer la discussion au bon endroit et dans la bonne direction.

Excusez ma curiosité, mais les nouveaux visages sont rares ici, alors venez-vous d’une guilde ou êtes-vous indépendant ? Ah, mais peut-être que vous n’êtes pas un mage, je ne suis pas bien réveillé, comme le montre mes cernes.


Le mage confirmé posa son verre sur la table après avoir bu une bonne gorgée d’eau, attendant la réponse du borgne.




Dernière édition par Shô Weissdren le Sam 28 Mar 2015 - 13:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Re: Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô Weissdren] Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô  Weissdren] EmptyDim 16 Nov 2014 - 3:16

À mon plus grand bonheur mes manières un peu rustres, je devais bien l’avouer, ne plaisait qu’à un certain style de personnes. Je fus presque content qu’il y fasse parti ! Il me répondit amicalement et je vus juste, l’ennui était bien là. Ce n’était pas comme si un de ces guignols présents aurait fait quoique ce soit !

L’homme seul se leva et serra ma main tendue vers lui avec une certaine vitalité, qui témoignait d’un certain enthousiasme. Je l’appréciai déjà ce type ! Il se présenta comme je l’avais fait mais en me vouvoyant, cela me fit hausser furtivement un sourcil, je n’étais pourtant pas vieux d’apparence pour que l’on me vouvoie, après je peux comprendre que pour la politesse tout ça, tout ça… Bah je laissai passer !

Et s’est en me souriant qu’il me fit comprendre qu’il accepta ma proposition, mais surpris je fus, lorsqu’il dit que c’est lui qui m’invita ! Je ne voulais point le voir débourser le moindre joyau à cause de moi, après tout j’étais celui qui l’ayant accoster et une boisson n’était pas aussi chère qu’un palais. Mais soit, j’acceptai avec plaisir, tout en indiquant mon choix, qui fut bien entendu une bonne bière comme celle que je venais à peine de finir, d’ailleurs le barman n’avait même pas lavé ma chope pour dire !

Nous nous assîmes sans plus attendre après que ce Shô passa les commandes. Mon léger sourire ne partit point encore, sans avoir plus que ça confiance en cet homme, j’appréciai comme il se devait la courtoisie du roux brun, enfin… Cela se disait ? Qu’importait ! Enfin une personne pas coincée du slip ! Et sa façon de commander nos breuvages me fit garder encore plus mon sourire, c’était le genre d’attitude que j’aimais bien !

L’amicale personne me posa deux questions, même si cela ne se vit point, je réfléchis rapidement à la réponse que j’allai donner, même si une base m’avait conduit jusque là, je devais bien me dire que rien d’autre de spécial m’avait conduit ici… Durant mon insignifiante réflexion interne, nos boissons furent servies ! Le sympathique leva légèrement son verre devant moi et annonça une sorte de toast.


En espérant que votre séjour à Oak soit agréable et ressourçant ! Dit l’agréable personnage, d’un ton assez haut sans pour autant le crier.

Je n’aurai pas dit mieux l’ami ! Dis-je à peu près du même ton que ce monsieur.

Et je levai ma choppe pour trinquer avec lui ! Cela ne m’avançait point n’est-ce pas ? Bah, je pouvais bien boire une petite gorgée avant de répondre, juste une petite… Voilà, maintenant que c’était fait, je posai ma choppe et me décidai à répondre à l’homme plus que poli en face de moi.

Pour en revenir aux raisons de ma présence, disons que j’aime voyager ! Et que par moment je me paume par-ci par-là sans trop le vouloir mais qu’importe.

Ma raison même si elle était en partie vraie, je dirai à cinquante ou soixante-quinze pourcent vraie, n’était pas suffisante et je le savais ! Mais tout en re-buvant un peu de merveilleux breuvage alcoolisé, je me mis un peu plus à l’aise sur ma chaise, puis enfin reposa mon précieux liquide jaune… Ma bière hein… Bref !

Le cerné s’excusa de sa curiosité, que je qualifierai de normale et même justifiée, puis tout en légitimant cette dite curiosité, il reposa une question concernant mon appartenance ou non à une guilde. Mhh pas mal de questions et peu de chose à répondre, je craignis que mes réponses décevraient le curieux.

Et si, je suis mage ! Ce n’est pas si grave, mais c’est bien de supposer le contraire aussi ! Mais passons, je vais répondre à ta véritable question. Je suis un solitaire parcourant ces terres qui sont déjà dans un beau bordel. Enfin d’après des rumeurs.

Je finis ensuite mon alcool, bordel Senji, tu sais ce que veut dire « déguster » ?! Bon ce n’était pas si grave un sujet de discussion valait mieux que toutes les bières du monde, enfin peut-être pas, mais je me comprenais ! Mais, maintenant c’était à moi de poser les questions.

Mais maintenant que j’ai répondu comme je pouvais, je voudrais savoir et toi alors ? Mage, non-mage ? Comme tu m’as posé la question je parierai sur mage ! Mais je vais te laisser me contredire peut-être !

D’un ton amical, je lui parlai pour éviter de l’offusquer, sait-on jamais, je pourrai paraître rustre comme ça. D’un signe de la main je demandai au serveur qui passait non loin de nous de me resservir. Tout en demandant à mon compagnon de table s’il n’avait besoin de rien. Bien entendu !

Et tu es peut-être d’une guilde non ? Ah ! Au fait, tutoie moi hein, te gêne pas on n’est pas assez vieux pour être vouvoyés ! Enfin désolé, mais je vois les choses comme ça, après je peux comprendre qu’on pense autrement mais bon, aucun problème avec moi !

Lui laissant le temps de répondre et voyant que le serveur partit de nouveau, je me remis à boire une gorgée de mon délicieux élixir contre… Le mal de gorge, ça passait impeccablement bien ça ! Mais bien entendu, je ne le quittai point de l’œil, je ne voulais en aucun cas qu’il pense que je ne l’écoutai pas. Et vint alors dans ma petite tête ; l’idée de lui dire ma seconde raison de ma présence… Ce que je fis en prenant un ton honnête, sincère et tout le tralala sans pour autant perdre mon sourire sympathique.

Il y a aussi une seconde raison en fait, de ma présence en ces lieux. Comme le voyageur qui vit en moi aime voyager, j’ai aussi une curiosité presque sans limite. Et je voulais vraiment savoir si ce qu’on dit de Thunder Light est vrai. J’espère ne pas écorcher l’nom. Bref, tout ça pour dire que vu que t’es d’là, tu pourrais m’éclairer. Je ne demande pas des infos top-secrètes ou autre, bien sûr tout ça, ça regarde cette guilde, mais au moins la situation que tout le monde devrait connaitre.

Je me surpris à dire que j’y avais sans doute été trop fort là, demander ça à un inconnu, j’avais déjà été indélicat mais à ce point je ne pensai pas. Je souris de plus belle et lâcha un mini soupir, puis remonta ma tête pour le regarder de mon œil dans les siens.

Je pourrai peut-être approfondir tes connaissances sur moi, en vérité, je n’ai rien à cacher et puis tu m’es sympathique en prime. Si tu penses que ce que je te demande est trop, bien entendu, il y a toujours moyen de s’arranger, d’ailleurs il se pourrait même que je te prête mes bras pour une mission qui sait ! J’suis pas drôle t’sais !

Dis-je en souriant sincèrement à mon camarade de beuverie, l’on pouvait me trouver franc de balancer tout ça comme ça mais… Qu’importait, je devais savoir, je voulais avoir une opinion sans doute plus constructif que ceux de simples villageois perdus ici et là. Du concret c’était tout ce que je demandais !

Je… Je voulais aussi voir si ici, je pouvais trouver un but si jamais ma traque aux co*nards finissait… Le fait que l’autre me laisse en vie était peut-être la chose qu’attendait mon esprit pour avoir un déclic sur ma vie. Assassiner n’était pas vraiment le meilleur destin à avoir, enfin ça payait bien, ce n’était pas trop difficile lorsqu’on savait comment et surtout qui tuer mais… Être dans l’ombre de l’histoire, ça, pas question ! Mais ça c’était un tout autre débat et pour l’instant seul le gars en face de moi comptait pour que je puisse espérer avoir un avenir plus grand.


Dernière édition par Senji Sakki le Sam 28 Mar 2015 - 16:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Re: Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô Weissdren] Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô  Weissdren] EmptyMar 25 Nov 2014 - 1:58


Un enchainement de réponses et de questions, voilà la forme de discussion qui fut adopté par les deux bruns, qui soit dit en passant n’avaient comme point commun dans leur couleur capillaires que le mot « brun » justement. Cet homme, ce nouveau venu, était-il sincère au point d’en être brusque ou était-il rusé et particulièrement agressif, dissimulant sa férocité derrière ce sourire charmeur ? Une question que l’observation du premier contact ne pouvait à elle seule élucider néanmoins, elle permettait tout de même d’accès les recherches. D’après ce que comprit le mage confirmé, l’homme au bandeau noir était un mage solitaire, errant sans but réel, mais qui n’était pas dénoué de curiosité, sachant que la nouvelle de la trahison de Thunder Light l’avait amené à prendre le chemin de la ville médiévale, sûrement pour vérifier les rumeurs de ses propres yeux. Sa franchise n’avait d’égale que la vitesse à laquelle il pouvait boire de la bière.

Sans surprises, le questionneur devint le questionné, comme un chasseur devenant une proie face  une bête dont le sourire et la sincérité exhibés ne pouvaient porter qu’à plus de méfiance encore. La première question fut portée par rapport au fait d’être un mage ou non, une question logique et le Oakien y répondit par un simple hochement de tête, un sourire aux lèvres, et les yeux fermés le temps de hocher, décidément, il fallait que Shô arrête de fermer les yeux à tout bout de champ. La bière vidée par une soif semblant inarrêtable, le grand voyageur demanda au serveur un autre ver, tout en proposant à son compagnon de table s’il n’aurait pas voulu lui aussi un petit plein de plus. Bien sûr la réponse fut négative, non pas par avarice, mais juste parce qu’il n’avait pas encore fini son eau et l’envie d’en avoir à nouveau n’y était pas.

La question suivant arriva et bien évidemment, elle était portée sur les guildes, un sujet fort délicat. Etait-il d’une guilde, évidemment l’empoisonneur n’était pas insensible à cette question qui lui fit légèrement perdre son sourire, sans le faire disparaître, il fut soudain plongé dans ses pensées et ses souvenirs, à tel point qu’il n’entendit même pas Senji rajouter que le vouvoiement n’était pas utile. Le mage d’Oak était à la fois un caméléon et un livre ouvert, surtout au sujet de sa guilde, il devait corriger ses défauts, autrement la lutte contre les projets de Celcius n’allait pas durer longtemps. On aurait presque cru que l’homme au cache œil avait prévu le coup et marqua une légère pause dans ses investigations légitimes. L’on pouvait clairement entendre le son du liquide jaune à la mousse blanche se verser dans le ver, tout comme les bavardages des voisins. Enfin, le rêveur sorti de ses pensées et reprenant son visage enjoué habituel, le mage de la guilde traître entama sa réponse d’un ton monotone :

Tu es surprenant Senji, vraiment. Tu as raison, je suis un mage de guilde, et même un mage de Thunder Light. Il ouvrit les bras comme s’il voulait montrer quelque chose autour de lui. Je dois admettre que le fait que tu sois un mage ne me surprend pas et de toute façon, je doute que cet œil soit parti tout seul. Dit-il le ton plaisantin sans pour autant se montrer offensant.

La dernière remarque du mage tueur de dragons fut fort heureusement oubliée, du moins en apparence par le grand curieux puisqu’il avait déjà changé de sujet entre-temps. Pourquoi avoir rajouté ‘’grand’’ à curieux ? Parce que juste après la réponse du passionné d’échecs, le voyageur solitaire précisa qu’il était venu à Oak pour une deuxième raison. La curiosité naturelle de cet homme l’avait poussé à s’intéresser un peu plus aux rumeurs circulant au sujet de la guilde de l’aigle. Sans perdre une minute, Senji demanda à avoir confirmation et même si possible des informations supplémentaires, sans pour autant demander à connaître tous les projets et dossiers tops secrets, mais uniquement savoir ce que tout le monde devrait avoir comme connaissance sur le sujet. C’était gentil de sa part de ne pas essayer de profiter de trop des informations de l’épéiste empoisonneur, peut-être ne faisait-il vraiment pas semblant, peut-être était-ce vraiment quelqu’un qui, aussi incroyable cela puisse paraître, cherchait juste un ami. Prenant un ton gentil et calme, la réponse commença par une grande inspiration, il voulait des informations ? Il allait en avoir.

Je te rassure, tu as bien prononcé le nom et oui, la guilde est devenue noire à cause de la trahison inopportune en incompréhensible de Celcius, le maître de la guilde. Je suis officiellement considéré comme étant un mage sombre, noir, renégat, mais je ne suis pas plus méchant qu’avant, mais j’obéis aux ordres, comme tous les autres membres. D’ailleurs, la majorité des membres sont simplement… Perdus dans l’obéissance aveugle, suivant le maître où qu’il aille. Après il y a les membres qui, comme moi ont une certaine réserve, nous exécutons sans pour autant être dénué de sentiments propres, nous avons notre jugement. Bien sûr, il y a des types dangereux aussi bien physiquement que mentalement, mais pour ces personnes, mieux vaut se fier à leur réputation. Voilà ce qui selon moi représente la totalité de ce que tout à chacun doit savoir sur ma guilde. J’espère que ma réponse te suffira.

Décidément, on allait de surprises en surprises avec le mage indépendant. Voilà maintenant qu’il ne se mit à dire qu’il n’avait rien à cacher, que le mage aux yeux ambre foncés lui été sympathique et que, pour achever le tout, il pouvait aider le mage de Thunder Light dans une quête. Il précisa même qu’il trouvait avoir peut-être posé trop de questions. N’avait-il pas inversé les rôles ? N’était-ce pas l’élève de Motgift et de Mark qui posait le plus de questions ? Mais le plus marquant étant surtout cette aide que Senji voulait apporter.

Suite à cette proposition, le Slayer ne répondit pas tout de suite par des mots, faisant comme s’il ne ressentait rien à la remarque, il se contenta, pour la première fois depuis la rencontre des deux hommes de communiquer d’abord avec des gestes. Le bras tendu et l’index pointant en direction d’un panneau de bois assez vieux mit dans un coin assez sombre du bar, où seule l’ouverture peu éclairée ne méritant même pas l’appellation de ‘’fenêtre’’ permettait de voir les bouts de papier rectangulaires, avec les ordres de missions tant recherchés par les mages, chercheur de trésors et autres individus aux intentions inconnues. Etrangement ce panneau  d’affichage changeait de place à chaque fois que le mage du poison venait dans le château, sûrement par soucis d’esthétisme ou juste une rénovation supplémentaire ? Qui sait.

Bien que le regard cerné, mais enjoué et le sourire de l’empoisonneur lui donnait un air gentil, mais sans émotions réelles apparentes, le contenu théorique des feuilles blanches le laissait assez perplexe, car il ne savait pas si les missions étaient toujours les mêmes que celles de Thunder Light avant que Celcius ne détruise le papier administratif qui légalisait la guilde d’Oak, ou si les missions furent changées en même temps que la guilde changea de camp. Mais pour en revenir à nos moutons, le mangeur de toxines sortit finalement de son silence, décidant d’expliquer son geste par quelques mots :

Si tu cherches des missions, elles se trouvent toutes là-bas, au fond, dans le coin, en ce qui me concerne, je n’ai pas de missions à exécuter. Dit-il l’air innocent et gentil, avant de grandir son sourire avec un ton ironique. Ils auraient pu les mettre sur un panneau encore mieux caché, ça aurait donné une sorte de mission surprise dans le genre, trouvez le panneau dans la salle pour avoir la récompense merveilleuse de choisir votre mission !

Après sa plaisanterie d’assez mauvais goût, le pseudo-psychologue mit ses mains derrière la tête, les doigts croisés, croisa aussi ses jambes en les dépliants sous la table, ceci pour vérifier quel serait le regard de l’homme en face de lui, allait-il avoir cet œil opportuniste et lui sauter dessus, toutes magies dehors ? Cet homme voulait en apparence se faire un allié, voir même un ami, mais la confiance ne peut se créer qu’avec le temps et aussi avec des petits tests, histoire de voir ce que l’inconscient montrait dans les yeux, enfin dans le cas présent, ce serait plus exact de dire dans l’œil. Cette vérification comportementale dura quelques secondes, le temps d’une probable réponse ou juste d’une réaction. Le temps du test étant passé, le fils adoptif du dragon du poison se leva, décroisant tout ce qui fut croisé et appela le serveur, qui de par ses mimiques et son regard agacé, commençait à en avoir assez de se faire systématiquement interpelé par la table des deux mages, sachant qu’elle était la plus active de la salle. Pourtant, le mage empoisonneur n’avait pas hélé l’homme au tablier blanc pour rien puisque c’était pour payer les boissons prises au cours de la rencontre entre le solitaire et le mage de guilde et accessoirement rendre le jeu d’échec désormais inutile. Sans un mot, le grand brun aux reflets rouges plaça une certaine somme de Jewels dans la main du grincheux, somme qui s’avérait être avec le compte exact et un petit pourboire, ce qui ne manqua pas de surprendre l’individu recevant l’addition, sûrement s’attendait-il à ne pas en avoir.

Cet épisode passé, le mage au poison rouge se concentra à nouveau sur l’homme à la chevelure digne de celle d’un porc-épic et lui recommença la discussion avec calme, sérénité et le sourire toujours aussi inébranlable :

Comme tu l’auras compris, j’accepte volontiers cette proposition de mission et puis comme disent certains maîtres épéistes :  « L’on apprend la véritable nature d’un homme qu’en combattant contre lui ou avec lui ». Dans ce cas, j’espère que ce sera « avec ».

Il marqua une légère pause, en profitant pour mettre les mains dans les poches, puis il reprit :

Ne vas pas croire que je suis pressé de prendre une mission, mais c’est juste que le fait de vite en choisir une permet de ne pas se la faire juste sous notre nez.

De toute manière, le mage confirmé était déjà en train de marcher vers le panneau tout en parlant, pour y attendre son partenaire, histoire de lui faire comprendre de venir, même s’il lui tournait le dos.

Le Dragon Slayer pensait qu’à l’origine, ces panneaux n’étaient présents que dans les guildes, mais furent, après coup installés aussi bien dans les mairies, les bars et autres lieux dans le même genre afin d’éviter que des mages solitaires aillent dans les quartiers généraux de groupes de mages, communément appelés guildes, et se fassent piquer leurs missions par un indépendant voulant se faire un peu d’argent. Imaginez-vous le bazar que ça produirait. Et c’est sûrement ainsi que ces petits panneaux se développèrent dans le pays.

Les yeux ambre foncés du jeune homme parcoururent diagonalement les affiches, mises en vrac et parfois certaines d’entre elles étaient même cachées par des affiches en surnombre, ceci, impliquant un nombre plus important de missions qu’à Thunder Light. A vrai dire, le pourfendeur n’en savait trop rien, car les mages de la guilde éclusaient rapidement les missions, alors difficile de savoir lesquelles étaient prises et lesquelles étaient encore à prendre. Pour ne rien arranger, Shô ne lisait vraiment pas les affiches blanches, il ne faisait que tout survoler, histoire de se faire une idée générale, il pensait qu’il serait préférable de laisse ‘’monsieur la bière’’ choisir à sa place, de ce fait le fils de Motgift pourrait se faire une idée plus poussée du genre de mission et donc du genre de train de vie et de comportement réel de la personne qui allait probablement l’accompagner. La connaissance permet l’adaptation, l’adaptation permet la connaissance, les deux réunis donnent de plus grandes possibilités dans tous les domaines. Ce n’était pas vraiment de la méfiance, mais plus de la curiosité. Les cernes sur son visage n’étaient vraiment pas là pour rien, le Pourfendeur de Dragon n’était vraiment pas réveillé ou  plus précisément, un petit peu trop dans ses pensées et une bonne petite mission ne ferait pas de mal pour se remettre la tête sur les épaules et pour cause, il ne s’était même pas rendu compte si le borgne était déjà arrivé en même temps que lui, juste après ou pas mal de temps après il ne savait vraiment pas. Quand le ‘’dragon’’ revint au moment présent, il se tourna en direction de son équipier, sans vraiment se soucier de sa position géographique, il sortit sa main gauche de sa poche et montra les affiches de la main en accompagnant son geste de quelques mots :

Et voilà, tout y est. Je te laisse choisir, que tu puisses prendre la mission qui te paraîtra la plus attrayante, mais s’il n’y en a aucune qui t’intéresse, l’on pourra juste reporter cette idée de mission à une autre fois, je ne force personne. Dit-il en souriant.

Cela finirait par devenir louche d’insister sur la mission et pour une fois, Weissdren n’avait pas mit de sens caché dans sa phrase, il voulait juste en apprendre plus sur cet homme si intrigant et quoi de mieux qu’une mission ? Evidemment il ne fallait pas oublier que les hommes, quel qu’ils soient avaient souvent tendance à être réticent quand l’on insistait trop sur quelque chose, même si dans le cas présent Senji était celui qui avait émis l’idée, l’on était jamais assez prudent avec la race humaine.

Jusqu’à maintenant la franchise était le maître-mot du solitaire, mais connaissant toute la subtilité du comportement humain, il était impossible de vraiment connaître les intentions d’une personne aussi vite, même quand la personne pourrait être un livre ouvert, qu’est-ce qui dit que la page d’après ne contient pas tout l’inverse ? A ce sujet, le maître du poison pouvait apporter une nouvelle question, mais quel genre de mission un solitaire avec ce genre de personnalité pouvait bien faire ? Fallait-il le demander ? Non, trop de questions tuent les questions et donc les réponses avec, laissons faire cette étrange personne à l’odeur particulière. En effet, pour une raison inconnue, une très légère odeur, un peu étrange, mais connue s’émanait du borgne cela dit le nom lui échappait. Quoi qu’il en soit, la mission qu’ils allaient sûrement exécuter apporterait son lot de réponse.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Re: Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô Weissdren] Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô  Weissdren] EmptyLun 1 Déc 2014 - 15:03

À ma plus grande surprise le grand gaillard ouvrit les bras et dit que j’étais surprenant. La curiosité ainsi que la franchise étaient-elles réellement si rare pour que l’on me dise cela ? Enfin bon, je pris ses dires avec mon sourire habituel, ses manières je les aimais bien ! Ce gars ira loin, puis croyez-moi Senji Sakki ne se trompe jamais ! -sauf quand il a tord…- Mais qu’importait ! D’un air taquin il fit une petite réflexion sur mon œil perdu depuis cela un bon moment.

Curieuse était-elle, car même un non-mage aurait pu perdre son œil d’une manière quelconque. Je lui dis cela en prenant moi aussi un petit air joueur, sans pour autant vouloir être hautain ou désagréable. Bref ! Le joueur solo d’échec répondit à ma question ! J’en salivai presque intérieurement, enfin j’allai avoir de meilleures sources ! Alors tout en gardant un léger sourire, mon visage devient plus sérieux, montrant mon attention.

Alors, pour résumer de façon correcte, voilà ce que j’entendis et compris tout de suite ! Tout d’abord j’avais bien prononcé le nom de leur guilde, une guilde de foudre et de lumière ! Ce traducteur que j’étais ! Trop puissant le baraqué Senji, bon d’accord j’arrête mes vantardises et repasse au véritable sujet…

Leur maître, un certain Celsius avait décidé pour une raison ou une autre de trahir la confiance des autres guildes blanches et de ce pays pour devenir une guilde noire. Bon une saute d’humeur je dirais, ou une envie soudaine de mettre du piment dans sa vie peut-être ? Ensuite, à cause des con*neries de leur chef, les membres de Thunder se faisaient voir comme des renégats, des moins-que-rien. Shô clama son innocence en disant qu’il ne faisait que suivre les ordres et qu’il n’était pas plus « méchant » qu’avant. Certes, c’était tout à son honneur, mais comment était-il avant ? Moi je ne savais pas, mais bref !

Mais ce que je compris tout aussi bien, était que les membres de ce gars étaient perdus, qu’ils étaient pour la plupart non dénués de sentiment et de jugement propre, même si certain étaient de purs psychopathes, mhh, cela se tenait. Il y a de tout pour faire un monde et les deux types d’homme ne me dérangeaient pas plus que ça. Très bien, j’en savais assez pour me faire un avis. Merci Weissdren !

Je le remerciai sincèrement tout en arborant un visage des plus amicales, puis le regardai montrer le tableau de mission. Alors comme ça on avait accepté l’offre de mon aide ? Parfait ! Une mission en compagnie d’une personne aussi sympathique me ferait sans doute du bien et je pourrai bien voir si les membres de la guilde chamboulée étaient aussi intéressants dans leurs paroles que dans leurs actes et combats !

Puis le mage noir malgré lui expliqua son geste, même si j’aurai pu deviner les attentes du cerné. Il dit qu’il n’avait pas de mission à exécuter et ben, et ben, grâce à moi il allait bientôt en avoir une ! Puis suite à son explication évidente, il laissa place à une certaine vanne foireuse… Le genre de blague qui… Avouons le, avait pas mal d’effet sur moi ! Je pouffai un rire et ne pus m’empêcher de surenchérir !


Pour une fois que des mages de guilde auraient eu un vrai défi ! Et comme un attardé je ne pus m’empêcher de ricaner bêtement.

Reprenant difficilement mon sérieux je finis ma bière comme-ci de rien n’était. Il était dans une position des plus à l’aise, parfait, avec moi on se sentait mieux décontracté ! Le grand brun en tout cas plus grand que moi, appela le serveur qui avait décidément beaucoup de travail aujourd’hui, bah ! Au moins il avait du boulot et été payé ! D’un pas agacé il vint à notre table et se fit payer par ma nouvelle connaissance avec un léger pourboire, bien aimable était-il pour un mage devait se dire l’employé. Mais, mettons cela de côté le fier jeune homme me parla de nouveau !


Et ces maîtres de l’épée voyaient juste, c’est bien entendu la meilleure des méthodes, mon ami ! Et puis, une mission peut aussi très bien nous apporter certain avantage, comme nous remettre d’aplombs !

J’avais finis mes derniers mots en levant mon pouce de manière amicale, toujours souriant comme un demeuré drogué à l’extasie ! L’homme aux allures assez relaxes se leva et marcha vers le panneau de quêtes, m’étirant quelque peu je me levai et remis bruyamment ma chaise bien contre la table.

J’avais même mis mes mains au niveau de mes poches, mes pouces soutenaient mes mains en rentrant dans les dites poches. Puis j’avançai d’un pas calme et pas spécialement pressé, juste comme il fallait pour rester non loin de mon camarade de beuverie. Le pauvre presque endormi semblait dans les nuages, presque somnambule. Fallait préciser, que moi j’étais en pleine forme après mes bières ! Ça en faisait combien en quelques minutes ? Trois, deux ? Quatre peut-être, je n’avais pas compté et pour être franc, je tenais assez l’alcool pour ne pas me soucier du nombre de chopines que je buvais, sauf quand ce même nombre dépassait deux ou trois dizaines…

Assez parlé avec soi-même ! L’amical garçon se retourna vers moi et me montra de sa main gauche récemment sortie de sa poche, les demandes du pays, bord*l ! C’était la caverne d’Ali baba ici ! Sans décon*er ! Des missions d’assassinat, de protection, d’extermination de monstre, de réflexion, d’aide quelconque et bien d’autre encore ! Ce devait être vraiment le pied d’avoir tout cela continuellement près de soi ! La voix de mon acolyte me fit redescendre sur terre et en secouant rapidement la tête je me mis à le regarder et l’écouter.


Et bah, avec tout ça, je serai vraiment difficile si aucune ne m’intéresserait ! Ne t’inquiète pas, Senji Sakki sait choisir les meilleures missions !

Dis-je en me pointant du pouce après avoir sorti une de mes mains de ma poche droite ou gauche… Bref ! Mon sourire pouvait rassurer ce brave homme ! Je m’approchai un peu plus pour bien voir les écrits des quêtes, puis je quadrillai le tableau d’haut en bas, de gauche à droite et même en diagonal parce que voilà ! Puis une finit par m’intéresser beaucoup plus que les autres. Je la pris vivement et tout en souriant de toutes mes dents je lançai à mon future partenaire « Celle-là ! ».

"Le Parrain":
 

J’espère qu’elle te va ! Moi j’suis décidé ! Je te laisse prendre des affaires et je t’attendrai à la sortie d’la ville. ‘Toute !

J’avais bien enregistré les dires de la mission d’escorte, donc je pouvais laisser le papier à mon compagnon. Les mains dans les poches je sortis de ce château taverne, puis comme dit, j’attendis l’aimable personnage. Je faisais papillonner mon œil un peu partout, afin de bien mémoriser l’endroit et un certain laps de temps plus tard le mage de la guilde rebelle arriva. D’un signe de la main je lui fis comprendre que je l’avais vu et lorsqu’il fit à ma hauteur, je pus commencer la marche.

J’espère que t’aimes les voyages en tout cas ! Bon j’imagine que le gars doit ne pas être trop loin d’une ville où j’ai déjà été, Akurio ou un truc du style. Endroit fort sympatoche !

Puis nous partîmes sur les routes d’Akurio, croisant les doigts pour vite tomber sur une diligence aux allures louches. Je levai ma tête pour que mon visage s’imprègne des doux rayons du soleil, cette agréable chaleur faisait un bien fou ! Puis en remettant au bon moment ma tête normalement, je pus éviter d’une classe absolue un étron de… Je ne sais pas quoi, et à vrai dire je m’en fichai je l’avais évité ! Puis en riant légèrement je me mis à réajuster ma sombre veste ouverte et regarder l’homme aux yeux d’ambre.

Au fait, je n’ai pas envie de te surprendre ou de faire une cou*lle en ne te disant pas ma magie. Dans l’métier on m’appelle le Blood Reaper, je pense que tu dois du coup savoir pourquoi, tu m’as pas l’air bête, mais au pire. Je suis un mage de sang ! Et toi alors ? Pas besoin de tous les détails enfin sauf si tu pense que nous devrions savoir nos faiblesses et nos points forts, mais sinon je te laisserai avoir droit à une certaine intimité ! Finis-je en riant légèrement ironiquement.

Et nous voici partis vers de belles et merveilleuses aventures et j'espérai ne pas l’avoir embarqué dans une mission impossible, en tout cas, vu comment il a été courtois je pensais faire de mon mieux pour l’aider si jamais ça chauffait trop. Après tout, avec moi, mes alliés sont sûrs d’être en de bonnes mains ! Mais ils doivent aussi savoir que le pire des traqueurs serait à leur trousse si jamais ils me trahissent… Mais bon, lui avait l’air réglo et terriblement honnête !

Nous discutâmes pendant un moment, un très long moment qui était tout de même agréable, pour ma part j’aimais parler et je pense que cet homme aimait lui aussi dialoguer. Puis des dizaines de questions et de réponses s'enchaînèrent avant que nous nous retrouvâmes en face d’une voiture noire, poussée par quatre chevaux de la même couleur, elle avait l’air un peu trop ornée et belle pour n’appartenir qu’à un chauffeur normal, ce devait être notre homme ! Enfin les choses sérieuses allaient commencer !


Dernière édition par Senji Sakki le Sam 28 Mar 2015 - 16:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Re: Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô Weissdren] Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô  Weissdren] EmptyMer 3 Déc 2014 - 16:53

La recherche de la mission fut étrangement plus rapide que ce à quoi Shô s'était attendu, vraisemblablement le mage solitaire était habitué à choisir des missions et à les choisir vite et bien, enfin tout est relatif. Une à une, les feuilles de papiers blancs furent lues de la manière la plus précise possible, c'était un spectacle que le Dragon Slayer n'avait pas l'occasion de voir souvent, car la plus part du temps les mages choisissent la mission qui rapporte le plus, ou choisissent de manière aléatoire, sans vraiment se préoccuper du contenu, il y avait certes des exceptions, mais là c'était l'œuvre d'un homme habitué à la recherche du travail parfait pour la situation. Et puis, arriva le moment fatidique qu'attendait le mage du poison, la mission fut choisie et au vu de l'engouement de Sakki pour l'arracher du panneau mal éclairé, il s'agissait pour lui de la tâche parfaite. Le solitaire argumenta peu, se contentant d'espérer qu'elle convienne au mage à l'épée, précisant que ce dernier pouvait aller faire ses affaires et rejoindre son partenaire itinérant à la sortie de la ville, après quoi le buveur de bière salua son futur collègue de mission et partit en lui remettant la feuille précédemment retirée du panneau. Durant tout le temps où le brun à l'œil droit caché parla, le Slayer resta silencieux, le sourire toujours aux lèvres, mais une fois l'indépendant parti, l'Oakien ne put s'empêcher d'arquer le sourcil droit devant l'accélération des événements, ce type était surprenant, mais quel était le contenu de ce morceau de papier rectangulaire ? Après tout n'était-il pas à lui seul un nouveau renseignement quant à cet homme au cache œil ? N'attendant pas plus longtemps, le jeune mage regarda ce qui était écrit sur l'ordre et admettons-le, sa joie fut quelque peu... Cachée. Un léger sourire figé aux lèvres, le regard paralysé par ce qu'il lisait, l'empoisonneur s'était changé en statue humaine. Déjà rien que le titre était une horreur, ''Le Parrain'', tout un programme. La poursuite de la lecture ne fut pas triste non plus, une malédiction, une recherche de fontaine magique et en bonus, il allait y avoir des individus à combattre pour protéger un seigneur de la pègre. D'un coup, le tableau était devenu un petit peu plus sombre. Alors voilà le genre de mission qu'il prenait ? Mais soudain, son cerveau fit tilt, car il était possible que le borgne ait pris cette fiche, plus que d'autres, à cause du temps que les deux mages allaient devoir passer ensemble et des batailles qu'ils allaient devoir livrer, de quoi leur permettre de se connaître mutuellement de manière bien plus approfondie. Cette idée lui était inspirée d'un passage en particulier : « La mafia akurienne fait donc appel à vous, mages noirs, afin de garantir la sécurité du parrain durant son voyage », or qui disait voyage disait temps, qui disait temps disait discussion et qui disait discussion disait possible début d'amitié, donc d'un certain point de vue la mission en elle-même n'était pas du goût du fils de Motgift, mais ce qu'elle pouvait entraîner avec elle pouvait être fort utile à l'avenir !

Ce fut avec cette idée plus ou moins réconfortante que l'épéiste à la veste sans manches quitta à son tour la taverne et le château pour revenir sur ses pas et aller, comme conseillé par son futur compagnon de voyage, faire ses affaires et partir à la recherche d'un mafieux qui risquait de ne pas sortir indemne de la rencontre avec le jeune homme aux yeux ambre foncés. Et oui, on ne se refait pas et le mage de Thunder Light ne déroge pas à la règle, il pensait déjà à la manière fourbe ou directe de s'en prendre au mafioso sans pour autant nuire à sa réputation, même si la réputation du Poison Dragon Slayer n'était vraiment, mais vraiment pas répandue. Pour vous dire, le mage au poison rouge n'était même pas connu dans sa guilde et c'était une bien meilleure chose pour lui et sa lutte contre la guilde d'Oak, même si quelques échelons en plus histoire d'avoir un minimum de confiance supplémentaire n'était pas non plus inutile.

Un petit trajet séparait la mairie de la maison de Mark et par conséquent, il eut le temps de voir ce qu'il pouvait faire comme retournement de situation, afin de forcer se mafieux à donner la récompense et par un étrange hasard mourir juste après. Non ce n'était digne d'un samurai, pas digne de Mark et pas digne de Motgift. Ah... Motgift, mais qu'est-ce qui s'est passé dans la tête de ce dragon d'abandonner si soudainement son propre fils. C'était la question à un milliard. Quand le Pourfendeur rentra chez lui, son senseï était absent et vraisemblablement il n'avait pas oublié l'idée d'apprendre à son élève de se battre avec une lance. Il fallait l'admettre, le jeune homme était assez doué avec les armes aux corps-à-corps, mais il se demandait pourquoi le vieil homme tenait tant à lui apprendre l'art de lance et pourquoi si subitement ? La question restait entière et pour l'instant, il était préférable de rester avec le bon vieux katana et surtout préparer toutes les affaires pour le voyage. Contrairement à ce que l'on peut croire, le Chasseur de Dragons aimait partir en mission, même si le plus souvent, c'était pour la solitude, la paix ou juste pour saboter les plans de sa propre guilde, même si les occasions étaient rares et les manœuvres très délicates.

Le jeune mage aux pouvoirs capables de terrasser un dragon n'avait pas pris beaucoup d'affaires, juste un sac à dos avec quelques objets à l'intérieur, dont notamment un peu de poison dans une fiole au cas où une panne d'énergie se fasse sentir, un peu d'eau, car la soif était pire que la faim, un peu de chocolat, parce que c'était un calmant et la feuille où se trouvait le travail du jour. Il n'y avait rien de mieux que grignoter un peu pendant que l'on marchait vers un endroit particulièrement sombre. Oui, un raisonnement étrange, et dire qu'il allait devoir garder le sourire en aidant un malfrat à échapper à une mort sûrement mille fois méritée. Ca allait être très clair, les deux mages allaient aider ce sale type, ils recevraient la récompense et après quoi, un simple retour à la maison, inutile de perdre du temps à tuer le brigand de grande ville. Il était hors de question de passé plus d'une journée à jouer au sauveur de mafieux. Heureusement, l'idée d'avoir un possible nouvel allié pouvait être une raison valable d'aller retirer sa malédiction à cet homme.

Quand le brun aux cheveux en arrière vit le membre de Thunder Light arriver, il lui fit signe afin d'aider le rouquin/brun à localiser son compagnon et une fois arrivé l'un devant, l'autre, le voyageur solitaire entama sa marche vers Akurio, ville qui était inscrite comme destination de cette expédition, il en profita d'ailleurs pour me glisser quelques mots, disant qu'il espérait que le manipulateur de poisons aimaient les voyages, exposant aussi son idée quant à la localisation du maudit et précisant qu'il connaissait déjà la ville. Voilà qui fut fort rassurant pour le mage confirmé qui répondant par un simple sourire approbateur quant à l'idée d'une excursion sur un nouveau terrain, n'en pensa pas moins, trouvant son coéquipier assez étrange avec ses commentaires quant à la description d'Akurio, depuis quand une ville avec une guilde noire de haut rang pouvait être caractérisée de « sympatoche ». L'empoisonneur avait quelques indications au sujet de la ville qui abritait Dark Dragon, les soi-disant nouveaux alliés de Thunder Light et il savait que cette ville n'avait rien, mais alors vraiment rien d'une ville sympathique pour quelqu'un qui avait une once de code de l'honneur, mais passons, le but était désormais de faire de Senji un allié et non critiquer ses goûts aussi étranges soient-ils.

Les deux mages étaient donc partis de la ville médiévale et arpentaient les chemins terreux s'éloignant toujours plus de leur point de départ, Oak. Le soleil était au beau fixe, haut dans le ciel, caressant de ses rayons de lumière chaude les arbres, le sol, et même les deux explorateurs, ce dont le magicien sans guilde profita pleinement, sous le regard plus ou moins heureux du Pourfendeur de Dragons, qui se contenta de marcher et de regarder la nature environnante, espérant voir quelque chose d'intéressant, même si au fond, il ne savait pas vraiment ce qu'il cherchait. Dans ces observations, il vit arriver un oiseau et assez bas dans le ciel et ce dernier qui paraissait tout ce qu'il y a de plus normal fit quelque chose de tout ce qu'il y a de plus normal, lâchant une mine en plein ciel en direction de l'homme vêtu uniquement de noir. Une chance pour ce dernier, il put esquiver le missile avec une élégance que le mangeur de poisons ne lui aurait pas deviné et comme si cela était naturel, il finit par en rire et réajustant sa veste, il posa une question, qui admettons-le n'avait pas encore été posée, la nature des magies des deux participants à cette mission. Sur le coup, le regard de l'épéiste fut quelque peu surpris, mais cette surprise laissa place un regard un peu plus sérieux quand il écouta ce que l'autre brun lui disait au sujet de sa magie. Sakki, car cela était son nom de famille d'après ce qu'avait compris le Pourfendeur de lézards géants ailés, était l'homme que l'on surnommait le Blood Reaper, un mage de sang. Le soleil était au beau fixe, haut dans le ciel, caressant de ses rayons de lumière chaude les arbres, le sol, et même les deux explorateurs, ce dont le magicien sans guilde profita pleinement, sous le regard plus ou moins heureux du Pourfendeur de Dragons, qui se contenta de marcher et de regarder la nature environnante, espérant voir quelque chose d'intéressant, même si au fond, il ne savait pas vraiment ce qu'il cherchait. Le regard du questionné devint sérieux, car il n'aimait pas ce que ça magie pouvait entraîner, il avait encore quelques difficultés à ne pas empoisonner accidentellement les personnes autour de lui quand il utilisait sa magie, mais il décida quand même de faire revenir son sourire et répondit les yeux dans les yeux à son interlocuteur :

Je suis le Poison Dragon Slayer. Et à ce sujet je pense que je dois te préciser quelque chose d’assez important. Mon poison est un gaz hautement toxique et j’ai peur que si nous devions nous battre côte à côte, je ne t’empoisonne involontairement, je pense qu’il est nécessaire que tu saches que je n’utilise ma magie qu’en cas de besoin. Cette épée, ce katana que tu vois à ceinture, enfin entre mes ceintures, est là pour jauger mon adversaire et me permettre de ne pas avoir à utiliser mon poison. Certain appelle ça de la faiblesse, moi je pense que c’est une force. Dit-il le regard sérieux, mais le sourire rééquilibrant le visage vers un sentiment externe de confiance en soi digne des plus grands mages, même si l’auteur de ce discoure était loin d’être un grand mage, au fond qui peut devenir un grand mage avec la vengeance comme moteur ?

Il était vrai que depuis la mort de la femme de Mark, Shô fait très attention à cette saleté d’effet secondaire qu’a le poison, car il s’agit à la base d’un poison censé pouvoir terrasser un dragon, donc un humain ne devrait théoriquement pas durer bien longtemps contre cette substance gazeuse rouge et noire. Les deux compères discutèrent tout le long de la marche, encore et encore, se faisant un questionnaire improvisé qui permettait de passer le temps et renforçait les liens naissants entre les deux bruns.



Akurio

La discussion entre les deux hommes avait duré fort longtemps et au fond c'était tant mieux pour l'ambiance générale, au moins l'ennuie n'avait aucun endroit où s'immiscer entre les voyageurs téméraires. Mais le temps n'était plus à la papote, car devant nos deux amis apparut une voiture noire, quatre chevaux noirs étaient là pour garantir la mobilité de l'engin. Etrangement, le membre de la guilde d'Oak regarda les yeux des chevaux de là où il était et il y voyait de la tristesse, ce n'était pas normal, il fallait se méfier de ces types. Ce ne fut qu'après son observation des quatre magnifiques bêtes que le regard ambre du grand brun se tourna vers la voiture en elle-même et fut surpris de voir que pour quelqu'un qui devait rester discret, le véhicule utilisé était fort joliment décoré, de belles arabesques dorées sur un fond noir brillant. Il était évident que les deux mages avaient trouvé l'employeur, mais maintenant, il allait y avoir un problème, les gardes, car un mafieux digne de ce nom ne se déplace jamais sans gardes du corps, alors pourquoi celui-ci ferait exception ?
 

De toute évidence il avait raison au moins sur ce point, les portières s'ouvrirent et Weissdren vit trois hommes habillés en costumes noirs et chemises blanches descendre et refermèrent tout de suite après eux. La triplette de mafieux était formée de trois types maigrichons avec tous les mêmes regards insolents. Ils étaient tous les trois blonds, un grand avec une coupe en pétards, un de taille moyenne qui avait les cheveux moyennement courts avec une raie à droite et un dernier, le plus petit des trois, qui lui avait de longs cheveux blonds, lui descendant jusqu'à mi-dos. Il allait bien y avoir une intervention du principal concerné, mais le Dragon Slayer imaginait que les éclaireurs sortirent dans le but d'une possible fouille des sacs et vêtements des deux mages, le mangeur de toxines ne savait pas si le brun qui avait fait tout ce chemin avec lui était disposé à se faire fouiller, sans compter que son caractère ainsi que sa façon de parler n'était pas celle d'un enfant de cœur qui se laissait bien gentiment fouiller sous toutes les coutures sans rien dire. Par conséquent le buveur et mangeur de poisons se mit en ligne de front devant les trois hommes afin d'attirer l'attention sur lui en avançant d'un pas, tous trois firent mine de lui barrer la route. L'homme de main de taille moyenne s'approcha de l'utilisateur de toxines et d'une voix particulièrement agacée et hautaine il lui demanda qui ils étaient lui et le balai-brosse, en parlant de Senji, ce qu'ils venaient faire ici et ce qu'il y avait dans le sac à dos de l'Oakien hypocrite. Ce dernier préféra éviter toutes altercations négatives avec son partenaire et les trois blonds devant lui quitte à attirer toutes leurs foudres uniquement sur lui, il fallait tout de même qu'il évite d'avoir l'air trouillard devant le moindre problème et par conséquent, répondit avec son sourire habituel à toutes les questions qui lui étaient posées.

Nous sommes les mages chargés de s'occuper de votre petit problème, du moins celui de votre patron, sauf s'il y a un autre malade dans le lot... ? Ironisa-t-il. Pour ce qui est de mon sac à dos, regardez par vous-même, mais si vous l'abîmez, vous m'en paierez un neuf.
 

Les trois mafiosi rirent à sa dernière remarque. Le plus grand s'adressa au Blood Reaper en lui demandant si ce que son partenaire disait été vrai et si sa coupe était naturelle ou si le balai-brosse était obligatoire. Les gardes du corps voulait vraiment se montrer offensant et il sentait en Sakki une menace, au point que le mafieux de taille moyenne en vint à faire une découverte, il trouvait la tête du mage de sang familière et le lui fit remarquer pour vérifier son idée et renchéri en lui demandant s'il n'était pas le ''Blood Reaper''.

Pendant le temps où les deux plus grands du lot s'occupaient de l'utilisateur de sang, le petit blond se moqua de la couleur de cheveux du maître empoisonneur sans effets de la part de ce dernier et par la suite, le moqueur dans son désarroi du manque de réaction de sa victime prit son sac manu militari afin de vérifier son contenu et voir s'il n'y avait pas un danger pour le Parrain, je vous laisse imaginer la surprise occasionnée par la fiole de poison que le Pourfendeur aux pouvoirs dangereux pour la santé avait pris pour recharger ses batteries. Le grand blond semblait piquer une crise de nerfs à la vue du petit récipient en verre avec le liquide vert pâle. Il commença à s'énerver, parlant de tentatives d'assassinat de complot, menaçant les deux mages de mort. Le sang du mage au katana ne fit qu'un tour et le mage venimeux prit le petit récipient en l'arrachant des mains du petit blondinet et but une partie du liquide pour ensuite reprendre le sac et remettre le breuvage à l'intérieur.
 

Je suis LE Poison Dragon Slayer, cette fiole est pour moi, inutile de s'alarmer, je l'utilise pour me ressourcer. Il mit l'accent sur « LE » afin d'imposer sa supériorité aux trois compères et éviter d'ultérieurs débordements. Le brun aux reflets rouges ne prit même pas note des réactions, voulant en finir au plus vite, il haussa le ton afin d'être entendu depuis la voiture et de l'homme qui était certainement à l'intérieur. Vous pourriez peut-être nous parler un peu de ce que vous voulez, ce sera déjà une avancée plus importante dans la mission et si vous pouviez éviter que vos chiens de garde ne soit blessant envers mon ami, cela éviterait des morts inutiles, n'est-ce pas Senji ?

Après ces dernières paroles, le mage souriant se retourna vers son équipier comme pour dire désolé de t'avoir entrainé là-dedans, mais c'était nécessaire. Le jeune apprenti des arts martiaux traditionnels voulu ajouter à son regard des paroles, mais une voix grave et malade interrompit son action.
 
Vous avez raison jeunes mages, mes gardes ont tendance à me surprotéger, mais ma condition l'impose et tous doivent faire avec, que ça plaise ou non. Approchez maintenant, je sais qui vous êtes et je sais que l'argent est la raison qui vous pousse à venir.

 
L'empoisonneur vit le trio laisser passer les deux mages en mission, le rouquin/brun ne savait pas pour son collègue, mais lui avançait jusqu'à une distance qu'il jugea correcte et commença à écouter les dires du malade une fois le faucheur du sang arrivé sur place.
 
De nombreux dangers vous attendent et déjà en cet instant ma sécurité est incertaine, j'ose croire que vous êtes à la hauteur de mes attentes. Il marqua une pause afin de laisser les deux visés réagir, chose que ne fit pas l'utilisateur de poisons, puis le maudit reprit. Bien, j'ose croire en vous, mages inconnus. Je vous propose de partir immédiatement à la fontaine de ma délivrance.

Après un petit temps nécessaire aux blonds pour revenir dans le véhicule, et pour quelques réactions dernières minute, la voiture se mit en route et bien évidemment les mages venant d'Oak était restés à pieds, bien que des points d'accroche à l'arrière de la diligence permettait d'éviter une nouvelle marche, le mage de la guilde de l'aigle ne saisit pas l'opportunité, un peu plus ou un peu moins, quelle était la différence ? Etrangement l'on pouvait presque sentir des regards se poser sur le groupuscule, depuis qu'ils avaient commencé à bouger. Paranoïa ou impression justifiée ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Re: Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô Weissdren] Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô  Weissdren] EmptyLun 8 Déc 2014 - 16:24

Et ben comment dire... J'étais un put*in de chanceux ! Mon compagnon était un Dragon Slayer et du poison qui plus est ! Pourquoi une chance ? Car dans ma première mission dans ce pays, j'eus pu rencontrer un autre Pourfendeur de Dragon, celui de la glace, même si son aide n'était pas ce qu'il y avait de plus comment dire... Coopérative, j'avais pu remarquer la puissance de cette magie centenaire !

Ainsi, le sang et le poison allaient former une équipe d'enfer ! Cela me motiva pour la suite des événements, je ne vous le cacherai pas. Qu'elle super idée avais-je eu de prendre cette quête qui s'étalerait sans doute sur la longueur ! Moi et Shô allions pouvoir faire plus ample connaissance, tout en se faisant de l'argent et une idée respective sur nos deux puissances. Rien de mieux pour deux futurs alliés, ou tout du moins ce que l'on avait tous les deux l'air d'espérer.

Toutefois, une chose qui m'énerva bien vite, était qu'il mit l'accent sur la puissance de son poison et qu'il me mettait en garde sur les possibles effets néfastes de celui-ci. Je ne pus ne rien dire, c'était dans mes gênes d'assassin, de tueur et d'alcoolique ! Enfin non, je n'étais pas accro à l'alcool, non... J'aimais bien et j'en buvais beaucoup... Nuance ! Bref ! D'une voix assez sérieuse, je pris la parole.


Oye mon brave dragon, t'inquiète, j'ai pus faire le rapprochement assez vite que : poison égale danger. Néanmoins... Ne sous-estime pas le corps d'un voyageur solitaire tel que moi ! Mais promis, je ne te retirerai pas ton moment de gloire, tu pourras dézinguer une bonne partie des mécréants qui nous barreront la route, à l'aide de ton arme blanche ou ta magie. Cependant, je prends en charge de veiller sur toi !

Je dois bien avouer que dit ainsi, cela pourrait paraître étrange. Mais le sourire bienveillant que je portai à mon acolyte pouvait lui faire vite comprendre, que j'aimai prendre soin de ceux ayant ne serait-ce qu'un peu confiance en moi. Puis je me mis à penser aux visages de certains crétins qui me manquaient un peu, quelque barbus de Minstrel, qui avaient la joie de vivre et qui savaient la transmettre à n'importe qui.

Passant ma main dans mes cheveux en pics, puis soupirant un bon coup, je chassai ces moments lointains. Je ne voulais en aucun cas ennuyer mon camarade d'infortune ! Avançant fièrement dans cette nature verdoyante et hostile, je pus en apprendre des vertes et des pas mûres sur mon associé et lui en appris de même sur moi. S'échangeant des banalités, des vannes foireuses et un peu de vécu, cette relation s'annonçait fort plaisante !


Akurio :

Assez radoté, maintenant je devais vous parler des choses récentes ! Telles que... La descente de trois gorilles censés être impressionnants, je me mis à pouffer un rire, ces gars avaient tellement la gueule des classiques débiles profonds ! Excusez-moi, mais c'était trop tentant... Faut dire qu'entre le grand costaud, le moyen crétin et le petit travesti, on avait là un beau trio de vainqueurs ! Qu'importe... Tout cela aura au moins eu le mérite de me faire rire.

Mais... Mais... Comment ?! Ces types me faisaient ch*er pour me fouiller ? Mon unique œil valide s'écarquilla anormalement, un petit air de folie, mélangé à l'amusement et surtout, de la colère ressortait de mon regard. Ce qui fit directement reculer celui qui s'était approché de moi. Au moins, les bases étaient posées.

Bref, j'entendis une petite remarque sur ma coupe du moyen humain, une réaction se fit vite sentir de ma part. Je me mis à lâcher un bon crachat digne d'un chameau devant les trois attardés. Le plus grand vint vers moi après cela. Oh... Il n'avait pas apprécié hein ?! Il allait appeler sa mère ? Non. Il préféra me charrier sur ma coupe et me demander si mon coéquipier disait vrai. Je pris donc la parole, agacé par leurs manières, en plus un des conn*rds me demanda si j'étais le
« Blood Reaper »... On allait s'amuser...

Bien joué Sherlock ! JE suis le Blood Reaper, et si vous ne voulez pas finir avec votre tête roulante au sol, j'vous conseillerai de la fermer et de tout de suite dire à quelqu'un de compétent d'nous parler !

Parfait, j'avais l'attention et la rage des deux têtes de gondole sur moi. Je le sentais... Leurs dents grinçaient, leurs sourcils fronçaient et de la sueur se sentait ! La peur mélangée à la colère rageuse était un délice à mon œil ! Un sourire digne de l'assassin que j'étais vint orner mon visage, provoquant encore plus les deux larbins. Ceux-ci ne le prirent pas bien et levèrent respectivement un bras gauche et un droit.

Excellent... Merveilleux... MAGNIFIQUE ! Mes deux puissants bras stoppèrent sans peine leurs coups inutiles, inutiles, inutiles, inutiles, INUTILES ! Et enfin ! Un coup de coude dans le foie du plus haut et un autre dans la dentition du moyen plus tard, et ils étaient calmés. Un petit rire sentant l'hystérie mais assez discret sortit de mes cordes vocales, je me mis à regarder Weissdren qui se mit à me parler.

Le pauvre regarda mes dégâts et je me mis à lui sourire un peu gêné en me frottant l'arrière du crâne... J'avais gaffé... Mais au moins ça annonçait du lourd ! Et avec mon humiliation les gardes de corps réfléchiraient à deux fois grâce à mes actions ! Une voix vielle ou malade ou encore les deux s'entendit. Le commanditaire certainement... Les deux agonisant au sol, ne me barraient plus le passage, donc je pus passer sans crainte pendant que le nain d'jardin alla voir ses amis.

Le parrain -certainement- osa douter de nos chances de réussite ! Il parla de nombreux dangers, qu'il était sans doute déjà dans la m*rde... Et bien oui ! Si tes employés étaient aussi puissants qu'intelligent, il y avait de quoi s'inquiéter, mais aujourd'hui ! En ce moment présent ! En ce jour, moi ! Senji Sakki et le prodigieux, le fabuleux, le merveilleux, le miraculeux et le faramineux Shô Weissdren, étaient dans la place ! Alors je ne pus rester muet comme une tombe, face à cette insulte !


Oye le mafieux maudit ! Dis-je en pointant du doigt sa direction, même s'il ne le voyait sans doute pas. T'as ici deux mages d'exceptions ! Alors ne va pas essayer d'nous démotiver ! Le Blood Reaper est là ! Un dragon Slayer l'accompagne ! Nous sommes un duo invincible, moi j'vous l'dis !

Mon rire sentait la confiance à des kilomètres ! Non pas de la confiance uniquement en moi-même, non, non. Mais aussi en les capacités de mon acolyte. Je ne fis pas vraiment gaffe s'il avait mal pris ma prise de parole ou mon regard, car mon attention fut détournée par les trois blondinets, dont deux endommagés, qui essayaient tant bien que mal à rentrer dans le carrosse de leur boss.

Moi et mon allié d'aujourd'hui et de plusieurs jours, avions décidés de rester à pied. Cela ferait du bien aux jambes, ça les endurcirait ! Nous parlâmes des trois nigauds en se foutant royalement de leur face, je m'excusai aussi pour mon petit excès, mais ils m'avaient bien saoulé... Et nous arrivâmes vite à la même conclusion, ils l'avaient bien mérité !

Néanmoins, quelque chose trottait dans ma tête, je sentis déjà des présences autres que nous autour de notre groupe. Pas via magie, mais par instinct et habitude, je savais déjà que nous étions épiés. Lorsqu'une des discussions avec mon nouvel compagnon de route s'arrêta, je murmurai faiblement
« Blood Vision » tout en fermant et rouvrant mon œil. Je pus voir plusieurs silhouettes ressortirent des lieux.

Certaines avaient l'apparence de bestioles communes, rien de bien dangereux, mais d'autre semblèrent plus humaines et donc plus intéressantes. J'en fis part à mon partenaire de quête, qui avait l'air un peu anxieux, d'un sourire rassurant, j'essayai de le réconforter, après tout, nos réserves étaient au max et notre forme était parfaite ! Toutefois, je restai intérieurement aux aguets, même s'il semblait débile d'attaquer alors que nous venions d'arriver, il se pourrait que les chasseurs de primes aient envie d'avoir vite leur récompense...


Dernière édition par Senji Sakki le Sam 28 Mar 2015 - 16:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Game Master

Game Master

Masculin Messages : 398
Date d'inscription : 20/03/2014
Localisation : Cosmos

Feuille du Mage
Surnom: Mr. Propre
Magie: Omnipotence
Points de Puissance:
Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô  Weissdren] Left_bar_bleue999999999/999999999Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô  Weissdren] Empty_bar_bleue  (999999999/999999999)


MessageSujet: Re: Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô Weissdren] Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô  Weissdren] EmptyMar 9 Déc 2014 - 13:34

Le parrain de la mafia, un bon vivant affublé d’un léger embonpoint, était allongé au fond de la diligence. Son bras droit, Kyo Saidokkiku, qui avait diffusé l’appel à l’aide, faisait office cocher, sur une banquette à l’avant du véhicule. Inquiet pour son employeur et ami, il avisait d’un air suspicieux les deux mages  noirs y ayant répondu. Il s’agissait, d’après leurs paroles, du Poison Dragon Slayer et du Blood Reaper. Un duo plutôt singulier. Les deux malfrats utilisaient chacun une substance se rapprochant plus de l’impiété que de la sainteté. Quoique le sang soit parfois considéré comme noble… Mais, de toute façon, au vu des coups qu’avaient récolté les gardes du corps partis fouiller le Pourfendeur et le mage de sang, ce dernier n’utilisait pas son élément de façon…  Admirable…
Le cerbère gardant son maître avait aussi vu sa chique être coupée par une démonstration de force de la part du Dragon Venimeux, qui, sans sourciller, avait avalé la moitié d’un flacon empli d’un liquide douteux.
Peu après, le grand mafioso avertit le duo de mages noirs des dangers que la procession courait avant de leur intimer poliment de se hâter au départ. Ce à quoi Senji répondit avec une certaine présomption digne de sa jeunesse. Le trio blond, légèrement amoché, rentra dans l’élégante diligence et s’installa en face du parrain, laissant le Dragon Slayer et le Blood Reaper fermer la marche, se déplaçant à pied.
L’opération était discrète. L’on entendait que les renâclements de chevaux et le battage du sol par leurs sabots. Un véhicule magique aurait gaspillé les réserves des mages tout en étant bien trop ostentatoire…
Ils étaient sept. Un homme important, son bras droit et trois de ses meilleurs hommes. Deux mages aux talents respectables. Le parrain espérait ne pas regretter son choix alors qu’il les observait, d’un œil quelque peu inquiet, bavarder derrière le coche.
Bah… Après tout, ils avaient fait preuve de confiance en leurs capacités. Ce ne devait pas être pour rien. D’autant plus que les blonds avaient été tenus en respect, sachant leur efficacité au combat rapproché et leur adresse au tir… Le vieux malfrat se concentra sur le cliquetis produit par les armes se situant sous sa banquette… De la ferraillerie, quelques lacrymas explosives bien harnachées et des armes de poing à balles magiques.
Il se détendit légèrement, soupirant longuement de son souffle malade.
Soudain, il fut pris d’une violente quinte de toux. Il toussa, toussa jusqu’à n’en plus pouvoir respirer…
Quand il put enfin reprendre sa respiration, il avisa la paume de sa main, blafarde et maladive. Manifestement, il avait expectoré un peu de liquide rouge… Rien de grave… Mais… Mais… Ce n’était pas rien non plus…

Quelque temps plus tard, alors que le soleil commençait à décliner, la procession, progressant sur un petit chemin sinueux au beau milieu d’une forêt assez peu dense mais où d’immenses arbres poussaient, semblait, d’après Senji comme Shô… Epiée.
A vrai dire, il était tout à fait normal, lorsque l’on menait une mission comme telle, de ressentir cela. Au reste, cette fois-ci, cela était bien justifié.
Sans une quelconque forme de préambule, une pluie de balles s’abattit sur le groupe. Un gang de mages ! Des mages utilisant des armes à feu !
Deux,  situés, au sommet des arbres, attaquèrent avec leur fusil de précision. Trois autres, plus téméraires, foncèrent comme des bœufs sur le chemin terreux, fusil à pompe en main. Pour finir, les cinq restant restèrent à mi-distance et entreprirent de vider le chargeur de leur mitrailleuse.
Bien entendu, les soudaines actions se produisirent simultanément.
Le verre composant les vitres de la diligence était, certes, renforcé pour pallier à ce genre d’attaque. Mais comme toute chose, il ne pouvait durer éternellement…
Comment nos mages noirs allaient-ils réagir afin de limiter les dégâts de cette première échauffourée ?


________________________________________________________________________________________

- Dix bandits vous tendent une embuscade ! Ils tirent dans le tas, vous mitraillant de leurs armes. Ils maîtrisent tous la Pistolera et possèdent individuellement une puissance de 600 PPs. C’est à vous de les gérer et des vous auto-modérer, mais, attention aux chevaux... Vous ne vous déplacez que grâce à eux. Ce serait bien fâcheux de les perdre !
- Le parrain commence à tousser, par moment, un peu de sang
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Re: Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô Weissdren] Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô  Weissdren] EmptyMar 9 Déc 2014 - 20:00

Vraisemblablement, Senji et le Slayer étaient tous les deux d'accord sur un point, les trois blondinets avaient eu une correction aussi bien physique de par les coups reçus et psychologique de par la surprise d'un homme pouvant faire quelque chose qui ne leur viendrait même pas en tête. En somme, une bonne correction comme on en voit peu de nos jours face à ce genre d'individus particulièrement néfastes pour la société. Pourtant, les moqueries à l'encontre des mafieux ne se prolongèrent pas bien longtemps. Le soleil commençait à sérieusement disparaître derrière la ligne de l'horizon et il était évident que le combat serait nocturne. Non pas que cela gênait vraiment notre Pourfendeur de Dragons, mais un combat de nuit dans un environnement louche avec une bande de nigauds à protéger n'était pas vraiment le terrain ou même la situation idéale. Heureusement, heureusement que le Blood Reaper était là et qu'il semblait se sentir dans son élément, du moins il ne semblait pas s'inquiéter d'après les rapides observations du mage aux pouvoirs gazeux mortel. Plus le groupe avançait et plus les sens surdéveloppés du rouquin se mirent en alerte, des bruits venant de toutes parts, mais qu'étaient-ils, ou plus exactement, qui provoquaient ces sons de mouvements entre les immenses arbres de la forêt dans laquelle le groupuscule de chercheurs de fontaines magiques s'étaient plongés. Impossible de savoir exactement, il y a avait trop d'odeurs dans ces bois et le parfum assez fort des chevaux n'aidait pas à la tâche.

Se souvenir des enseignements d'un maître sexagénaire quand l'on est qu'un simple adolescent en milieu hostile n'était pas aisé même si cela n'était pas la première mission qu'exécutait l'Oakien, il s'agissait tout de même de sa première mission en duo avec le mage de sang et il ne fut pas souhaitable de se retrouver débordé dès les premiers instants alors que l'attaque en elle-même n'avait pas encore débuté. Une grande inspiration, rien ne valait une bonne dose d'oxygène pour se calmer, même si rien ne valait le chocolat noir dans ces cas-là. Mark avait l'habitude de demander à son élève de laisser ses problèmes de guilde derrière lui dans un combat, de se comporter comme un homme, de se comporter comme un samurai. Avalant une bonne bouchée d'air et expirant le surplus calmement, l'empoisonneur n'eut aucun mal à retrouver la sérénité que tout manieur de lame devait avoir pour trancher avec précision. Un esprit embrouillé est un corps quasiment enterré.

Les bruits étaient bien plus clairs aidant à repérer correctement leurs positions, mais les odeurs n'étaient pas encore suffisamment définies, il faut dire qu'être un Dragon Slayer ne veut pas non plus dire être un chien pisteur et le mage à la lame argentée le savait. Ce dernier eut la surprise d'entendre des cliquetis juste devant lui, ceux-ci ne venant pas des roues et surtout un homme tousser, sûrement le parrain. Bon sang, il ne manquait plus que ça. Bien fait pour lui, il n'avait qu'à vivre honorablement et ça ne lui serait pas arrivé. Tout de même, il était préférable que le vieil enrobé ne meure pas avant la fin de la mission. L'épéiste fut surpris de ces propos internes, mais d'où venaient dont ces pensées ? C'était indigne d'un samurai ou même d'un mage digne de ce nom. Il ne fallait surtout pas être influencé par les comportements meurtriers de certains membres de Thunder Light. Voilà une chose que craignait le Chasseur de reptiles géants ailés, devenir un meurtrier, devenir un monstre.

Soudainement, un craquement important se fit entendre, puis deux et enfin des tirs avec en accompagnement des hurlements de colère, vous en avez déjà entendu parler de ces hurlements inutiles qui vous brisaient les tympans dans un combat ? Et bien quand l'on a l'ouïe sensibilisée par une grande concentration, cela devenait vraiment indisposant. Le sourire du grand brun se réduisit quelque peu, puis il se colla dos à la diligence qui s'était arrêtée et tout en dégainant son katana, les yeux ambre se froncèrent et cherchant une stratégie valable qui pouvait peut-être réduire les pertes générales du matériel et des individus que ce dis matériel transportait. Avant tout, il fallait une vue d'ensemble de la scène comme aux échecs, mais bon sang ce n'était pas des pions qui étaient en jeu, mais de tierces personnes, certes peu bienveillantes, mais il fallait tout de même réussir cette fichue mission, un Dragon Slayer n'allait tout de même pas se faire avoir par une bande d'idiots avec une Pistolera un peu trop active. Le manipulateur de poison rouge et noir et se retourna légèrement et regarda par-dessus le véhicule pour rapidement jeter un petit coup d'œil et en déduire que son globe oculaire droit venait d'échapper au sort funeste que le tir magique d'un sniper lui avait réservé. Faisant son point il parla dans le vide, sans vraiment savoir si son partenaire de mission était toujours là où non, mais une chose était certaine pour que les tirs soit aussi peu précis, même quand l'on est presque à découvert, ces individus devaient avoir un certain talent pour tirer dans le tas.

Bon Je crois qu’il y en a une dizaine, je dis ça parce que j’ai vu approximativement une dizaine de lumière. Bon, on dirait que la caisse noire qui leur sert de voiture semble tenir alors… Oh et puis mince.

S'arrêtant en plein discours Weissdren décida de passer à l'action directement en se débarrassant des deux snipers qui faisaient office de soutien depuis les arbres. Pour se faire, il n'y avait rien de mieux qu'une technique de longue distance contre une technique de longue distance. Il n'aimait pas attaquer immédiatement avec son poison, mais une attaque à dix, et même pas de corps-à-corps ? Il était hors de question de laisser ces types enlever la possibilité d'avoir un nouvel allié. Le fils de Motgift passa rapidement sa main gauche au-dessus du toit de la voiture, tout en la pointant en direction l'épéiste contrarié de la lâcheté des snipers. Un nuage de poison rouge sang avec des tâches noires sorti de la main exposée aux tirs et en un instant ce nuage de gaz toxiques bicolore se transforma en une rafale de projectiles aux allures d'écailles incurvées qui bien que peu précises tailladèrent à grande vitesse les branches qui stabilisaient le premier des deux tireurs hauts perchés. Le mage au fusil de précision entama sa chute, mais le brun venimeux avait un autre projet pour lui. Le nuage de poison termina ses rafales d'écailles et son utilisateur fonça vers l'homme tombant en évitant les balles perdues, hormis une qui fut un petit trou dans son manteau sans pour autant blesser son porteur.

Le fils du dragon au poison mortel attrapa par le visage le tireur presque arrivé au sol et d'un coup sec au niveau de sa nuque en utilisant le pommeau de son arme pour éviter toutes révoltes et se servit du corps de l'homme comme bouclier et s'adressa aux trois hommes de front :

Vous voulez jouer aux béliers lâches ?! Et bien, on va y jouer ! Dit-il d'un ton assez contrarié par le mode opératoire choisit par ce gang.

Le mage de Thunder Light se mit à courir en direction des trois téméraires et sans l'ombre d'une hésitation, même s'il n'était pas bien fier de lui mit le sniper en défense de manière à éviter que le sniper ne veuille tirer, les trois zigotos de face étant bien trop occupés avec la charrette noire améliorée, le Pourfendeur à l'épée dégainé inspira un bon coup, se disant qu'il avait de la chance d'avoir pris un peu de poison quelques minutes auparavant. Exposant son corps pendant quelques instants en lâchant son bouclier, le mage déchaîna son poison dans un faible souffle de gaz toxiques, visant à garder de l'énergie pour les combats suivants. Sans mettre ses mains en entonnoir, le venimeux envoya l'une des techniques les plus connues des Dragon Slayers :

Dokuryu no... Hôkô !

Il n'avait pas crié le nom de sa technique, mais l’avait dit de manière contrariée. Le souffle de toxines à la bichromie rouge et noire s’infiltra sur le terrain comme un virus et très vite les trois assaillant de devant furent mis K.O par une difficulté significative à respirer et par les trois coups de lame d’un  Chasseur de Dragons pressé d’en finir avec eux. Après quoi il pensa judicieux de laisser son coéquipier terminer le travail, sachant que le rapport de force entre les deux mages était sûrement important. Le Pourfendeur au gaz presque solide retourna vers le véhicule afin d’éviter une possible riposte tout en essayant de se faire entendre de son équipier.

Désolé Senji, je n’aime pas les lâches, ça me donne envie d’empoisonner leurs mauvaises idées. Je ne veux pas que tu t’ennuie, je te laisse les autres idiots. Dit-il un léger sourire désolé aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Re: Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô Weissdren] Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô  Weissdren] EmptySam 13 Déc 2014 - 20:44

Le voile obscur de la nuit submergeait les étendues de la région. La nuit, cet instant de la journée que beaucoup craignent de par sa noirceur et l'état d'insécurité qu'elle émet. Ce genre de gens est faible et inutile pour la société ! Moi, j'étais dans mon milieu naturel ! Grâce à ma « Blood Vision » rien ne pouvait m'échapper ! Je voyais déjà les formes des demeurés qui nous suivaient ! Un sourire sournois et sadique se dessina sur mon visage, je pourrais faire d'une pierre de coup !

Non seulement, je prouverai ma supériorité aux débiles du grand manitou, mais en plus, je pourrais rassurer mon compagnon sur mes capacités. La grande gueule que je suis, pouvait facilement être prise pour un crocodile, grande gueule mais petits bras. Toutefois, cela était faux, si malentendu il y avait, je le corrigerai sur-le-champ !

Mais passons ! Une toux de vieillard plus tard, puis nous voilà prit en embuscade -prévisible- ! Des pistoleros à en juger par leurs manières. De trop faibles adversaires pour une élite telle que moi ! Oye... Depuis quand je suis autant arrogant moi ? Bah, c'était en partie vrai ! Bref, les balles tirées par les mitrailleurs n'eurent point le temps d'arriver au chariot, je me mis à gueuler au cocher de s'arrêter, il ne comprit pas de suite, mais mon œil devait être assez persuasif, puisqu'il s'arrêta.


Blood Wall ! Criai-je sourire aux lèvres en m'entaillant sur toute la longueur de mes bras. Avec ça on sera à l'abri, bande de tocards... Murmurai-je.

Mon sang vint devant moi et forma une muraille d'hémoglobine qui encaissa sans broncher les tirs des misérables ! Toute la voiture ainsi que les chevaux étaient à présent protégés. Une bonne chose faite, nos boulets allaient être très sages et la fermer. Voyant mon acolyte faire un peu le ménage, j'en profitai pour aller ouvrir une des portières de la diligence. Et d'un ton faussement amical, je leur balançai :

Comme vous avez sans doute dû le comprendre, nous avons rencontré quelques crétins sur la route. Ce ne sera pas long, alors je vous prierai de ne pas sortir du véhicule avant la fin du massacre.

Mon sourire était fait dans l'unique but de me f*utre de la gueule des trois débiles et sans vouloir me vanter, j'étais sûr que cela avait fonctionné ! Bref, je refermai la porte et juste en sortant, j'entendis mon nouvel ami ! Les tirs des artilleurs arrivaient à peine à érafler ma muraille sanguine, j'espère que Shô avait compris qu'on était à l'abri derrière et que les forcenés s'acharnaient pour rien.

Bref, il débita deux ou trois raisons pour justifier son action, je ne pus m'empêcher de sourire. L'innocence de ce gars allait causer sa perte ! Mais foi de Senji, sa perte ne sera pas causée avec moi dans les parages ! Bien à couvert, je mis ma main sur l'épaule droite du grand brun, dirigeai mon œil sympathique dans son regard puis je finis par parler de mon ton réellement chaleureux.


Ne t'en fais surtout pour ça, n'oublie pas que l'important, c'est de se défouler sur ce genre de gars. Maintenant profite du spectacle ! Lui dis-je en ponctuant la fin de ma phrase d'un sourire sincère.

Je retirai ma main du corps de ce Weissdren et profitai de mes entailles que j'avais volontairement laissées ouvertes. Du sang en sortit de nouveau, mais ce coup-ci, c'est des lames qu'il forma, mes délicieuses « Blade Reapers » ! Je me mis à foncer comme un dératé ! Passant sur le côté gauche de mon sort défensif, je courus droit sur mes adversaires qui avaient la gâchette trop sensible !

Sur le chemin qui me séparait de mes ennemis, je donnai des coups de lames dans leurs balles et les tranchai ainsi que déviai ! Mes frappes éclairs anéantissaient toute opposition, tandis que les traîtres commençaient à avoir les chocottes, moi ! Senji Sakki, avançait de plus en plus ! Jusqu'à arriver au moment fatidique ! Là où mes lames pourraient se délecter du sang des tafioles aux armes à feu !

Néanmoins en chemin, un tir qui me frôla la joue gauche me stoppa dans mon élan. Un sniper ! Mais d'après ce que j'avais pu voir, mon partenaire les avait tués non ? Mince ! Il n'en avait eu qu'un seul, ma paume droite vint violemment se plaquer contre mon front. M*rde ! M*rde ! M*rde ! Bon reste calme mon petit Senji... Grâce à ma vision améliorée, je voyais ce petit saligaud...


Blood Burst !

Sans pour autant épuiser tout mon sang et en coupant les extrémités de mes doigts. Je pus moi aussi jouer au cow-boy et mitrailler l’embusquer, tout en esquivant les tirs que je ne pouvais plus trancher... Ce fut un peu plus compliquer que prévu. D'ailleurs je sentis deux ou trois impact dans mon dos, bord*l ! Bon ! J'avais trucidé le sniper ! Cela fait, je me retournai dans la bonne direction et refis mon petit manège de professionnel des lames.  

Toujours en parant leurs balles, je me mis dans leur rangée parfaitement droite ! Ainsi ils arrêtèrent de tirer en boucle pour éviter de tuer leurs camarades. Une erreur de trop ! Mes jambes, mes poings ainsi que mes lames s'occupèrent proprement des cow-boys du dimanche ! En moins d'une minute, les cinq inconnus finirent par rejoindre le royaume des morts, tous une tête en moins, comme disait une chanson bien connue, et la tête alouette !

Me débarrassant de mes lames et de mon mur de sang, je fis signe à Shô afin de lui dire que tout était okay ! Bon utiliser directement un sort jugé de « puissant » par certains n'était sans doute pas approprié, mais qu'importe, je devais protéger un mafieux et je n'allais pas le faire à moitié, moi j'y tenais à ma bourse de joyaux ! Bref, bref, bref... Je gravis les quelques mètres qui me séparaient de mon allié et cicatrisai mes plaies.

Arrivant à son hauteur je gueulai au cocher que tout était bon, qu'ils pouvaient repartir. Peut-être que maintenant, ils allaient avoir un peu plus confiance en nos chances de survie. Je l'espérai bien ! Tout en accélérant mon rythme cardiaque, nous reprîmes la route, moi, l'agréable Shô Weissdren et... Les autres.

Sur le chemin je dis à mon compagnon de route, que je les avais repérés depuis un moment grâce à ma vision sanguine, qui était toujours active d'ailleurs. Mais sait-on jamais, d'autres choses pourraient nous attaquer, puis dans cette forêt... Je ne sais pas... Avec le vacarme qu'ils avaient créé, les bêtes qui gisaient en ces lieux allaient peut-être se réveiller et nous attaquer. Je fis part de mes inquiétudes à mon camarade de quête, avec un air plus sérieux cette fois.

Comme quoi, par moment, j'arrivai à avoir la tête d'un vieux con borné ! Passons ! Je lui demandai s'il connaissait les environs et les bestioles se trouvant dans les forêts de Fiore. Après tout, je venais juste d'arriver dans cette contrée moi ! Alors tout en demandant cela, je surenchéris en lui disant qu'un plan de secours pourrait nous être utile. Histoire de pouvoir au pire, nous tirer d'une situation délicate, mais bon, fallait déjà qu'il me réponde !


Dernière édition par Senji Sakki le Sam 28 Mar 2015 - 17:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Game Master

Game Master

Masculin Messages : 398
Date d'inscription : 20/03/2014
Localisation : Cosmos

Feuille du Mage
Surnom: Mr. Propre
Magie: Omnipotence
Points de Puissance:
Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô  Weissdren] Left_bar_bleue999999999/999999999Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô  Weissdren] Empty_bar_bleue  (999999999/999999999)


MessageSujet: Re: Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô Weissdren] Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô  Weissdren] EmptyMar 16 Déc 2014 - 22:47

L’assaut, lancé avec une extrême brutalité… Finit tout aussi soudainement…
Le premier des deux tireurs d’élites vit sa cachette être joliment élaguée et finit ses jours dans les bras de Shô, servant de vulgaire bouclier, avec l’horrible sensation de brûler intérieurement. La faute au poison. Peu après, le Dragon Slayer enchaîna avec son souffle toxique qui ne manqua pas d’efficacité. Les trois porteurs de fusil à pompe se retrouvèrent à terre, fiévreux et peinant à respirer. Il les acheva de son épée avant de retourner vers le véhicule.
Fort heureusement, ladite diligence avait été préalablement protégée par Senji et sa muraille sanguine. Ce dernier s’était retrouvé aux prises avec le groupe de bandits à la mitraillette et le deuxième sniper. Après avoir dû encaisser quelques tirs de celui-ci, le Blood Reaper y avait répondu de manière efficace, battant le tireur d’élite à son propre jeu. Ceci fait, il s’approcha des cinq restants, interceptant leurs balles au vol, et les décapita sans sommation.
De son côté, le parrain avait subi grande angoisse avec cette première échauffourée. Son rythme cardiaque s’était grandement accéléré tout comme sa respiration et il s’était mis à transpirer à grosses gouttes…

Lorsque le ménage eut été fait, les deux mages se remirent en route, en compagnie des autres occupants du coche. La voiture n’avait subi aucun dégât ou presque : une ou deux balles passées à travers le mur de Senji. Tout le monde était sain et sauf… Enfin, sauf le grand mafioso. En effet, les symptômes dus au stress passé ne se calmèrent pas. La situation avait fait évoluer son affliction et le voilà atteint de tachycardie et suant comme un bœuf. Pauvre homme. D’autant plus que les quintes de toux ne se calmaient pas.
Le convoi était censé passer par les Sources de Majo, à Kogeta… Puis se diriger directement vers la Cascade du Cristal… Traverser le fleuve Adamantin… Cela faisait un sacré chemin...
Le maudit cracha un flot de sang.
Si en plus les criminels devaient sans arrêt faire face à de soudains assauts comme le précédent... La situation était déjà désespérée. Il ne lui restait plus que le duo de mages noirs et ses acolytes… Cela dit, les deux jeunes gens avaient fait montre d’une force qui, il l’espérait, serait suffisante à l’avenir… Et puis Kyo. Kyo se battait bien avec une épée…
Vite.


• • •

Le lendemain, le discret convoi reprenait sa route dès l’aube, ne laissant au Dragon Slayer et au mage de sang qu’assez peu de temps de repos. Il fallait se presser.
L’état du parrain était pour l’instant stable… Cela n’avait pas évolué depuis la veille…
Bien qu’elle s’arrangeait pour toujours être couverte par l’ombre protectrice des arbres, la diligence fut cependant forcée de traverser une clairière sous peine de faire un détour plutôt significatif. Une clairière étrange… Tout le monde redoutait ce passage… Et cet unique arbre carbonisé, au centre d’une étendue de hautes herbes sèches piquetées de zones ne devait ne rassurer en rien les voyageurs. Le temps était mauvais, le ciel plombé. Un vent violent battait la végétation.
Soudain, lorsque le coche entra dans la clairière, la pluie se mit à tomber violemment. Mais une calamité, jamais n’est point accompagnée.
L’Armée Runique entrait en scène !
Une colonne composée d’une douzaine de Chevaliers Runiques conduits par deux Lieutenants fondit sur le groupe et l’intercepta, l’encercla.
L’un des chefs prit la parole qui résonna à travers le battement du monde par l’eau céleste.

- Au nom du Conseil Magique, nous arrêtons ce convoi. Tentez quoi que ce soit revient à signer votre arrêt de mort. Rendez-vous et vous serez jugés équitablement.

Bien évidemment, un tel déplacement n’avait pas échappé, malgré les espérances des mafieux, aux yeux et aux oreilles du Conseil, disséminés dans tout le royaume.
Et les voilà faits comme des rats. Entourés de Chevaliers Runiques prêts à en découdre.

Tout à coup, alors que rien ne s’était encore décidé, un éclair s’abattit sur l’arbre unique trônant dans la clairière. Puis un deuxième. Un troisième.
Bientôt, c’est toute la zone qui fut frappée de nombreux éclairs. Un Chevalier malchanceux tomba sous les coups de Dame Nature.
Cette dernière leur souhaitait la bienvenue dans cette parcelle de terrain victime d’un microclimat des plus… Divertissants
!
_____________________________________________________________

- 11 Chevaliers Runiques (Rune Magic - 1200 PPs) et 2 Lieutenants Runiques (Déflecteur pour l’un et Sound Magic pour l’autre - 2400 PPs) vous font face. Les Chevaliers avaient prévu le coup et ont conjugué leur maîtrise des runes pour vous enfermer dans la clairière. Il vous faudra tous les battre pour en sortir.
- La (grande) clairière où vous vous trouvez est une zone dangereuse où un orage surnaturel fait pleuvoir des éclairs aléatoirement. Cela constituera un avantage comme un désavantage, car l'Armée Runique n'était pas au courant de ce paramètre.
- Le parrain est victime de tachycardie, se déshydrate rapidement en suant et continue de tousser.

Bienveillance du Grand Schtroumpf (n'en prenez compte que si vous bloquez) : Regardez bien les trois blonds... N'y en a -t-il pas un qui semble moins bête qu'il n'en a l'air...? Si ça se trouve, il sait bien gratter le papier à défaut de ne pas être brillant dans la vie de tous les jours...
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Re: Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô Weissdren] Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô  Weissdren] EmptyJeu 18 Déc 2014 - 20:49

Un massacre, un abominable massacre, tout simplement. Jamais l’expression « Les deux côtés d’une pièce » ne fut plus vraie qu’en cet instant. Il était vrai que Shô s’attendait à ce que le visage du Blood  Reaper indique une certaine violence dans certains de ses actes, mais penser qu’il irait jusqu’à décapiter ses adversaires, ça non. Une chance, le convoi n’avait pas reçu de dégâts, ce qui d’une certaine manière rassurait l’empoisonneur. Il voulait que cette mission réussisse, mais à la vision des corps sans têtes, une sorte de migraine bombarda sa cervelle, une surpuissante céphalée, comme une punition que son esprit infligeait à son corps pour avoir regardé une telle chose. Mais avait fait mieux ? Utiliser le poison de manière si brusque, il avait sûrement presque tué ou carrément tué les victimes de sa substance.

S’appuyant à la porte de la diligence, le Slayer manqua de vomir non par horreur, mais par le vertige, il avait horreur de cette sensation. Sakki fit un signe de la main à son compère indiquant la fin de l’assaut ennemi. Le brun-roux essaya tant bien que mal de feindre ne rien ressentir, une feinte vaine, heureusement son mal de tête passait plus vite que prévue, respirer et inspirer, une technique aux usages aussi multiples qu’utiles. Transmettant le message, il se redressa et attendit que son partenaire revienne à sa hauteur pour l’entendre confirmer au cocher que tout était bon, mais quelque chose avait changé, ce regard, le regard du manipulateur de sang était devenu beaucoup plus sérieux, lui donnant un air presque effrayant. Lorsque le petit groupe repartit en direction de la fontaine magique, au sens propre et ironique, le coiffé en porc-épic fit par de ses inquiétudes justifiées au sujet de possibles créatures réveillées par la rixe entre les mages. Pour qu’il soit celui à parler de cette problématique, il fallait vraiment que le risque soit grand. Celui-ci continua à exposer ses inquiétudes en demandant à son associé s’il connaissait les environs ainsi que les bestioles qui y rôdaient. Bien sûr que non, il avait déjà suffisamment à faire avec les bestioles qu’étaient les membres de Thunder Light, ce qu’il ne manqua pas de lui répondre. Sa réponse fut immédiatement suivie d’une autre interrogation de la part de Senji, avait-il un plan de secours au cas où la situation deviendrait mauvaise ? La réponse fut tout aussi négative, l’on ne devait pas bâtir un mur de terre si l’ennemi avait une perforatrice, alors malheureusement, les plans de secours devaient être mis au point qu’en connaissant l’ennemi. Que dire du mafioso, cette chose ignoble que le mage du poison devait protéger, en bonne compagnie, certes… ? Bref, ce dernier épisode chamboula un peu notre ami venu d’Oak et la toux du mafieux ne l’aidait pas à se sentir plus à l’aise. Il fallait faire vite, son état empirait, le temps pressait.

Après une marche qui dura une partie de la nuit, le groupuscule fit une halte pour se reposer et dormir après que le parrain en ait donné l'ordre entre deux quintes de toux. Le temps de pause fut assez court et l'état du seigneur de la pègre ne s'était pas amélioré, mais au moins il était stable. Heureusement que le mangeur de chocolat en avait amené dans son sac, il en proposa à son presque nouvel ami, tirant un trait sur les décapitations de la veille pour essayer de se concentrer sur l'homme qu'il avait rencontré avant, les tireurs ayant au fond bien mérité de mourir, même si la manière la façon de procéder n'était pas partagée.

Le vent s'était méchamment levé et de grandes bourrasques faisaient face à la route que l'escorte et le convoi prenaient pour aller au plus vite vers la destination finale. Le temps était nuageux, lourd et triste, sans compter que le joueur d'échec ayant fait son semblant de sommeil dans une mauvaise position se retrouva avec une douleur au niveau de l'omoplate gauche. Jamais il n'aurait imaginé que la situation aurait pu empirer. Pour le moment, le maudit était toujours stable dans l'avancée de sa maladie. Le calme dans la région était agréable hormis ce vent se faisant toujours plus violent, heureusement les arbres offraient une légère protection, ralentissant la vitesse du vent. Le nombre de végétaux centenaires apportait même un petit bonus de discrétion, même si les équidés et la voiture noire, dans une forêt, certes, il y avait plus tape à l'œil, mais dans le cas présent, ce n'était pas forcément ce qu'il y avait de plus discret. Le Poison Dragon Slayer continuait de marcher à pied, mais il lui arrivait de s'accrocher à la poignée pour éviter de s'épuiser en marchant.

Après plusieurs heures de marche, une clairière particulièrement large força le groupuscule à le traverser par le milieu traverser pour gagner du temps, exposant ainsi la diligence aux regards et aux dangers, et comme dit plus haut, ça n'allait pas s'arranger.

Plusieurs choses étranges attirèrent le regard du Chasseur de Dragons, la première fut la soudaine pluie qui commença à marteler le sol recouvert de hautes herbes, cette pluie était certes prévisible au vu des cumulus dans le ciel, mais pourquoi maintenant, pourquoi juste à ce moment, sans parler de la deuxième chose étrange, l'arbre. Il n'y avait qu'un seul et unique arbre dans cette parcelle de forêt ouverte et cet arbre avait été carbonisé, par qui ou par quoi ? Il ne le savait pas, mais c'était trop étrange pour être ignoré. Les gouttes d'eau semblaient être dotées d'une vie, elles semblaient vouloir attaquer les intrus, pourquoi cette impression...

Alors que les vêtements de l'Oakien se trempaient et que le sol se transformait en une terre boueuse où les semelles s'enfonçaient, le convoi venu d'Akurio ne put pas traverser la moitié du terrain sans tomber sur un problème. Et un problème de taille ! Sorti de nulles parts, une petite armée composée d'une douzaine de chevaliers runiques dirigés par deux lieutenants, leurs habits étant facilement reconnaissables et leurs intentions évidentes, il n'y eut aucun préliminaire, les chevaliers encerclèrent la voiture noire aux arabesques dorées et l'un des deux chefs prit la parole pour donner les salades habituelles :


- Au nom du Conseil Magique, nous arrêtons ce convoi. Tentez quoi que ce soit revient à signer votre arrêt de mort. Rendez-vous et vous serez jugés équitablement.

Chacune des paroles de cet homme résonna dans la tête du Pourfendeur au poison meurtrier comme un coup de marteau. Il en avait assez de voir ces imbéciles se balader tranquillement dans le royaume à laisser tous les crimes se perpétrer sous leurs yeux sans lever le petit doigt. Le mage de Thunder Light avait son propre avis sur le conseil, définissant que ce n'était qu'une bande de ronds de cuir ou d'idiots passant leur temps à arrêter les mauvaises personnes. Inutile donc de préciser que les dernières paroles du ''gradé'' eurent comme effet un léger soupçon d'énervement dans l'esprit du roux et il ne tarda pas à répondre, le combat était inévitable, alors autant ne pas mentir...

« Jugés » dîtes-vous ? Mais qui êtes-vous pour juger qui que ce soit ? Des Saints ? Des Anges ? Des justiciers masqués ? Non, vous n'êtes qu'une bande d'imposteurs incapables de faire votre travail, vous ne savez rien faire si ce n'est enfermer des gens innocents et laisser les véritables criminels courir dans les rues impunément. Regardez Akurio par exemple, ce n'est qu'un ramassis de voyous et de criminels de toutes les sortes, que faites-vous contre eux ? RIEN ! Alors vous voulez me juger, vous voulez juger mon ami ? Mauvaise pioche, je ne suis pas d'humeur, alors mettez-vous sur mon chemin et vous verrez de quoi un Dragon Slayer est capable !

Un bien beau discours, dit avec un tel sérieux que son sourire disparu de ses lèvres, son ton était devenu grave et son regard déterminé. La situation était dramatique, le mage au gaz vicieux pensait que la bataille tournerait court, une défaite éclair et un allé direct vers la prison, alors pourquoi se retenir. Et là, la surprise. L'odeur environnante se mit à changer de celle de la pluie à celle de l'orage et d'un coup d'un seul, un éclair d'une violence inouïe frappa l'arbre solitaire trônant dans la clairière, puis un second à l'opposé de la position de l'action se déroulant et un troisième qui frappa un peu plus loin que le deuxième impact. Les éclairs traversèrent le ciel pour pourfendre la terre encore et encore, un chevalier runique fut instantanément mis KO par l'une de ces lances de foudre. L'assistance se regarda interloquée et quelque peu paniquée par la scène apocalyptique qui avait lieu sous leurs yeux effarés. Le Slayer en vint à dire qu'il n'était absolument pas responsable de ce phénomène, au vu de la vitesse de réaction entre le climat et ses propos, l'on aurait pu se poser la question.

Même si le groupe chargé d’arrêter le Parrain était en supériorité numérique, le simple fait que quelque chose d’imprévu se présente dans leurs plans eu comme conséquence une légère panique chez certains opposants qui se mettaient à regarder à droite et à gauche, comme pour vérifier la position des arcs électriques frappant le sol boueux régulièrement. Autant le lieutenant bavard semblait être impulsif, autant son collègue semblait d’un calme effrayant.

Durant un petit moment, les chevaliers observaient leurs cibles, les éclairs semblaient devenir un bruit de fond reflétant le rythme des battements de cœurs des différents individus présents. Cet état d’arrêt sur image fut interrompu par une quinte de toux du mafieux, lançant malgré lui le départ de ce combat inévitable et sûrement sanglant. Un premier mage runique s’élança à l’encontre de l’épéiste, puis un second, un troisième et enfin le lieutenant le plus impulsif des deux finit par rejoindre le trio de bourrins. Le plus énervant était que la pause avait permis à deux des manipulateurs de runes particulièrement téméraires d’en écrire sur leurs espèces de bâtons, donnant ainsi un effet de tranchant au spectre qui leur servait d’arme.

Shô contra la première attaque en dégainant son sabre, faisant ainsi un duel de tranchants, en revanche le deuxième semblait vouloir attaquer non comme une épée, mais comme une lance, le mage confirmé dévia donc l'attaque du lancier improvisé par un coup de pied, redirigeant l'attaque vers le premier attaquant, qui se le prit dans le foie. Libérant son sabre, l'élève de Mark attaqua le troisième chevalier runique par une technique de base du Kendo : le Do-uchi. Le Do-uchi était un coup descendant sur le flan en suivant une trajectoire de 45°, en l'occurrence, le flan visé était le droit, après quoi un coup de pied en plein visage mit fin à l'attaque du troisième fonceur. Pour terminer la contre-attaque, Weissdren exécuta un Men-uchi (coup verticale puissant donné au niveau du front adverse en utilisant la propulsion donnée par l'avancé du kendoka) sur le front du deuxième attaquant. Mais tout ne se passe jamais comme prévu et l'impulsif mage du conseil ne put s'empêcher de se mêler des affaires du magicien empoisonneur, utilisant sa Sound Magic pour écraser le rebelle de Thunder Light sous un mur de son, touchant les trois subordonnés par la même occasion et ce n'était pas fini, car deux autres subordonnés virent en renfort pour attaquer.

La situation était presque désespérée, la pression était immense, bien heureux celui qui pouvait se sentir à l'aise avec une telle sensation. Une seule solution, utiliser le poison, avec un peu chance, le son ne l'atteindrait pas. Mais les plantes ? C'étaient des êtres qui avaient autant droit de vivre que les humains et les animaux... Il fallait choisir. Un miracle arriva soudain, l'un des deux renforts glissa et fit tomber le lieutenant, libérant ainsi le fils de Motgift de la pression qui l'encombrait tant. Son corps ainsi libéré, il chargea une grande quantité de poison dans son poing et sans aucun type de retenu, lâcha l'une de ses plus puissantes techniques :


Dokuryû no TOTSUGA !!! Cria-t-il, libérant toute la puissance de sa technique

Ce sort visa à la fois le lieutenant et les autres magiciens runiques qu'il avait combattus et qui s'étaient accumulés dans la même zone. Libérant son poison sous la forme d'une hypothétique tête de serpent mal dessinée dont les crocs fondirent sur leurs cibles à toute vitesse...


Spoiler:
 


Dernière édition par Shô Weissdren le Dim 21 Déc 2014 - 18:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Re: Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô Weissdren] Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô  Weissdren] EmptyDim 21 Déc 2014 - 17:31

J'étais vachement avancé ! Mais véritablement hein ! Mon acolyte ne savait... Rien... Purement et simplement. Bon vu que j'étais dans le même cas, je ne pouvais le blâmer. Cela était tout de même dommage. Pour ma part, je réfléchissais. Le vrai visage du Blood Reaper était percé à jour, un véritable stratège raté !

Bizarrement, en revenant tranquillement vers mon camarade. J'avais pu voir quelque chose d'étrange. Il fallait dire qu'en tant expert des réactions humaines... Je savais différencier un gars à l'aise dans ses baskets et un autre sur le point de dégueuler. Mon œil regarda d'un œil sceptique le Dragon Slayer. C'était étrange, le nom d'la magie de ce gars en jetait, mais avait-il vraiment les tripes pour pourfendre un dragon ? Ça, je ne savais pas.

J'avais une raison très simple et plutôt débile de décapiter mes adversaires. À la base, ce n'était pas juste un réflexe peu orthodoxe. Mais mon vieux me disait toujours, qu'un bon mort était un mort n'ayant pas souffert. Et que faire de mieux, que retirer une tête en un seul coup ? De ne plus permettre au cerveau d'envoyer la douleur au reste du corps ? Rien, je pourrai comme un enfo*ré de première, sectionner un à un les membres de mes jouets, leur faire découvrir ce que l'expression « souffrir le martyre » signifiait vraiment... Mais non, je n'avais pas était appris ainsi.

Je pouvais certes, perdre du temps à expliquer cela à mon nouvel ami de route. Mais on avait un vieillard malade à défendre et si possible, on devait s'éclater à tuer du méchant ! Même si c'était un peu nous pour le coup... Donc tuer du gentil ! Nous marchâmes tranquillement, toujours en étant aux aguets. Mon dos me faisait un mal de chien à cause des tirs reçus un peu plus tôt. Ils n'étaient pas vraiment puissants et ce n'était pas le genre de blessure qui vous handicape gravement. Mais elles se faisaient assez ressentir pour être regrettées.

Le chemin se fit assez ch*ant au final, dans un éclair de réflexion absolue, le parrain autorisa ses sous-fifres ainsi que nous-mêmes à faire une halte. De toute façon, on aurait pu nous l'autoriser sans son aide au vieux ! Moi et Shô partîmes nous installer un peu plus loin, laissant les mafieux, tout en gardant un œil sur eux. Weissdren me proposa du chocolat... Du chocolat b*rdel ! Oui ! Oui ! Et mille fois oui mon ami ! D'une technique ancestrale d'attrapage, je lui pris des mains ce qui m'offrait et le remerciai.

Soudain, je sentis mes cheveux et ma face se faire fouetter violemment par des bourrasques naturelles. Le vent s'était décidé à s'acharner sur nous ma parole ! Enfin, j'étais habitué à ce climat. Je m'en fis plus pour mon coéquipier et les crétins nous accompagnant. Pour ne pas me ruiner plus le dos, je dormis quelque peu sur mon ventre, dans un coin vaguement aménagé pour. Donc en gros, je m'étais servi de ma veste comme oreiller et du sol comme couverture !

Comme à la bonne époque ! Je me fichai de ce qui se passait pour le vieil homme, j'avais fait ma part de marché en tuant ces pistoleros. Il ne tenait qu'à lui de rester en vie jusqu'à ce qu'on atteigne ladite fontaine blanche. Je me fis réveiller après je ne sais pas combien de temps, par mon camarade de quête. Tout en ronchonnant, je me levai et remis ma veste après l'avoir secouée.

Je demandai à mon allié s'il s'était bien reposé et il me répondit. Nous nous mîmes à gravir quelques centaines de mètres. Un certain temps passa, sans rien d'assez suspect pour être cité. Nous avançâmes doucement... Sereinement... Je pris le temps d'examiner chaque arbre de la forêt dans laquelle nous avions atterri. Mon œil cherchait inlassablement deux pupilles, des poils, des plumes ou toute sorte de chose appartenant à un animal hostile.

Dieu merci, rien de sauvage ne nous attaqua. Brusquement, je sentis de l'eau couler sur le morceau de tissu noir qui me recouvrait. Cette sale impression de devenir un clébard mouillé, de sentir ses habits vous coller la peau désagréablement, vous alourdir un tant soit peu... Cela était mauvais, mais curieusement, les impacts des larmes naturelles firent du bien à mes blessures.

C'était ça de prit. Néanmoins, cette pluie était venue s'abattre sur nous comme pour nous dire de dégager. J'avais un mauvais pressentiment... Qui était lui-même mélangé à l'excitation de l'inconnu ! Et plus étrange encore, un arbre, un seul ! Se trouvait devant nous. Un résinifère calciné, ressemblant plus à un décor de film d'horreur. Un léger sourire se dessina légèrement sur mon visage.

Ça sentait l'embuscade à plein nez ! Et c'est Senji le professionnel, le magnifique, l'incommensurable, hum ? On me prévient que j'en fais trop... Bref, croyez-moi sur parole. J'ai appris à mes dépens à sentir ce genre de coup foireux. Notre convoi si spécial traversa la moitié du terrain boueux et quasiment apocalyptique. J'étais sur mes gardes comme jamais ! Mes lames sang étaient prêtes à surgir à n'importe quel moment !

Et mon instinct ne m'avait pas trompé ! Des gugusses du conseil étaient présents et surgir de nulle part ! De mon esprit vif. Je pus compter le nombre d'adversaires. Un, deux, trois, quatre... Quatorze ! Dont deux fringués plus noblement que les autres. Sans doute des lieutenants et, mon petit doigt me disait, qu'il n'était pas loin d'avoir leur promotion... Un des gredins se mit plus en avant et déclara solennellement que nous étions bel et bien dans la m*rde.

Je me mis à ricaner. Ricanement qui se changea bientôt en fou rire pur et dur. Au moment où j'allai prendre la parole. Celui qui m'accompagna me stoppa net. Coupé dans mon élan, je regardai l'effronté du coin de l'œil. Un regard fier, arrogant... Surtout qu'il débita une série de mots sans queue ni têtes. Le conseil ne faisait pas son boulot ? Alors pourquoi était-il là ? Le pays était dans la m*rde jusqu'au cou et ils étaient débordés de tous les côtés.

Pas que je prenais la défense des autorités, non non. Mais j'évaluai le pour et le contre. Le crieur dégueula qu'il fallait s'occupait des nids à truands telle qu'Akurio... Certes. Pour détruire le mal, il fallait que ces justiciers du dimanche se cassent directement dans la gueule du loup... Afin de mourir plus facilement ? Et si je prenais en compte ce qu'il disait. Moi-même, je devrai mourir. À croire qu'il ne réfléchissait qu'à moitié... Mais qu'importe, j'aimai bien son style et ce n'était pas sa vision niaise du monde qui allait faire en sorte que je le déteste !

Durant la scène, nous pûmes remarquer des éclairs traverser les cieux pour s'écraser lamentablement sur le sol miteux de l'endroit. Néanmoins, le fait qu'ils tombaient aléatoirement sur la zone de l'arbre cauchemardesque, n'allait pas nous aider. Au contraire, je sentais le pire arriver ! Étrangement, mon cache-œil me gratta la peau. Ça ne sentait pas bon ! J'allai encore y perdre quelque chose à coup sûr !

Une scène plutôt comique se passa sur le futur champ de bataille. Un trait jaune venant du ciel s'abattit avec violence sur un des chevaliers. Celui-ci fut tué sur le coup. Je soufflai du nez en voyant ça. Moi, Shô et les membres du conseil nous regardions et jaugions chacun nos forces. Tous prêts à se bondir dessus au moindre bruit ! Au moindre mouvement ! Cette tension, cette adrénaline, ce plaisir corporel ! Oh mon Dieu que cela me faisait du bien !

Les poils s'étaient hérissés comme ma chevelure sombre, les frissons parcouraient mon corps et mes sens étaient à l'affût de n'importe quel signal, tel un véritable prédateur ! Un bruit de vieillard entrain de tousser suffit à nous décider ! Je vis quatre hommes de justice allaient vers mon pote. Donc le reste serait à moi ? Parfait ! Un gradé et huit larbins ! Superbe ! Il était temps de leur montrait à quel point je l'ai respecté !

D'une lame lancée ! Pour les égorger ! Je leur montrerai ! Ce que j'appelle le respect ! Et je les décapiterais ! Il ne manquait plus que cela, j'étais parti dans l'un de mes trips de diva d'opéra... Bref, vous savez sans doute que le tout est d'abord de réduire le nombre d'ennemis non ? Le plus clame d'eux tous, ne semblait refléter aucune émotion. Un visage impassible, des yeux vides, bref un déprimé d'la vie !

Je le regardai, il me regarda et je disparus ! Au-dessus de lui pour être précis ! Les utilisateurs de runes semblaient avoir modifiés les propriétés de leurs armes. Inutile, inutile et vous connaissez la suite ! J'allai devoir faire gros dès le début, d'un coup furtif de bague, je m'ouvris le métacarpe droit et j'en profitai pour envoyer quelques
« Blood Scythes » dans le tas des moins gradés ! Ceux-ci s'en prirent pas mal dans la face ! J'avais déjà découpé trois bleusailles et blessés sévèrement presque tous les autres !

Je retombai fièrement sur mes pattes et me retournai ! Quelque chose de presque invisible aux légers reflets rougeâtres m'attendait. Sans prévenir je sentis plusieurs impacts sur mon corps, par la force de la chose, je fus traîné sur plusieurs mètres en arrières ! Six trucs exerçaient une pression sur tout mon buste !

Mon corps aussi musclé soit-il, ne put résister à cette force. Bientôt, je fus plaqué contre l'arbre lugubre. Je regardai l'œil grand ouvert mon tortionnaire fermer les yeux des défunts de son escadron. Un geste noble mais inutile... Et c'était quoi le problème avec ces bidules invisibles ?!

Je me ressaisis rapidement et à l'aide d'une de mes écorcheuses, je coupai l'autre bras pour en faire jaillir une de mes lames fantastiques ! Dans un élan de courage et de puissance absolu, je réussis à couper l'élément mystérieux puis sautai sur le côté. Bizarrement, six trous se firent dans le tronc de l'arbre dévasté. Puis je revis l'air se déplacer étrangement et tournoyer autour du lieutenant !

Intéressant... Je décidai donc d'ouvrir mon autre bras et d'augmenter légèrement la taille et la robustesse de mes lames. Je fus encore une fois surpris de l'impassibilité de l'homme me faisant face. Il demanda à ses alliés de ne pas s'en mêler d'une voix clame et... Avouons-le, presque effrayante dans sa tranquillité...


Oye, tu crois que je vais laisser tes toutous s'occuper d'mon partenaire comme ça ? Criai-je assez fort. C'pas comme-ci ça me dérangerait, si ledit partenaire serait ch*ant. Mais là... Annonçai-je en prenant mon regard le plus sérieux en stock. Je ne le permettrai pas !

Je t'attends. Dit le stoïque.

Sous le rythme des pas des chevaliers, je fonçai sur mon ennemi, tel un léopard sur sa proie ! Le bidule invisible tournoyé encore autour de l'inflexible. Une de mes « Blades Reaper » alla se frotter à cette chose ! Mon attaque fut quelques secondes retenues par la force non-visible. Je continuai de forcer, forcer, mais rien à faire ! Mon arme sanguine commençait plus à se tordre qu'autre chose !

Mon unique globe oculaire, ne put que voir les chien-chiens du conseil, allaient vers Shô. J'eus soudain une idée, pas la plus originale... Mais ça valait le coup d'essayer. J'augmentai la puissance de ma lame suffisamment fortement, pour l'obliger à ce concentrer uniquement sur un point.

Miracle ! Ce gars avait haussé un sourcil ! Il concentra alors toute sa magie réfractrice pour bloquer ma faux rouge.Tout en gardant ma technique favorite à son paroxysme, je m'entaillai le buste. Vous comme moi, savions ce qu'il allait en sortir.


Blood Tornado ! Hurlai-je

L'inexpressif se hâta de bouger, mais...

Blood Trap ! Annonçai-je

Une technique de leurre très primitive, mais qui fonctionnait à merveille ! Inverser le nom des magies. Résultat des courses, le haut gradé se prit un filet de sang, alors que ma lame touchait encore sa défense. Puis juste après cela, ma terrible tornade de sang ! Le mec se défit bien rapidement de mon « piège », néanmoins... Ma « Tornado » avait eu raison de lui !

Elle balaya cette autorité, puis celles derrière, qui étaient soit blessées, soit déjà mortes. Je contrôlai les battements de mon cœur, afin de me redonner mon sang perdu. Cela fait. Je me mis à me marrer assez fort, j'avais fait un Strike ! Un lieutenant et six larbins, en comptant ceux déjà morts. Je retirai mes lames et partis en direction de Shô qui faisait son show ! Bon d'accord, celle-là était mauvaise...

Si mauvaise que le ciel me le fit savoir. J'eus tout juste le temps de me protéger le plus gros du corps, à l'aide de mon bras droite. Un trait de foudre s'abattit dessus ! Heureusement, j'avais réussi grâce au sang coulant de mon torse, à augmenter la résistance de ce bras. Un grognement d'effort et de douleur plus tard et ma partie d'armure était pétée. Mon bras n'était plus apte au combat...

Fait ch*er ! Une certaine douleur se faisait bien ressentir, cependant, ça ce n'était pas grave. Non non... Le pire était que je ne pouvais plus m'en servir. Je refermai la plupart des me plaies, sauf celle de mon membre supérieur encore valide. Je fis donc resurgir ma faux sanguine et allai me battre avec mon partenaire. Tranchant du mieux que je pouvais, mais point très efficacement...
Revenir en haut Aller en bas

Game Master

Game Master

Masculin Messages : 398
Date d'inscription : 20/03/2014
Localisation : Cosmos

Feuille du Mage
Surnom: Mr. Propre
Magie: Omnipotence
Points de Puissance:
Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô  Weissdren] Left_bar_bleue999999999/999999999Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô  Weissdren] Empty_bar_bleue  (999999999/999999999)


MessageSujet: Re: Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô Weissdren] Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô  Weissdren] EmptyMar 23 Déc 2014 - 17:09

En réponse au simple jugement du porte-parole du gorupe, Shô  prononça un discours sur l’efficacité (ou plutôt l’inefficacité) du Conseil Magique et de son Armée. Ces corps étaient bien souvent critiqués. A vrai dire, la perte d’Oak aux mains de mages noirs et l’affaire Bunkatsu n’avaient pas aidé à redorer le blason des autorités.
Malgré quelques protestations, la majorité des soldats restèrent amers et silencieux, forcés de reconnaître le fondement des accusations… Cela dit, en réussissant leur mission d’interception, peut-être pourraient-ils regagner un peu de gloire… ? C’est la pensée qui traversa bon nombre d’esprits justiciers.

Le combat fut lancé, malgré lui, par notre cher parrain, toussant comme si un morceau de poumon s’était détaché en lui ! Le bruit produit résonna entre deux coups de tonnerres.
Cela suffit à déclencher le chaos. A deux contre quatorze… Enfin, treize et un cadavre carbonisé, les deux escorteurs se trouvaient plutôt en mauvaise posture…
Quatre militaires, dont l’un des Lieutenants (l’impulsif à la Sound Magic), se détachèrent du groupe et décidèrent de s’occuper du Poison Dragon Slayer. Le reste fit face au Blood Reaper.

Le premier groupe, alerté par les frappes répétées des éclairs, frappa avec ardeur Shô au corps-à-corps, usant de ses armes enchantées grâce à la  Rune Magic. Weissdren s’en débrouilla admirablement bien, étant donné que l’assaut purement magique n’avait pas été encore lancé. Mais ! Il suffisait d’en parler pour que le mage de son décide d’écraser purement et simplement le mage de Thunder Light (et ses propres acolytes par la même occasion) grâce à un mur de son bien compact. Profitant de l’immobilité de l’un de leurs adversaires, deux Chevaliers rappliquèrent pour parachever sa défaite ! Et un de m…
Coup de chance, l’un des soldats fit tomber son supérieur, s’étalant avec lui dans la boue. Instantanément libéré de l’emprise du Lieutenant, le mage noir utilisa sa pernicieuse magie, projetant une sorte de torrent de poison dont l’extrémité formait une tête de serpent.
Les Chevaliers furent éjectés et deux d’entre eux se retrouvèrent avec une bonne dose de poison inoculée profondément dans leur corps. Le Lieutenant, fort de ses réflexes de combattant, se protégea, lui et le maladroit ayant provoqué sa chute, d’un nouveau mur sonore.
Bilan de l’offensive : deux Chevaliers fiévreux, gravement intoxiqués, paralysés, brûlés et se déshydratant rapidement ; deux autres frissonnants, aux airs de drogués et dans un état de fatigue soudain ; le cinquième et son Lieutenant intacts…

Simultanément, du côté de Senji, le groupe de militaires dut se protéger d’une série de projectiles sanglants envoyés par ce dernier. Sur les neuf soldats, seuls six en réchappèrent. Ainsi, les Chevaliers, protégés par leur supérieur, purent ne pas subir trop de dégâts. Malgré, pour certains, de nombreuses coupures (voire une main en moins), ils survécurent, toujours aptes au combat. Le Lieutenant Runique, d’un calme olympien, avait dévié les lames de sang de son Déflecteur. Celles-ci avaient donc vu leur trajectoire se courber en entrant dans le champ d’action de ce sort…
Sans la moindre émotion, cet homme froid leva le bras et distordit l’air près du solitaire, le poussant contre l’arbre foudroyé, dans le but de le transpercer. Se défendant farouchement, l’homme aux cheveux de hérisson réussit à trancher l’air déformé avant de sortir vivement de son chemin. Toujours aussi impassible, malgré avoir fermé les yeux des défunts débités en morceaux, le mage à la défense impénétrable rappela à lui cette dernière. Homme d’honneur et vengeur à ses heures perdues, il demanda à ses subordonnés de ne pas se mêler du combat. Deux d’entre eux, par ailleurs se dirigèrent vers Shô.
Alors, le Blood Reaper passa à l’action. Grâce à un stratagème plutôt malin, il réussit à expulser son adversaire et ses sous-fifres au loin, une tornade de sang les déchiquetant. Fier de lui, il éclata de rire…
Et un flash survint. L’électricité frappa l’un des bras de Senji sans sommation. Carbonisé, ce membre était, dès lors, inutilisable. Cela dit, malgré sa blessure, le mage de sang se dirigea vers son allié, désormais armé que d’une seule faux.

Les deux mages noirs, donc, se retrouvèrent afin de faire face aux derniers militaires. Au menu, trois Chevaliers et l’un des Lieutenants.
Pour éviter de ce faire hacher menu, le premier frappa des mains pour envoyer une puissante onde de choc en direction du solitaire et se propulsa à la vitesse du son dans le but de prendre au visage le Poison Dragon Slayer et l’écraser sur le mur de runes, jusque là invisible.

Pendant ce temps, Kyo avait discrètement entreprit de traverser la clairière, entraînant la diligence le plus loin possible du champ de bataille.
Toutefois, cette tentative fut vaine… Arrivées à la lisière de la forêt, les deux premières bêtes se cognèrent contre le sort écrit par les Chevaliers. Réalisant le piège dans lequel ils étaient tombés, les trois blonds sortirent, prêts arme au poing, prêts à défendre coûte que coûte leur supérieur ! D’autant plus les Chevaliers survivants se ruaient vers eux. Quels trios de héros !
Malheureusement, à peine sorti, le larbin de taille moyenne se fit violemment foudroyer ! Le pauvre bougre fut instantanément changé en grillade de blond. Sûrement un mets de choix pour un cannibale. Cela dit, cette catégorie de gourmets ne devait pas être légion dans cette forêt...
Réalisant la perte de leur frère d’armes, les deux survivants pleurèrent sa mort. Ils s’effondrèrent à genoux sur le sol boueux, leurs larmes se confondant avec la pluie.
Cependant, ils n’avaient pas remarqué que l’éclair reçu par leur compagnon avait suivi une trajectoire… Horizontale !
Alors, ils virent tout deux Kyo sortir du véhicule et lancer une lacryma explosive en direction d’un corps meurtri, au loin.
Deux flashes successifs survinrent au moment où la puissante explosion retentit, soufflant tout sur un bon périmètre et faisant tomber les créatures aux alentours comme des quilles ! Il ne subsistait plus rien du Lieutenant au Déflecteur. Celui-même qui, agonisant, s’était servi des éclairs tombant près de lui pour les renvoyer, grâce à son Déflecteur, en direction d’un des blonds… Et des deux mages noirs...


______________________________________________________________________________________

- Un Lieutenant survit ainsi que trois Chevaliers.
- L’on envoie une onde de choc sur Senji et l’on se propulse sur Shô pour l’écraser contre le mur de runes
-  Le convoi tente de s’éclipser et ce heurte au même mur. Les trois Chevaliers se ruent sur eux.
- Il ne fallait pas enterrer le Lieutenant au Déflecteur trop tôt ! Il dévie un éclair sur un des blonds, le tuant sur le coup
- Kyo, le bras droit du parrain, lance un explosif en direction de l’agonisant. Avant de mourir, presque désintégré par l’explosion, le militaire répète sa manipulation en envoyant un éclair sur chaque mage noir.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Re: Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô Weissdren] Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô  Weissdren] EmptyMer 24 Déc 2014 - 19:44

Quand le nuage de poison se dissipa, ou plus exactement devint moins épais, Shô eut le droit à une vision dont il se serait bien passé. Le mage du son avait résisté à son attaque sans problèmes et avait protégé l'un de ses subordonnés par la même occasion, en revanche les soldats touchés prirent le compte et ne semblaient vraiment pas dans leurs assiettes. Bien entendu, il ne fallait surtout pas chaumer avec l'impulsif qui semblait plus énervé que jamais, c'était un avantage, mais aussi un terrible inconvénient. La colère allait lui faire perdre sa jugeote, mais allait aussi le pousser à envoyer des attaques simplement mortelles. A moins évidemment qu'un Senji magistrale ne fit son apparition avec sa folie de la décapitation impulsive ! Mais loin de là, les bruits de pas que le Slayer entendait furent ceux de deux chevaliers décidés à en découdre. En tournant la tête quasi-instinctivement, le ‘’dragon’’ eut la possibilité de voir l'état de la situation de son partenaire, qui semblait être en pleine action après avoir fait une boucherie autour de lui, même si étrangement elle semblait presque plus douce que celle dont furent victimes les brigands du dimanche tous décapités. Donc, comme je disais, en tournant la tête comme un idiot, il eut la possibilité d'avoir en cadeau le droit de se payer un coup de bâton au niveau de la pliure du genou droit par le geste ultime d'un mage runique courageux ! L'articulation se plia brusquement, se faisant le mage du poison s'agenouilla, salissant son pantalon noir déjà bien mouillé, avec une belle trace de boue bien moche.

Enfin, enfin ! Le mage du sang eut fini son combat, pendant que son acolyte se relevait sous le regard meurtrier de l'utilisateur de sons qui regardait le lieutenant, son ami et équipier de toujours succomber à l'attaque du mage sanglant. Une sorte de bruit s'émettait de lui et faisait vibrer l'air. Le mage du poison gazeux n'avait certes pas dit son dernier mot, mais le pressentiment d'une attaque violente le fit reculer d'un pas et ce sans parler des deux soldats de base du conseil qui fonçaient vers lui sceptre devant pour charger violemment leur cible. Mais contre toutes attentes, le chef encore vivant arrêta l'attaque en demandant aux deux nouveaux bourrins de s'occuper du convoi, le Pourfendeur étant à lui, étant SON combat. Devant l'agressivité de son ton ainsi que l'aura de colère et de magie l'entourant, il était plus que certain que les deux sbires ne mirent pas longtemps à décamper, de même que le troisième chevalier qui fut protégé du Totsuga par son supérieur, préférant rejoindre ses deux compères, plus que subir le courroux d'un homme capable de leur exploser le visage par excès de colère.

Un éclair parmi tant d'autres trouva le bras droit de Sakki fort attrayant et décida de gentiment le lui calciner, un présent difficilement appréciable. A vrai dire, Weissdren n'eut pas vraiment la possibilité de savoir comment ça s'était passé pour son compagnon de route, car il avait déjà assez de problèmes avec le fou furieux devant lieu, il n’avait donc bien vu que c’était son collègue qui avait mis son bras droit en défense et non l’éclair qui s’était attaqué au membre du mage indépendant. L’homme envoyé appartenant à l’armé du conseil décida de mettre un terme définitif à son attente et envoya une onde de choc sur le Blood Reaper qui dirigeait vers lui, évitant ainsi la menace de sa faux et de ses attaques violentes. Certes, le mage qu'il venait d'attaquer était responsable de la plus part des morts dans la clairière, dont sa connaissance, mais l'empoisonneur avait osé, il avait Osé critiquer le conseil, vantant la puissance d'un Dragon Slayer et sous ses yeux, il avait osé s'attaquer à sa toute-puissance magnifique et sonore, il devait mourir, il devait être tué et personne n'empêcherai cette punition radicale et que définitive !

Ainsi dans un élan de vitesse semblable à celle du son et dans un élan de colère, le mage aux capacités sonores se projeta sur celui qu’il avait élu comme sa victime, ouvrant la main droite pour lui attraper son sal visage de mage noir répugnant, insolent et empoisonné par le côté obscur de la magie.

Pendant ce temps, le convoi des trois têtes blondes, du vieux malade et j'en passe avait essayé de partir du champ de bataille aux allures apocalyptique et les éclairs violents n'aidaient pas à défaire cette idée des esprits. Chacun des impacts venus des cieux formait un joli trou dans la gadoue, renforçant l'idée d'explosions, dans le genre Seconde Guerre mondiale miniature. Il y avait même les morts en décoration, quel spectacle macabre. La mafia-mobile, surnom non-affectueux que le mage d'Oak avait non-généreusement octroyé à la voiture qu'il devait protéger, avait vu les trois blonds s’armer et se préparer à arrêter les trois guerriers du conseil et leur faire mordre la poussière ou plus précisément la boue dans notre cas. Mais c'était sans compter sur un éclair horizontal, qui vint tester la résistance corporelle du blond de taille moyenne, le grillant sur place et le tuant par la même occasion, quelle vision déplorable, qui étrangement attrista l'épéiste malgré les circonstances. Soudain, un déclic arriva à pénétrer le cerveau du Chasseur de Dragons qui entre-temps se retrouva une main sur le visage, un choc sur la tête venant d'un mur invisible et un cri de douleur plus tard. Ces événements avaient étrangement des allures de déjà vu, un souvenir du passé ? Quoi qu’il en soit, ce n’était pas le moment. Comme je le disais le magicien empoisonneur eut un déclic, car les éclairs horizontaux qui faisaient un angle droit pour frapper une cible précise, jusqu'à preuve du contraire, ça n'existait pas dans la nature. Donc le lieutenant soi-disant mort ne l'était pas tant que ça en fin de compte et ce dernier cherchait donc à utiliser les éclairs étranges présents dans la clairière pour en faire son arme, c'était astucieux, mais pas très discret.

Malgré toute l’intelligence du monde, l’écart entre le lieutenant du son et sa victime actuelle semblait beaucoup trop grand pour lui permettre quoi que ce soit. La ruse n’était plus une option viable, la magie était inefficace et ne pouvait pas permettre une attaque directe, le convoie était en pleine attaque, avec juste deux blonds en défense et un type qui sortait de la voiture. Le mage rebelle d’Oak avait aperçut un certain nombre de fois cet homme, mais jamais directement et la distance empêchait toujours toutes descriptions. Deux éclairs supplémentaires furent déviés pendant l’apparition de cet homme allié du parrain. Le gradé impassible et blessé s’attaqua d’abord au mage solitaire avant de vouloir s’attaquer au Poison Dragon Slayer, attendant un nouveau coup de foudre.

Le mangeur de toxines écarquilla les yeux comme un merlan frit, découvrant ses yeux ambre, ceci en réaction de la terrible vision du chevalier foudroyé mis KO sur le coup, le bras droit du Faucheur de Sang et l’état du sol, tout cela en réaction à la pensée de se faire frapper par les éclairs. Il devait se libérer au plus vite de cette grosse paluche encombrante, d’autant plus qu’il sentait du sang couler le long de son cou, probablement originaire de l’impact entre la tête et la barrière de runes l’ayant blessé à l’occiput. La pluie battante, le son de foudre, la douleur des blessures, la peur de perdre dans un tel endroit. NON ! Pas sans se battre, pas sans lutter jusqu’à ce que sa lame ne se cassa et que son corps de soit anéanti !

De cette bonne résolution et de cet excès de volonté, l'apprenti samurai décida d'employer la manière forte, mais pas la plus aisée. Prenant discrètement, mais rapidement sa fiole de poison précédemment entamée. Il commença à rire nerveusement et tout en souriant, un sourire confiant, excité et forcé par des muscles dont le défi de la survie poussait à l'action. Prenant ainsi le flacon, il l'ouvrit et en jeta le contenu dans les yeux de l'ennemi qui fut surpris par une telle entreprise venant d'un homme quasiment condamné, ainsi il ne vit quasiment rien venir et eut juste assez de temps pour éviter la moitié du liquide, le reste lui arriva dans l'œil gauche, le brûlant au point de le faire lâcher sa prise, se concentrant essentiellement sur le globe oculaire qui était sûrement aveuglé, mais définitivement ou momentanément ? Un éclair tomba sur le mage à la magie de déflection et ce dernier le renvoya vers la position de l'homme au poison bicolore. Une chance que dans ces mouvements de torsion de douleur le mage aux ondes sonores surpuissantes contra littéralement l'éclair grâce à un mur de son qu'il avait placé en défense autour de lui afin d'éviter une attaque supplémentaire de son agresseur mage noir. Le mur n'était pas aussi solide que prévu et la foudre déviée frappa le mage du conseil, qui percuta le rebelle de Thunder Light en tombant. Et puis une explosion retentie, l'homme discret caché dans l'ombre des vitres teintées de la voiture qui était sorti un peu plus tôt avait attendu le meilleur moment pour frapper et ce fut une réussite, un lacrima explosif en plein sur le lieutenant ''foudroyant'', détruisant ce dernier et ce qu’il y avait un peu autour.

La violence de la riposte de l'impulsif ne fut pas sans conséquence puisqu'il eut un coup de paume chargée d'une vague de son qui s'abattit sans sommations sur le corps du mage qui pour une fois pouvait être appelé de vicieux, le faisant s'enfoncer un peu plus dans la boue, le visage en sang, surtout à cause de son nez, de son arcade sourcilière droite qui avait reçu des dégâts non-négligeables, désorientant complètement la cible de l'attaque. Presque sur le point de tourner de l'œil, il n'avait plus qu'une chose à espérer, que le deuxième coup fut contré par un troisième miracle.

Mais la chance du grand brun avait été poussée beaucoup trop loin et à la manière d'un retour de manivelle karmique, il ne put s'échapper à une deuxième attaque de la sorte sur la poitrine. Une douleur intense frappa la cage thoracique du maître du poison, l'empêchant ainsi de respirer, sans parler des multiples coups de poings 'traditionnels '' qui s'abattirent sur son visage au même rythme de la colère des cieux battant le sol de leurs lances lumineuses. Cette fois plus de pirouettes, le mage de la guilde de l'aigle traître avait perdu connaissance, la violence des coups avaient eu raison de lui, il n’était qu’un simple mage confirme après tout.

Le plus surprenant était la vitesse d'enchaînement des évènements, en un rien de temps, tout avait été réalisé, la sortie du discret mafieux de la mafia-mobile, les déviations des éclairs, la pluie de coups sur ce pauvre Shô, tout cela à une vitesse défiant l’entendement.  

Il n’y avait pourtant pas de temps à perdre, les blonds et le probable bras-droit du parrain avaient besoin d’aide et la mission était tout sauf terminée. Ils luttaient du mieux qu’ils pouvaient, mais… Cela n’était pas suffisant, ni pour eux, ni pour Shô, c’était à Senji de jouer, seul lui pouvait retourner la situation.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Re: Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô Weissdren] Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô  Weissdren] EmptyJeu 25 Déc 2014 - 2:32

Alors que je m'avançai fièrement vers mon ami, je vis que l'autre haut gradé m'envoya une sorte d'onde. Que voulait-il celui-là ? Il pensait réellement qu'une onde sonore m'arrêterait ?! Crétin ! Tout ceci était... Inutile ! Inutile ! Inutile ! Je renforçai ma lame restante, la fis grandir soigneusement... Et enfin, j'élançai mon bras valide de toutes mes forces en avant ! Coupant en deux l'onde et la neutralisant.

J'avais réussi ! Mais... Ma faux avait pris cher... Comment ? Pourquoi ? Je vais vous le dire, alors soyez attentif. J'étais mort physiquement ! Voilà pourquoi ! Vous êtes aveugle ou quoi ? J'ne pouvais pas bien maintenir mes sorts dans un état pareil... Et pour en rajouter un peu, ma haine de la défaite survint subitement. Me donnant l'air plus psychopathe que jamais.

Et voilà… C’était reparti… Décapitation à tour de bras, insulte inutile et stupide à prévoir en ce jour. La météo aurait même dû prévoir ça… Tiens, ça me rappelait la fois où, pris au dépourvu, je jouais avec les crânes de certains soldats de Minstrel. Oh ça va ! J’étais bloqué par une sorte d’enchantement et j’étais seul. Alors gentiment, je faisais parler l’os crânien.


« KAKAKAKA, alors comme ça, on est bloqué ? Comme ça, on est faible ? Que fais-tu Senji ?! Je suis le crâne, ne m'envoie pas sur cet écureuil ! Non Senji ne le fais pas ! KAKAKAKAKA... Zblaf... »

L'ancien temps, ça... Ici, je n'avais nuls crânes et je n'étais pas seul pardi ! Réveille-toi espèce d'alcoolique ! D'accords, tu avais une arme sanguine dans un piteux état. Très bien, tu étais salement amoché. Ok, tu avais un bras en moins ! Mais regarde le côté positif, ME*DE ! Et tu te demandais, quel était ce point positif, hum ? C'est très simple en vérité...

Un chevalier runique ! Non ! Trois, se dirigeaient vers la diligence ! Le lieutenant m'avait enterré, beaucoup trop tôt. Car dès lors que j'avais détruit son attaque. Lui, se retourna vers Shô. Sérieusement ?! Étais-je à ce point, mal en point ? Ne serait-ce que la pensée, de ressembler à un tocard meurtri, me donna la nausée...

Mais l'heure n'était pas à la barbarie. Et vu l'état de mon sort préféré... Je ne devais pas jouer au c*n. De toute manière, elle ne me servira plus. J'approchai discrètement des soldats ayant pris pour cible le trio de blond et leur grand manitou. Malheureusement, le même spectacle qu'au début, se répéta.

La foudre, maudite soit-elle, frappa d'une manière violente le blondinet moyen. Il mourut sur le coup, lui aussi... Ses amis tombèrent à genoux. Pleurant sa mort... Je savais mieux que quiconque, ce que ça faisait de perdre un membre proche. Une personne que l'on respectait et appréciait. Caché derrière un abri naturel, je détournai mon regard.

Cette scène me rappela trop de mauvais souvenirs... J'étais réellement prisonnier du passé ? Ne pouvais-je pas tout simplement oublier ? Non ! Je ne pouvais pas ! Cette expérience m'avait rendu fort, téméraire, et plus, féroce qu'avant ! J'avais appris nombre de choses, à commencer par m'en fo*tre de ma propre vie ! Et oui, cela était une qualité.

Attention ! Je ne disais pas cela, dans le sens où je devais me trucider. Mais, ne pas avoir peur de la mort, pour mieux l'affronter ! Quitte à perdre un bras, une jambe, ou pas mal d'autres choses... Non ! Pas les bijoux d'familles ! Il ne fallait pas déconner non plus ! J'en avais encore besoin ! Surtout si un jour, je voudrais être tranquille avec un semblant de famille !

Bref ! Je me mis à réfléchir... L'éclair avait été... Comme lancé de manière horizontale... Oh bord*l ! Je courus vers ceux que je devais protéger ! Enfin, la mission disait le parrain, mais je m'étais fixé comme objectif optionnel, la défense de ses larbins. Mais quand même ! Je rendis les restes de ma faucheuse liquide. Et dans un élan d'originalité, je me créai une épée de sang !


Blood Sword... Grognai-je, au vu de mon état.

Ma main opérationnelle prit solidement la poignée de mon sort. Les chevaliers lambdas se retournèrent à cause de mon indiscrétion. Au même moment, les affligés me regardèrent aussi, les yeux encore brillants... Ils furent tous, l'espace d'un instant, paralysé... J'imaginai bien mon regard... Haineux, sévère et sans pitié...

Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô  Weissdren] Photo


Voilà, à peu près comme ça ! Je profitai de l'étonnement, pour abattre mon bras droit afin de planter le tranchant sanguin, dans l'épaule gauche de ma cible. Le sous-fifre du conseil hurla de douleur. Je n'étais pas gaucher, m*rde ! Excuse-moi vieux... Je retirai aussi rapidement que possible ma « Sword » et lui coupa la tête avec et celle de son pote juste à côté de lui.

Je tournai ma tête vers son acolyte... Il savait ce qui l'attendait... Mais digne de son titre de chevalier, il prit son courage à deux mains -qu'est-ce que je l'enviai...- et se rua sur moi. Au même moment, un bruit d'éclair abasourdi violemment nos tympans ! Nous baissâmes tous faiblement la tête, mais je me rappelai de pourquoi je m'étais empressé de venir !


Dégagez ! L'autre aux bidules invisibles, renvoie les éclairs sur nos gueules ! Hurlai-je.

Eurêka ! Ils comprirent d'un coup, puis se mirent à l'abri ! Impeccable ! Mais moi... Eh bah... J'étais à découvert. Avec un militaire prêt à m'enfoncer son arme modifiée dans le crâne ! Mais tout cela faisait partie d'un plan. Un stratagème ne me ressemblant en aucun cas. Mais pourtant... À la dernière seconde, je le pris par le colback et le plaçai devant moi.

Le réflecteur de foudre eut une grande surprise, carboniser son propre allié ! Je n'avais pas dû trop forcer sur ma force, mon but n'était pas de le jeter à trois kilomètres, mais juste de le placer devant moi les gens ! Un bruit de porte ouverte, me fit détourner mon œil. C'était le bras-droit du papy ! Et il envoya délicatement un lacryma explosif dans la face du haut gradé mourant !

C'était absolument magnifique ! Néanmoins... Weissdren... Où était-il ? Je me hâtai vers lui. J'avais entre-temps, enclenché ma vision si spéciale. Sans difficulté, je vis un enfo*ré frapper sans répit mon camarade ! La forme rouge fluorescente s'acharnait sur lui... Je me devais, de faire quelque chose ! Et je n'avais plus le choix... Je me servis de mon arme faite d'hémoglobine, pour m'entailler une fois de plus, mon bras gauche. Et alors que j'arrivai juste derrière la sal*perie qui battait mon acolyte...


Blood... Reaper ! Criai-je ce coup-ci.

Mon effrayante expression était dorénavant, amplifiée par mes efforts surhumains pour utiliser ma technique ultime ! Une lame extrêmement fine et grande sortit de mon bras. Vite ! Je n'avais pas le temps de faire n'importe quoi ! D'un enchaînement foudroyant, je coupai en petits morceaux l'effronté ! Heureusement, car juste après cela, mon sort s'annula de lui-même...

Rien à faire... Mon pote était sauvé ! Dans un sale état... Mais sauf ! Mon corps tremblait de partout... Je profitai de mes dernières forces, pour prendre mon compagnon de route sur mon épaule à peu près saine. La barrière de runes disparut. Tout était terminé. J'avais réussi à parvenir jusqu'à notre carrosse.

Je demandai au vieillard de laisser monter mon compère salement amoché. Une place était libre après tout... Celui-ci accepta. Et alors que je déposai mon allié à l'intérieur de la voiture. Je perdis connaissance... Je me sentis comme transporter et je pus vaguement entendre les rênes du cocher se claquer. Nous étions repartis... Et il nous faudrait bon nombre d'heures pour reprendre nos forces décemment...


Hors Role Play:
 
Revenir en haut Aller en bas

Game Master

Game Master

Masculin Messages : 398
Date d'inscription : 20/03/2014
Localisation : Cosmos

Feuille du Mage
Surnom: Mr. Propre
Magie: Omnipotence
Points de Puissance:
Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô  Weissdren] Left_bar_bleue999999999/999999999Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô  Weissdren] Empty_bar_bleue  (999999999/999999999)


MessageSujet: Re: Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô Weissdren] Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô  Weissdren] EmptyDim 28 Déc 2014 - 16:33

Alors que les éclairs s’approchaient de leurs cibles, le Lieutenant Runique, qui de sa main avait fracassé Shô contre un mur aussi discret que dur, reçut dans l’œil un liquide vicieux provoquant chez lui une douleur bien embêtante. Il lâcha sa proie, et entreprit de se contorsionner comme si quelque force éthérée l’étranglait. Ainsi, la première lance de foudre le percuta à la place de Shô. Fort heureusement, ayant placé des défenses autour de lui, il ne fut que peu touché et s’effondra sur le Poison Dragon Slayer. Toutefois, ce dernier n’était pas sorti d’affaire puisque le militaire le roua de coup, et ce, même si le mage noir avait perdu connaissance dès les premiers chocs…

De son côté, Senji, après avoir contré l’onde de choc destinée à l’envoyer paître et décapité deux Chevaliers Runiques, dressa le troisième entre lui et l’éclair. On devine donc aisément ce qu’il advint de ce soldat…
Cela fait, le Blood Reaper se dirigea vers son compagnon, invoqua sa lame la plus puissante et débita le Lieutenant Runique dans un ultime effort. Le sort disparut aussi rapidement qu’il avait accompli sa besogne et le borgne chargea l’empoisonneur sur son épaule. Il dépensa la dernière once d’énergie dont était en possession son corps pour ramener l’inconscient dans la diligence… Et s’effondra  à son tour…

L’air maussade, minés par la mort de leur ami, les deux blonds s’occupèrent du confort de leurs gardes du corps. Ils adressèrent quelques prières à leur camarade et détournèrent les yeux, leurs larmes tombant à l’unisson avec la pluie de plus en plus faible. Même le parrain versa quelques larmes pour lui, gaspillant un peu plus d’eau. Le liquide lacrymal se mêla donc au sudoral…
Durant le voyage qui suivit, l’on dut, à plusieurs reprises, s’arrêter afin de faire boire le vieux mafieux pour ne pas qu’il se déshydrate complètement. N’importe quelle rivière faisait l’affaire.
Les blonds, eux, s’affairaient à apporter les premiers soins aux blessés, faisant tout leur possible avec la trousse de secours dont ils étaient équipés…

Le duo de mages noirs se réveilla une fois la nuit tombée. Le convoi s’était arrêté non loin des sources de Majo. Le paysage était plus vallonné, les forêts plus touffues ; l’influence volcanique se faisait déjà sentir. Un feu de camp avait été allumé et quatre longs rondins de bois avaient été amenés près de celui-ci. Kyo et les deux blonds s’y étaient installés. L’on avait positionné la diligence de sorte à ce que le parrain et les blessés puissent jouir de la chaleur des flammes.

Silencieux, comme à l’accoutumée, le bras droit du grand mafioso s’occupait à tailler du bois en formes diverses… Le couteau qu’il utilisait ainsi produisait un bruit sec à chaque impact sur un rythme monotone… Lorsque Kyo capta des mouvements à l’arrière du véhicule, il leva un œil et rajusta son chapeau noir dont il ne se séparait jamais.


- Vous avez faim ? On vous a gardé de quoi vous nourrir… Ichikiro et Sankiro (il désigna successivement le grand et le petit blond) ont rapporté deux lapins et des baies sauvages de leur chasse.

Le parrain prit alors la parole, d’une voix pénible. Une voix digne du vieillard mourant qu’il se trouvait être malgré lui.

- Nous n’avons pas été bien hospi… (il toussa) Taliers, depuis le début de ce voyage… Je suis le chef Suponsa. (nouvelle quinte de toux) Mon ami au chapeau se nomme Kyo et les deux autres, on vient de les nommer.

Le feu crépitait tranquillement dans son foyer… Le temps était sec, frais sans en devenir gênant. Toutefois, le groupe était bien aise de pouvoir se réchauffer grâce aux braises.

- De… L’eau…, demanda soudainement le mafieux

- Ca vient, ça vient…, lâcha son bras droit en lui apportant une des bouteilles qu’il avait pris soin de remplir en prévision de la nuit.

Une fois revenu à sa place, assis sur l’un des rondins, il se remit à sa besogne. Tout en sculptant ce qui semblait être une silhouette humaine de taille moyenne, il poursuivit, bien bavard en cette soirée :

- Parlez-nous un peu de vous, mages. Le voyage s’annonce long et difficile, alors j’aimerais bien savoir à qui j’ai réellement affaire…

Les deux blonds, ayant oublié toute rancune envers celui qui les avait corrigés dès le premier jour, hochèrent la tête. Cette perspective d’amitié aurait peut-être le pouvoir de combler le vide créé par la mort du foudroyé Nikiro…  
_____________________________________________________________________________________________

- Le parrain se déshydrate de plus en plus vite
- Vous êtes restés inconscient jusqu’au soir (voire jusqu’au lendemain soir, à vous de voir)
- Vous pouvez faire passer autant de temps que vous voulez jusqu’à mon prochain tour. Donc blablatez tout votre soûl, au prochain post, les hostilités reprennent. Ou alors, dites-le moi et je vous laisse poster deux fois chacun si vous préférez.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Re: Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô Weissdren] Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô  Weissdren] EmptyMar 30 Déc 2014 - 18:17

Une maison. Sûrement un salon faisant aussi office de sale à manger au vu du petit-déjeuner qui était servi sur la grande table en bois. Une étrange lumière éclairait la pièce, mais pas de lampes. Seule la fenêtre, juste derrière la table laissait passer une lueur blanche et brillante, mais ce n'était pas la bonne teinte de lumière, ce qui au fond n'était pas logique, si ? Et puis, les odeurs du repas ? Rien, l'odorat semblait inerte, comme s'il était bouché ou parti en grève suite à l'appel du syndicat du corps auquel le toucher semblait, lui aussi membre de ce groupe d'indépendantiste corporel et sensitif. Dans l'air, il y avait comme une ambiance oppressante, pesante allant jusqu'à provoquer une certaine angoisse. Et puis, tout était plus grand, beaucoup plus grand, beaucoup plus haut. Le plus étrange était cette sensation de déjà vu, il connaissait cette pièce, il la connaissait très bien, mais impossible de mettre un nom dessus ou même un souvenir.

Un regard jeté à droite, puis à gauche. Il n'y avait personne, pas le moindre être vivant qui puisse bouger ou communiquer. Un son lointain commença tout de même à se faire entendre, se précisant à chaque seconde, s'approchant comme un prédateur invisible chassant une proie sans défenses. Ce son devint une voix, une voix reconnaissable, familière, douce et réconfortante. Shô se retourna et vit une femme dans la cinquantaine, blonde, les yeux bleus, demandant gentiment comment il allait tout en faisant ce magnifique sourire que les mères font à leurs enfants quand ils sont petits. Il ne put s'empêcher d'écarquiller les yeux d'étonnement, il s'agissait de la défunte femme de Mark, Sandra. Le garçon fut soudainement pris de panique, il regarda autour de lui comme pour vérifier s'il n'y avait pas un signe pouvant prouver l'existence d'un canular, mais rien n'y fit, le monde externe commençait à s'effacer, devenant toujours plus flou, mais pas de traces de supercheries. Il comprit que quelque chose n'allait pas et il regarda instinctivement ses mains comme s'il voulait vérifier son propre corps, et il vit la morphologie d'un enfant. Voilà donc l'explication de la taille démesurée de l'environnement, qui au passage devenait toujours plus flou, mais pourquoi cela ? Et comment était-il redevenu un enfant, ce petit bambin frêle, faible, fragile, celui que Motgift avait laissé dans ce port, le même jour où son maître le trouva ?

Comme à son habitude, les questions fusaient dans tous les sens comme un bouquet final d'un feu d'artifice devenu incontrôlable. Toute cette confusion lui provoqua une sorte de peur intense, le faisant reculer, il trébucha, se tapa l'arrière du crâne sur le bord de la table pour finir sur le séant, sous cette planche de bois à quatre pieds. L'inconscient du blessé lui suggéra une idée de douleur, mais la sensation physique manquait, seule l'angoisse grandissante et la peur dévorante voulaient se faire ressentir, sentiments amplifiés par l'image de Sandra se baissant pour voir son petit invité tapé sous le meuble. D'un seul coup, l'image de la dame souriante se transforma en un instant en une image de cadavre, le sien, le même que la blonde allongée sur son lit de mort, le même, trait pour trait. L'image reprit sa forme initiale celle de la femme souriant et redevint juste après celle du cadavre, on pourrait croire que le film d'horreur le plus effroyable se déroulait sous les yeux du petit Shô. Les sauts d'images permutants d'une forme à l'autre devinrent de plus en plus rapides, la table se transforma en un coin de mur, le monde était devenu noir, plus noir qu'une nuit sans lune, il n'y avait plus rien pour se cacher, plus rien pour se mettre en le monstre et sa victime. Le Slayer rajeunit tenta de se boucher les oreilles avec ses mains et de fermer les yeux, tentative inutile. Les images affluaient dans son esprit comme s'il en était lui-même à l'origine, la sensation de peur à l'état pure s'insinuant en lui comme un virus. Le cadavre de Sandra s'approchait du petit garçon, et elle ouvrit la bouche pour parler. La voix douce et mélodieuse qu'il avait entendue un peu plus tôt avait laissé place à une voix cadavérique, grave, morte, cherchant à convaincre par ses simples cordes vocales que la peur n'était qu'un moindre mal comparé à ce qui allait venir, et tout en approchant son horrible visage en décomposition pour tenir ce langage, une odeur apparue, celle de la mort :


Alors Shô, pourquoi te caches-tu ? Te sens-tu faible ? Faible comme le misérable être que tu es ? J'ai honte de toi. Tu m'as tué, tu m'as tué, TU M'AS TUÉ !!!

Non ! Cria le jeune rouquin, poussant ses cordes vocales au maximum mêlant colère et peur. NOOON !!!

Le Pourfendeur se réveilla brusquement, sa conscience l'extirpant de ce cauchemar abominable, mais se faisant, força la victime du mauvais rêve à lever bien trop rapidement de buste, tout en ramenant son cri de négation du ''rêve'' à la réalité, c'était certes un cliché bien connu, mais c'était tout de même ce qui s'était produit. Son geste brusque raviva la douleur foudroyante et perforante des coups qu'il avait reçus sur le haut du corps, dont notamment ceux au niveau du thorax et des joues, ayant donc pour conséquence de faire prolonger son cri. Au fond, cela semblait plus proche du cri de guerre que du cri de peur, mais là n'était pas le principal. Ses yeux ambre s'étaient écarquillés par la souffrance et il ne tarda pas à se rallonger de lui-même toujours trop vite, heurtant une surface à moitié molle lui servant de coussin, ravivant à ce moment-là la douleur à l'occiput provoqué par l'impact avec le mur de runes.

Les cris se stoppèrent, faisant place à un silence, le Chasseur de Dragon voulait étouffer sa douleur du mieux qu'il pu en faisant en sorte de rediriger la douleur et se pinçant la cuisse droite, mais il renchérit sur les autres douleurs, laissant s'échapper un « Aïe » pure et simple, une mauvaise idée de plus. Plaçant sa tête sur le côté gauche, il vit un feu de bois assez agité avec quatre rondins de bois placé autour de celui-ci, la voiture étant placé proche des flammes pour profiter de la chaleur. Les deux blondinets rescapés étaient tous deux sur le même rondin, assis en regardant le grand crieur, l'air, un peu surpris. C'était fort compréhensible. Le silence régnait et jusqu'au réveil du vaincu, il n'y avait que les craquements du bois se desséchant sous la chaleur des flammes, les coups de couteaux du lanceur de lacrimas, sur le morceau de bois qu'il sculptait et les vagues de toux du parrain pour rompre ce silence. Rien que d'y penser était déjà un rappel du cauchemar dont il venait de s'éveiller, la maladie. Sans vraiment y mettre de la conviction, Weissdren tenta de rire de la situation grotesque dans laquelle il s'était mis et le regretta amèrement en sentant sa poitrine bandée et son visage pansé le rappeler sauvagement à l'ordre.

Le mafieux à la discrétion bientôt légendaire prit la parole d’un ton froid, sans reliefs :

 - Vous avez faim ? On vous a gardé de quoi vous nourrir… Ichikiro et Sankiro (il désigna successivement le grand et le petit blond) ont rapporté deux lapins et des baies sauvages de leur chasse.  

Voilà le nom des deux blonds rescapés, pauvre petits gars, la disparition de leur frère devait les avoir blessés bien au-delà de simples blessures physiques. Le Tueur de Dragon voulu bien répondre, mais il fut interrompu par le seigneur de la pègre qui prit la parome de sa voix malade, bien qu'essayant de paraître digne de son rang :

- Nous n’avons pas été bien hospi… (il toussa) Taliers, depuis le début de ce voyage… Je suis le chef Suponsa. (nouvelle quinte de toux) Mon ami au chapeau se nomme Kyo et les deux autres, on vient de les nommer.

Kyo, les deux autres... Ca en devenait triste. L'on se croirait dans une réunion de fortune des combattants survivants. Etait-ce une si mauvaise impression ? Non, rien de plus qu'un souvenir. Le mage d'Oak avait fait pas mal de campements dans les forêts lors des entraînements avec son senseï. L'on disait souvent qu'un rêve n'est que la vision modifiée d'un esprit voulant transmettre des images au dormeur. Le cadavre représentait le frère blond décédé, le discours sur la faiblesse, représentait la défaite lamentable du fils de Motgift. Et la forme d'enfant représentait l'état mental du brun-roux, un mage en âge et apparence mûre, mais un gamin dans la tête, un idéaliste idiot pensant pouvoir régler à lui seul tous les maux de la guilde. Un mage du son débile l'avait mis à terre en un rien de temps et il voulait combattre sa guilde ?! Sottises.

Motgift, tu n’aurais pas dû me lâcher comme ça. Marmonna t-il dans sans vouloir se faire entendre.

La nuit semblait bien avancée, les étoiles brillaient fortement dans le ciel. Quelques nuages venaient perturber la lecture des astres, mais dans l'ensemble le tout semblait dégagé. Le terrain plus vallonné et la végétation plus touffue indiquaient un changement radical de géographie, impossible de savoir précisément où, mais l'on se rapprochait grandement du but. La chaleur du feu dansant faisait assurément du bien, mais... Où était Senji ? Lorsque le mage empoisonneur le vit, il détourna le regard comme s'il se sentait coupable envers lui. La faiblesse n'avait-elle donc aucune limite ? Une petite défaite et le monde était dépeuplé, certes il en faisait beaucoup, mais bon sang, c'était un Dragon Slayer ! Un Dragon Slayer devait rester noble et fier, pas comme lui en ce moment. Il pensait qu'il devait se remettre de ses émotions, mais rien n'y fit. Comment vaincre une guilde quand l'on ne pouvait même pas battre un simple groupe de faiblards du Conseil magique ? Tout ceci n'était qu'une simple façade inventé pour ne pas vouloir admettre la réalité ou vraiment une faiblesse de caractère... Non Sandra, non Mark, non Motgift, non vous tous... Il était hors de question de se morfondre, hors de question de laisser ces blessures l'arrêter, il deviendrait plus fort, libérerait sa guilde du mal et retrouvera son père Dragon, il n'était pas à plaindre, il était là pour vaincre. Alors debout !

Décidant de mettre fin à ses lamentations, le mage confirmé fit revenir son sourire, sans trop le forcer et se leva doucement pour aller s'asseoir sur un des quatre morceaux de bois, étouffant par la même occasion ses douleurs encombrantes, mais bien présentent de son corps. Après le levé d'un de ses escorteurs, le chef mafieux demanda de l'eau et d'un ton fort peu aimable, le bras droit lui répondit que cela venait, lui en donnant par le biais d'une bouteille d'eau. Son action terminée, le mafieux se rassit à la même place, continuant de tailler son morceau de bois, qui au passage prenait une forme humaine, semblant de taille moyenne. Incroyablement, l'homme subitement passionné de menuiserie qui se nommait Kyo voulu poursuivre la conversation et de ce fait, il demanda aux deux mages noirs :


- Parlez-nous un peu de vous, mages. Le voyage s’annonce long et difficile, alors j’aimerais bien savoir à qui j’ai réellement affaire…

Les frangins rescapés montrèrent leur soutien face à cette demande. Le magicien du poison voulu commencer et alla prendre un lapin tout en introduisant son désir de commencer sa présentation en envoyant ces quelques mots :

Bon vous m’excuserez, mais j’ai un petit creux et l’autre en bas réclame. Dit-il en montrant son estomac.

Le mangeur de toxines amena le malheureux léporidé cuit par le feu à sa bouche endolorit par les coups reçus. Après avoir bien attaqué son lapin et l'avoir entamé à une vitesse assez impressionnante pour un blessé, le joueur d'échec voulu commencer la présentation, comme dit plus haut car il ne voulait pas qu'en tant que deuxième interrogé on lui en demande de trop par une insatisfaction de la première réponse. Ainsi, pour répondre, il termina sa bouchée, prit deux baies et débuta :

Pour répondre à votre question, je me nomme Shô Weissdren et je suis un mage de Thunder Light, inutile de vous donner ma magie, je crois que vous la connaissez déjà. Je suis venu pour faire connaissance avec lui. Dit-il en pointant Sakki de l'index, posant son lapin là où il l'avait pris de manière à avoir les mains libres, puis il reprit. Je voulais approfondir ma rencontre avec Senji et j'ai accepté cette mission pour cette seule et unique raison. Je n'étais pas vraiment motivé et mon manque de volonté m'a laissé sans convictions et sans buts... J'ai... Je n'ai pas changé d'avis à vos sujets, je vous le dis de suite. MAIS ! Mais maintenant, je suis motivé, pas parce que je veux me racheter de quoi que ce soit, mais parce que leur frère est mort et que je déteste ce genre de morts. Monsieur Suponsa, je ne vous aime pas, je déteste ce que vous faites, cela n'empêche en rien le fait que cette mort est une leçon pour moi comme pour vous. Cette fontaine est une deuxième chance qui vous ait offerte, le blond est mort pour votre survie alors je respecterai son souhait et je vous aiderai vraiment à survivre uniquement par respect pour un homme qui a voulu combattre en sachant parfaitement qu'il mourrait. Je sais que je parle dans le vent, mais si vous m'entendez, pas par vos oreilles, mais par votre cœur, alors vous saurez que la fontaine ne vous donnera rien si vous ne changez pas en vous-même et vous le savez très bien au fond de vous-même.

Voilà un baratin s'il en était. C'était sûrement une peine perdue, mais il voulait essayer de manipuler ce vieil homme en lui faisant croire quelque chose dont le Slayer ne savait rien, mais alors vraiment rien. La base de tous mensonges n'était-elle pas de s'inspirer de faits réels ? Et bien là, il l'avait de telles manières que même un homme qui savait la vérité pouvait douter tant sa conviction et sa détermination étaient audibles. Un léger vent vint balayer le petit camp. Ce fut avec une légère satisfaction personnelle que le mage aux gaz toxique commenta intérieurement son ''petit'' speech de satisfaisant bien que trop long. Regardant désormais les deux frères visiblement en deuil de par leurs regards. Le mage rebelle leur lança un regard comme pour dire « Croyez-moi, je vais venger votre frère en sauvant votre patron. » Ainsi, le jeune homme reprit son lapin et continua de manger laissant son ami solitaire parler et écouter les réponses diverses.

Après la réponse que l’empoisonneur à l’épée écoutait avec attention, sans rien dire, sans même faire de commentaires, le mage confirmé profita du premier blanc se présentant pour demander où se trouvait le groupe ainsi que son épée et sa fiole. Kyo répondit sèchement qu’il n’allait pas risquer une nouvelle attaque sur son le parrain pour une fiole sûrement vide, quant à l’épée, il se contenta de la pointer du couteau, celle-ci reposant au près du vieux maudit. La position fut donnée par le petit blondinet, disant qu’ils étaient presque arrivés aux sources de majo, précisant que les deux mages noirs dormirent pendant un jour complet.

Heureusement que rien ne s'était produit pendant ce temps-là. Il était fort aisé de comprendre l'empressement des mafiosi. Le lapin finit, le mangeur de toxines repéra une baie que son senseï lui avait désignée comme vénéneuse lors de l'entraînement de l'épéiste. De ce fait, le Slayer prit l'individu perturbateur et le mangea, le trouvant au passage fort bon. Ceci fait, il partit chercher sa chemise, sa jaquette et son manteau pour les revêtir, trouvant les bandages assez légers comme vêtements, même avec un feu.
[/color]
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Re: Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô Weissdren] Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô  Weissdren] EmptyMer 7 Jan 2015 - 18:30

Encore une fois… J’étais plongé dans les eaux sombres de mon inconscient. Je me sentis comme au-dessus du sol, comme en train d’imiter une scène d’exorcisme assez connue… Diverses murmures et susurres résonnèrent dans ma tête… Des voix familières… Lointaines… Je me débattus contre mon état, je voulus me réveiller de mon sommeil, m’extirper des bras confortables de Morphée. Je sus bien assez vite ce qu’il se passait… Mes souvenirs me rattrapaient et je ne pouvais pas y réchapper.

Un bruit continu et aiguë entra dans mes tympans, ce qui eut pour effet de me « réveiller » si j’ose dire. Je me retrouvai dans une sorte d’espace… Lumineux ? Je savais que je devais arrêter l’alcool… Mais quand même ! Je flottai face à un genre de mur blanc, la surface de cette chose semblait bouger comme-ci… Des gouttes tombèrent dessus, provoquant d’infimes vaguelettes au son presque hypnotisant.

Progressivement, les faibles voix vinrent à se rapprocher de moi… Devenant ainsi, plus claires… Plus… Audibles. J’entendis mes anciens camarades me hurler de partir avec eux. De laisser mon père tomber… D’autres voix se ramenèrent, celle d’un gars plus familier. Une voix qui me disait que j’étais surprenant. Une autre plus féminine se faisant du souci pour moi. Tout se bousculait dans ma tête, au point où même un mal de crâne me ferait un bien fou.

Et soudain, une vive lueur éblouissante vint m’aveugler ! Par réflexe, je sortis un léger grognement mécontent et détournai mon visage, caché par l’une de mes mains. Cette Jolie chose créée par la nature de lumière resta un moment présente dans son unique œil, histoire que je ne puisse voir précisément ce qu’il se passait. Lorsqu’enfin je pus recouvrir une vue correcte, j’ouvris mon œil valide autant que je le pus… Je me retrouvai étrangement devant une cascade géante, où de l’eau claire et limpide aux reflets de soleil éclatant coulait abondement tel un rideau de diamant…

Une voix puissante et sévère m’appela. Connaissant cette voix… La reconnaissant sur des milliers d’autres, je me retournai grand sourire aux lèvres ! C’était mon vieux ! Que faisait-il là ? Ma joie ne m’avait pas fait réfléchir, mais… Avec un peu de recul, je me demandai le pourquoi du comment. En regardant mes yeux et en touchant mon œil droit, je compris que ce n’était rien d’autre qu’une bride de mon passé.

Je devais avoir dix-huit ans je dirai… Je me rappelai de l’entraînement que je devais faire… Frapper dans cette cascade pendant des heures, tout en essayant de résister à la poussé de l’eau. Un calvaire sans déconner ! Mais bref, je devais rejoindre le vieillard. Une fois arrivé à son hauteur, il me donna un bon coup sur le crâne et railla sur mon incompétence, tel le vieux sénile qu’il était ! Bizarrement, j’avais bien ressenti la douleur, au point de m’en gratter les cheveux pour essayer de la faire passer !

Bon Dieu, mais que faisais-je ici ?! Étais-je tellement niqué que, mon esprit savait même plus faire la différence entre le réel et l’irréel ?!  De tout mon cœur je voulais que cet instant soit réel… Mais cet Trapèze rond de cerveau, me faisait bien comprendre que ça ne l’était pas… Je souris donc bêtement au fantôme de mon pseudo-paternel, puis quand il me demanda de le suivre, je le fis… Notre ballade commençait à durer un peu trop de temps, je mis ma main gauche sur son épaule droite, puis le demanda d’arrêter.

Je dus lever mon bras car ce titan était vachement plus grand que moi, mais passons. Mon regard devait clairement afficher mon incertitude et ma peine. D’une voix presque hésitante, je lui dis ce qu’il faisait ici, pourquoi mettre apparu ? Il se retourna donc, me regarda d’un genre bienveillant et me sourit.  Ce n’était pas une répon… Quoi ?! Voilà maintenant qu’il me prenait dans ses bras ! J’en étais presque gêné, jusqu’à ce qu’il me dise quelque chose…


Le sang qui coule dans tes veines causera ta perte… Tel est le fardeau de notre magie. Fais attention à toi Senji, car c’est à cause de cela que je suis mort… Dit-il d'une voix forte et... Fantomatique ?

Mon visage s’était paru de l’émotion « surprise ». Comment ?! Pourquoi ? Soudain son enveloppe imposante devînt un tas de poussière lumineuse. Attends pè… Et je me réveillai… Mon cache-œil était revenu, il semblait que j’étais dans une charrette… D’une face sceptique, je tentai de me lever, mais une forte douleur au bras m’en empêcha. Je pris ce dernier à l’aide de mon autre main et roulai de droite à gauche, b*rdel ! Ça faisait vachement mal !

Mais clignant des yeux plusieurs fois et m’apercevant que je devais être ridicule, je me mis en position assise en un éclair. Je raclai ma gorge en espérant que personne ne m’est vu. Tiens ! Shô ! Il était bien vivant et se dirigeait vers l’extérieur. Parfait, au moins il avait survécu, c’était ça de prit. M’aidant de mon bras à peu près saint, je me levai, puis me dirigeai à mon tour vers le dehors du dedans… Enfin dans la nature quoi… Hors de la voiture !

J’utilisai mon sang pour faire disparaître quelques hématomes quasiment bénins et cicatriser et ben… Des plaies. Je me sentis un peu mieux et fis abstraction de mon rêve étrange… Il fallait dire que je les collectionnai ces derniers temps. Mais pourquoi me dire que mon sang me tuerait ? Était-ce une énigme, ou je devais la prendre au premier degré ? Qu’importait pour le moment. Je m’assis donc devant Weissdren, sur un tronc mis exprès ici, pour reposer nos fesses bien grasses...

Une ambiance de folie régnait en ces lieux ! Un gars qui ne savait pas quoi faire de son couteau, deux autres qui jouaient au roi du silence et le vieillard qui ne savait qu’être malade de toute façon. Des conversations se mirent à voir le jour, tout d’abord ce fut l’ancêtre qui demanda de l’eau et son bras droit -à ce qu’il paraissait- qui lui répondit crûment. L’autre se fit avec les malfrats et le dragonnet. J’écoutai d’une oreille distraite ce qu’il se disait.

Lorsqu’il arrêta son monologue, le mafieux me regarda… Quoi ? Tu veux ma photo, banane ? Sans déconner il attendait quo... M*rde ! C’était à moi de parler ! C’était pour ça alors qu’il me matait comme un pervers mate des p’tites dans leur cabine d’essayage ! Tout prenait un sens. Avant de prendre la parole, je fis un petit signe montrant que j’avais pigé. Mais avant toute chose je me craquai la nuque et mes épaules. Enfin, je pris la parole.


Contrairement à mon acolyte, je ne vous juge pas. Et je m’en fiche un peu de la mort de votre ami. Mensonge évident, mais que devais-je dire d’autre, mhh…? Toutefois, ça m’énerve un peu que Shô est dû dire des choses comme ça. Nan mais sérieusement Shô. Tu n’aimes pas ce qu’ils font, mais tu traînes avec un assassin… ‘Fin bref.

Le regard du membre de la pègre se fit plus sérieux. Ok, je meublai le vide, mais c’est comme ça que je fonctionnai mon p’tit gars ! Bref, je me remis bien confortablement, puis m’étirai un petit coup. Dieu que ça faisait du bien avec un bras récemment foudroyé ! Non, en vrai j’avais complètement oublié et je me mis à masser ledit bras. Et enfin je repris.

Tu veux savoir à qui tu as affaire mhh ? Tu es bien sûr de le vouloir ? Nan parce que… On risque peut-être de tous crever, donc lier des possibles relations, c’pas le top moi j'dis. Son regard ne changea pas, donc j’en déduis qu’il s’en foutait de c’que je disais. Très bien… Tu l’auras voulu l’mafioso. Je suis Senji Sakki,  plus connu en cette magnifique contrée, sous le nom de Blood Reaper. Assassin de ton cœur… Bon ok j’arrête ! Mais si, j’fais surtout dans l’assassinat, mais du propre. Je déteste les meurtres gratuits, en gros  ceux qui tuent pour tuer et rien d’autre, ça nique l’image des vrais assassins. Et j’adore la viande… Puis j’suis un peu foufou pour certains… Beaucoup en fait… Et j’adore l’alcool. Et mon vocabulaire craint un peu…Voilà, tu sais c’que tu dois savoir sur moi, content ?

Le reste de la soirée fut tout aussi charmant. Nous discutâmes de choses et d’autres, même si Shô semblait plus réservé… Il n’avait peut-être pas apprécié ce que j’avais dit. Qu’importait ! Je ne dis pas les choses que souhaite entendre les gens, mais ce que je pense ! Bref, nous dûmes ensuite déjà aller nous recoucher, pour reposer nos blessures, puis reprendrons la route le jour suivant le lendemain. Tout un programme !
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Re: Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô Weissdren] Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô  Weissdren] EmptySam 10 Jan 2015 - 13:41

Pendant que Shô s'habillait, un enchaînement de silences et de paroles frustrés avait lieu. Sakki ne semblait pas très emballé à l'idée de faire ami-ami avec les délinquants en costume noirs. Il pouvait être noté de sa part, entre autres, un commentaire sur la logique particulière du mage d'Oak. Ce n'était pas totalement faux, et involontairement, le borgne n'eut fait qu'achever la précédente prise de décision de son acolyte. Il révéla aussi son métier, l'une des informations qui intéressait Weissdren et il fallait dire que sa surprise ne fut pas bien grande quand il entendit le mot assassin. S'il avait dit marchand de glace itinérant, là on pouvait être surpris, mais révéler le fait d'être un assassin, quoi de plus normal. La manière utilisée pour combattre et abattre ses ennemis, sa volonté de ne leur laisser aucune chance de survie, des indices évidents que seul un idiot aurait manqués.

Après un bref duel de regards sérieux et un silence demandant à être comblé. Le mage du sang concéda à décrire plus explicitement sa personne devant le mafieux malade et ses hommes. L'envie ne semblait vraiment pas y être, ce qui fut confirmé par le ton nonchalant qu'il ne se privait pas d'utiliser. Tout le long de ses deux petits discours, quelques pics furent lancés par le solitaire à destination des chastes esgourdes du mage de Thunder Light. Les réponses de se dernier furent inaudibles, il serait juste les dents, mais pas par énervement, mais parce que les mouvements qu'il faisait pour enfiler ses habits étaient pénibles. Cela dit, l'on pouvait aisément confondre. Les vêtements du rouquin, un spectacle à part entière, des trous, des taches de boue, des taches de sang, avec un tel déguisement l'on pouvait presque lancer une mode.

Les deux mages eurent fini leurs actions respectives presque en même temps, avec un léger retard venant du souriant, ayant oublié que dormir avec un katana à la ceinture, ce n'était pas vraiment la meilleure des idées. Les vieilles habitudes du matin faisaient surface même dans des moments comme celui-ci. Le silence revint, lourd et oppressant, le même silence d'une ambiance d'enterrement. Néanmoins, celui-ci n'arrivait pas à pleinement s'imposer, et ce grâce à ce feu insolent qui refusait de se soumettre aux critères imposés par la situation, la toux maladive du vieux schnock et les coups de couteaux répétés de son sculpteur de bras-droit. Une situation bien singulière avec ses flammes dansantes qui semblaient vouloir parler, communiquer avec des crépitements pour dire à ces humains de profiter de la vie, un effort vain bien qu'honorable ou peut-être un simple excès d'imagination venant d'un Chasseur de Dragon ennuyé.

Pour faire un appel des troupes, voilà ce qu'il y avait à disposition : un type âgé, maudit, malade et terriblement chiant, deux croquemorts, un grincheux, un artiste du couteau et un hypocrite. Une équipe de choc que même le patelin du fin fond de Fiore n'aurait pas voulu pour nettoyer la vaisselle. Hypocrite. Oui, le fils de Motgift devait l'admettre, il était un hypocrite. Mais il faisait pire que ça, il finissait par tellement se le répéter qu'il finissait par en oublier qui il était. D'ailleurs, qui serait-il sans se trait de caractère ? Il serait probablement déjà parti de Thunder Light pour rejoindre l'une des deux autres guildes légales. Et oui, à force de vouloir se transformer en un caméléon, l'on finissait par être incapable de reprendre ses couleurs d'origine quand l'on vous demandait d'être naturel.

Le Pourfendeur était resté debout, à regarder la scène avec un petit sourire sarcastique et il regardait plus précisément ce feu agité. Peut-être avait-il exagéré en pensant perdre son identité, mais cela n'en restait pas moins à risque bien réel. Quand l'on voulait manipuler quelqu'un, le plus souvent l'on essayait de lui plaire, de le mettre en confiance, ce qui impliquait de mentir sur bien des plans, le caractère y compris. Non pas que Shô pensait à l'idée d'arrêter, bien au contraire, il voulait se perfectionner. Savoir faire la différence entre le véritable soi et le faux soi impliquait d'avoir une maîtrise totale des émotions propres et tierces et seul un débutant pouvait se perdre et oublier son identité propre. C'était incroyable de voir à quel point ce voyage pouvait lui faire comprendre ce qui n'allait pas chez lui. Quand il retournerait à Oak, il serait bien plus doué dans son domaine qu'à son départ, n'était-ce pas cela but en fin de compte ? Après, ce n'était que la théorie, maintenant, il fallait le réaliser en pratique, ce qui était une autre paire de manches.

Ainsi, le Slayer décida de retourner se coucher, au risque de refaire un cauchemar, mais au moins son corps pourrait se reposer un petit peu plus. Après tout, un pauvre petit mauvais rêve n'allait tout de même pas causer la perte de tous pouvoirs magiques, quoi que... Remettant ses pensées en place, l'épéiste alla se placer derrière le tronc qui avait supporté son séant quelques minutes auparavant. Une fois arrivé sur place, il entama sa longue et douloureuse descente. Oublier que ses blessures le faisaient souffrir était une belle erreur.

Se baissant pour pouvoir s'accroupir et s'allonger, le Chasseur eut une violente douleur dans la poitrine qui lui fit lâcher sa prise et le fit s'écraser violemment au sol, son occiput heurtant la terre, provoquant ainsi un nouveau «
Aïe » qui fut dit d'un ton assez ennuyé. Il en avait assez de se plaindre, mais quand ça faisait mal, ça faisait mal. Trouvant la situation assez burlesque, il pensa que le fait d'appuyer un petit peu sur l'effet ne pouvait pas faire de mal et pour montrer que tout allait bien, il leva le bras, le poing fermé avec le pouce dirigé vers le ciel. Ce simple geste montrait que son humeur n'était pas affectée par les dires de Senji, même si c'était contrariant de tomber de la sorte avec une ambiance aussi... Joyeuse ? Les bruits de couteaux se stoppèrent et le jeune brun imaginait déjà la tête de son groupe. Ce n'était pas bien sérieux de la part du mage confirmé, mais que voulez-vous, il fallait bien briser les idées déjà faites du beau parleur renvoyé dans ses vingt-deux.

Le bras, alors seule partie visible de son corps redescendit assez vite et fut accompagné de quelques mots de la part de son propriétaire :


Je me recouche, bonne nuit... Disait-il d’un ton normal, sans émotions réelles, bien que se terminant sur une note assez frustrée par un nouveau pic dans sa poitrine.

Comme toujours, la nuit fut trop courte au goût de l'Oakien, mais au moins elle fut paisible et réparatrice. Les douleurs du thorax étaient moins présentes, de même pour l'arrière du crâne et le reste du corps. Ce fut à l'homme au chapeau qu'incomba la lourde tâche de réveiller le groupe, et ce, à cause du parrain ayant mal dormi. Ce dernier semblait fatigué, d'énormes poches violettes sous les yeux confirmaient l'information et inquiétaient la petite famille d'Akurio. Le vent était assez fort, mais n'en n'était pas non plus incommodant même s'il semblait instable, peut-être allait-il changer de puissance pour le meilleur ou pour le pire...

Quand l'empoisonneur dirigea son regard vers le ciel pour l'inspecter, il eut droit à la magnifique vision de nuages gris, bien déprimants, mais tout comme le vent, l'on avait l'impression qu'il voulait partir et rester en même temps, donnant quelques trous de ciel bleu à peine visible. Au moins, Shô semblait de bonne humeur, déterminé à en finir avec cette mission dans de bonnes conditions. Il ne lui fallut pas beaucoup de temps pour se préparer psychologiquement à la longue marche qui l'attendait, ne se faisant pas d'illusion sur une possible volonté du Padrino de le laisser monter. Ce même homme semblait d'ailleurs fort pressé de partir en ne laissant pas le temps à son escorteur Dragon Slayer d'enlever les preuves de leur passage. Etait-ce une erreur de tout laisser là ? Seul l'avenir nous le dira. Mais pour l'instant, le convoi reprit la route avec les deux mages qui étaient prêts à en découdre, du moins un.

Le groupe continuait d'avancer dans les plaines vallonnées et les forêts denses qui composaient la géographie du lieu. Au rythme des pas des deux hommes à l'arrière, ainsi que des foulées des chevaux à l'avant, le convoi avançait encore et toujours. Ha, ces pauvres équidés, qui tout comme le reste des êtres vivants composant cette escorte, semblaient fatigués. Braves bêtes, dénuées de rates, leur organisme fatiguait, mais ils ne le ressentaient pas, se faisant, ils pouvaient courir jusqu'à ne plus en pouvoir et mourir d'épuisement. Un bien triste sort que le mage au gaz toxique voulait leur épargner. D'ailleurs, ils marchaient au pas, un pas certes rapide, à mi-chemin entre les deux allures les plus lentes à disposition des quadrupèdes. Depuis leur départ du petit camp, les deux mages ne s'étaient pas vraiment adressé la parole, ce qui fut en partie à cause de Weissdren qui avait été fort occupé à faire tout et n'importe quoi. Voulant reprendre le contact avec son compagnon de route, il entama un début de conversation, juste quelques mots pour voir s'il pouvait communiquer avec le Blood Reaper sans risquer de se prendre une raclée mémorable.


Je n’ai pas eu l’occasion de te saluer aujourd’hui, alors bonjour ! Paroles dites gentiment avec un grand sourire aux lèvres et une idée derrière la tête.

Aussi surprenant cela pouvait-il paraître, l'effet donné par les habits sales et le comportement à l'allure niaise du mangeur de toxines lui donnait un air de paysan gentil, mais complètement arriéré. Mais le pire, c'était qu'il allait revenir à la charge. Cette fois-ci, la phrase serait plus longue pour voir jusqu'où il pouvait aller avant de s'en prendre un. Du fait de sa légère réflexion, il laissa le borgne parler avant de lui adresser à nouveau la parole, mais de manière plus directe et beaucoup moins souriante que sa première réplique, de plus, il était devenu plus sérieux dans son regard.

Je suis désolé de ne pas avoir pu t'aider de manière plus conséquente dans la clairière ? Peut-être que si j'avais eu un peu plus le caractère d'un guerrier à ce moment-là, tu aurais évité de te faire foudroyer le bras... D'ailleurs comment va-t-il ? Je te demande ça parce la nuit m'a un peu soulagé, je dis bien un peu, mais c'est déjà ça.

De sa voix grave il termina sa deuxième vague de questions et laissa à nouveau le temps de répondre à son coéquipier et se faisant. Il regardait l’arrière de la voiture, puis le sol comme un gamin qui s’ennuyait ou qui se faisait gronder par un monsieur pas content, ou juste par une simple envie de réfléchir la tête penchée. L’arrière de la tête le rappelant à l’ordre, il releva sa grosse courge garnie de cheveux rouges et bruns. Attendant que Sakki ait fini de répondre, le toxique préparait la suite, mais sans réelles suites avec ce qui fut dit juste avant, comme un roman à épisodes qui n’étaient pas liés les uns aux autres, mais qui avaient une importance propre, un but réel. N’écoutant que son courage il mit fin à ses réflexions et reprit la parole sur le même ton qu’avant :

Au fond, je t'admire un peu. Pas sur le fait de tuer des gens, ça ce n'est pas mon problème, je t'ai côtoyé sans savoir et je sais ce que tu vaux en tant qu'être humain et non en tant que passif. De même que je sais ce que ces types dans la voiture valent. Non, ce que je veux dire par là, c'est que... Tu es un type franc, direct, tu sais ce que tu veux et mieux encore, tu as les moyens d'imposer ce que tu veux. Ce n'est pas mon cas, on m'appelle mage noir, mais je n'en suis pas un, je suis un faible qui fait avec ce qu'il a. Nous faisons ce que nous pouvons, de manières différentes.

Il marqua une pause et ferma les yeux, laissant le temps au borgne de réagir en faisant des commentaires ou non et après, il se mit à regarder le ciel, l'air pensif, ouvrant ses yeux pour contempler les nuages. Ce n'était plus le visage du faux sourire de fausse couche, mais le véritable Shô Weissdren qui fit revenir sa tête dans une position normale pour regarder son ami dans les yeux.

J'ai pour habitude d'être franc avec les personnes en qui j'ai confiance. Tu vas peut-être trouver ça précipité, mais je sais comment ça marche sur le domaine psychologique et je sais que je peux te faire confiance. Senji, je ne sais pas comment et pourquoi tu en es arrivé où tu en es arrivé et je m'en fiche. Mais sache que si tu as besoin d'aide un jour, sache qu'à Oak, tu auras toujours un petit Dragon Slayer qui sera là pour t'aider. Il marqua une pause afin d'encrer ses paroles dans l'esprit de sa cible avant de reprendre. J'imagine que tu as été celui qui a empêché le mage du son d'en finir définitivement avec moi, sauf preuves du contraire. J'ai une dette envers toi et je la paierai. C'est la raison pour laquelle j'ai dit ce que j'ai dit hier. J'ai une dette envers eux, mais surtout envers toi. C'est un raisonnement long et probablement énervant pour toi et je n'en ai rien à cirer. Je dis ce que je dois dire aux personnes à qui je veux le dire.

Arrêtant son monologue, le mage à la substance mortelle ria en repensant à ce qu'il venait de dire. Il savait qu'avec Sakki, il fallait faire court et direct, mais là, il ne voulait pas plaire, il voulait dire ce qu'il pensait.

Haha, à force de devoir argumenter avec les situations difficiles que je finis par sortir des répliques de théâtres avec la longueur d'un discours de politique en permanence, ça devient chiant à force, n'est-ce pas ? Disait-il un grand sourire joyeux aux lèvres.

Les yeux fermés et les pieds trébuchant sur une pierre mal placée, le jeune mage se retrouva à s’écraser sur le sol couvert d’herbes. Suite à sa chute, il se plaignit de la douleur tout en riant comme un idiot. Il se releva, les larmes aux yeux de rires, une situation aussi burlesque ne pouvait exister que dans les films. Voilà qui devrait mettre un point définitif à l’ambiance sérieuse précédant l’incident. Shô continua ainsi à marcher, en écoutant les commentaires de son coéquipier.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Re: Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô Weissdren] Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô  Weissdren] EmptyDim 11 Jan 2015 - 18:59

Comme déjà dit, la fin de notre charmante réunion d'alliés de fortune, c'était déroulé sans trop d'embûches... Le silence revenait bien trop souvent, malgré des efforts monstres pour l'éviter ! Si, si, j'vous assure. Senji le bavard aimait quand il y avait de l'animation. Comment ça s'est complètement narcissique de parler de soi, à la troisième personne du singulier ? Bref, à part des flammes se balançant au grès du vent, comme un serpent suivant une flûte bon marché de la tête... Rien ne réchauffait cette ambiance pesante.

Le plus étrange était mon acolyte. Mes paroles avaient dû faire un effet de choc, pourquoi ? Ce gars restait debout, planté avec un sourire idiot à regarder le feu s'amusant à faire danser nos ombres... Il était comme figé. B*rdel ! Je savais que je ne devais pas être aussi direct ! J'aurais dû la jouer douce, y aller finement, tel un pu*tain de diplomate... Mais nan ! J'ai préféré rester celui que j'étais et cracher mon avis sans même dire
« Sans offenses mon p'tit dragonnet. ». Ça aurait été la moindre des choses !

Enfin, il se décida à bouger et allé se recoucher. En moi-même, je me surpris à approuver ce choix. Si cela pouvait lui faire du bien, pour réfléchir sur les conneries débitées plus tôt, ainsi qu'à reposer son corps ayant morflé cher. J'étais vraiment pour ! Sauf que pendant une... UNE sal*perie de seconde, je détournai ma tête. J'entendis soudain un bruit de chute et m'empressai de regarder en direction du Baby Slayer...

Pouce en direction des cieux, cul par terre et sans doute avec une ribambelle de pics de douleur ici et là... Il essaya de nous faire croire que tout allait. Passons, il nous dit bonne nuit et cette scène fut terminée aussi vite qu'elle fut commencée. Mais une question véritable et sincère... Pourquoi avoir été là-bas pour aller s'endormir ? Ce n'était pas comme-ci, un foyer bien chaud était placé au milieu de quatre troncs d'arbre... Oh attendez une seconde... Si !

Pour ma part, de mon sourire habituel, puis d'un levé de main traditionnel... Je prévins que j'allai rejoindre les bras de ce cher Morphée. Mais redoutant la venue d'un mauvais rêve, je ne fis que dormir à moitié. 'Fallait dire que je devais aussi aider mon corps en contrôlant mon sang. Oui, pour me retirer des hématomes et cicatriser deux ou trois plaies ornant mon corps à quelques endroits. Cela était le semi-sommeil de Senji Sakki, dans toute sa splendeur...

Je ne vous raconterai pas à quel point la « nuit » fut lente et chiante. Cependant, je fus surpris d'être réveillé par un des sbires du parrain. Râlant comme à mon habitude, j'essayai de grignoter encore quelques fractions de secondes en plus... Néanmoins, je dus au bout du troisième avertissement, me lever. Se que je fis, tout en baillant bruyamment et en m'étirant... M*rde ! Mon bras ! Me rendant compte de ma co*nerie à la dernière seconde, je m'attendis à ressentir une douleur foudroyante...

Toutefois, il n'en était rien. Une petite gêne était encore présente, mais en regardant de plus près... Je vis que mon bras était quasiment comme neuf ! Parfait ! Juste... Excellent... Un fier sourire vint se dessiner sur ma face d'assassin, puis je regardai vers mon compagnon de route. Ce dernier regardait le ciel -lui donnant un air débile, mais chut !-, je fis de même, mais avec un furtif coup d'œil. Je haussai un sourcil et abaissai l'autre.

Des nuages déprimant étaient présent, laissant de fin rayon de lumière outrepasser leur frontière céleste. La température semblait satisfaisante, bien que venant de me réveiller et pas de mon plein gré, je sentis une certaine froideur... Bref, frappant un certain nombre de directs dans le vide, je pus réchauffer mon corps. Voyant que les autres étaient pressés de partir, je ne fis que réajuster ma veste et les rejoindre.

Je caressai légèrement mon cache-œil pour bien le remettre. Même une nuit peu agitée pouvait détruire cette merde ! Un jour, je devrai trouver une technique pour remplacer ce bout d'tissu. Nous nous mîmes, moi et Shô, à marcher derrière le convoi. Nous gravîmes le long du sentier d'un pas rapide et soutenu. Tels de vrais montagnards ayant appris à dompter les routes ! Les braves bêtes qui tiraient le carrosse du futur macchabée... Euh, du chef de la mafia... Étaient courageuses !

Elles marchaient tranquillement, ni trop lentement, ni trop rapidement, mais tout de même, n'avaient-elles seulement bu de l'eau ? Ces chevaux avaient-ils été nourris ? Je n'avais pas de souvenir de cela... Bah, tant que ces magnifiques bêtes trottaient en chœur, j'assumai qu'elles allaient bien. Une voix vint alors me tirer de mes futiles pensées...

Enfin ! C'était Shô qui me saluait. Il lui en aura fallu du temps... Lui faisais-je peur ? Mettant les mains dans les poches, regardant dans sa direction d'un regard mou, je l'écoutai. Un petit sourire apparut sur ma face d'endormi. Je craquai ma nuque en la balançant comme un pendule. Le craquement de mon os fit voyager une sensation de bien-être dans mon corps... J'en soupirai presque de bonheur ! Mais passons, je répondis à mon partenaire.


C'vrai que t'as pris ton temps, mais c'pareil d'mon côté... Alors ouais, salut ! Dis-je d'un ton amicale.

À la fin de ma réponse, son regard devint plus sérieux que d'habitude, son sourire disparut presque... Oulah ! Un Weissdren qui ne sourit plus, c'est une pu*tain de discussion qui s'annonçait ! Et j'avais raison ! Comme toujours... D'abord, il s'excusa de ne pas avoir été plus utile que ça dans notre dernier combat. Puis il demanda comment allait mon bras, en s'apitoyant un peu sur son sort entre-temps.

Oye, tu n'aurais pas été d'une grande aide, je t'assure que tu serais mort. Sinon ça va, j'ai encore une petite douleur qui est plus une gêne qu'autre chose, mais globalement, il peut cogner, donc c'le principal ! Et content que tu ailles mieux, même si ce n'est qu'un peu. Au fait... Un caractère guerrier dis-tu ? Garde ta propre personnalité, c'est comme ça que t'es l'plus utile... Cherches pas à être quelqu'un d'autre en combat, sinon, c'est ce qui te perdra.

Prononçant ses paroles d'un air nonchalant, sérieux et presque joyeux... Je pouvais presque troubler ce pauvre Dragon Slayer... D'ailleurs, petite chose marrante, c'était qu'il regardait le sol, comme s'il se faisait gronder. Mon visage s'adoucit un peu en voyant cela. Prenant un air réconfortant. Mes paroles ne devaient pas lui faire peur, l'aimant bien, je voulais juste le faire un peu avancer. Il y avait peut-être certaines choses à changer... Mais l'on pouvait faire de lui un super guerrier, doublé d'un pote de comptoir quasiment essentiel ! Enfin bref, il poursuivit...

Mais cette fois-ci, c'était moi qui pris un œil plus sérieux. Je l'écoutai dire qu'il m'admirait un peu, qu'il savait ce que je valais en tant qu'humain... Ouais, en gros ce gars était le méga psy quoi ! Il lisait dans l'esprit des gens, comme s'ils étaient ouverts à lui... Pouvaient comprendre en un rien de temps n'importe qui ! En fait, ce n'était pas un Pourfendeur de Dragon... Mais un médium des ténèbres analyseur d'âme !

Je le laissai continuer. Après tout... Il était impoli de couper la parole et je voulais tout savoir d'un coup, pour mieux répondre. Au fur et à mesure qu'il parlait, mon sourire devint plus grand... Plus chaleureux ? Il osait me dire ce qu'il pensé et pour une fois sans sourire étrange. J'avais l'impression que c'était une autre personne qui me parlait. À la fin de tout son discours... Il se marra, tomba, se releva et continua à rire.

Je me mis à légèrement rire, sans doute entraîner par le sien. D'une manière joviale, je casai son cou au creux de mon bras. Oui, comme les potes de bar faisaient, ou les amis de longue date... Et alors ?! J'approchai ma tête du côté de celle de mon « admirateur »... Tout en restant relativement éloigné quand même ! Je n'allai pas lui rouler un palot non plus ! Mais bon, comme un grand frère et son petit frère en l'occurrence. Même s'il était plus grand... Bref !


Shô... Mon petit Shô... Par où commencer...? Dis-je d'un ton clairement amusé. Tout d'abord, merci d'être honnête, ça fait toujours plaisir ! Je suis heureux que tu te sois bien expliqué... Toutefois, j'ai l'impression que tu me surestimes pas mal, mais bref ! Maintenant, je peux avoir un vrai avis sur toi et il demeure plus que positif ! Et laisses-moi enchaîner ! C'est à mon tour de monologuer ! Annonçai-je presque en crachant ma bonne humeur. Pour le mage du conseil, yep. C'est moi qui l'ai tué, sérieusement, tu croyais que j'allai le laisser tuer un d'mes potes !? Saches qu'avec moi, tu ne mourras pas ! J'apprécie fortement ta proposition. Mais si je viens à Oak, pour passer dire un p'tit bonjour, ce ne sera pas pour t'exploiter à la tâche, enfin pas toujours...

Je retirai mon bras et me remis bien à côté de lui. Orientant ma figure vers le ciel qui se dégageait petit à petit. Il pouvait être assez étonné de ma façon de faire, mais pour moi, il était important. Tous ceux en qui j'ai confiance le sont ! Je repris mon souffle en respirant un bon coup et lui souris.

Et ce n'est pas fini ! Certes, tu as été chiant à me cracher le fin mot de ton histoire, je ne mentirai pas. Toutefois, au moins ça m'amène quelques réponses, donc j'ne vais pas trop m'en plaindre. Ensuite ! Tu veux payer ta dette envers moi ? Très bien... Dis-je en reprenant un air sérieux... D'abord, t'arrêtes de t'apitoyer sur ta faiblesse et tu la combats de toutes tes forces ! Après, s'il te plaît, sois ultra à l'aise avec moi, j'ne mords pas... Enfin pas ceux que j'aime bien, donc t'es tranquille. Mais surtout... Ne pense pas à quelques blessures que je pourrai avoir durant des combats avec toi à mes côtés. Mon œil redevint plus calme et plus... Gentil ? Je connais les risques du combat, comme tu l'as déjà dit, mon œil ne s'est pas perdu tout seul. Mais pour protéger les personnes que j'apprécie, je suis prêt à perdre un bras, une jambe, et même une mèche de cheveux ! Pour dire ! M'enfin, case-toi tout ça dans ta tête et tout ira pour le mieux !

Mine de rien, nous fîmes de bons kilomètres en parlant de tels sujets... C'était étrangement calme et pour notre plus grand bonheur... C'était à mon tour d'attendre ses retours, en espérant ne pas l'avoir traumatisé avec mes manières quelque peu barbares... Au moins, il savait à quoi s'en tenir dorénavant. Espérons, qu'il se souvienne toujours de mes paroles...
Revenir en haut Aller en bas

Game Master

Game Master

Masculin Messages : 398
Date d'inscription : 20/03/2014
Localisation : Cosmos

Feuille du Mage
Surnom: Mr. Propre
Magie: Omnipotence
Points de Puissance:
Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô  Weissdren] Left_bar_bleue999999999/999999999Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô  Weissdren] Empty_bar_bleue  (999999999/999999999)


MessageSujet: Re: Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô Weissdren] Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô  Weissdren] EmptyDim 18 Jan 2015 - 11:31

La discussion avait bien été lancée par le groupe de mafieux. Cela donna lieu à des présentations, des débats, des amitiés…
Les liens commencèrent à se renforcer, le fil de l’amitié à s’épaissir. Malgré deux visions du monde radicalement différentes, les mages noirs semblaient se rapprocher, et ce, de plus en plus. De leur côté, les quatre non-mages étaient égayés par la présence de leurs compagnons d’infortune. Shô présentait une personnalité à la fois complexe et sympathique tandis que Senji s’avérait être drôle bien que sanguinaire. Quoi qu’il en soit, ces personnages étaient singuliers, voilà une vérité que nul n’aurait su contredire.
Le lendemain du réveil des mages noirs, Suponsa médita longuement les paroles de Weissdren, remettant en question ses actes, sa personne, l’image qu’il renvoyait au monde et son existence-même…

« Je sais que je parle dans le vent, mais si vous m'entendez, pas par vos oreilles, mais par votre cœur, alors vous saurez que la fontaine ne vous donnera rien si vous ne changez pas en vous-même et vous le savez très bien au fond de vous-même. »

Ces mots résonnaient en lui, de plus en plus fort, comme si l’écho amplifiait à force de réflexion plutôt que de l’atténuer.
Et plus son état s’aggravait, plus les insupportables vocalises du Poison Dragon Slayer, d’une vérité crue et irritante, s’attaquaient aux certitudes du mafioso. Désormais, celui-ci vomissait, à intervalles réguliers, un mélange de bile et de sang. Pris d’une fièvre de plus de quarante degrés, il souffrait le martyr à chaque cahot, chaque son, chaque parole. Un pépiement d’oiseau devenait un hurlement digne d’une Banshee. Un nid de poule se changeait en séisme de forte magnitude. Un mot se muait en affreuses vibrations.
Finalement, Suponsa avait beau entendre les mots de Shô se répercuter à l’infini en lui, il n’avait plus la possibilité d’y réfléchir.
Il subissait l’action, voilà tout.

Le jour finit par décliner. Ce jour-ci, aucun accroc sur le chemin vers les Cascades du Cristal. Kyo et les deux blonds, malgré leur inquiétude grandissante, s’étaient même permis de lancer quelques plaisanteries à leurs nouveaux camarades. Ils rirent de bon cœur (quoique cela s’arrêta à un franc sourire pour le bras droit du parrain, ce qui était déjà en soi un exploit) à leurs propres sottises et à ce que le duo de combattants répondit. Cela dit, le groupe était sur les nerfs. Un rien les aurait fait rire… Ou pleurer.
La nuit tomba assez vite et l’on dressa un camp similaire à celui de la veille. Le repas fut constitué de Hane-Sakana traînant dans un précipice. Malgré leur saveur immonde, les criminels durent s’en contenter. D’autant plus que l’on avait trouvé des fraises des bois, non loin. Suponsa continua inlassablement à vider ses tripes un peu partout et fut rejoint (discrètement) par Ichikiro dont l’estomac fragile ne supporta pas la viande au goût si répugnant. La nuit passa donc, ponctuée d’infects gargouillis, de bruits de suffocation, d’expectorations grasses et tout un lot d’autres expressions sonores du corps humain.

Le lendemain, le convoi dépassa les Sources de Majo. Il ne leur restait plus qu’à continuer de longer les volcans de Kogeta, traverser le fleuve Admantin et enfin ils toucheraient au but.
La vallée dans laquelle évoluaient les criminels était bordée, sur la droite, de hautes collines, sur la gauche, de vomisseurs de feu fumants. A vrai dire, ces dernières formations exhalaient tant de noirceur que, sous l’action du vent, un voile opaque obstruait partiellement le ciel au-dessus la zone traversée. Cela donnait un air quelque peu apocalyptique au paysage… Une lumière agonisante, cramoisie, se battant avec les ténèbres... Un vent charriant cendres et prémices d’un enfer brûlant… Un grand silence et…
Trois ombres se détachant derrière le rideau de fumée. Elles passaient et repassaient, prédatrices. Les formes étaient colossales ! L’on pouvait les estimer à une douzaine de mètres de long voire une quinzaine pour la plus grosse d’entre elles. L’œil inquiet, nos voyageurs purent les contempler un moment… Mais rien ne se passa. Kyo en conclut que les mystérieuses créatures n’avaient pas d’intérêt à s’en prendre au groupe. Ainsi, il continua à faire avancer le convoi sans changer d’itinéraire. Cela dit, les chevaux étaient inhabituellement agités et avaient tendance à avancer plus vite qu’il leur était demandé…
Il ne faut jamais négliger les indicateurs naturels.

Lorsque le groupuscule franchit une ligne invisible à leurs yeux, les ombres fendirent brusquement l’écran noirâtre et descendirent en piqué, véritables calamités, châtiments célestes, pour s’abattre juste devant le coche, faisant trembler le sol de leur grand corps frémissant. La voiture fut renversée et les chevaux hennirent, paniqués. Trois terribles rugissements finirent d’annoncer l’arrivée des trois Wyverns dont les mafieux et leurs amis avaient profané le territoire ! Les cris s’avérèrent si puissants qu’un des chevaux ne les supporta pas et cessa de s’agiter. Raide morte, la pauvre bête avait été victime d’une attaque cardiaque due à l’extrême peur ressentie.
Les trois lézards ailés, rouges comme s’ils sortaient d’un bain de lave, dévoilèrent leurs crocs acérés. Soudain, elles s’arrêtèrent de fixer leurs proies pour humer l’air. D’autres intrus étaient là…

En effet, des deux côtés de la vallée descendirent deux masses humaines. L’intégraltié guilde noire sévissant dans cette région et une troupe de l’Armée Runique composée exclusivement de Lieutenant avec, à leur tête, un Général !
Les deux groupes vinrent se positionner à l’opposé l’un de l’autre. Avec le convoi et les Wyverns, ces créatures formaient une sorte de cercle macabre. Bientôt, là-bas, sous une lumière du fin du monde, les Infernales, les Pécheurs, les Justes et les Démons allaient livrer bataille. Chacun combattrait vaillamment, jusqu’à se dernière goutte de sang, jusqu’à avoir annihilé purement et simplement les ennemis. Jusqu’à les confondre avec les cendres crachées par les volcans.
Chacun avait ses raisons.
Les Wyverns, les Infernales, protégeraient leur territoire, s’imposeraient sur celui-ci et consumeraient les fous osant s’y aventurer malgré leurs avertissements.
Suponsa, Kyo, Ichikiro, Sankiro, Senji et Shô, les Pécheurs, se sauveraient et mèneraient à bien leur mission coûte que coûte pour faire en sorte que l’un d’eux gagne un sursis et ne soit pas envoyé au Purgatoire de manière précipitée.
L’Armée Runique, les Justes, ferait régner la justice, arracheraient toute pousse du mal pour un monde meilleur. Et Fiore enfin s’épanouirait dans la paix.
La guilde noire Black Photon, les Démons, s’approprieraient les richesses de leurs rivaux de la pègre afin de ne plus jamais être dans le besoin, de ne plus jamais avoir à subir une quelconque humiliation.

Au loin, un volcan hurla. Les Wyverns répondirent à l’appel des flammes. L’Armée poussa un cri de guerre. Black Photon fit de même.
Le chaos s’abattit de toutes parts.


____________________________________________________________________________________________

- Le parrain vomit ses tripes, souffre d’une atroce fièvre. Il n’en a plus pour longtemps. Dépêchez-vous.
- Dans une vallée, aux confins de la Chaîne de Kogeta, vous êtes attaqués de partout
- Trois Vulcanoverns (3800 PPs chacune) crachent des tempêtes de feu sur tout le monde. Les chevaux prennent peur, le coche se renverse et l'une des bêtes meurt littéralement de peur.
- La guilde noire Black Photon, composée de quinze mages maîtrisant soit la Light Magic soit la Shadow Magic (1900 PPs) et de leur maître (2900 PPs) maîtrisant la Tentaï Mahô, évite de justesse la fournaise en utilisant les capacités d’augmentation de vitesse que leur permet leur magie.  Ils décident naturellement de s’attaquer aux Wyverns en priorité mais n’hésiteront pas à attaquer en traître leurs autres ennemis même dans le cadre d’une sorte d’alliance inopinée. Deux hommes, cependant, se dirigent vers l’arrière du convoi pour abattre Suponsa, profitant du détournement de l’attention de tout le monde.
- Douze Lieutenants Runiques (2100 PPs) menés par un Général Runique (3100 PPs) forment le troisième camp dans le cadre de ce combat dantesque.  Six Lieutenants maîtrisent la Dark Ecriture [magie de Fried, runes écrites très rapidement], quatre le Kansô : The Knight et deux le Take Over : Beast Soul. Le Général, lui, est un Memory Maker [il ne réutilisera que les sorts lancés dans ce combat]. Ils s’attaquent aux simili-dragons avec Black Photon. Là aussi, deux individus profitent du chaos pour venir s’en prendre au parrain. L’homme et la femme en question font respectivement partie du groupe de mages Kansô et de maîtres de la Dark Ecriture.

Fini de jouer ! Ca rigole plus les mecs ! face
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Re: Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô Weissdren] Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô  Weissdren] EmptyVen 23 Jan 2015 - 22:02

Le rire communicatif de notre ami maladroit avait réussi son œuvre, provoquant la même réaction chez Sakki. Ce dernier prit amicalement le cou de Shô dans le creux de son bras, un geste amical qui en disait plus long qu'un long discours sur la relation entre les deux mages. En parlant de discours, il y en avait un en préparation, mais cette fois-ci, ce fut le solitaire qui allait en être à l'origine :

Shô... Mon petit Shô... Par où commencer...? Dit-il d'un ton clairement amusé. Tout d'abord, merci d'être honnête, ça fait toujours plaisir ! Je suis heureux que tu te sois bien expliqué... Toutefois, j'ai l'impression que tu me surestimes pas mal, mais bref ! Maintenant, je peux avoir un vrai avis sur toi et il demeure plus que positif ! Et laisses-moi enchaîner ! C'est à mon tour de monologuer ! Annonça-t-il presque en crachant sa bonne humeur. Pour le mage du conseil, yep. C'est moi qui l'ai tué, sérieusement, tu croyais que j'allai le laisser tuer un d'mes potes !? Saches qu'avec moi, tu ne mourras pas ! J'apprécie fortement ta proposition. Mais si je viens à Oak, pour passer dire un p'tit bonjour, ce ne sera pas pour t'exploiter à la tâche, enfin pas toujours...

Shô écoutait tranquillement, sans réactions. C'était une discussion importante, parce qu'elle servait à renforcer les liens entre les deux mages, mais contrairement aux apparences, il y avait des non-dits, comme la raison de ce « Pas toujours ». Jamais Senji n'a mentionné le fait de vouloir tout dire, bien entendu, mais le Dragon Slayer savait à qui il avait à faire, du moins le pensait-il par une intuition. Peut-être fausse ou non, il s'en fichait, il faisait confiance à son instinct et à ce qu'il avait vu de l'indépendant.

Jusqu'à maintenant toutes ses prédictions, ses plans et ses analyses étaient basés sur l'instinct et l'observation, rien de plus. Un avantage ? Oui et non. Il n'avait pas toujours juste, c'était d'ailleurs plus l'inverse. Seule l'habitude permettait les analyses psychologiques véridiques et pour le moment Weissdren n'avait qu'une faible habitude. Les épreuves dans la vie d'un humain forge son caractère ainsi que ses façons de réagir en fonction du vécu. Ceci rendait les analyses difficiles pour l'empoisonneur, car son ami utilisateur d'hémoglobine était très complexe et réservé sur son passé, c'était comme un passage au niveau suivant dans un jeu.

Sous ses yeux ambre du soi-disant psychologue, le Blood Reaper regardait les nuages, comme pensif, marquant une pause dans son monologue plein de... Bon sens. Ce regard, le regard de cet homme fixant le ciel bleu qui triomphait petit à petit sur la couverture nuageuse, voulait poursuivre la discussion, comme un regard disant : « Attends, la suite arrive ». Cette gestuelle du regard vers le ciel était assez utilisée pour diverses raisons, parfois pour se calmer, parfois pour remettre les idées turbulentes en place et dans notre cas, marquer une pause théâtrale.

Faisant revenir son regard vers le visage de son coéquipier, le sanglant, mais sympathique borgne reprit son discours après une bonne bouffée d’air frais et un sourire en prime :


Et ce n'est pas fini ! Certes, tu as été chiant à me cracher le fin mot de ton histoire, je ne mentirai pas. Toutefois, au moins ça m'amène quelques réponses, donc j'ne vais pas trop m'en plaindre. Ensuite ! Tu veux payer ta dette envers moi ? Très bien... Dit-il en reprenant un air sérieux... D'abord, t'arrêtes de t'apitoyer sur ta faiblesse et tu la combats de toutes tes forces ! Après, s'il te plaît, sois ultra à l'aise avec moi, j'ne mords pas... Enfin pas ceux que j'aime bien, donc t'es tranquille. Mais surtout... Ne pense pas à quelques blessures que je pourrai avoir durant des combats avec toi à mes côtés. Son œil redevint plus calme et plus... Gentil ? Je connais les risques du combat, comme tu l'as déjà dit, mon œil ne s'est pas perdu tout seul. Mais pour protéger les personnes que j'apprécie, je suis prêt à perdre un bras, une jambe, et même une mèche de cheveux ! Pour dire ! M'enfin, case-toi tout ça dans ta tête et tout ira pour le mieux !

Au fur et à mesure que les paroles avançaient, le sourire sur le visage de l'homme élevé par un Dragon devint toujours plus franc. Il était amusé par ces paroles. Ce n'était pas un amusement désintéressé, mais une sensation de remise en place, comme avec Mark. Shô souriait quand Motgift le grondait, il souriait comme pour dire « D'accord j'ai compris ». Mais là, il y avait quelque chose de nouveau, comme si c'était un conseil pour survivre plus qu'une leçon à entrer dans la cervelle par transplantation sonore. Ce n’était pas un père adoptif supplémentaire ou une connaissance cherchant à sauver la peau d’un inconnu, mais la sensation d’un ami qui voulait prolonger l’espérance de vie de son camarade, quitte à user de la force pour le lui faire comprendre.

Pendant un petit moment, il n’y eu aucunes réponses. Juste le bruit des roues de la mafia-mobile, des sabots des chevaux et de la toux du malade.

Au moment où le Pourfendeur voulut répondre au monologue de son confrère mage, l’on entendit un bruit étrange, comme une sorte de… Vomissement ? Ce bruit ne présageait rien de bon pour la mission. Effectivement, du vomi sur l’herbe. Suponsa avait réussi à sortir sa tête pour ne pas salir l’intérieur de sa voiture noire. Peut-être ne voulait-il pas sentir cette odeur durant tout le trajet ou peut-être était-ce une geste montrant qu’il tenait au dernier vestige de sa gloire passée ?

L’inquiétude était montée d’un cran pour les mafieux, quand l’overdose allait-elle finir le travail ? Bientôt, très bientôt.

Reprenant sa place à l’arrière du véhicule, le mage du poison mit fin à la discussion qui avait été commencée entre lui et son compagnon de mission, trouvant que la situation n’était plus vraiment propice à ce genre de sujets :


Bon, l'autre en face ne va pas faire long feu, se dépêcher va bientôt devenir une nécessité plus qu'absolue. Pour en revenir à ce que tu m'as dit, mon maître me dit souvent la même chose. Mais venant de toi, je trouve que ça a une connotation différente, peut-être que, lorsqu'une personne répète trop de fois la même chose, l'on ne finit pas plus l'écouter… Je vais faire tout ce que je peux pour essayer de garder ça en tête, mais je ne vais pas y arriver du premier coup, je ne suis qu'un humain après tout !

Sa réponse avait commencé avec un regard sérieux, pour redevenir plus serein au fur et à mesure que les mots passaient.

Le reste de la journée fut assez calme, mais le parrain vomissait et toussait régulièrement, ce qui perturbait ce moment de répit. Ce n'était pas non plus calme au point d'en devenir silencieux, il y avait toujours des petites discussions çà et là entre les mages et les mafieux, la bonne humeur voulait résister et permettre de chasser un peu la négativité. Le vieux en avait besoin pour survivre, il avait besoin de ses hommes et eux avaient besoin de lui, comme une famille, mais pas mafieuse, une famille normale.

Au loin, l'on pouvait voir des chaînes montagneuses ou plus exactement, volcaniques. Les chaînes de Kogeta. Il y avait de mauvaises vibrations là-bas. Les puissants courants telluriques n'avaient rien de négatif, mais ce qui y vivait risquait de poser des problèmes au groupe. Il le savait parce que les Wyverns étaient répertoriées dans le coin et si seulement il n'y avait que ça.

Les Wyverns, créatures ressemblant vaguement aux Dragons, Shô ne les aimait pas.

La nuit tomba assez vite, suivant le cours des choses et le groupuscule décida de faire un campement quasi-identique à celui de veille. Le Chasseur donna un coup de main à Kyo et aux blonds pour la pêche et la récolte de fraises des bois. Récolte rapide dans les deux cas, mais suffisante. Le mage de Thunder Light n'avait jamais vu de tels poissons et n'avait pas idée du goût immonde que ces êtres avaient. Quand il ouvrit grand la bouche afin de manger goulument le poisson multicolore. Hormis la ressemblance du mot « Poisson » et « Poison », les deux choses étaient totalement différentes. Une surprise de taille attendait le Tueur de Dragons et il fut forcé de recracher ce qu'il venait de mettre dans sa bouche. Un goût indescriptible.

L'appétit coupé, il se contenta des fraises, laissant les fameux habitants des eaux du coin, les hane-sakana aux autres. Une belle erreur d'avoir prit ces choses comme repas. Il se mit ainsi à regarder autour de lui, petit plaisir de l'homme qui s'ennuyait un peu et aussi signe de contrariété stomacale. Une fraise n'a jamais nourri son homme. C'était vraiment une sorte de copie de l'ancien campement, juste une disposition d'arbres différente et une position des personnes présentes différentes, elle aussi. Durant son ennuyeuse observation, il eut le droit de voir un chef mafieux d'Akurio vomir, suivi par un Ichikiro qui vraisemblablement n'avait pas supporté le goût de la poiscaille. Une vision qui le laissa... De marbre.

Ainsi, il y eut un concert dont les détails passables reflétaient bien la situation actuelle, assez oppressante. Bien entendu, notre rouquin avait décidé de mettre un peu d'ambiance, sortant des blagues à deux balles, comme : «
Ahah ! Vous savez qu'elle est la ressemblance entre ce poisson et du poison ? Ils sont tous les deux infectes pour les humains ! » Ou encore « Ichikiro est un bon gars, il suit parfaitement l'exemple de son patron ! ». Certes, la dernière citée était vraiment mauvaise, mais elle pouvait faire pouffer de par sa stupidité. Le reste de la soirée fut sur le même ton. Le groupe se coucha, mais le sourire avait bien du mal à rester au beau fixe, le stress voulait s'imposer comme seul maître.

Le lendemain fut très productif, mais toujours aussi stressant. Tous essayaient de montrer un comportement aussi positif que possible. La fontaine était presque à portée de main, le chemin allait encore être difficile, mais la fin était proche. Nom de Nom ! Un peu de courage, la fin était proche ! La fin était certes proche, mais... Laquelle ? Il ne fallait pas trop s'emballer.

Durant la première partie de la journée, l’escorte dégageait une aura d’inquiétude, de stress intense qui aurait pu faire peur à n’importe quel type de bandits. Mais le problème venait de Suponsa, qui ne semblait pas s’être stabilisé dans son état, mais s’être un peu aggravé.

Après une marche interminable, les sources de Majo furent dépassées, mais le pire restait à venir.
De temps à autre, Shô demandait à son acolyte ce qu’il sentait sur l’environnement, s’il sentait un danger ou quelque chose du genre. Le Slayer n’aimait pas cette région, mais alors vraiment pas. Il avait entendu dire qu’il y avait des Wyverns et autres monstres / êtres peu commodes vers les chaînes de Kogeta et n’avait de cesse de toujours répéter les mêmes choses dans sa tête et à l’oral.

Autant le groupe pouvait faire des plans sur la comète avant Majo, autant après, il ne pensait plus qu’à dépasser ces fichus volcans. Les volcans n’y étaient pour rien s’ils abritaient des monstres violents, mais cette pensée n’était en aucun cas réconfortante, d’autant plus que les longues heures nécessaires pour arpenter les chemins  étaient vraiment fatigantes. Les blessures du toxique lui faisaient beaucoup moins mal, mais elle restait toujours latente, attendant tapis dans leurs tanières le moment opportun pour ressortir. …

Sur la droite du groupe, de hautes collines, qui correspondaient bien avec l’activité sismique qui devait régner ici. Sur la gauche, les cheminées tant redoutées par Weissdren. Ces montagnes montraient la puissance colossale de la planète, une puissance que le plus grand mage n’aurait même pas pu imaginer avoir dans son rêve le plus fou. La vallée qui offrait un chemin escarpé et ridé au convoi, semblait vouloir donner le chemin de la sortie dans l’esprit du mage au poison rouge et noir, nature montrait-elle la sortie de secours. Ces monstres à la puissance illimitée, ces monstres faits de pierres, de magma, de lave et de cendres… Ils émettaient une fumée noire, si dense que le jour semblait la craindre et le soleil peinait à traverser de ses rayons. La lumière cramoisie était étrange, très étrange presque oppressante. Des cendres tombaient avec parcimonie, amenée par un vent peu vivace. Il fallait partir avant une éruption, mais…

Des ombres dansaient d'une manière assez animale, animale dans le sens élégante et violente à la fois. Ces ombres ailées et gigantesques ressemblaient à des dragons, mais l'on ne pouvait pas tromper une personne ayant vécu avec l'un d'entre eux. Son odorat était certes troublé par l'odeur souffre et de lave, mais les yeux prirent le relais pour mettre à jour péniblement la véritable identité des volatiles. Des Wyverns. Ils étaient donc dans un pétrin.


Le Pourfendeur voulait essayer de prévenir que les reptiles géants n'aimaient pas les humains et qu'il était préférable éviter de passer trop près d'elles, mais il sentit qu'il allait envenimer la situation en disant ça. Une leçon que Motgift lui avait apprise était que tous les êtres vivants avaient leur propre intelligence, une intelligence adaptée à leurs conditions de vie. Il voulait le faire comprendre à son fils, afin qu'il sache comment faire pour que son poison soit le plus utile possible en situation difficile.


L'homme dragon et son groupe avaient à faire à trois Wyverns, une d'environ quinze mètres et les deux autres faisant dans les douze mètres. Celles-ci volaient au-dessus d'un volcan, juste à la gauche des voyageurs. Pour le moment, elles se fichaient de la présence des humains se situant à plusieurs dizaines de mètres d'elles. Inutile de dire que c'était une aubaine, mais de courte durée. Les chevaux avaient augmenté le pas, un pas affolé par la sensation de la peur, un mauvais présage, mais l'Oakien ne vit rien, étant trop absorbé à surveiller inutilement ses choses voler. Les équidés étaient des animaux particulièrement craintifs et leur réaction face au danger était souvent la fuite, alors dans ce genre de situation, c'était : « Sauve qui peut et celui qui tombe, il se débrouille. ». Etrangement le bruit terrifiant des monstres ailés qui criaient stoppa en un instant, sans aucunes raisons apparentes. Seraient-elles parties ailleurs ?


Ne me dites pas que…

Et badaboum ! Sorties de nulle part les trois géantes se mirent face au convoi toutes dents dehors et rugissant comme des malades. Suite à leur fracassante arrivé, le sol trembla, le poids du trio de reptiles fissurant un peu le sol de lave refroidie. Le choc fut assez puissant pour renverser la voiture sur le côté droit, faisant ainsi se renverser les hommes qui étaient dedans. Shô fut si secoué qu'il en chuta, mais ce n'était pas par maladresse cette fois.

Devant le spectacle offert par la multitude d'évènements terrifiants et si rapide dans leur enchaînement, le cheval en position avant gauche mourut de peur, tombant au sol. Cette chute supplémentaire fit encore plus peur aux autres quadrupèdes qui voulurent avancer, mais en vain. Le poids de la caisse noire sur le côté faisait une entrave que les chevaux ne pouvaient tirer. Les géants rouges aux écailles couleur lave semblaient s'énerver encore plus avec cette agitation venant des équidés.

La plus grande des bestioles vivant dans la région volcanique se retourna, humant l'air avec violence, un nouvel intrus venait de pénétrer dans ce terrain, dans leur terrain ! Qui, qui osait à nouveau ! La réponse ? Deux masses d'humains. Ceux de gauche étaient habillés normalement, ceux de droite étaient habillés comme des mages du conseil, donc... Ce n'était déjà plus un sandwich, mais un étau... Les deux masses se faisaient face, le trio de reptiles géants formant avec la voiture une troisième masse, faisant ainsi un triangle ou un cercle, cela dépendait des points de vue.

Là il fallait trouver une idée et la trouver vite…

Le camp de droite cria de manière guerrière, le camp de gauche répondit par le même cri. Les deux masses humaines se foncèrent dessus, rapidement rejointe par les Wyvernes en colères. Mais dans cette mêlée, les deux groupes se mirent ensemble pour vaincre les monstres, ces mêmes monstres se jetèrent dans la mêlé sans pour autant s'éloigner de trop des premiers intrus, mais suffisamment pour que le combat soit surtout concentré sur les créatures en colère. De temps en temps certains mages reprenaient une position d'ennemi avec les alliés de fortune en les poignardant discrètement durant une attaque, histoire de vaincre les deux camps adverses.

Durant ce petit instant où les mêlés avaient légèrement oublié la mafia-mobile, le Slayer chercha ainsi à trouver une solution pour réduire la casse. Le temps devenait son ennemi. Le bruit brouillait ses pensées et il peinait à chercher une idée. Les fesses toujours écrasées sur le sol dessiné par les dernières éruptions. Cette lave refroidit à l’aspect rugueux, sol ridé par les vagues du ‘’sang’’ de la planète commençait étrangement à irriter notre penseur.

Devant l'agitation autour de la charrette améliorée, les mafieux cherchaient à s'occuper du parrain. Le guerrier aux yeux ambres dû sortir de son état semi-conscient. Il se releva pour aller aider à sortir le malade de la caisse noire renversée qui, dans sa chute, avait blessé Sankiro à la tempe. Un miracle, le mafioso chef n'avait rien, si ce n'est une grosse quinte de toux suivant la grosse panique. Le jeune homme venu d'Oak se voulut rassurant demandant à son employeur de ne pas s'inquiéter, quand soudain, une idée lui vint en se penchant pour aider à soulever le Boss.


Attendez ! Laissez-le où il est pour le moment, j’ai un plan !

Les mafieux furent tous surpris et un peu effrayés par ses déclarations subites. Dans panique, ils firent comme demandé, espérant une idée brillante, Suponsa y compris.

Un volcan se fit entendre au loin et les Wyverns y répondirent par des rugissements puissants avant de repartir dans le vif du combat. Bien vite, deux silhouettes de chaque côté de la masse en pleine bataille.  

L’idée géniale du fils du Dragon du poison était sûrement la plus dingue et la plus stupide qu’un humain pouvait imaginer, mais, ça pouvait valoir le coup. Décidant que le temps du suspense avait déjà trop duré, l’Oakien commença à décrire son plan d’une voix rapide, sûre et assez autoritaire, parlant vite pour commencer la grande description qu’il allait faire.
 

Bien, je vais être rapide, car il y a des types qui viennent par ici, alors ouvrez bien vos oreilles, je ne répèterai pas. Kyo, mettez-vous dans la caisse avec votre patron, prenez une arme assez puissante, à feu de préférence et mettez vous face à la vitre qui donne sur le ciel. Suponsa, vous ne sortirez pas d'ici. Donnez votre veste à Ichikiro ainsi que vos chaussures et prenez le chapeau de Kyo. Il fait votre taille et comme ça tous penseront à une évacuation réelle. Le changement aura lieu dans la voiture. Ichikiro, essayez de tousser assez souvent et surtout tenez-vous bossu pour ne pas être reconnu,. Sankiro, vous allez être chargé de défendre votre faux patron, c'est un rôle essentiel. Vous aller monter le cheval de droite encore en vie, avec votre frère derrière vous et vous allez prendre une arme à feu au cas où. Senji. Tu vas être chargé de défendre la caisse noire, le parrain et Kyo. Essaie de mettre un système de défense sur la voiture, si tu en as. Pour le reste, tu es assez fort et expérimenté pour savoir quoi faire. Quant à moi, je vais faire diversion pour augmenter la véracité de l'évacuation.

Shô termina son discours et sans écouter les réactions, commença à mettre son plan en place. Il dégaina son katana et coupa les bandes de cuir qui retenaient le cheval avant droit, tout en tenant son licol fermement, histoire d'éviter une fuite subite. Rengainant son épée, le monsieur plan du groupe donna le cheval à Sankiro pour qu'il le retienne. Pendant ce temps, il alla vérifier la position des deux binômes et fut fort inquiet de leur progression. Le faux parrain fut prêt très vite et le Slayer le prit dans ses bras pour coller son séant sur le cheval après de gros efforts.

Tous les petits malfrats de la mafia-ville (ou assimilé) faisaient comme le plus haut en taille des escorteurs avait dit, ne sachant pas vraiment que faire d'autre, même si Kyo semblait assez réticent. Le mage-samurai avait quelque peu négligé l'avis de tout le monde, allant jusqu'à donner des directives directes sans poser de questions, ce qui pouvait en irriter plus d'un, mais aussi prouver qu'il avait pris un peu d'assurance. Trouvant que le groupe allait beaucoup trop lentement, notre jeune ami, alla chercher l'arme de Sankiro de lui-même, cette même arme qui était encore dans la main du bras-droit et se prit au passage du vomi sur l'épaule gauche, couverte par son manteau. Le propriétaire du manteau bicolore ne dit rien, réprimant un certain dégoût quant à l'odeur. Durant ce petit un instant, où le lance-projectiles était donné, des critiques venant des mafieux étaient lancées çà et là, mais un simple regard sur le danger qui guettait les voyageurs, suffisait à faire comprendre que le plan de fortune était une possibilité bien plus viable qu'un possible combat de manière frontale. Néanmoins, le Blood Reaper pouvait parfaitement donner un avis contraire, voir une menace, mais son coéquipier lui ne l'écoutait pas, il était trop occupé à réfléchir quant à la diversion qu'il utiliserait ou à évaluer la distance qui restait à parcourir pour les deux groupes de deux personnes avant d'atteindre leur but, le Padrino.

Je ne sais pas monter à cheval… Dit le plus petit des mafieux qui essayait de monter devant son frère.

Et c'est maintenant que vous le dîtes ?! Mais on s'en tape ! Je ne sais pas non plus, alors soyez un bon employé et bougez-vous. Se rendant compte de la panique qu'il avait provoquée, l'apprenti samurai voulu se rattraper en donnant le peu de connaissances qu'il avait en équitation. Tout ce que je sais, c'est que vous devez serrer les jambes pour rester assis, presser avec les talons pour avancer et tirer sur les reines pour freiner, c'est tout.

Commençant à s'éloigner du groupe, le jeune homme au manteau tâché de vomi, s'éloigna petit à petit, allant rejoindre l'un des deux groupes qui voulaient s'en prendre aux délinquants d'Akurio.

Bon, je vais faire ce que j'ai dit, je m'occupe des deux zigotos de gauche et de la diversion générale. Senji, désolé de te laisser te charger de la voiture, assure-toi qu'ils prennent tout, parce qu'on ne sait jamais. Allez, bonne chance tout le monde !

Prenant son courage à deux mains, l'épéiste couru en direction du groupe attaquant venu du côté gauche. Deux hommes, habillés en noir et en blanc, de la même manière, comme des uniformes, sans en être. Ils ne se ressemblaient pas physiquement, mais à leur façon de faire, ils étaient complices, dans le sens amis, ou équipiers de longue date. Tout deux avaient sûrement vu les manigances autour de la mafia-mobile et devaient être abattus ou neutralisés si possible, histoire de tenter de garder le silence. Mais cela restait une épreuve difficile, ils semblaient forts et très sûrs d'eux. Les monstres rouges crachaient des tornades de flammes d'une puissance colossale, comme des Dragons.


Hmm...? Une idée supplémentaire lui vint, une idée suicidaire, mais le seul espoir du groupe allant vers la fontaine magique... Non, elle était trop stupide et puis Senji était plus fort que lui, donc inutile de faire dans le dramatique trop tôt.

Bientôt l'écart entre le mage anti-dragon et les deux mages lui faisant face fut nul et le combat débuta avec fracas. Le katana dégainé, Weissdren voulu s'attaquer aux jambes de ses ennemis, mais un double coup de pied synchronisé venant frapper son visage de plein fouet se mit face à ses projets. Au sol dès le début, voilà un sort bien disgracieux. Une petite ruse s'imposait, histoire de calmer les deux forces nées qui ricanaient après leur attaque. D'un bond, le mage d'Oak esquiva une nouvelle attaque, un laser de lumière venant du type de droite, une esquive qui toucha tout de même l'épaule du mangeur de poisons. Une petite blessure superficielle saignant légèrement, tâchant encore plus la chemise déjà bien salie. Le type responsable de l'égratignure était maigre, assez musclé et brun. La même description pouvait convenir à son homologue de gauche qui avait un visage plus carré.

Utilisant le bond précédemment exécuté, le mage confirmé put mettre sa ruse en marche. Le joueur d'échec enleva son manteau dont la tâche jaune et rouge ornait encore le vêtement aux couleurs du Yin-Yang. Il détacha l'habit et le jeta devant le visage des deux hommes sans scrupules. Profitant de la petite seconde de diversion, l'utilisateur de la magie à l'effet vicieux tenta de répéter à nouveau son action. Il fut fort deçu de voir qu'il venait d'échouer à nouveau, mais cette fois-ci le petit jeu de passe-passe avait assez duré au goût des deux mages. Le mage de lumière de gauche avait son visage couvert de la substance viscéral et son courroux n'avait d'égal que la puanteur de son masque de ''beauté''. Pris d'une rage folle, il s'élança vers le protecteur du mafieux, son poing couvert de photons créés par une action éternanique. Le Slayer contra de sa lame en déviant le poing. Le contre fut simple, la colère aveuglait l'utilisateur de lumière et son acolyte était resté en retrait, certainement amusé par ce spectacle et voulant voir à quel point ce mage pouvait être faible.

Ainsi, le guerrier à la lumière emplie de colère chercha à déchaîner une tempête de coup de poing luminescent sur son adversaire. La pauvre victime aux yeux ambre contra les coups comme il put, allant derrière son ennemi, le forçant à se retourner, à sauter à esquiver les attaques surprises de l'épéiste rebelle. Un combat de poings prévisibles et de cerveau imprévisible. Combat qui se transforma en mise à mort après le coup poing magistrale que Weissdren se prit en plein dans le ventre. Le poing ne traversa pas, mais il était suffisant pour stopper la respiration de la victime, la colère dû à l’insulte malodorante perturbé le jugement du faiseur de lumière, lui faisant faire des sphères de lumière un peu en-dessous de ce qu’il imaginait. Fort mais à l’intelligence plus que déficiente. Mais le mage qui maîtrisait l'ombre en avait assez du manège de l'empoisonneur et voulu en finir. Il alla rejoindre son collègue pour en finir avec le gêneur à l'épée argentée. Prit en sandwich par les deux adversaires l’un à midi, l’autre à six heures, Shô eut soudain une idée qui semblait stupide, mais qui pouvait faire l'affaire. Ses blessures du combat de la clairière le faisaient bien moins souffrir, mais les attaques de lumière venaient réveiller les coups de poignard dans la poitrine. Il avait assez de problèmes et ces deux-là, les deux magiciens d'ombre et de lumière étaient en trop dans la partie. Il se releva en se servant de son arme traditionnelle pour samurai comme une canne. Il était temps pour le fou de partir en diagonale.

Le mage au gaz rouge et noir joua la comédie en faisant comme s'il était presque KO. Il ne l'était pas, mais les coups reçus l'avaient déjà bien affaibli, cela dit, il pouvait parfaitement tenir debout seul et hormis ce mal de ventre qui se dissipait petit à petit avait déjà perdu son effet de souffle coupé, mais la respiration restait difficile. Pendant que les deux poings des bruns ennemis se dirigeaient vers la cible rousse, ce dernier se baissa au dernier moment, sentant l'énergie magique frôler sa tête. Les deux attaques se stoppèrent pile avant qu'elles ne touchent la mauvaise cible. L'homme aimant le chocolat profita de la légère surprise des deux ennemis pour user de son arme afin de trancher les bras tendus au-dessus de sa tête. Bien que rapide, ils ne purent sauver totalement leurs bras. Là où les avant-bras devaient être coupés d'après le plan initial, seule une entaille au niveau des veines des poignets. Blessures bien connu que s’infligeaient les suicidaires.  Deux cris de douleur virent se mêler aux fracas des armes magiques, des cris de guerre et de Wyverns. Les mages oublièrent, un court instant toutes idées de combats.

Profitant de la déconcentration des deux blessés, Weissdren inspira un grand coup en étouffant un cri de douleur et lança la plus emblématique de toutes les attaques des Dragon Slayers :


Dokuryu no… HoKOOOOOOOOOOO !

Un cri mêlant colère, férocité et douleur sortit de la bouche grande ouverte de l'épéiste. Un cri draconesque se fit entendre en même que le flot poison rouge et noir se faisait propulser par la magie fonçant pour frapper les mages ennemis. Les deux hommes furent surpris d'entendre le nom de la technique. Etait-ce un de ces légendaires Dragon Slayers, pas très impressionnant et cette attaque ? Avait-il perdu la tête ? Etait-ce une blague ? Il les prenait pour qui ? Un souffle pareil avait forcément un effet caché, mais l'attaque en elle-même n'était pas à son maximum, comme si l'on avait voulu plus mettre l'accent sur le cri que sur la toxine gazeuse.

Eh ! Tu nous prends pour qui ?! Tu crois que cette attaque est mortelle hein ? Tu crois que tu peux nous battre avec un petit cri et un peu de gaz ?! On est des membres de Black Photons, petit merd*** ! Paroles agressives du mage de lumière furax.

Euh… Ko-Komura… Bégaya son collègue de l’ombre.

Quoi ?!

Regardes derrière.

ROOOOOOAAAAAAAAR ! ROOOAAAAR ! ROOOOOAAAAAAAR !

Chacune des trois Wyverns répondit au cri du Slayer, trois cris furieux, trois cris de haine profonde et viscérale. Les trois monstres rouges regardaient le Pourfendeur, d’un regard qui tuerait tout espoir en vous et tous sourires. Mais Shô jubilait, il avait attiré l’attention des monstres, il avait donc mis son plan qu’il pensait débile en action. Les mages de Black Photons étaient trop puissants pour lui et son estomac endolori, ainsi que son épaule en témoignaient, mais maintenant ?

Une chance pour lui les attaques des mages humains reprirent et les deux monstres de douze mètres, ceux-ci repartirent au combat, mais pas le plus grand. Il faisait comme ignorer les attaques humaines. Il avait un ennemi et un seul, l'humain au cri Dragon.



P*#%€@, mais t’es malade ?! Tu as fait ça pour ça ?! Reprocha vivement et avec effroi le mage de l’ombre, tombant, fesses les premières sur la lave noire refroidie.

Tu…Tu veux tous nous faire tuer ?!

ROOOOOOOAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAR !!! Hurla le monstre géant, faisant comprendre qu’il acceptait le défi et que ce serait un combat sans abandons possibles, mais la seule chose que le mage du poison compris fut…

Je crois qu’il est en colère… Ironisa-t-il avec un sourire excité sur le visage.

L’homme à la jaquette salie et au katana tâché de sang jeta un regard satisfait aux deux ennemis. Il remit son regard dans les yeux de son rival reptile.


Allez viens mon toutou, viens, j'ai des potes à te présenter ! Plaisanta le Chasseur avec une voix amusée, faisant allée et venir son visage transpirant en direction de ses ''Potes'' et de l'ennemi animal qu'il venait de se faire. Il voulait bien faire comprendre qu'il parlait d'eux.



Sa situation était si catastrophique et si dangereuse qu'il se fichait royalement du danger. Motgift serait fier de lui, il allait tenir tête à une Wyvern. Cette même créature ouvrit ses ailes membraneuses rouges, lui donnant par la même occasion un aspect de dernière ombre avant la mort. La cendre qui tombait comme une pluie d'orage accentuait l'effet de terreur... ?



D'un simple battement d'aile, elle se propulsa sur le lieu qu'elle avait défini comme terrain pour son combat avec la chose qui hurlait tel les Dragons des temps jadis. Se positionnant juste devant l'humain, la créature poussa un rugissement complémentaire avant d'attaquer de ses dents acérées notre jeune ami. Devant un tel monstre, une fuite par la course était futile donc il fallait user de la force colossale de la bête et la retourner contre elle. Une théorie géniale, mais en pratique...

Les puissantes mâchoires ouvertes du reptile vivant en ces lieux projetèrent une haleine sentant le brûlé, suivit d'une magnifique dentition de prédateur. Ses énormes dents qui n'avaient pour seule envie que ne s'imprégner du sang de l'ennemi fonçaient à vive allure. Son katana à la main, le dompteur de Wyverns improvisé sauta du mieux qu'il put vers la narine gauche de la créature. Cette manœuvre risquée avait pour but d'utiliser sa lame comme point d'ancrage et ainsi aller sur le museau encore chaud de la bête. Le plan semblait bien parti, magnifique saut, un peu court, mais la taille du jeune homme compensait, mais...

La tentative fut un échec partiel. Et oui, c'était si bien parti. Et tout ce à cause des deux idiots qui, devant le monstre à l'allure draconienne, se mirent à crier de peur, le dérangeant dans sa course et le faisant dévier. Cette déviation fut un simple changement de position de tête, mais un changement fatal pour le mage de l'ombre. Enervé par cette interruption qui n'avait pas lieu d'être le gros lézard ailé cracha un torrent de flammes sur les deux effrayés. Le mage de lumière avait eu de la chance et esquiva de peu, contrairement à celui de l'ombre qui mourut et fut réduit en cendres. Paix à son âme ? Brefs Shô se cogna au côté gauche de la tête faite d'écailles et ne put planter son arme. En revanche, il fut maintenant placé en dessous de la gorge du monstre pendant que celui-ci déversait sa haine au sens propre et figuré.

Désormais, le duel semblait moins attrayant et donc, la créature volcanique voulue mettre un terme à ce défi grotesque, sentant en fin de compte en Shô un ennemi dérisoire. Ce fut sans compter sur monsieur plan B, trouvant intelligent de se mettre en dessous du ventre du simili-dragon épée en main et de se faire le plus discret possible. Le reptile ailé regarda à gauche, que des humains, à droite, le perturbateur, mais pas l'homme qui l'avait défié ouvertement... Elle décida de prendre de la hauteur pour avoir une vue d'ensemble et d'un simple battement d'aile, elle commença à décoller. De petits battements pour être sûr de voir et sinon, elle monterait plus haut.  

Le Slayer fut bien vite découvert et il tenta tant bien que mal de s’accrocher à la queue de la créature. Quel genre de crétin irait se mordre ou se brûler la queue. Mais alors que les deux adversaires commençaient à prendre de la hauteur, le pied gauche de Mr. Poison servit à faire une prise pour un nouveau passager, le mage de lumière voulait se venger et prenant son courage restant à deux mains, il décida d’entrer dans la partie officiellement.


Il poussa un cri, comme pour défier le géant…

*Non mais quel... Crétin ce type, ce n'était pas déjà assez compliqué comme ça... Non... Mets-en une couche en plus, allez, vas-y...* Pensa le Poison Dragon Slayer accroché à la queue brûlante, katana bien accroché. Brûlante, certes, mais pas au point d'en devenir trop douloureux, du moins pas assez pour tenir tête à mal de ventre qu'il se trimballait.


[HRP : Me contacter si problème il y a.]
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité


MessageSujet: Re: Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô Weissdren] Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô  Weissdren] EmptyLun 26 Jan 2015 - 16:26

Durant mes monologues plus ou moins longs, Shô resta silencieux, se contenta de m’écouter calmement. Intérieurement, je me demandai comment il était possible d’entendre toutes mes âneries, sans réagir… Au fur et à mesure que mes paroles furent émises par mes cordes vocales… Weissdren semblait sourire plus franchement, d’une manière plus… Vraie. Ce n’était pas pour me déplaire, plus il se sentirait à l’aise, mieux ce serait.

À la fin de mon second discours, un silence s’imposa. Où seules les roues de la carriole des mafieux, osées outrepasser ce calme. Bon ça, et les pas des sombres équidés, mais bref ! Mon œil bien que trop exploité, voyait que le Slayer allait répondre. Mais manque de peau, le sénile de la famille Akurienne, se mit à vomir. Le bougre avait même eu la présence d’esprit, de sortir sa tête du véhicule.

Bien entendu ! Lorsque l’on était un chef de la mafia, on devait faire gaffe à ses loques, et à son carrosse… Ce n’était pas comme ci, un tireur embusqué attendait un moment propice, pour envoyer le vieux en enfer. Non… Non ! Nous étions en sécurité et content de l’être, alors autant dégueulasser mère nature ! D’ailleurs, cette scène qui me laissa de marbre, tout du moins en apparence… Fit s’arrêter notre discussion.

Raaah… Bon et bien tant pis. Le brun à la chevelure reflétant un peu de mauve, m’annonça ce que je voulais entendre. Qu’il allait faire de son mieux, pour sauver ses miches. Le reste de la journée fut bien oppressant, pour certain. Les toux du vieillard, combiné à ses dégueulis, inspiré de moins en moins d’espoir, quant à sa survie. Fort heureusement, les gamins du padre avaient quelques vannes en stock. Faisant ainsi, remonter l’ambiance générale.

Hé ! Hé ! J’étais là moi aussi ! J’avais mon humour à la con de présent ! Imaginez bien, que je m’en servis à tord et à travers, ou a raison pour le coup. Une histoire qui faisait toujours impression, il fallait trouver cela… Mhh… L’histoire du crâne ! Lorsque je pus, je la racontai, tel un conteur narrant avec passion,  ses récits. Avec l’énergie, la voix et tout hein ! À la fin de mon numéro, je réussis à avoir l’effet escompté.

Des rires bien francs, bien réels, sortirent des gorges des mafiosos. Le retraité ne pouvait pas… Au risque d’en crever. Bon, avouons-le-nous, c’était une bonne raison de ne pas se marrer. Mais son léger sourire allié à son regard sympathique, me firent comprendre que le cœur y était. Lorsque je n’étais pas occupé à me fendre la poire, ou à jouer le comique de service… Je pouvais regarder les environs. Essayé de me faire quelque repère.

Je découvris avec scepticisme et stupeur, que nous nous approchions d’une chaîne volcanique. Pourquoi de tels réactions ? Cela était extrêmement simple. Scepticisme, car je savais que l’on serait des proies aisément encerclable dans un endroit pareil. Et ma stupeur ? Et bien, il y avait toujours nombre de créatures coriaces, voir pire dans ces régions secs. Néanmoins, mes connaissances sur ce pays étant infimes… Je ne pouvais que supposer.

Le voile noir et familier de la nuit, vint, très vite orner le ciel magnifique de ce pays. Bien rapidement, nous eûmes la merveilleuse idée, de nous refaire un campement. Pour ma part, je me contentai d’interpréter mon rôle de pseudo-garde. Ouais, en gros je ne fis rien, telle la feignasse que j’étais… M’enfin, moi le sol me convenait, puis mon acolyte s’occupait déjà d’apporter l’aide, donc… Nul besoin d’en rajouter.

Un membre de l’organisation mafieuse, doublé de mon petit « protégé », revint après quelques instants de chasse et récolte. Tss… Et la viande ?! C’était pour les chiens peut-être ?! Bah, il y avait du poisson, c’était mieux que rien. M’installant relativement confortablement, afin de déguster ces mets divers et variés… Je pris un morceau de poiscaille, puis, après avoir fait le nécessaire, croquai un bon coup dedans.


Beuh ! Ne puis-je retenir.

C’était infect… Cependant, prenant mon courage et ma pire gueule en réserve… Je continuai de manger ce… Cet… Cette chose immonde. Et oui, vous me croyiez sans doute pour un gars stupide… Mais je pensais bien que nous n’avions pas encore eu de réelle difficulté, au cours de ce voyage. Les pistoleros ? Aucun véritable problème. Les chevaliers runiques et compagnie ? Personnellement, j’avais juste foncé dans le tas. Donc il était logique que je me prenne des dommages.

Mais… Je visualisai déjà une véritable apocalypse. Un défi de survie, pour des vermines telles que nous. Nous qui, au risque de notre vie, protégions un sale type. Qui encouragions le crime, en un sens. Je devais avoir des forces en réserves. Quitte à me nourrir, d’une nourriture immangeable. Enfin, lorsque je finis mon plat, je pus voir deux scènes si… Si… Similaires ? Ichikiro vomissait en chœur avec son supérieur. Le repas de ce soir, avait eu raison de son ventre.

Pour ma part, si l’on mettait de côté quelques renvois, me redonnant une poignée de secondes un gout atroce en bouche. Je pus y survivre. Etant normalement le plus puissant de la bande, je me devais de rester impassible. Enfin, à garder mon humeur dite habituelle. Lancer une blagounette débile par-ci, sourire comme un idiot par-là… Une semi-mascarade. Mais obligatoire, pour ne pas trop faire monter la pression.

Le Dragon Slayer semblait faire de même. Sortant des plaisanteries pittoresque qui… Fonctionnaient à merveille avec moi ! Toutes les deux secondes, je me retrouvai à pouffer et souffler du nez… Ayant l’air plus con, que le débiteur de blagues… Bref ! La nuit fut bien reposante pour mon esprit combatif et fêtard. J’essayai de retirer tout stress possible. Ce fut très simple, j’étais habitué à ce genre de situation.

Les avantages d’avoir vécu en assassin toute sa vie ! Lorsque je me réveillai, je fis quelques échauffements musculaires. La grimpette de volcan, ou d’endroit avoisinants, n’était pas de tout repos. Autant mettre son corps en conditions, pensai-je. J’en profitai pour donner deux, trois astuces à mes partenaires, aussi bien de quête, que de marche. Quelques minutes de réveils furent accordées, puis nous reprîmes la route.

Tous les gars posaient une atmosphère pesante. Au moins, si un groupuscule de bandits itinérants se ramenait. Ben, ils dégageraient aussi vite… Le dragonnet fut d’une humeur plus interrogative, au fur et à mesure de cette longue « escalade ». Il me demanda si je me sentais en danger. Si  je ressentais un quelconque problème. Mhh… En pleine question j’activai ma
« Blood Vision » ! Ça allait être d’une certaine utilité !

Merci Shô de m’y avoir fait penser ! Durant notre périple, nous dépassâmes des sources. Ne connaissant pas l’endroit, je m’arrêtai juste au terme source… Je ne pus malencontreusement, prévenir mon compagnon d’un plausible danger. Je lui dis juste, que mon instinct sentait la merde arriver… Nous continuâmes, dans la méfiance… Lorsque l’on arriva aux chaînes magmatiques ! Et que dire de ce lieu… Beaucoup de choses !

Il me rappela l’enfer que je m’étais imaginé. Les brouillards épais craché par ces montagnes ardentes, voilés le ciel et le soleil. La chaleur régnante en ce biome, était comparable à celle d’un four, où nous étions les plats à cuir… Les poumons de la planète semblaient invincibles, inamovibles… Et paradoxalement, d’une beauté sans nom. Gaïa savait créer de magnifiques choses, mais leur charme était égal à leur sournoiserie !

Aussi belle la nature soit-elle, elle savait être tout aussi meurtrière… Mais trêve de bavardage inutile ! Le chemin que nous parcourions était loin d’être régulier… Et aisé à gravir. Les chevaux ne semblaient pas atteints par ce problème. Au contraire ils avançaient plus vite. Mais était-ce une véritable bonne nouvelle ? Je ne crois pas, non… Car non loin de nous, trois énormes silhouettes dessinées par mon sort oculaire, se tenaient en lévitation.


Oye Shô, t’as pas zappé d’me prévenir d’un truc…? Dis-je d’un ton sérieux et interrogatif.

Je n’eus comme réponse, le vent soufflant légèrement… Une faible bourrasque, faisant danser les résidus sombres et poussiéreux, dans cet environnement infernal. Était-il plongé dans ses pensées, au point de totalement m’ignorer ? Bah, cela pouvait arriver. Je continuai de fixer ces ombres cramoisies, tout en faisant un tant soi peu gaffe à la route. Je redoutai le pire, les volatiles ne semblait pas être de pauvres poussins, attendant patiemment d’être nourrit par l’être humain, enfin…

Si ! Ils attendaient peut-être d’être nourris, des humains que nous étions ! Et l’idée de servir de croquette pour piaf, ne m’était nullement envisageable. Lorsque je finis d’examiner l’apparence approximative des trois oiseaux géants, je pus dire une chose. Nous étions dans la maxi mouise… Je n’avais jamais vu telles créatures… Mon vieux et notre ancienne bande n’étaient pas débiles, donc sans doute qu’ils esquivaient toujours ce genre de monstre, mais… Qu’importait ! S’ils essaieraient quoique ce soit, mon sang les tuerait…

Avec un peu de difficulté…  Trois membres en moins… Et peut-être avec les poumons arrachés et ma chair dépecée… Mais avec une certaine stratégie, je pourrai rester en vie… Enfin, là, c’était moi qui me surestimai… Bref, les bestioles nous snobé pour le moment, et c’était tant mieux. Cependant, cela ne dura pas… Une fois que nous avions traversé une limite, invisible à nos yeux -enfin moi j’en avais qu’un mais… Passons !-… Suite à une phrase mystérieuse de mon acolyte, les trois choses titanesques apparurent devant nous, crocs sortis.


Qu’est-ce que…? Dis-je de mon air nonchalant, ne sachant sans doute pas, quel danger se trouvait devant moi…      

Les bêtes volantes se mirent à gueuler comme des tarées ! J’avais envie d’hurler
« Hé, on n’est pas sourd bande de… De poules géantes ! », mais je pense que ça n’aurait aidé à rien. Sous la terreur, un cheval mourut. Mais genre, littéralement de peur, a en voir sa réaction, je dirais à vue de nez, crise cardiaque.  Nous vîmes, moi et mon ami, que les autres mammifères ne purent avancer plus que ça. Quelle idée de prendre une voiture de trois mille tonnes en même temps !

La reine des crétines se retourna, respira les odeurs alentours -supposai-je- et comble de l’ironie, d’autres intrus avaient l’air d’être présents. Deux attroupements, composés respectivement de gars du conseil et de mage plus ou moins -il-légaux… Je ne savais pas. Allez, on va dire illégaux, parce que ça nous mettra en valeur ! Donc ! Ils gueulèrent comme des sauvages, chargèrent notre position et… Eurent la merveilleuse idée, d’énerver un peu plus les bêtes ailées…


Nan mais vous êtes complètement débiles ?! Criai-je en regardant les bandes à droite et à gauche.

Bonne nouvelle, ils avaient malgré eux, attirés l’attention des créatures. Une guérilla commença ! Bestioles contre humains ! Bandits face à la justice ! Et dans le tas, nous… Pauvres paumés, que nous étions… L’alliance bancale des chevaliers et mages noirs, n’était qu’un subterfuge… Aucun des deux camps ne répugnait à s’attaquer en traître, tuant maladroitement certains de leurs pseudo-alliés de fortune.

De mon côté, moi Senji Sakki, avait résisté au cri incroyable et à l’haleine sauvage des machins volants, mais n’était pas sorti d’affaire. Là où mon partenaire avait le cul au sol, et mes cibles à protéger dans le carrosse endommagé… Moi j’étais indemne, avec juste une mine plus idiote que d’habitude. Un plan, il nous en fallait un ! Mais intelligent comme j’étais… Et bien, notre groupe était dans la merde…

Mais ce fut à ce moment, que le grand, le magnifique, le génie nommé Shô Weissdren, eut une idée. N’étant pas une lumière, je me mis à l’écouter tout comme les autres. Je ne crois pas avoir besoin de tout réexpliquer. Surtout qu’avec le brouhaha ambiant, mes sens auditifs se focalisèrent sur les dires du dragonnet, que lorsque mon prénom fut prononcé. Je devais protéger le véritable parrain -car via une stratégie du tonnerre de Zeus, un faux avait vaguement était « fait »-, la charrette noire et les chevaux. Puis Kyo, mais ça…

Le petit avait pris un peu d’assurance… Aaah, que c’était agréable de voir un bambin devenir ado… Pour ma part, j’étais ok. Pour la protection de voiture mafieuse, des sombres quadrupèdes survivants, puis du bras-droit, une seule chose s’imposait. Une
« Blood Wall » totale ! Mais qu’est-ce qu’était donc, cela ? Et bien, une muraille circulaire faite avec mon sang, tout bêtement. Par contre, je devais me préparer à me recharger en sang… Car la perte s’annonçait violente.

Très bien, comptes sur moi. Et les autres, vous avez intérêt à bien obéir à ses ordres… Si vous voulez survivre ! Annonçai-je sourire en coin.

J’avais un peu parlé dans le vide, car tout le monde était déjà à la tâche. Pour le coup je devais aussi m’y mettre… Je me plaçai à côté du moyen de transport, du malade. Ensuite ? Je retirai d’un coup sec et calculé, ma veste noire, dévoilant mon tronc musclé à la quasi-perfection… Et non, je ne faisais pas une activité douteuse… Car quelques secondes après, je m’entaillai de toutes parts. Les bras, torses, métacarpes, bout d’index et majeur, paumes…

Mais je contrôlai mon sang, afin qu’il ne coule point. Autant de plaies ouvertes simultanément, restaient même pour moi, assez désagréable… Mais j’étais un grand garçon, et je mis cela de côté. Quand Weissdren parti, courageusement vers des ennemis arrivants, je me mis au boulot. Kyo était en position, et le « faux » padre aussi. Je pris de suite un air mortellement sérieux, puis fit faillir mon sang de mes bras, pour créer ma muraille.


Oye, « parrain »… Dépêche-toi de t’enfuir ! Dis-je presque en le crachant.

Le cheval monté, s’empressa de déguerpir. Quant à moi, tout en laissant une ouverture à Kyo, je finis la défense du carrosse. J’étais déjà à l’extérieur du rempart, moi, je devais me charger des gars arrivants de l’extérieur. Les bestioles aux grandes ailes occupaient quasiment tout le monde, mon sort n’était qu’une sécurité. Mais je tombai à genoux… Sentant mes membres trembler, j’étais dans l’incapacité de les faire bouger…

Manque de sang ça… Bon, je sus ce qu’il me restait à faire… Accélération du rythme cardiaque en cours… J’avais légèrement perdu mes couleurs. Mais peu à peu, elles revinrent, me redonnant la gueule de beau gosse que j’avais ! Vers la fin de mon rechargement de sang, je sentis une douleur soudaine, émanant de mon… Cœur. Malédiction, ça faisait mal, bordel ! Je ne pus empêcher un cri de douleur, sortir de ma bouche. Pour dire !


Fait… Guh… Chier… Me murmurai-je en me tenant l’organe cardiaque.

Les deux crétins s’étaient enfuis relativement loin. Toutefois, je vis deux membres du conseil arriver vers eux et moi. Respirant un bon coup, je me relevai et essayai de calmer ma douleur en redonnant un rythme régulier à mon organe vital. Sans prévenir, je me mis à foncer vers les autorités, compétentes ou non… N’étant pas d’humeur à scander le nom de mes techniques, je ne mis que ma main gauche en avant. Un peu de mon sang sortit et forma un semblant de flèche.

J’en envoyai deux, aux lieutenants, ou colonels, ou généraux… Bref, en face de moi. Celles-ci furent aisément esquivées, mais le faux parrain put passer. J’arrêtai ma course effrénée, à quelques mètres devant mes futurs adversaires. Ça allait être un deux contre un. Ils avaient l’air décidé à faire tomber le marteau de la justice, sur ma face de délinquant. En réponse à leur regard déterminé, je fis jaillir de mes avant-bras, mon sang, puis lui donna la forme de mes lames.


Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô  Weissdren] Tumblr_m713qtBTdY1qm3nla


Ramenez-vous ! Et donnez-moi un bon combat ! Criai-je surexcité.

Quand je finis de prononcer ma phrase, il y avait un je ne sais quoi, qui avait changé. Mon allure de rescapé de guerre, allié à celle d’un psychopathe fan de combat, les avait troublés… À moins que mon corps plaisait à la dame et si possible… Pas au mec… Passons ! Ils s’en remirent très vite, c’était des soldats après tout. Une certaine puissance émanait de ces deux êtres, qu’allaient-ils me réserver ? Telle était l’excitation de l’inconnu, du combat…


Tss, ils sont tous les mêmes… Il faut les éliminer un par un… Me cracha-t-elle au visage, oui c’était la donzelle...

Oui, mais celui-là à l’air plus intéressant… Mais suivons les ordres, et liquidons-le rapidement.

*Ça va je les gêne pas trop… ?*

Dark Ecriture… Pain ! Cria-t-elle.

Ooh… Une nouvelle magie à mon actif. Bien que celle-ci soit une sorte de version améliorée des chevaliers standards… Elle m’intéressait fortement ! Bon, je n’étais pas trop con encore, j’esquivai un trait violet, dessiné par des sortes de runes flottantes. Bien tenté, très bien tenté ! Mais avec mon petit bond de côté, je pus tout aussitôt, sauter vers eux, faucheuses en avant ! Je n’étais pas un sous-fifre moi ! Mais un vrai guerrier ! Enfin assassin guerrier… Enfin… Bref !

L’homme sur la touche, voulut s’y mêler. Après tout, il était lui-même dans la course ! Un énorme sabre, ou katana, ou je ne sais pas quoi, apparut dans le creux de ses mains. Cette arme avait assez de longueur, pour s’interposer entre moi, et la donzelle… Bien évidemment, je me servis de mes lames préféré, pour éviter de devenir, du hachis d’humain ! Etant, légèrement en infériorité numérique, je devais faire preuve d’intelligence, au moins un minimum.

Déjà, mes
« Blade Reaper » furent renforcées. Je ne pouvais me permettre de les perdre. Un sourire amusé orna mon visage de borgne… Cela pouvait m’aider, à créer un petit doute quant à mes intentions… Mes motivations ou tout bêtement, mon état d’esprit. Ressembler à un barbare avide de duel à mort, pouvait cacher mes apparences de stratège foireux ! J’optai pour le combat sur deux fronts, oui c’était débile…

Se mettre entre ses deux ennemis, et attaquer comme un fauve s’en prenait à ses proies. Rapidement, fatalement et agilement. Néanmoins, La dame esquivait bien mes coups et l’arme tranchante du bonhomme, parait relativement aisément mes propres coups. D’un côté, les sons de lames s’entrechoquant… D’un autre, les mouvements d’air occasionné par mes faux, devait rendre super, visuellement parlant !


Pas mal… Susurrai-je.

Mais soudain, j’entendis une voix féminine hurler quelque chose se finissant par « Explosion ». Mon sang ne fit qu’un tour, et c’était le cas de le dire ! Je vis le compagnon de cette dernière reculer vivement, pour ma part, j’eus tout juste le temps de me recouvrir de mon armure. Avoir des plaies ouvertes de partout, ça aidait bien ! Une sphère de symboles étranges et ésotériques, apparue et grandie à quelques centimètres de moi…

J’eus le temps de me mettre dans une position de défense. Assez correcte dirions-nous. Mais je fus expulsé à deux mètres en arrière -j’ai calculé !-…  Je retombai sur mes pieds, recouverts d’hémoglobines protectrices. Cela eut pour effet de creuser le sol, sous la force d’envoie et le poids de mon corps. Mon sort préféré avait survécu… Au moins une bonne nouvelle dans ce monde de merde !


Dark Ecriture : Fear, Madness ! Enchaîna-t-elle directement.

Pause ! J’étais encore sonné par le bruit de l’explosion ! Bon, très bien, je devais me taper ses sorts, d’une étrangeté sans nom ? Okay ! Les lettres runiques se gravèrent sur mon armure. Je ne savais si les effets allaient être atténués… Mais d’un coup, ma vue devint extrêmement obscure. Un angle mort, ce n’était pas déjà suffisant ?! Et bordel… Bordel, qu’elle était cette envie, enfin… Cette impression d’être constamment effrayé… Surveillé…?

Un monde de ténèbres s’offrait à moi, ou c’était moi qui m’offrais à lui… Ou la madame du conseil qui m’envoyait à ce dernier… Enfin, j’étais perdu ! Heureusement, dans ces ombres cauchemardesques, les corps des lieutenants étaient comme en… Surbrillance, l’effet de ma
« Blood Vision » persistait ? Bonne nouvelle ! Et mauvaise nouvelle… Je vis le berserk du duo, revêtir une grosse armure noire, armé d’une pu*ain d’épée !

Qu.. Qu’est-c… Qu’est-ce qu… Je ne puis finir ma phrase, voyant qu’il s’approchait de moi.

Qu’elle était ce sentiment de peur, amplifié par… Par je ne sais pas quoi… Mes mouvements étaient saccadés à cause de mon état. Mon corps était trop tendu, mes muscles trop contractés. Je voyais des hommes et femmes sans visage me regarder de tous les côtés. En moi-même, je savais que c’était l’effet de cette magie du diable ! Mais je ne pouvais me résonner. La crainte m’avait envahie… J’étais devenu la proie.

Je sentis que mon corps s’en prenait plein la face. L’arme monstrueuse du titan, m’assaillait de tout endroit. Mon armure me sauvait, et les réflexes que j’avais spontanément aussi… Sous l’étonnement des mages du conseil, j’arrivai à esquiver une fois sur trois, leurs attaques combinées.  Je devais néanmoins, trouver une solution, et vite ! À ce rythme, mon mythe serait terminé, avait même d’avoir pu commencer !

En retirant par moment, des parties partielles de mon armure sanguine, j’envoyai ici et là, quelques petits sorts. C’était souvent envoyé au pif, au plus profond de moi-même, je priai pour ne pas toucher une des saletés volantes des environs. Les bruits de bataille se mélangeaient dans ma tête. Comme si cela n’état pas déjà, assez le chaos ! Mon rythme cardiaque faisait des hauts et des bas… Que faire ? Que faire, bordel ?!!

Un cri semblable aux dragons disparus, vint stopper notre combat. Ce hurlement résonna puissamment dans mon crâne. À me le faire tenir de douleur. Qui était-ce ? Qu’est-ce que cette personne faisait ?! Mes neurones embrumés, purent vite faire le lien avec Shô. Qu’avait-il en tête celui-là ? Je profitai d’une petite reprise de conscience, pour ré-attaquer mes adversaires, ébahie par un certain spectacle.

Les Wyverns déchaînèrent en chœur, leurs sentiments haineux et fiers… Weissdren les avait défiées ? Ah et ouais… J’avais entendu gueuler un des combattants, le nom « Wyverns »… J’assumai que c’était les bestioles. Bref ! Je zigzaguai à travers le champ d’hallucination. Lames prêtes à être sauvagement envoyées… Je finis rapidement par me trouver devant l’homme chevalier. Je donnai un coup, en refermant mes lames juste devant lui, puis en passant rapidement dans son dos.

Deux vilaines plaies se dessinèrent au niveau de son ventre. Son armure aux allures démoniaques, avait été proprement déchiquetée par mes soins. Toutefois, lorsque je regardai mes sorts favoris, ceux-ci étaient détruis. Mes faux d’hémoglobines n’avaient pas résistées ! Ça, ça c’était une punaise de mauvaise nouvelle ! Cependant… En retirant l’entièreté de mon armure, et en réutilisant mon sang ayant créé cette dernière… Je pouvais m’en sortir !


Blo… Blood… Tornad… Do… Dis-je tout en restant intensément troublé.

Je me retournai à la vitesse de l’éclair, avec mon liquide précieux, tournoyant au niveau de mon buste ! Avant qu’il n’ait pu dire un seul mot, je l’envoyai non loin de sa camarade, qui fut elle aussi… Envoyé droit dans une formation rocheuse. Je dus reprendre mon souffle, me concentrer pour faire partir les bleus occasionné par le duo du conseil, mais cette saleté de sort mental ne voulait pas s’en aller.

Mon repos fut de courte de durée… Mon tourbillon sanglant, avait reçu l’attention d’une simili-dradra. À cause de ma vision modifiée, par cette garce aux runes étranges… La bête ailée avait des airs de démon volant, me foutant une trouille pas possible. En temps normal, j’aurai pris ça pour un défi et foncé dans le tas, mais aujourd’hui, c’était différent… Je regardai en direction des deux supérieurs runiques…

Ma mâchoire se serra… Mes dents se mirent à grincer… Pourquoi étais-je aussi faible ?! Pourquoi avais-je peur ?! Est-ce qu’un simple sort anarchiste pouvait à ce point m’atteindre ?! Non ! Je refusai cet état de fait ! Je ne voulais pas, je ne le pouvais pas… J’avais trop de chose à faire, à accomplir… Moi œil vit une fois de plus, son environnement drastiquement changer. Les formes humanoïdes sans visage, s’effacèrent. Les corps de mes ennemis se métamorphosèrent en… Ceux de mes anciens « frère »… ?


Qu’est-ce que vous foutez là, bordel ?! Hurlai-je comme un demeuré, l’œil empli de haine.

Même le pseudo-dragon avait son apparence loufoque. Celui qui avait tué mon « père »… Certes, aux oreilles des autres, cela pouvait être impensable. Moi-même, je me serai foutu de moi… Mais ici, rien d’autre que la colère ne m’envahissait. Peut-être était-ce un système de défense neurologique, ou cérébral… Bordel, je n’en savais foutrement rien. Mais ce qui était sûr, c’est que des têtes allaient tomber…
     

Blood Sword ! Criai-je sans difficulté.

Je n’en fis apparaître que deux. Chacune avait une main assignée. Je me mis à foncer, vers ce qui était sensé être la Wyvern. À quelques mètres d’elle, j’utilisai ce qui devait me servir de flèche sanguine, pour me propulser en hauteur. Comment ? En redirigeant le sang de mes paumes, en dessous de mes pieds. Certes, la poussée fut minime, et même là, j’eus dû utiliser plus de sang que d’habitude. Mais mon cœur battait à la chamade, autant dire que j’avais réserve illimitée !

J’avais pu m’envoyer sur une des pattes arrière du monstre. Mon aura de fureur, ne faisait que provoquer encore plus, l’esprit primitif de l’ailée créature. Tss, comme si cela avait une importance à mon œil ! Je réussis à planter mes épées dans la chair, aussi résistante soit-elle, de la bête affaiblie par les gugusses en bas. En utilisant un maximum mes bras, je pus monter relativement rapidement, sur le dos de la chose psychédélique.


Blood Tornado ! Aboyai-je, comme crachant une insulte… Lorsque mon tronc, était orienté sur le dos de ma monture.  

La puissance de mon sort, n’avait plus rien à voir avec celle envoyée il y a peu… Mon dégoût pour le monde imaginaire m’entourant… Ces hallucinations me donnant envie de vomir d’écœurement… Tout cela amplifiait plus ou moins, la puissance de mon sang. Lorsque ma technique heurta irrémédiablement, l’endroit où résidait la colonne vertébrale du bestiau… Je sentis comme un choc, lié à un mauvais atterrissage. M’envoyant valser vers d’autres lieux, droit devant moi.

Dans la mêlée, je fus envoyé. À contrecœur, je dus empêcher quelques hauts-de-cœur… Mais sur mes pieds je retombai, pour mieux exécutai, les mécréants qui me faisait chier ! Les sons divers de bataille, m’aidaient à orienter mes lames. Fraîchement ressorties, pour parer et fracasser… Épées et bouclier, permettant à mes sens, de se frayer un chemin, droit vers mes tortionnaires mentaux. Car oh que oui, le brouillard noir, ne consentant pas à me dévoiler la réalité… M’empêcher de voir la vérité sur le terrain de guerre.

Ma vision infra sanguine elle-même, ne mettait pas en surbrillance tous les résidents des volcans environnants. Les cris d’un simili-dragon au sol, réussirent à me faire dire… Que certains s’occupaient vaguement de lui. C’était donc dans un labyrinthe de ténèbres, que je progressai. Deux corps. Deux têtes. Deux lieutenants. Voilà ce que je voyais principalement. Ma colère attisée par ma haine, avait fait sortir mes faux de faucheur. Mes
« Blood Reaper »

Balayant la résistance invisible. Nettoyant à l’aide de grand mouvement circulaire, le néant me faisant face. Je finis par arriver devant mon joyeux couple d’autorité. Mon regard fou les admirait. Mon visage dansait, mon sourire s’élargissait… Mais ceux-ci, n’étaient nullement amusés… Le gros barbare du conseil, s’habilla d’une armure reflétant à merveille sa carrure. La hache qu’il semblait tenir, était gigantesque, mais ne rivalisait en aucun cas avec mon sort le plus puissant.


Crève, sale enflure de traître ! Vociférai-je contre le chevalier.

Le « pauvre » ne comprit pas mon choix de mot. Car il ne voyait pas, ce que je voyais… Mes lames géantes croisèrent le fer avec la hache d’arme du guerrier. La dame s’approchait de moi, préparant un semblant de rune, à m’envoyer dans la face. N’avait-elle pas vue, jusqu’où cette technique l’avait déjà amenée ? À une voie sans issue. Une impasse du destin. Vers le chemin de la mort… Par décapitation.

Mes pulsions meurtrières, envoyèrent frénétiquement mes bras, sur mes ennemis. L’arme tranchante du gorille de la justice, fut vite mise en lambeaux… Tandis que d’un autre côté, la demoiselle aux ressemblances étranges avec p’tite gueule, me toucha avec un sort. Ce dernier m’affligea une douleur muette. Celle-ci lézardait dans mon corps, parcourait avec passion, mon système nerveux, dominé par mon sentiment présent.

Par réflexe, des grognements de douleur, mêlé à la rage, sortirent de mes lèvres. Me donnant l’air plus sauvage et barbare, que n’importe quel taré de ce monde. Elle enchaînait les mêmes sorts, ne comprenant pas qu’au vu de mon état. Qu’elle renforçait ma propre puissance. Plus je subissais de dommages, plus mes bras se contractaient… Plus mes muscles répondaient rapidement… Plus mon cerveau me dictait de survivre.

Et quelle était la définition de la survie par ma cervelle ? Le fauchage, bien sûr. Paré de mes serres infernales, mon corps tournoyait, dansotait sur une mélodie macabre. Animée par la mort, les bruits de chair tranchées et les hurlements de douleur… Bien vite, les lieutenants runiques, avaient essayaient tous leurs tours de passe-passe. Leurs visages se peignirent d’effroi, lorsqu’ils comprirent dans quel cul-de-sac ils étaient…

Un dernier double coup… Je fendis l’air une dernière fois. Et ma vision revint, ainsi que mon esprit. Ce choc de conscience me fit tomber à la renverse. Mentalement et physiquement parlant, à en faire disparaître mes lames annihilantes. J’haletai. Non pas par peur, ni par fatigue. Mais à cause de mon taux d’adrénaline trop élevé. Je devais faire baisser mon état d’excitation, causé par l’envie de tuer. Remettre mes idées en place. Réussir à me persuader, que tout ce que j’avais vu, n’était que le fruit d’une magie fourbe.

Lorsque mon œil se tourna vers mes victimes. Je lâchai un étonnement soudain. Mon œil s’ouvrit assez grand, pour que l’on pu croire, qu’il sortait de son orbite… Quel monstre étais-je ?! La lieutenante et son fiancé, présumai-je. Se tenaient la main. Dans un ultime geste d’amour et de pureté… Toutefois, ce n’était pas une belle mort, car je n’avais pas visé la tête de la dame pour la tuer… Mais son ventre.

Et en son sein, résidait la vie. Enfin… Cette vie avait été prématurément détruite par ma folie meurtrière. Envoyant trois cadavres au lieu de deux, je fis un bond, me relevai à cause de celui-ci et tentai de m’accrocher vainement, à une quelconque paroi. Sans espoir, je retombai sur mes fesses. Ma respiration était saccadée, mes pensées troublaient, encore une fois. En face de moi, se tenait une femme enceinte, n’ayant fait qu’obéir aux ordres… Mais en faisant cela, elle en avait payé le prix fort.


Bor… BORDEL !!! Je… Je ne vou… Gnn…

Mes paroles étaient toutes accompagnées par une douleur… Une douleur épouvantable. Bien que ma survie dépendait de mes capacités à tuer… Je ne voulais pas que de telle chose arrive… Je dus toutefois, prendre cela sur moi. Comme un véritable Senji Sakki, l’aurait fait. Je secouai ma tête, aussi bien mentalement que physiquement. Ma magie avait été utilisée comme de la merde et mon sang… C’était pareil. Si je ne me ressaisissais pas bientôt… J’allai passer à la casserole.

J’allai d’un pas lent et d’une mine dépressive, chercher ma veste, que j’avais balancée au début des hostilités. Je revins devant la vision d’horreur. Je fermai les yeux des deux mages du conseil et recouvris la femme de mon haut. Voulant à la fois cacher l’horreur de mon acte, et préserver les yeux des autres. Ne serait-ce que Shô… Ce pauvre petit aurait eut une crise cardiaque ou pire encore… Et non, ce n’était pas de l’humour mal placé. L’ambiance n’était pas apte à cela.

Je tournis la tête, après avoir adressé un millième pardon et vis une Wyvern. J’étais un peu trop épuisé mentalement, ainsi que physiquement pour tenter une nouvelle attaque de front. Mais, mon œil vit quelque chose, d’assez… Étrange. Deux silhouettes humaines accrochées à la bestiole volante. Je désactivai ma
« Blood Vision », histoire de voir autre chose que du rouge, et je vis Weissdren qui était en difficulté.

Un co*nnard lui avait saisi le pied au vol ! Si je ne faisais rien… L’autre allait causer sa perte… Je ne pus m’empêcher de regarder en arrière… Mais je me repris en la retournant vivement, une fois de plus. Ne penses plus à ça Senji, ne penses plus à ça… Ne penses plus à ça… P*TAIN DE B*RDEL DE MERDE ! Comment pouvais-je espérer oublier cette scène en quelques secondes ?!! Calmes toi… T’as vu bien pire… Même si moralement parlant, ce n’était pas comparable…

Tout en essayant d’apaiser mes émotions… Je réfléchis intensément et trouvai une seule solution viable. Mon métacarpe coupé à l’avance, rassemblait une certaine quantité de mon liquide rougeâtre. Je tentai de faire abstraction de toute chose futile. Je ne vis à présent, que la Wyvern ayant le mage de Thunder Light en guise de dompteur. Ma concentration allait m’être utile pour oublier… Chut, chut, chut…


Blood Scythe ! Dis-je non trop fort, pour ne pas faire dévier la trajectoire de la bête.

En envoyant un coup dans le vide, comme il fallait faire… Je priai intérieurement, pour qu’une partie du bras du mage harceleur de dragonnet, soit taillé en pièce. Le Slash rouge fendit l’air telle une flèche, et se dirigeait dangereusement vers les deux mages en difficulté. J’avais confiance en mon expérience… Et qui sait, peut-être que Shô aurait la présence d’esprit, de faire bouger le gars, au moment propice…


Hors Role Play:
 
Revenir en haut Aller en bas

Game Master

Game Master

Masculin Messages : 398
Date d'inscription : 20/03/2014
Localisation : Cosmos

Feuille du Mage
Surnom: Mr. Propre
Magie: Omnipotence
Points de Puissance:
Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô  Weissdren] Left_bar_bleue999999999/999999999Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô  Weissdren] Empty_bar_bleue  (999999999/999999999)


MessageSujet: Re: Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô Weissdren] Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô  Weissdren] EmptyLun 2 Fév 2015 - 13:53

La bataille débutait à peine que le cerveau du Poison Dragon Slayer était entré en ébullition. Très vite, il élabora un plan. Il s’agissait de faire diversion en feignant l’évacuation de Suponsa.
Se faisant le meneur du groupe pour ce combat, il donna chacun des instructions. Personne ne broncha et tout se mit rapidement en place. Déroutés, les mafieux étaient prêts à accepter tout plan, qu’il soit absolument génial ou complètement idiot. Heureusement, celui de Shô était plutôt avisé.

Ainsi, Ichikiro et Sankiro galopèrent, attirant l’attention sur eux, Kyo et le parrain se cachèrent dans la voiture elle-même défendue farouchement par une muraille sanguine érigée par leur garde du corps : Senji. Et les ennuis ne se firent pas attendre. En effet, un couple de soldats Runiques s’approcha et engagea le combat. Leur alliance était tout à fait redoutable… Mais le mage de sang n’était pas en reste pour autant.
Le combat fut plus que chaotique, la femme perturbant l’esprit du Blood Reaper tandis que son mari le travaillait au corps. Néanmoins, le solitaire réussit à s’en débarrasser pendant un certain temps qui lui suffit à aider la multitude guerrière à achever une Vulcanovern ayant déjà fait bien des ravages. Celle-ci tomba et carbonisa une dernière fois un groupe d’humains avant de périr sous les coups de ces derniers.
Senji, malgré ses blessures et sa grande dépense de magie, réussit tout de même à retrouver et finir ses précédents adversaires. Cela dit, il ne s’attendait pas à assassiner comme un véritable monstre une femme enceinte et le bébé qu’elle portait. Décapité, ce dernier vit pour la première fois le monde… Et s’y étala pitoyablement pour y mourir l’instant qui suivit. L’assassin fut profondément dégoûté de ses propres actes, mais se ressaisit à moitié pour venir en aide à Shô…

Du reste, le Poison Dragon Slayer avait mené d’astucieux assauts contre deux mages aux éléments complémentaires. Après les avoir couvert d’un appétissant vomi et profité de la nature double de leurs attaques afin que confusion naisse, il provoqua délibérément les Wyverns. La plus imposante d’entre elles réagit avec ardeur à cet affront. En un bond, elle se plaça devant ses proies. Mais Weissdren avait de la ressource et fit le pari fou de monter cette étrange créature. Cette dernière, par ailleurs, incinéra instantanément le mage de l’ombre alors que son collègue lumineux évita de justesse le torrent infernal. Il fila ensuite vers son ennemi et premier et s’accrocha à sa jambe. Le Poison Dragon Slayer s’était retrouvé au niveau de la queue du reptile géant qui avait pris son envol.
Et ainsi, deux hurluberlus se balançaient au bout de l’appendice brûlant.

C’est à ce moment que Senji décida d’entrer en scène.
Dommage pour lui, un cri du mage de Black Photon résonna peu avant le lancement de son sort. L’ouïe fine de la Vulcanovern lui permit de se rendre compte de la visite qu’elle avait. Aussi, elle secoua sa queue violemment pour faire lâcher prise aux parasites osant la défier. L’on vit un projectile sanguin fendre l’air et se perdre dans les arbres incendiés. Hurlant comme il se devait, la bête sembla devenir folle et exécuta des acrobaties chaotiques. Soudain, sa queue rasa le sol. D’abord, le mage de lumière, situé trop bas, fut réduit en charpie par le dérapage qu’il avait subi. Puis, l’on entendit un hennissement et des cris montant de quelques gorges.
Dans sa frénésie, la Vulcanovern avait percuté de plein fouet les fuyards Ichikiro et Sankiro ainsi que leurs poursuivants. Balayés comme de la poussière sur un sol sale, ils retombèrent une dizaine de mètres plus loin après une longue chute (le bout de la queue de la Wyvern ayant frappé sous le cheval). Sankiro mourut sur le coup, Ichikiro fut grièvement blessé mais survécut.
Déséquilibrée par ses propres mouvements, le reptile volcanique écrasa ses quinze mètres d’écailles au fond de la vallée, tuant par la même occasion une dizaine de combattants. Elle reprit rapidement ses esprits et, pensant avoir éliminé ses cavaliers impromptus, s’éleva en flèche dans le ciel avant de cracher une gigantesque boule de feu au sol couvrant un tiers du champ de bataille. Malheureusement, la pauvre n’eut pas le temps d’apprécier les effets de son attaque. Le maître de Black Photon, fusait sur elle. Utilisant sa magie astrale, il creva les yeux de la bête déjà affaiblie et y fit s’abattre son Grand Chariot. Une deuxième Wyvern s’effondra une bonne fois pour toute.

Pendant tout ce temps, le Général Runique avait observé. Il avait mémorisé. Tout mémorisé. Chaque détail, chaque information passant à la portée de son cerveau.
Il était prêt.
Que faisait une grande barrière circulaire bien voyante au beau milieu d’une bataille ? Y aurait-il quelque chose à protéger ? Au vu de la couleur, ce devait être l’oeuvre du mage de sang. Donc, de leurs ennemis initiaux.
L’air serein, il s’approcha dangereusement de la muraille et en fit s’abattre une partie en réutilisant un Dark Ecriture : Explosion.
Tous les sorts employés précédemment, il pouvait lui aussi les utiliser… Et pour couronner le tout, il était plus puissant que tous les autres soldats et mages noirs présents.
Il rassembla une partie de ses troupes restantes (soit trois Lieutenants Runiques sur les six survivants qui s’occupaient de la troisième Wyvern) et entra avec eux dans la brèche pour examiner la diligence renversée…

_____________________________________________________________________________________________

- La Wyvern se secoue dans tous les sens
- Le sort de Senji n’atteint pas sa cible
- La queue de la Wyvern rase le sol, tuant le mage noir accroché à Shô tout en éjectant le cheval des deux blonds situés comme par hasard au mauvais endroit au mauvais moment.
- Ichikiro est gravement blessé, Sankiro meurt sur le coup. De plus, quelques uns de ceux qui s'étaient lancés à leur poursuite connaissent le même sort.
- La Wyvern finit par tomber avant de se relever, cracher sur vous une grosse boule de feu et mourir sous les coups du maître de Black Photon.
- Le Général Runique ainsi que trois de ses Lieutenants s’approchent de Kyo et Suponsa.

+ 25 PPs bonus à Shô pour sa stratégie complètement folle et son plan. Ils lui seront rajoutés à la fin de l'évaluation du RP.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô Weissdren] Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô  Weissdren] Empty

Revenir en haut Aller en bas

Le sang et le poison, c'pas deux choses faites pour s'entendre ? [Pv: Shô Weissdren]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Ancienne disposition :: Fiore Ouest-